Quel est le meilleur aménagement de culture intérieure de base ?

Comment aménager un espace de culture intérieure de base ? Lisez nos conseils pour obtenir les meilleurs buds qui soient.

Pour un consommateur de cannabis, passer de la culture extérieure à l’aménagement d’un espace de culture intérieure de base représente une étape importante. En effet, la culture extérieure est une méthode répandue et relativement facile si vous habitez sous un climat clément : il suffit de mettre en terre quelques graines germées, d’arroser, de récolter, de faire sécher vos fleurs, de les consommer et de répéter. Les cultivateurs peuvent se sentir dépasser par les difficultés souvent associées à la culture intérieure.

1. Choisissez l’emplacement de votre installation de culture intérieure de cannabis

Si vous voulez garder votre aménagement à un minimum, choisissez un endroit suffisamment grand. Si vous n’avez pas beaucoup d’espace, vous pouvez toujours opter pour la méthode de Screen of green, de Sea of green ou la micro-culture, mais sachez que vous aurez besoin de matériel spécialisé et souvent cher, et de beaucoup de temps. C’est exactement ce que nous tentons d’éviter, alors voyons quelles devraient être vos priorités !

Estimez l’espace maximal qu’occuperont vos plantes

Essayez de prévoir, même approximativement, la taille qu’auront vos plantes. Cela dépendra de la variété de cannabis que vous choisirez, ainsi que de l’ampleur des soins que vous apporterez à vos plantes. Rappelez-vous que l’endroit choisi devra pouvoir contenir des plantes matures, c’est-à-dire complètement développées, en diamètre et en hauteur.

Par exemple, si votre baignoire est suffisamment grande, et que vous préférez prendre des douches, vous pourriez très bien placer une plante à l’extrémité de votre baignoire, ce que plusieurs personnes font. Lisez attentivement les caractéristiques de croissance des plantes, leur hauteur moyenne, et sortez votre ruban à mesurer.

Une tente ou chambre de culture de base

Déterminez si votre espace de culture devra être à l’abri de la lumière

Peu importe si vous optez pour la baignoire ou tout autre recoin de votre maison, assurez-vous de choisir un endroit à l’abri de la lumière, surtout en période de floraison. Aucune lumière ne doit pénétrer lorsque vos plantes sont dans leur « cycle d’obscurité » ; ni celle provenant des lampadaires extérieurs ni celle qui s’infiltre sous la porte. Les garde-robes ou les petites pièces fermées sont très appréciées des cultivateurs d’intérieur.

Si vous ne disposez d’aucun espace obscur, c’est peut-être une bonne idée d’acheter une tente, ou une chambre de culture. Ces installations offertes en différentes tailles sont parfaites pour la culture intérieure de base.

Combien de plantes allez-vous cultiver?

Déterminez le nombre maximal de plantes que pourra contenir votre chambre/garde-robe/recoin. Par exemple, si vous envisagez d’acheter un paquet de 10 graines de notre magnifique et généreuse Big Bud régulière, assurez-vous que votre espace peut effectivement contenir dix plantes. Quelques graines pourraient ne pas germer, et ce ne sont pas les dix plantes qui seront des femelles. Mais que feriez-vous de sept plantes femelles avec pour seul espace une cabine de douche ? Bien sûr, la communauté cannabique étant d’une générosité sans pareille, vous trouverez certainement quelqu’un qui s’occupera de vos rejetons de trop. Si vous voulez garder quelques graines pour la prochaine saison, vous pourriez plutôt investir dans l’achat de graines de Big Bud féminisées. De manière générale, allez-y avec des graines féminisées ou automatiques qui vous permettent de prédire le nombre de plantes matures que vous devrez entretenir.

2. Choisissez votre type d’éclairage intérieur

En culture d’intérieur, vous devez fournir à vos plantes la lumière à l’aide d’une source artificielle. Il existe plusieurs types d’éclairage pour la culture. Voici les éléments à garder en tête lorsque vous ferez votre choix.

Quel est le budget réaliste?

Les lampes fluorescentes compactes (LFC) sont la solution la plus économique en matière d’éclairage de culture d’intérieur. En comparaison avec les ampoules aux halogénures métalliques (MH), les LFC sont moins énergivores et durent plus longtemps. Cependant, si vous prévoyez effectuer plusieurs récoltes par années, la différence entre les deux types d’éclairage devient mince, surtout si on considère que les halogénures sont beaucoup plus efficaces en période végétative.

Les lampes à sodium à haute pression (HPS), souvent utilisées en période de floraison, dégagent plus de chaleur. En fonction de votre installation, cela peut constituer ou non un avantage : si votre espace de culture est limité en hauteur, n’optez pas pour ce type d’éclairage qui pourrait nuire aux plantes qui poussent en hauteur et s’approchent trop près de l’ampoule.

Si vous voulez investir dans un type d’éclairage plus coûteux à l’achat, mais plus rentable à long terme parce que vous n’aurez pas besoin de le remplacer ou de l’améliorer durant plusieurs saisons, allez-y avec les DEL (diodes électroluminescentes). Attention ! N’achetez pas les moins chères, et prenez connaissance des commentaires d’acheteurs avant de faire votre choix.

Avez-vous des exigences en matière de performance ?

Le budget est une chose, mais assurez-vous aussi de ne pas être déçu par votre achat. Les LFC constituent l’option de base ; les « fèves et le riz » de l’éclairage. Outre le facteur budget, pensez aussi à la qualité de la récolte à laquelle vous aimeriez parvenir : les DEL représentent actuellement une révolution, alors en assumant que vous en avez acheté de qualité moyenne, au moins, vos semis devraient recevoir un éclairage adéquat leur permettant de se développer et d’être en santé.

Faites tout de même vos propres recherches ! Cliquez ici pour obtenir des détails techniques sur les différents types d’éclairage.

Pensez à investir dans un réflecteur

Un réflecteur sert à réfléchir la lumière provenant de votre lampe vers vos plantes au lieu qu’elle aille se perdre un peu partout dans la pièce. Cette pièce d’équipement procure un éclairage plus brillant et plus puissant sans accroître la consommation électrique ni le nombre d’ampoules/lampes requis. Comme nous visons un aménagement *de base*, vous ne devez pas à tout prix vous procurer un réflecteur, surtout si le nombre total de plantes est bas ou/et proportionnel à la superficie couverte par votre système d’éclairage.

Nombreux sont les cultivateurs qui utilisent des LFC ou des halogénures (MH) durant la phase végétative et passent aux HPS lorsque les plantes commencent à fleurir. Si vous en avez les moyens, c’est une bonne façon de faire. Sinon, achetez le type d’éclairage le plus approprié pour la floraison et utilisez-le tout au long du cycle de vie de vos plantes.

Il est certain que certains régimes d’éclairage améliorent la qualité de votre récolte, mais tout type de lampe est suffisant pour que vos plantes poussent et fleurissent. N’ayez pas peur de commencer par la base puisque le résultat obtenu vous servira de point de comparaison : pour les cultures suivantes, vous améliorerez votre aménagement. De plus, garder les choses à un minimum est un bon moyen de comprendre ce qui ne va pas, d’ajuster vos méthodes. En ce qui concerne les réflecteurs, vous n’avez pas besoin d’en acheter séparément : ils sont généralement inclus dans les « ensembles d’éclairage pour croissance » et les « ensembles d’éclairage pour floraison ».

3. Faites en sorte que votre aménagement intérieur respecte les voisins

Il est recommandé d’atténuer les odeurs, pour vos voisins ou pour vous-même. Voilà pourquoi certains de ces accessoires pourraient vous être utiles.

Un filtre au charbon

On peut munir les chambres ou les tentes de culture d’un système d’évacuation des odeurs. Vous aurez besoin d’un conduit, d’un filtre au charbon et d’un ventilateur de taille appropriée au conduit. Le but est de ventiler les odeurs provenant de vos plantes vers un endroit sécuritaire – c’est-à-dire, loin du système de climatisation de votre voisin.

Ce qui est le plus important, c’est d’avoir un filtre et un ventilateur de même taille. Lors de l’achat de votre filtre au charbon, portez une attention à sa capacité : le nombre de pieds cubes par minute d’air qu’il peut filtrer. Pour un système optimal, le ventilateur et le filtre devraient avoir la même capacité de filtration. Mais ne vous inquiétez pas trop de ce détail, comme c’est le cas dans les systèmes d’éclairage, les systèmes de filtration sont aussi vendus en ensemble.

Produits pour assainir l’air

Si vous ne pouvez pas installer de système d’évacuation des odeurs, vous pouvez toujours dissimuler les odeurs en utilisant des produits pour assainir l’air. Les boutiques de culture en vendent plusieurs conçus exactement à cet effet. Si vous préférez une approche plus naturelle, faites pousser à proximité de vos plantes de cannabis des plantes odorantes (mais pas à l’intérieur même la chambre de culture), la lavande par exemple, qui dissimuleront un peu les odeurs.

4. Suivez le courant

Arrosez-moi !

Même si vos plantes poussent à l’intérieur, elles ne sont pas à l’abri des nuisibles, d’une humidité excessive ou de tout autre problème de culture. N’allez cependant pas acheter tous les produits qui existent sur le marché ; vous n’avez qu’à apporter les soins adéquats à vos plantes, à être attentif à leur condition et l’apparition de signes indicateurs d’un problème.

Votre premier aménagement de culture intérieure est crucial puisque c’est grâce à ces premiers essais que vous allez apprendre les rudiments pour éventuellement cultiver vos plantes avec de plus en plus d’expertise, ce qui vous donnera des récoltes de buds de qualité exceptionnelle.

Si vous ne savez pas encore quelle variété cultiver, consultez notre focus SPÉCIAL sur une variété de cannabis : Feminized Mix. C’est peut-être une bonne idée de ne pas trop remplir votre espace de culture, et d’y cultiver différentes variétés aux saveurs originales, le tout, en gardant les coûts à un minimum !

Avez-vous d’autres conseils à donner à ceux qui veulent aménager leur premier espace de culture intérieure ? Partagez-les dans notre section de commentaires.

  • Disclaimer:
    Les lois et règlements régissant la culture du cannabis différent d’un pays à l’autre. Ainsi, Sensi Seeds vous recommande fortement de vérifier les lois et règlements de votre région. Ne contrevenez pas à la loi. 

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
Retour haut de page