by Seshata on 23/04/2015 | Culture

Comment faire fleurir un plant de cannabis

Culture Une floraison réussie des plants de cannabis constitue l'un des aspects les plus délicats de la culture du cannabis. Lors de cette étape décisive, un soin minutieux doit être apporté aux plants pour qu'ils produisent de bonnes récoltes. Trouver le bon équilibre est plus que jamais essentiel, les erreurs pouvant s'avérer plus difficiles à corriger.


Quels facteurs entraînent la floraison des plants de cannabis ?

Le cannabis est généralement une plante nyctipériodique (ou de jour court), c’est-à-dire qui commence à fleurir lorsque les heures d’ensoleillement baissent de façon notable ; dans un environnement extérieur naturel, la floraison survient lors du passage de l’été à l’automne. Les plants commencent habituellement à fleurir environ un mois avant l’équinoxe d’automne et peuvent généralement être récoltés vers la fin du mois d’octobre (dans l’hémisphère nord). Pour certaines variétés à floraison longue, la récolte n’est possible que vers la fin novembre, début décembre, si le climat est suffisamment chaud.

La floraison en intérieur peut être provoquée par la régulation du nombre d’heures de lumière.
La floraison en intérieur peut être provoquée par la régulation du nombre d’heures de lumière.

Cette dernière affirmation est valable pour la plupart des variétés commerciales de cannabis, notamment les variétés qui contiennent une proportion importante de gènes « indica », c’est-à-dire qui proviennent de plantes indigènes des régions de montagne de l’Inde et de l’Afghanistan, où les étés sont généralement chauds et ensoleillés et les hivers froids et sombres. Elles se sont ainsi adaptées de façon à atteindre leur pleine maturité et fleurir avant l’arrivée du froid hivernal et dépendent beaucoup de la variation de la longueur des jours pour déclencher la floraison.

Souches sativa et ruderalis

Le cannabis, principalement de souche « sativa » ou « ruderalis », peut fleurir selon des règles quelque peu différentes. La souche ruderalis adaptée au froid fleurit automatiquement, en réponse à un ensemble de déclencheurs génétiques activés en fonction de la maturité de la plante plutôt que de la photopériode (heures d’ensoleillement). Les souches sativa tropicales peuvent également fleurir automatiquement, bien que les mécanismes génétiques expliquant ce phénomène soient complexes et encore partiellement inexpliqués.

Dans le cas des variétés ruderalis, les plantes disposent d’un cycle de vie plus court, car les températures et l’intensité lumineuse sont simplement trop basses pour permettre leur survie sur une plus longue période de l’année. Elles doivent pousser et fleurir vite en l’espace d’une saison (fin du printemps/été). La dépendance envers le changement saisonnier pour déclencher la floraison ne constitue donc pas une stratégie d’évolution. Les plantes capables de fleurir automatiquement et de produire des graines avant de sécher au début de l’automne froid du nord sont plus adaptées et se sont établies dans ces environnements au fil des millénaires.

Avec les variétés sativa tropicales, l’absence de variation climatique permet à la plante de pousser sur presque une année et les déclencheurs environnementaux tels que les changements de photopériode sont moins marquants, même s’ils existent bien et si leur existence contribue à préserver le cycle de vie quasi-annuel du cannabis dans ces environnements. Par conséquent, dans leur habitat naturel, les variétés sativa peuvent végéter paisiblement pendant plusieurs mois avant de fleurir ; leur floraison est en partie due à des facteurs environnementaux et dépend en partie de la maturité de la plante.

Floraison de plants de cannabis en intérieur

Si la plante pousse en intérieur, il est généralement possible de contrôler très précisément la floraison en modulant l’éclairage. Les cultivateurs de cannabis en intérieur offrent généralement 18 à 24 heures de lumière par jour aux plantes pendant la période de croissance végétative et descendent à 12 heures pour déclencher la floraison. Certains cultivateurs augmentent progressivement les heures d’obscurité pendant 2 à 3 semaines pour reproduire au plus près le cycle extérieur.

Certaines variétés fleurissent sans stimulus extérieur.
Certaines variétés fleurissent sans stimulus extérieur.

Certains cultivateurs procurent même aux plantes 24 à 48 heures ininterrompues d’obscurité complète pour déclencher la floraison, avant d’entamer le cycle 12/12. Ce processus est supposé contribuer à une transition rapide vers la floraison, puisque la formation de florigène (« l’hormone de la floraison ») est supposée se produire essentiellement la nuit. Comme c’est souvent le cas avec un grand nombre de récits de cultivateurs largement acceptés, peu de données scientifiques viennent appuyer cette thèse. Toutefois, des études sur des périodes d’obscurité provoquée de 16 heures maximum pour les plantes de jour court ont été menées et n’ont montré aucun effet néfaste.

Floraison de plants de sativa et de ruderalis en intérieur

Dans le cas d’une culture de variétés à dominante ruderalis en intérieur, il est possible d’offrir aux plantes 18 à 24 heures d’ensoleillement constant tout au long de leur cycle de croissance. Elles commencent alors à fleurir lorsqu’elles atteignent environ 50 cm de hauteur (certaines plantes dites « super-autos » peuvent atteindre 90 à 100 cm de hauteur).

Dans le cas des variétés à dominante sativa, les cultivateurs suivent généralement le système 18/6 et 12/12 et offrent parfois aux plantes seulement 10 heures de lumière et jusqu’à 14 heures d’obscurité par jour. Des rapports anecdotiques suggèrent que des heures d’obscurité supplémentaires augmentent la vitesse de floraison et réduisent le temps de floraison global. Si vous optez pour un cycle 10/14, il est préférable de commencer la floraison à 12/12 et de descendre à 10/14 sur une période d’environ un mois.

Le cycle des saisons régule normalement la floraison d’une plante de cannabis.
Le cycle des saisons régule normalement la floraison d’une plante de cannabis.

Il est également possible de suivre un cycle 12/12 (plus ou moins) pendant toute la durée du cycle de vie de la plante ; en général, les variétés sativa fleurissent dans ces conditions après 3 à 4 mois de croissance végétative. Cependant, une période d’ensoleillement d’environ 18 heures pendant la période végétative peut augmenter le taux de croissance de la plante et accélérer sa maturation. La floraison des plantes peut alors commencer plus tôt lorsque l’éclairage passe à au moins 12 heures d’obscurité.

Température et humidité pendant la floraison

Lorsque les plants de cannabis sont en phase de croissance végétative, ils peuvent généralement supporter des températures plus élevées que pendant la phase de floraison. En phase de croissance végétative, le maintien d’une plage de température diurne comprise entre 24 et 32 °C est considérée comme idéale ; pendant la floraison, il est préférable de ne pas exposer les plantes à des températures supérieures à 28 °C, même si certaines souches peuvent supporter des températures plus élevées, notamment celles issues d’une lignée tropicale.

La différence entre les températures diurnes et nocturnes entre également en ligne de compte pendant la floraison. Une différence plus importante est considérée comme bénéfique pour le déclenchement de la floraison ; elle reproduit les journées encore chaudes et les nuits bien plus froides qui caractérisent généralement le début de l’automne. On estime que la différence optimale doit être de 8 à 10 °C ; ainsi, si vous maintenez les plantes à 28 °C pendant la journée, la température doit être de 18 à 20 °C pendant la nuit.

Les conditions environnementales sont cruciales à la production d’une culture.
Les conditions environnementales sont cruciales à la production d’une culture.

L’humidité doit être légèrement réduite pendant la floraison, notamment pendant les dernières phases ; lorsque les fleurs deviennent plus denses, elles sont plus sensibles à la moisissure. Pendant la période végétative, l’humidité doit également être maintenue autour de 60-70 %, puis réduite à 40-50 % pendant la floraison. Là encore, les souches tropicales qui présentent des structures de fleurs légères et aériennes résistent souvent à une humidité largement supérieure, jusqu’à 70 %, pendant la floraison.

Il est généralement conseillé d’arroser peu mais fréquemment pendant la floraison. Si le système racinaire de la plante reçoit trop d’eau, le milieu de culture restera humide et augmentera le taux d’évaporation. En conséquence, le contrôle de l’apport en eau permet de contrôler l’humidité, tout en évitant d’autres problèmes tels que le pythium (pourrissement des racines) et le botrytis (moisissure grise). Cela dépend toutefois du milieu utilisé, puisque certains milieux conservent mieux l’humidité que d’autres et nécessitent un arrosage moins fréquent de quantités d’eau plus importantes.

 

Commentaires

Laissez un commentaire ici.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.
Read More