Ventilation dans la chambre de culture : calculer vos besoins

Plante de cannabis poussant à l'intérieur sous les lumières UV violet et avec un ventilateur

Des plantes en santé donnent de belles récoltes, et l’une des choses les plus importantes à considérer en culture de cannabis est la ventilation. Les chambres permettent une culture toute l’année, mais sans ventilation suffisante, les plantes seront sujettes aux problèmes. Examinons l’importance de la ventilation et de son impact sur le cannabis.

Pourquoi faut-il ventiler les chambres de culture ?

À l’extérieur, les plantes de cannabis sont constamment exposées aux éléments naturels, notamment, une brise constante et un approvisionnement continu en dioxyde de carbone. Par conséquent, les cultivateurs d’intérieur chercheront à recréer cet environnement naturel, et un bon système de ventilation est nécessaire. 

Les plantes de cannabis poussent à l'intérieur sur le fond blanc et un fan

Un système de ventilation adéquat assure un approvisionnement en air frais essentiel à la photosynthèse, régule la température et le taux d’humidité et prévient le développement de maladies et d’organismes nuisibles

Circulation d’air

Sans un approvisionnement constant en air frais, les plantes ne peuvent pas photosynthétiser et finiront par périr. La photosynthèse est le processus de conversion de l’énergie lumineuse en énergie chimique. Les plantes utilisent la lumière naturelle du soleil et le dioxyde de carbone pour produire les glucides essentiels, l’oxygène étant libéré sous forme de sous-produit.

Contrôle de l’humidité

Tout au long du cycle de croissance, la transpiration se produit naturellement, et les plantes de cannabis transpirent à travers leurs stomates et les cuticules des feuilles. Comme ce processus augmente le taux d’humidité à l’intérieur de la chambre de culture, il est essentiel d’échanger l’air. De cette façon, on empêche l’air de stagner, ce qui réduit les risques de pathogènes et de moisissures.

Température

Il est bien connu que les températures extrêmes et les changements importants d’humidité peuvent avoir une incidence considérable sur le rendement. Que vous utilisiez des lampes HPS ou DEL, une comme l’autre émet une chaleur excessive et échanger l’air permet d’éliminer la chaleur indésirable.

Prévention d’organismes nuisibles

De l’air vicié représente un environnement fertile pour la prolifération d’organismes indésirables, comme les pucerons, les tétranyques à deux points et les mouches du terreau. Réduire l’humidité et l’éliminer l’air vicié contribuent à créer un environnement moins favorable aux organismes nuisibles et aux maladies.

Ainsi, sans ventilation adéquate, il est évident qu’un manque d’air frais peut réduire le rendement potentiel tout en augmentant le risque de parasites et de maladies.

Les bases de la ventilation des chambres de culture

Plantes de cannabis poussant à l'intérieur d'une tente avec un ventilateur

La ventilation à l’intérieur de la chambre assure un approvisionnement constant en air frais tout en régulant la température, l’humidité, le bruit et les odeurs. En aspirant de l’air frais extérieur à l’intérieur de la chambre, les ventilateurs renouvellent l’air vicié et chaud tout en augmentant le niveau de dioxyde de carbone. Un système de ventilation comprend six principales composantes. Les voici en détail.

1. Ventilateur en ligne

Un ventilateur en ligne blanc sur fond blanc

Un ventilateur en ligne maintient un environnement stable et contrôlé dans la chambre de culture en régulant le débit d’air, la température, la distribution du dioxyde de carbone et l’humidité. Il est fixé soit au point d’entrée (aspiration) ou de sortie (extraction) du conduit. L’air frais est aspiré de l’extérieur et acheminé dans la zone de culture, ce qui fournit aux plantes une circulation d’air nécessaire pour distribuer une quantité adéquate de dioxyde de carbone (CO2) pour la photosynthèse. 

Pour une croissance optimale, le cannabis nécessite une température et un taux d’humidité précis. Les ventilateurs en ligne peuvent aider à éliminer l’air chaud, stagnant et humide en réapprovisionnant l’alimentation en air frais. La chaleur et l’humidité excessives peuvent augmenter le risque d’infestations ou de maladies comme le botrytis et le mildiou. Un bon courant d’air contribue également à renforcer les tiges des plantes, ce qui les rend plus en santé et les mène à produire de meilleures récoltes.

2. Ventilateur d’évacuation

Un ventilateur d'extracteur blanc sur l'arrière-plan blanc

Un ventilateur d’évacuation joue un rôle essentiel pour aider à contrôler et à réguler l’atmosphère à l’intérieur de l’espace de croissance. Les ventilateurs d’évacuation aspirent l’air contaminé de la tente de culture, lequel passe par le filtre au charbon d’être libéré à nouveau. Ils aident à contrôler la température dans la zone de culture, ce qui favorise une croissance saine. 

Les ventilateurs assurent aux plantes une circulation d’air constante en aspirant l’air frais et en expulsant l’air stagnant. Ils aident aussi à contrôler les odeurs grâce au filtre au charbon. Enfin, ils aident à éliminer l’excès d’humidité dans la chambre de culture, ce qui aide à réduire le risque de maladies et d’insectes indésirables.

3. Ventilateurs oscillants

Deux fans oscillants blancs et argentés sur le fond blanc

Les ventilateurs oscillants favorisent la circulation de l’air et maintiennent un microclimat stable dans une pièce de culture. Ces ventilateurs sont placés dans l’espace intérieur et aident à déplacer l’air dans la partie supérieure et inférieure de la canopée, tout en limitant l’accumulation d’air stagnant autour des plantes. 

Le faible courant d’air imite la brise naturelle, et les ventilateurs pivotent pour fournir une circulation d’air à la grandeur de la pièce. Ce léger courant d’air aide à renforcer les tiges des plantes et favorise une croissance saine.

4. Conduits

Dicting courbe en aluminium sur le fond blanc

Les conduits servent de canal pour éliminer l’air stagnant, l’humidité et la chaleur excessive, ce qui contribue à maintenir un environnement de croissance optimal. Ils sont régulièrement utilisés pour relier les ventilateurs d’évacuation aux filtres au charbon et sont plus efficaces pour les grandes chambres de culture. 

Ils sont le plus souvent faits d’aluminium, qui peut être facilement personnalisé. Pour assurer une circulation et une ventilation adéquates, il est essentiel de tenir compte de la taille et de la longueur du conduit et du volume de la tente. 

5. Filtre au charbon

Un filtre en carbone en métal sur l'arrière-plan blanc

Le filtre au charbon est essentiel pour les variétés ayant une forte odeur pendant la floraison : il aide à éliminer toutes les odeurs indésirables tout au long du cycle de croissance. Il s’appuie sur le principe d’absorption pour éliminer les composés aromatiques de l’air. Le carbone a une grande surface de contact : un gramme de carbone peut offrir une surface de contact de 3000 mètres carrés, ce qui neutralise l’odeur âcre des plants de cannabis.

Il existe deux principaux types de filtres au charbon : les filtres granulaires et à bloc. Les filtres à bloc sont principalement utilisés pour les activités de culture à grande échelle. Toutefois, pour les amateurs, le filtre granulaire est parfait pour les petites tentes et espaces de culture.

6. Accélérateurs

Les accélérateurs améliorent la circulation de l’air tout en maintenant une ventilation, une température et un taux d’humidité adéquats dans la chambre de culture. Ils assurent une circulation d’air suffisante à travers la canopée et le feuillage inférieur, ce qui limite le développement de botrytis et la prolifération d’organismes nuisibles en éliminant l’air stagnant indésirable. Il est essentiel de tenir compte de la superficie de la chambre de culture, du nombre de plantes cultivées et de l’équipement utilisé avant de choisir un accélérateur. 

Que signifie le pied cube par minute ?

Le pied cube par minute (pi3/min) est une unité de mesure impériale utilisée spécifiquement pour décrire le débit volumétrique d’air. Il représente la quantité d’air qui circule dans la zone de culture en une minute. Le terme « pieds cubes » désigne le volume d’air mesuré et le terme « par minute » indique la période pendant laquelle la mesure est prise. 

Il est souvent utilisé pour déterminer l’efficacité et la capacité des systèmes de ventilation, ce qui permet d’évaluer la vitesse à laquelle l’air peut circuler, être échangé ou filtré dans un espace donné. Il est essentiel de réguler la qualité et la température de l’air.

Ventilateur noir tournant et un flux d'air sur l'arrière-plan blanc

Le débit d’air requis est mesuré à l’aide du système impérial, mais il peut être converti au système métrique en divisant les centimètres par 30,48 pour obtenir des pieds. Par exemple, pour un espace de culture de 120 cm de hauteur, 60 cm de largeur et 120 cm de longueur, chaque mesure est divisée par 30,48 cm.

Hauteur : 120 cm/30,48 = 3,94 pi

Longueur : 120 cm/30,48 = 3,94 pi

Largeur : 60 cm/30,48 = 3,94 pi

Facteurs qui influencent le débit d’air dans la chambre de culture

Établir un débit d’air optimal dans la chambre de culture dépend de divers facteurs. Voici les six plus importants.

Un tas de fleurs de cannabis poussant à l'intérieur avec des canalisations

1. Grandeur de la chambre de culture

Si vous cultivez pour le plaisir dans une petite tente, vous n’aurez pas besoin de la même circulation d’air que dans une grande serre. Afin de choisir le bon équipement, il est essentiel d’évaluer la grandeur de l’espace de culture et d’en calculer le volume pour déterminer les outils appropriés.

2. Taux d’échange d’air

En général, pour une croissance optimale, les cultivateurs expérimentés échangent le volume d’air dans la chambre de culture toutes les une à trois minutes. Par exemple, si vous avez un espace de 150 pieds cubes, un débit d’air de 150 à 450 pieds cubes par minute (pi3/min) serait nécessaire.

3. Système de ventilation et équipement

Un système de ventilation adapté à une chambre de culture comprend habituellement deux ventilateurs : un ventilateur d’évacuation et un ventilateur d’aspiration. Le ventilateur d’évacuation élimine la chaleur excessive et l’air vicié, tandis que le ventilateur d’aspiration aspire l’air frais. La force de ces ventilateurs doit être déterminée en fonction des dimensions de la tente et du taux d’échange d’air désiré. 

4. Conditions environnementales

La température extérieure peut affecter la température à l’intérieur, et les cultivateurs augmentent souvent le débit d’air en pi3/min lorsqu’il fait chaud pour prévenir la formation de moisissures. L’emplacement de la chambre — dans un grenier, un sous-sol, une maison isolée — peut également augmenter ou réduire la circulation d’air optimale selon les conditions environnementales.

5. Admission d’air

En plus de l’admission d’air active, l’admission passive peut aider à augmenter le débit d’air de l’espace de culture. Avec l’aide de ventilateurs oscillants placés stratégiquement, les petites ouvertures au bas de la tente créent une différence de température qui déclenche une convection naturelle, laquelle aspire de l’air frais dans la chambre. 

6. Éclairage et consommation d’énergie

La puissance (W) de l’éclairage n’influence pas directement la valeur pi3/min recommandée. Toutefois, une lampe à forte intensité utilise souvent une quantité d’énergie plus importante, émettant plus de chaleur. Une température plus élevée durant tout le cycle de culture peut avoir une influence considérable sur le débit d’air dans la pièce !

Quelle est la circulation d’air adéquate à votre chambre de culture ? 

Deux petites plants de cannabis en noirs, des pots carrés poussant dans une tente avec un thermomètre

Pour connaître la quantité de circulation d’air nécessaire, vous devez trouver le volume de votre espace de culture. Ce nombre sera équivalent au pi3/min nécessaire pour aérer l’espace. Cependant, cela peut varier selon le nombre de plantes cultivées, l’éclairage utilisé, la superficie de la chambre et les conditions environnementales. En général, pour déterminer le volume de votre tente, vous devez multiplier sa longueur, sa largeur et sa hauteur. Dans notre exemple, le calcul serait le suivant :

(longueur) x (largeur) x (hauteur) = volume de la chambre de culture 

3,94 pi x 1,95 pi x 3,94 pi = 30,3 pi3/min

Pour des conditions de croissance optimales, il est recommandé de changer le volume complet d’air au moins une fois par minute. Cela nous donnera un taux d’échange d’air minimal de 1 ; multipliez le taux d’échange d’air par le volume pour trouver le pi3/min de base minimal.

([longueur X largeur X hauteur] x [débit d’air]) = pi3/min de base 

(3,94 x 1,95 x 3,94) x 1 = 30,3 pi3/min

Des accessoires de ventilation supplémentaires dans la chambre de culture peuvent réduire le rendement des ventilateurs et nécessiter une augmentation de la circulation d’air. Donc, pour connaître le pi3/min requis pour votre chambre, il faut connaître les pourcentages d’efficacité des accessoires de ventilation. 

Le conduit est essentiel pour contrôler le débit d’air et affecte directement le pi3/min. La taille et la longueur peuvent augmenter l’air de surface à l’intérieur de la zone de culture, réduisant ainsi le débit d’air. Les courbes dans le conduit peuvent aussi réduire considérablement le débit d’air. Les cultivateurs d’expérience affirment qu’une augmentation supplémentaire de 20 % doit être ajoutée aux calculs de débit d’air requis pour chaque petit angle du conduit, tandis qu’une augmentation de 1 % du débit d’air en pi3/min est nécessaire pour chaque pied de conduit.

Donc, si l’espace de culture hypothétique a une longueur de conduit de 2 pi, cela augmenterait la valeur en pi3/min de 2 %. Cependant, si ce même conduit comporte deux angles, cela ajouterait 40 % de plus, ce qui ferait augmenter de 42 % le total. Si le pi3/min de base est de 30,3 pour une ventilation adéquate, il faudrait incorporer au conduit un débit supplémentaire de 12,72 pi3/min.

Les filtres au charbon épurent l’air et ralentissent le taux d’absorption. Les cultivateurs chiffrent ce ralentissement généralement à 25 %, ce qui veut dire qu’une augmentation de 7,5 pi3/min serait nécessaire pour maintenir le bon pi3/min. La chaleur émise par les lampes de culture peut affecter directement le débit d’air : pour chaque 1000 W, il faut augmenter le pi3/min jusqu’à 10 %. 

Conduits : 42 %

Filtre au charbon : 25 %

Éclairage : 10 %

Augmentation totale (somme) : 77 %

Dans l’ensemble, avec tous nos accessoires de ventilation, il y a une augmentation de 77 %. Par conséquent, le pi3/min requis correspond à 177 % du volume original. Pour calculer le bon pi3/min, convertissez le pourcentage en décimales et multipliez-le par le volume initial de la chambre de croissance. 

(Volume de la chambre) x (Accessoires) = pi3/min requis

30,3 x 1,77= 53,6 pi3/min

Cela nous indique que pour bien réapprovisionner l’air dans l’espace de culture une fois par minute, nous avons besoin d’un ventilateur d’au moins 55 pi3/min.

L’admission passive et active

Trois plantes de cannabis dans des pots noirs poussant dans une tente sous la lumière UV et les ventilateurs

L’admission passive et active sont deux façons de maintenir une circulation d’air constante dans la tente tout en éliminant l’air vicié. Elles contribuent toutes deux à créer un environnement de croissance optimal. Voici comment fonctionnent les deux méthodes.

Admission passive 

Plante de cannabis et l'air coulant dans et hors de l'espace de croissance

L’idée derrière l’admission passive est de créer une pression qui fait naturellement passer de l’air frais à travers la canopée. Tirer de l’air frais de l’extérieur empêche l’accumulation de chaleur et d’humidité excessive dans l’espace de culture et favorise une croissance saine.

L’admission passive s’effectue au moyen d’ouvertures stratégiquement placées, généralement au bas de la tente de culture, pour encourager la circulation naturelle de l’air dans la zone. Les ventilateurs d’extraction sont positionnés dans la partie supérieure de la chambre de culture, créant ainsi une pression négative à l’intérieur. Davantage d’ouvertures peuvent être pratiquées dans les chambres plus grandes afin de contrôler adéquatement les conditions environnementales.

Ce type de ventilation est spécialement conçu pour laisser entrer passivement de l’air frais dans l’espace sans système de ventilation actif. Il est excellent si vous recherchez une méthode de ventilation rentable et efficace. En raison de sa conception relativement simple, elle est également idéale pour les débutants qui ne cherchent pas à utiliser d’autres méthodes de ventilation. Néanmoins, il faut noter que la ventilation passive peut ne convenir que pour certains scénarios de culture. 

Admission active

Plante de cannabis et l'air coulant dans et hors de l'espace de croissance avec des ventilateurs

Il est essentiel de maintenir un taux d’échange d’air équilibré dans la tente de culture. Une ventilation active utilise un ventilateur d’admission ou un accélérateur pour aspirer l’air frais de l’extérieur dans la chambre de culture, fournissant de meilleures conditions pour la respiration de la plante. Il est généralement positionné dans la partie inférieure de la chambre pour aspirer l’air plus frais et peut être contrôlé pour ajuster le débit d’air. 

Ce type de ventilation aide également à fournir aux plantes un cycle continu d’air frais et de dioxyde de carbone pour la photosynthèse, éliminant l’accumulation d’air vicié dans la canopée. Les cultivateurs peuvent maintenir les conditions optimales en régulant la quantité d’air frais entrant dans la zone de culture. L’admission active peut aider à équilibrer les niveaux de CO2, empêchant l’excès d’humidité et l’accumulation de chaleur tout en favorisant une croissance saine et des rendements exceptionnels. 

Configuration de la ventilation — quelle est la meilleure méthode pour vous ?

Dicting dans une tente de culture fixée à la cellule de la tente

Les ventilateurs d’évacuation et les systèmes de filtre au charbon peuvent être configurés de différentes manières pour un approvisionnement en air frais et une extraction de l’air vicié. L’objectif principal est de maintenir les plantes en bonne santé avec des conditions environnementales optimales. 

Si l’espace est limité à l’intérieur de la chambre, le système de ventilation peut toujours être installé à l’extérieur. Cependant, l’installation de tous les systèmes de ventilation à l’intérieur de la zone de culture est recommandée pour réduire le bruit. Voici quelques exemples :

1. Filtre au charbon > évacuateur > conduit

Filtre de carbone et conduisant de travail sur le fond blanc

À l’intérieur de la chambre de culture, un filtre au charbon peut être connecté à l’évacuateur via un conduit, éliminant ainsi toute odeur indésirable avant que l’air ne soit poussé à l’extérieur à travers le conduit. Pour la plupart des cultivateurs, cette configuration est la plus simple et aide à minimiser les niveaux de bruit puisque tous les équipements sont à l’intérieur de la tente.

2. Filtre au charbon > conduit > évacuateur

Filtre de carbone, conduits et extracteur travaillant sur le fond blanc

Le filtre au charbon est accroché à l’intérieur de la chambre de culture, tandis que le conduit le relie au ventilateur d’évacuation monté à l’extérieur. Les ventilateurs d’évacuation aspirent l’air à travers le filtre au charbon et les conduits avant de l’évacuer à l’extérieur.

3. Evacuateur > conduit > filtre au charbon

Extracteur, conduite et filtre à carbone travaillant sur le fond blanc

L’évacuateur peut être positionné à l’intérieur de la zone de culture et le filtre au charbon à l’extérieur. Aspirer l’air à travers le conduit et l’évacuer en le faisant passer dans le filtre au charbon élimine l’odeur directement avant de le rejeter à l’extérieur. Cependant, sachez que le fait d’aspirer de l’air odorant à travers le ventilateur d’évacuation peut l’endommager.

4. Conduit > extracteur > filtre au charbon

Ducting, extracteur et filtre au carbone travaillant sur le fond blanc

Le ventilateur et le filtre peuvent être installés à l’extérieur de la chambre de culture. Le ventilateur d’extraction aspire l’air à l’intérieur de la chambre et le fait passer dans le conduit et le filtre au charbon. L’air inodore est ensuite libéré à l’extérieur de la zone de culture. C’est un système de ventilation idéal pour les espaces limités, mais il peut être assez bruyant pour ceux qui ont les oreilles sensibles. Pour optimiser l’efficacité, gardez les conduits aussi droits et courts que possible.

5. Filtre au charbon > réflecteur > évacuateur

Filtre de carbone, réflecteur et extracteur travaillant sur le fond blanc

Pour ceux qui utilisent des lampes HPS très puissantes, un évacuateur peut être installé devant un réflecteur qui refroidit l’air. Le ventilateur d’évacuation aspire l’air à travers le réflecteur et le force à travers les conduits et dans le filtre au charbon avant de le libérer dans l’environnement. 

Rappelez-vous de prendre en compte la taille de la chambre, le nombre de plantes et les conditions environnementales lorsque vous choisissez votre stratégie de ventilation.

Est-il essentiel d’avoir un système de ventilation dans une chambre de culture ? 

Les plantes de cannabis poussent à l'intérieur avec des fans

N’envisagez pas de vous lancer dans une culture sans ventilation adéquate ! Non seulement cela peut réduire considérablement le rendement, mais votre patience en tant que cultivateur en sera affectée. Un bon système de ventilation est essentiel pour avoir des plantes saines, des profils de terpènes exotiques et des rendements luxuriants.

Si vous avez des recommandations en matière de ventilation, faites-nous-en part dans les commentaires ci-dessous ! Des trucs et des astuces ? Partagez-les avec tous !

  • Disclaimer:
    Les lois et règlements régissant la culture du cannabis différent d’un pays à l’autre. Ainsi, Sensi Seeds vous recommande fortement de vérifier les lois et règlements de votre région. Ne contrevenez pas à la loi. 

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Author_profile-Sensi-Mark-Smith

    Mark Smith

    Mark Smith est un défenseur du cannabis anglais basé aux Pays-Bas. Il travaille depuis dix ans dans le secteur du cannabis au Canada, en Espagne et en Californie dans des installations de culture. Il a poursuivi sa passion partout dans le monde et se consacre aujourd’hui à disséminer l’information en tant que responsable de contenu chez Sensi Seeds, à Amsterdam.
    En savoir plus
Retour haut de page