420 : d’où provient ce nombre, quel est son avenir ?

Bien des cultures désignent une journée de l’année en l’honneur de leur identité. Pour les passionnés du cannabis, le 20 avril est jour de fête. Mais à défaut d’avoir été choisie comme telle, la désignation de cette journée est le résultat d’une évolution. Longtemps, les origines de cette célébration étaient inconnues. Que représente le 420 ?

Si vous êtes un amoureux du cannabis, vous êtes sûrement au courant de son association au nombre 420 (que l’on prononce « quatre/vingt » et non « quatre cent vingt ») et par extension, à la date du 20 avril qui s’écrit 4/20 dans le calendrier américain. Mais pourquoi les consommateurs de cannabis ont-ils adopté ce nombre magique ?

Il existe plusieurs théories : il s’agit de l’anniversaire de Bob Marley (non) ; c’est le code policier pour signaler la consommation de cannabis (non) ; il provient de la chanson de Bob Dylan « Rainy Day Women #12 & #35 » qui contient la ligne « everybody must get stoned » et dont le produit de 12 multiplié par 35 est 420 (drôle de coïncidence, mais non) ; c’est le nombre de composés chimiques contenus dans le cannabis (non, bien qu’ils ne soient pas tous découverts…) ; il représente l’heure du thé aux Pays-Bas (l’heure du thé aux Pays-Bas ? Non). Alors d’où provient donc cette tradition du 420 ?

Les origines du 420

En fait, c’est en 1971 que le nombre 420 a pris sa signifiance, lorsqu’un groupe d’amis de San Rafael en Californie ont entrepris de découvrir une opération de culture guérilla abandonnée. Ils avaient prévu se rencontrer après l’école à 16 h 20 près d’une statue de Louis Pasteur, ce qu’ils ont abrégé à « 420 Louis ».

Leurs recherches se sont poursuivies durant un certain temps, ils ont cessé d’utiliser le Louis, et éventuellement, selon le contexte et l’inflexion, « 420 » a commencé à revêtir une signification linguistique pour tout ce qui était lié au cannabis. Les Waldos, surnom que le groupe s’était donné parce qu’ils aimaient bien s’asseoir sur un mur, n’ont jamais trouvé l’opération de culture, probablement parce qu’ils aimaient trop fumer durant leurs recherches.

Statue de Louis Pasteur

L’usage du terme s’est ensuite répandu auprès d’un groupe beaucoup plus important, composé d’une grande proportion d’amateurs de cannabis : les Deadhead. Un des Waldos ayant un lien familial avec un membre des Grateful Dead, le terme a été adopté par le groupe et leurs fans qui avaient l’habitude de se regrouper dans des parcs de stationnement avant les concerts. C’est au cours de l’un de ces rassemblements qu’un Deadhead a passé à Steve Bloom, un reporteur de la revue américaine High Times, une annonce faisant référence au nombre 420.

High Times adopte le 420

En 1991, High Times imprime ladite annonce. Le rédacteur en chef Steve Hagar adopte le nombre 420, et commence à l’utiliser à chaque occasion qui se présente ; lors de rencontres, lorsque sont organisées les cérémonies de la Cannabis Cup. Supposément, il fume sans faute à 16 h 20. Il s’attribue le mérite d’avoir transformé le nombre en « phénomène international », malgré le fait que ce nombre avait déjà été adopté par une immense base de fans à l’échelle mondiale depuis déjà 20 ans avant que ce dernier le découvre.

Bloom, quant à lui, fait preuve d’un peu plus de réserve : « nous avons affiché l’annonce et avons ensuite constaté que les gens commençaient à s’y référer. Ce n’était pas vraiment le High Times qui a tout commencé, dit-il, nous n’avons pas poussé le terme si fort, nous ne l’avons qu’adopté. »

4/20, UNGASS et la Marche mondiale pour le cannabis

Au tournant du siècle, les célébrations 420 du 20 avril sont déjà largement populaires et cette journée est internationalement dédiée au cannabis : c’est l’occasion idéale pour contester le statut illégal de la plante. Cependant, un autre événement en l’honneur du cannabis – la Marche mondiale pour le cannabis – a partiellement usurpé et récupéré ces célébrations.

Depuis 1992, cet événement de protestations beaucoup plus global et solidement organisé se tient dans plus de 800 villes de 72 nations différentes, habituellement le premier samedi de mai, probablement en raison du fait que le 20 avril tombe souvent un jour de semaine.

Une foule de pays participants a tenu une marche le 20 avril 2016 qui coïncidera avec la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies (UNGASS) sur le problème mondial de la drogue. Pour la première fois depuis 1998, les Nations Unies se pencheront sur les problèmes qu’entraine la guerre contre les drogues, plusieurs d’entre eux étant la conséquence directe de leur ancienne position promouvant « l’élimination totale et mondiale des drogues ».

Global Marijuana March 2013 à Vancouver

Il est intéressant que cette Assemblée se tienne les 19, 20 et 21 avril, bien que le choix de ces dates ne soit probablement pas un clin d’œil à la culture des drogues ! Cependant, durant les décennies qui ont suivi l’usage exclusif du terme par les Waldos, le nombre 420 s’est graduellement mais certainement infiltré dans la culture populaire.

On peut lire dans le Huffington Post qu’ « en 2003, lorsque la législation de la Californie a codifié la marijuana médicale approuvée par les législateurs, la loi a été appelée SB420. “Nous avons cru que c’était le travail d’un employé de Mark Leno (principal parrain de l’Assemblée), mais personne n’a jamais officiellement fait de confession’’, partage Steph Sherer, fondatrice de Americans for Safe Access, une organisation qui a exercé des pressions en faveur de la loi. Les employés du département de la législation en Californie auxquels nous avons parlé affirment que la désignation 420 demeure un mystère… »

420 s’inscrit dans la culture de masse

Alors que le cannabis s’inscrit de plus en plus dans la culture de masse, le nombre 420 est également popularisé. Il a déjà fait de nombreuses apparitions au cinéma. Dans Pulp Fiction, certaines des horloges (mais pas toutes, comme le veulent les rumeurs) sont réglées à 4 h 20. Dans le film Fast Times at Ridgemont High, on peut lire le pointage  42 – 0  sur le tableau de résultats de football. Un épisode de Family Guy au sujet de la consommation de cannabis est intitulé 420. Il existe un groupe de musique appelé 420, des albums et des listes d’écoute intitulés 420, ainsi qu’un petit livret charmant appelé « Le Code 420 », qui semble représenter le Tao des stoners.

Le nombre 420 est aussi un mythe qui se perpétue par lui-même. Craig’s List est rempli d’annonces de gîtes et de collocations « 420-friendly », c’est à dire qui accueillent les consommateurs de cannabis. La borne qui indique le 420e mile le long de l’Interstate 70 a été volée tant de fois que le département des Transports du Colorado a finalement changé le nombre pour 419,99. Récemment, lorsque Snoop Dogg qui voulait révéler où il se trouvait a accidentellement saisi le mot clé Bogata, Roumanie, au lieu de Bogota, Colombie, une photo montrant la clôture de la maison no 420 d’un petit village a été largement partagée.

Nike Dunk High Skunks

Le 20 avril 2010, Nike a sorti le modèle peut-être le plus tendance de toute sa série de chaussures d’entraînement inspirée de 420, le Nike SB Dunk High Skunks. Ces baskets sont faites de suède de deux teintes de vert, elles arborent un logo Nike mauve, et une moufette est imprimée sur la semelle intérieure – un autre « code » pour le cannabis si fermement établi qu’il perd toute clandestinité. En 2013, Nike a ensuite sorti les LeBron 9 “420”s, faits d’un matériel aux motifs psychédéliques affichant des feuilles de cannabis.

Quels sont les événements 420 qui se dérouleront près de chez vous? Dites-nous ce que vous pensez de 420 dans la section ci-dessous – est-ce que c’est une date importante, un concept dépassé, quelque chose d’amusant, un événement historique ? Partagez également les événements auxquels vous voulez assister, et revenez vite consulter notre blogue pour voir ce que prépare Sensi Seeds.

Comments

0 réflexion sur “420 : d’où provient ce nombre, quel est son avenir ?”

  1. On attend le 20 avril 2016 avec impatience. Ce devrait être une grande fête internationale. Le cannabis, une plante qui a le pouvoir de réunir les peuples.

  2. Christelle Bance

    MARIJUANA : quelle plante magnifique avec ce pouvoir si puissant !! Celui de rassembler tant gens à l’échelle internationale !!! Legalize it !! Et vite !! ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
Retour haut de page