by Olivier on 22/08/2018 | Légal & Politique

Suisse : bonnes nouvelles pour les consommateurs de cannabis

Suisse Le Conseil fédéral souhaite faciliter l’accès au cannabis médical. Il examine en outre si les fonds d’assurance maladie peuvent couvrir les coûts futurs. L’usage récréatif du cannabis pourrait aussi être simplifié prochainement : plusieurs villes et cantons pourront vendre du cannabis à titre d’essai. Sommes-nous à l’aube de la légalisation ?


Que ce soit par des initiatives xénophobes du parti ayant obtenu le plus de voix, des enjeux relatifs au secret bancaire ou l’allègement fiscal discutable pour les très fortunés, la Suisse suscite fréquemment des manchettes négatives bien au-delà de ses propres frontières.

Mais aussi obtus que ce pays puisse être en ce qui concerne les drogues, Berne est à l’abri de la critique facile. En effet : grâce à la distribution contrôlée d’héroïne, la Suisse a fait œuvre de pionnière et a démontré au monde entier comment il est possible de maîtriser un problème de drogues qui ne fait que s’accroître.

La politique à quatre piliers, fondée sur la prévention, la répression, la réduction des préjudices et le traitement, est considérée à l’échelle internationale comme un modèle de réussite. C’est d’autant plus étonnant que l’ancien élève modèle de la politique sur les drogues n’est pas aux premières loges de la légalisation du cannabis.

Mais à présent, les choses changent. Le Conseil fédéral demande que l’on reconsidère la situation et espère « trouver une meilleure façon de faire face au problème », comme l’a déclaré aux médias Alain Berset, ministre de la Santé, en juillet dernier.

La prescription de cannabis médical facilitée

Gros plan sur un praticien qui tient un flacon de cannabis médicinal devant l'objectif.

Les études scientifiques démontrent ce que les gens savent depuis des millénaires : le cannabis contribue à soulager la douleur, les troubles du sommeil, l’asthme, la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson et plusieurs autres affections. Jusqu’aux années 1950, tout le monde disposait de composés cannabiques dans leur armoire à pharmacie.

Des décennies d’oppression, de répression et de poursuites ont ensuite suivi. Depuis 2011, il est à nouveau possible de prescrire du cannabis médical, mais de grands obstacles doivent être surmontés. Les patients doivent entre autres demander un permis d’exemption à l’Office fédéral de la santé (OFSP).

Dans de nombreux cas, le traitement est retardé, ce qui explique pourquoi le Conseil fédéral désire lever l’interdiction de vente de cannabis médical. En outre, l’OFSP veut vérifier si, dans l’avenir, les fonds publics affectés à l’assurance maladie peuvent rembourser les coûts du traitement.

Le cannabis, une occasion pour les agriculteurs suisses

Au printemps 2018, le Conseil fédéral a voté en faveur de la culture et de l’exportation de cannabis médical. Il a chargé le Parlement d’adopter une motion de Christa Markwalder, députée fédérale du Parti libéral-radical.

Portrait de la politicienne suisse Christa Markwalder. Le logo de son parti apparaît, en bas à gauche, avec le slogan FDP – Die Liberalen.

Markwalder, qui incarne le libéralisme moderne suisse mieux que quiconque, a constaté que le cannabis pourrait représenter une excellente occasion pour le secteur agricole. Les revenus supplémentaires pourraient générer jusqu’à 10 000 francs par are (1/100e d’un hectare). Elle évalue que le marché potentiel pour les produits à base de cannabis médical se situerait entre 50 et plusieurs centaines de millions de dollars américains. Markwalder sait également que c’est une question de temps : d’autres pays convoitent aussi une part de ce gâteau qui, jusqu’à présent, n’est partagé qu’entre le Canada, l’Uruguay et les Pays-Bas.

Feu vert pour les projets pilotes suisses sur le cannabis

Plus de 200 000 personnes consomment régulièrement du cannabis en Suisse. Ce chiffre n’a pas changé depuis des années. La législation courante avantage les criminels et crée beaucoup de travail inutile pour les autorités chargées de l’application des lois. C’est pourquoi de plus en plus de politiciens reconnaissent que les choses doivent changer.

Dans le cadre de projets pilotes temporaires, le Conseil fédéral veut permettre aux villes comme Berne, Bienne et Zurich de vendre du cannabis. Il examinerait ensuite si l’accès licite au cannabis fait reculer le marché noir. Parallèlement, ces projets pilotes permettraient la collecte de renseignements relatifs aux comportements des consommateurs, lesquels pourraient constituer la base de futures discussions et de travaux de prévention.

La Suisse est-elle à l’aube de la légalisation ?

Les avancées susmentionnées et l’essor actuel du CBD indiquent clairement que la Suisse est encore une fois en mouvement. Des célébrations seraient par contre prématurées, car le Conseil fédéral a voté à maintes reprises contre la légalisation et il souhaite d’abord faire l’essai de nouvelles approches à la règlementation. De nouvelles initiatives externes au milieu politique sont également soumises. L’association « Légalisez-le ! » en a d’ailleurs lancé une qui connaît un timide départ et elle a absolument besoin d’appuis.

Commentaires

Laissez un commentaire ici.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.
Read More
Read More
Read More