Des scientifiques présentent, la batterie de chanvre

Jeudi 14 aout 2014, un groupe de scientifiques de l’université d’Alberta, à Edmonton (Canada), présentait un projet de recherche concernant un supercondensateur fabriqué à partir de chanvre : la batterie de chanvre. Les scientifiques ont présenté leur création au 248e « National Meeting & Exposition of the American Chemical Society », l’association de scientifiques la plus large au monde.


Jeudi 14 aout 2014, un groupe de scientifiques de l’université d’Alberta, à Edmonton (Canada), présentait un projet de recherche concernant un supercondensateur fabriqué à partir de chanvre : la batterie de chanvre.

Les scientifiques ont présenté leur création au 248e « National Meeting & Exposition of the American Chemical Society », l’association de scientifiques la plus large au monde, qui se réunit à San Francisco.

Dr. David Mitlin pendant une conférence.
Dr. David Mitlin pendant une conférence.

Les supercondensateurs se sont beaucoup développés ces dernières années. Ils sont une méthode efficace pour stocker de l’énergie, à l’instar des piles, toutefois la densité d’énergie des supercondensateurs peut être un millier de fois plus important que sur des condensateurs classiques. L’un des avantages de ce nouveau type de batterie, est qu’elles peuvent se recharger en moins d’une minute, et ce plus de dix mille fois. De plus, elles ne perdent pas en capacité avec le temps.

Graphène

Les supercondensateurs sont généralement fait de graphène, un matériau de type cristal de carbone dérivé du graphite. La course vers le supercondensateur idéal se concentre généralement autour de ce matériau, solide mais léger. A l’heure actuelle, la communauté scientifique tente de définir de quelle manière le graphène pourrait bénéficier à l’industrie électronique concernant la création de panneaux solaires et de systèmes de filtration d’eau plus performants, l’amélioration des technologies d’écrans tactiles, et enfin, concernant le domaine des batteries. Cependant, extraire le graphène du graphite est très coûteux.

Chanvre

Le groupe de scientifiques, réunis sous le nom de « Mitlin Group », a découvert comment obtenir du graphène à partir de fibres de chanvre, ce afin de créer des nano-feuilles. Cela est possible en chauffant les fibres de chanvre durant 24h à 176 degrés Celsius, puis de chauffer le résultat de cette opération à une température encore plus élevée. Ce processus exfolie les fibres de chanvre jusqu’à obtenir le carbone désiré.

Une brique de graphite.
Une brique de graphite.

Les performances obtenues sont meilleures que celles observées sur des supercondensateurs du commerce en termes de densité d’énergie, et en termes de fourchette de températures praticables. Ceux à base de chanvre produisent en effet une densité d’énergie de 12 watts par kilogramme, soit deux à trois fois plus que dans le cas de versions commerciales. De plus, leur fonctionnement s’est avéré sans interruption dans le cadre de températures allant de « grand froid » à plus de 90 degrés Celsius.

« Nous avons pratiquement trouvé la recette idéale », commentait Dr. David Mitlin. « Nous avons passé l’étape de la preuve de probabilité concernant un supercondensateur en état de fonctionnement. Nous nous concentrons désormais sur la manufacture en taille plus réduite. »

Actuellement, le chanvre industriel émerge de nouveau aux Etats-Unis. Le pays comme son industrie sont de plus en plus ouverts aux multiples usages traditionnels du chanvre en tant que nourriture, cordage, ou encore papier. Sensi Seeds espère que cette nouvelle accélèrera considérablement le retour du chanvre industriel.

Commentaires

Laissez un commentaire ici.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.
Read More
Read More
Read More