Black Domina : Avec la puissance de quatre indicas de cœur

Black Domina : Avec la puissance de quatre indicas de cœur

Depuis 1996, l’hybride tout indica Black Domina s’impose sans merci comme une puissante et superbe indica avec sa floraison rapide, son rendement généreux et son arôme des plus exquis. Le Doc est tombé sous son charme et l’a fait pousser dans son studio de culture pour procéder à un test de culture. Cette histoire de variété vous raconte sa rencontre avec la Black Domina.

Présentation du cultivateur

Le Doc est un vétéran de la culture de cannabis qui possède un pouce des plus verts. Après quatre décennies de pratique, il a développé de solides compétences et une expertise approfondie. Largement admiré pour ses extraordinaires et majestueuses plantes couvertes de gros buds de la tête au pied, son savoir-faire en culture de cannabis lui a valu une réputation mondiale. Son surnom reflète sa capacité de s’occuper à la perfection des plantes sous ses soins, de répondre à tous leurs besoins, et en cas de (rares) problèmes, de poser un diagnostic précis et de régler le problème.

Alors que le Doc feuilletait le catalogue Sensi Seeds, la Black Domina a retenu son attention. Incapable de détourner son regard de sa photo, il a soudain entendu une forte voix dans sa tête lui ordonnant « cultive-moi, maintenant ! »…

Narcotique vert-noir de puissance indica quadruple

Black Domina : Avec la puissance de quatre indicas de cœur

Depuis un bon moment, il se sentait attiré par cette variété, et maintenant qu’il s’apprêtait à entamer un nouveau cycle de culture, la Black Domina le tenait sous son charme. En un clin d’œil, il a commandé des graines féminisées, et en attendant qu’elles arrivent, il s’est renseigné sur le site de Sensi au sujet de la Black Domina. Lancé en 1996 par Sensi Seeds, cet hybride conjugue les pouvoirs des quatre meilleures indicas de tous les temps – Northern Lights, Ortega Indica, Hash Plant et une Afghane spéciale appelée « SA » – donc la Black Domina possède la puissance de quatre indicas de cœurs !

De ce quadrige est né un cultivar 95 % indica dont le vert de son feuillage se classe parmi les plus foncés de toutes les variétés de cannabis au monde, ayant le potentiel d’être presque noir. La Black Domina se développe en différents phénotypes favorables, tous exhibant des caractères à dominance indica tels une forme robuste et touffue, une floraison rapide (50 à 55 jours), de gros buds bien serrés et une copieuse production de glandes de résine.

Facile à cultiver, elle est la compagne idéale pour tout type de jardinier, du débutant à l’expert. Comme elle a le potentiel de donner de grosses récoltes et qu’elle termine sa floraison en vitesse, elle est aussi une bonne variété pour les producteurs commerciaux. Avec un tel nom, on s’attend naturellement à ce que cette variété soit puissante, et la Black Domina ne vous décevra certainement pas à cet égard – son effet engourdissant d’indica est si fort qu’il tombe presque dans la catégorie des narcotiques. Elle peut facilement vous endormir si vous ne vous attendez pas à être assailli avec autant de force.

Cependant, les gens qui souffrent d’insomnie se réjouiront de ce type d’effet. La Black Domina possède également d’excellentes propriétés médicinales pour soulager la rigidité musculaire et la douleur, par exemple. La complexité de son parfum et de son goût est si particulière qu’on la reconnaît sans erreur une fois qu’on y goûte : un mélange d’agrumes piquants et de notes terreuses typiques des Afghanes, avec un soupçon de mures et de poivre noir. Les connaisseurs reconnaîtront l’après-goût distinct du haschisch noir.

Deux dominas noires aux courbes voluptueuses : Emma et Carmen

Une fois les graines de Black Domina arrivées, l’aventure a commencé. Après 2,5 jours, les graines avaient germé avec succès. Au cours des trois semaines de croissance végétative auxquelles elles ont eu droit, elles se sont toutes deux développées de la même manière, en des plantes indicas compactes et touffues.

La seule différence s’est trouvée dans la forme des feuilles, l’une d’elles ayant des feuilles plus étroites que l’autre. Lorsque la floraison a été déclenchée en faisant passer le cycle d’éclairage à 12/12, elles mesuraient 34 et 37 cm. Le Doc était stupéfait : « Déjà, j’aime beaucoup cette variété. Une indica de croissance vigoureuse dès le départ sans la lenteur précoce qui marque parfois d’autres variétés indicas ». Il a décidé de nommer ses deux Black Domina Emma et Carmen. Cinq semaines après que les premières fleurs sont apparues, le Doc a fait état « d’un facteur d’allongement de presque 100 %, ce qui est surprenant.

Encore mieux, Emma et Carmen exhibent déjà de voluptueuses courbes à ce stade. Parmi les branches latérales buissonnantes apparaissent d’épais amas de fleurs avec un grand ratio calice/feuilles, et des masses de pistils blancs émergent des fleurs. Le bling-bling est aussi au rendez-vous, les fleurs sont toutes scintillantes de trichomes. L’odeur devient de plus en plus intense et complexe, ce qui donne une très bonne idée de la sapidité éventuelle des buds ».

Deux prestigieuses dominas super aromatiques et dégoulinantes de résine

Black Domina : Avec la puissance de quatre indicas de cœur
Achetez ici

Les buds ne cessaient de prendre du volume et de devenir de plus en plus résineux et odorants, si bien qu’après sept semaines de floraison, les plantes étaient parvenues à maturité. A sa 55e journée de floraison, Emma était dans les temps. Carmen a fleuri un peu plus longtemps ; 59 jours au total avant de parvenir à la fleur de l’âge. Vers la fin de la maturation, les feuilles d’ombrage d’Emma étaient devenues vert pâle, mais au moins, ses feuilles gorgées de sucre avaient conservé leur apparence foncée.

Carmen pour sa part s’était parée d’un feuillage complètement vert foncé, comme une vraie domina. Elle était aussi un peu plus résineuse, bien que les buds d’Emma étaient aussi lourdement incrustés de cristaux. En matière de fragrance, les deux plantes dégageaient un parfum presque similaire. Comme l’avait décrit Sensi, leur parfum conjuguait le fruité-piquant et le poivré, avec des notes de fond terreuses, héritage des Afghanes oldschool. La dimension finale d’Emma était 63 x 63 cm, faisant d’elle « une domina voluptueuse bien carrée », comme l’a décrit le Doc. Carmen aussi était presque aussi large que haute, avec une hauteur finale de 58 cm.

Les deux Black Dominas ont produit des buds solides comme du roc – avant et après le séchage. La balance indiquait 213 grammes, et le Doc s’est écrit : « ces deux dominas sont de sensationnels poids lourds, de si petites tailles avec un rendement si élevé, incroyable ». Il a aussi été surpris de découvrir que l’odeur des buds était définitivement plus sucrée après le séchage, « une douceur florale très semblable au parfum des violettes – une odeur que je n’ai encore jamais remarquée dans des fleurs de cannabis. Mais sous cette douceur superficielle demeurent bien perceptibles la sapidité et le piquant ».

Vaporiser la Black Domina : « Rien ne va plus ! »

Le Doc était heureux et impatient lorsqu’il a posé ses lèvres sur le bec de son vaporisateur Mighty pour découvrir la puissance et la saveur d’un demi-gramme de Black Domina. Dès la première bouffée, il a senti un picotement poivré envahir ses voies nasales alors que sa bouche s’est emplie d’une succulence sucrée et concentrée s’accumulant par couches épaisses en vertu de l’intensité et de la persistance hors du commun de l’après-goût. À la deuxième bouffée, l’aventure allait commencer. La Black Domina a commencé à exercer son imposant pouvoir d’indica et le Doc a senti sa tête et son corps devenir mous comme de la cire.

Des colonnes de vapeurs s’élevaient de son vaporisateur pour aller s’accumuler dans sa tête en un épais brouillard léthargique, le contraignant à fermer les yeux. Le stone puissant de la Black Domina venait de lui tomber dessus comme une roche, et le Doc a été pris d’une irrésistible envie de se coucher. « Rien ne va plus ! », voilà ce qu’il s’est dit juste avant de sombrer dans un sommeil profond et long. Ce même scénario s’est répété le soir suivant avec Emma.

Le Doc a conclu que « la Black Domina s’est montrée complètement à la hauteur de son nom. Pleine de force indica, avec la puissance de quatre cœurs, elle m’a jeté dans un stone sans merci. Elle a eu la meilleure note dans toutes les catégories : croissance et floraison, rendement, puissance, odeur et saveur. Tous mes remerciements vont à Sensi Seeds pour avoir créé cette imposante indica ! »

Données de culture :

GénétiqueBlack Domina (Northern Lights x Ortega x Hash Plant x SAD)
Stade végétatif3 semaines (après la germination)
Stade de floraison 55 et 59 jours / 50-55 jours en moyenne
Médium de croissanceTerreau Plagron Grow Mix, contenants de 11 litres
pH6,2-6,6
CE1,2–1,8 S/m
EclairageJusqu’à 12 x SANlight S4W = 1680 watts
Température18-28°C
Humidité atmosphérique40-60%
IrrigationA la main
EngraisSolution liquide Organic Bloom (Green Buzz Liquids)
Additifs/stimulantsMore Roots, Humin Säure Plus, Big Fruits, Fast Buds et Clean Fruits (Green Buzz Liquids)
Hauteurs58 et 63 cm
RendementEnsemble, 213 g
  • Disclaimer:
    Les lois et règlements régissant la culture du cannabis différent d’un pays à l’autre. Ainsi, Sensi Seeds vous recommande fortement de vérifier les lois et règlements de votre région. Ne contrevenez pas à la loi. 

Comments

1 réflexion sur “Black Domina : Avec la puissance de quatre indicas de cœur”

  1. Ronan BEZOUH

    Bonjour,
    Un petit « détail » me surprend dans ces données de culture.
    12 Sanlights S4W pour un total de 1680 watts me paraissent beaucoup pour seulement deux plants , même s’agissant de Black Domina.
    Mais peut être que je me trompe et que ma compétence n’atteint pas celle de Mr LE DOC.
    Bonne continuation à toute l’équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
Retour haut de page