Le cannabis est souvent allé dans l’espace

L’humanité se fascine par l’espace depuis le premier instant où nous avons porté les yeux vers le ciel. Il est tout naturel de vouloir atteindre ces hauteurs pour voir ce qui s’y passe. Ajoutez le cannabis à cette fascination, et les discussions sont potentiellement infinies. Explorons l’espace, le cannabis et le cannabis spatial !

Le compte à rebours pour la publication de cet article a commencé en 2017, lorsque nous avons reçu un courriel enthousiaste de l’entreprise Herban Planet. Elle nous informait qu’elle était entrée dans l’histoire en envoyant du cannabis dans l’espace. L’une de ses filiales, en collaboration avec la brillante équipe de Sent Into Space, avait réussi à envoyer près d’un demi-kilo de bourgeons de cannabis 35 km au-dessus de la surface de la planète.

Image fixe réelle du vol spatial (PRNewsfoto/Herban Planet)

Pourquoi une telle entreprise ? Le nom de la filiale en question est Space Weed Bro, ce qui pointe vers la réponse. Leur « herbe spatiale » est exclusivement vendue dans un dispensaire de l’Arizona, aux Etats-Unis. Sur son site Web, Space Weed Bro indique que toute sa réserve ayant « fait un voyage spatial en apesanteur, la qualité supérieure était garantie par un produit qui avait atteint les étoiles ».

Doit-on comprendre que cette qualité supérieure soit liée au fait que les bourgeons ont été en apesanteur ? Ou bien est-ce l’idée de « toucher aux étoiles » qui est garantie par leur voyage astronomique ? On peut supposer que seuls les meilleurs spécimens aient été choisis, comme pour les astronautes.  

Mais le cannabis spatial est-il affecté par son voyage ? Est-ce qu’à 35 km, l’espace est atteint ? Qu’entend-on par « apesanteur spatiale » ? Sent Into Space a-t-elle envoyé d’autres choses dans l’espace ? Et cette audacieuse herbe spatiale s’est-elle aventurée là où aucune herbe n’était allée auparavant, ou y a-t-il eu des pionnières avant elle ? Entamons la mission de trouver réponse à ces questions !

Lorsqu’il s’agit de cannabis, où commence l’espace ?

Selon la Fédération Aéronautique Internationale (FAI), l’espace commence à 100 km de la Terre. Cette fédération a été créée en 1905 pour réglementer « le sport du vol ». Depuis, elle s’est élargie pour régir les enregistrements de toutes sortes d’activités liées au ciel, y compris les vols spatiaux.

La JAXA, l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale, détient actuellement le record pour avoir envoyé un ballon sans équipage à 53 km, bien qu’une telle altitude ne se situe qu’à mi-chemin avant d’atteindre la ligne de Kármán (100 km).

Selon les normes de la FAI, la Station spatiale internationale (SSI), à 322 km, est définitivement considérée comme étant dans l’espace. Si la célèbre photo du commandant Chris Hadfield un gros sac d’« herbe spatiale » à la main était réelle, il s’agirait certainement de la plus grande distance parcourue par le cannabis dans l’espace. Malheureusement, c’était un canular.

Le joyeux astronaute tient plutôt un sac d’œufs de Pâques qu’il s’apprête à cacher à bord de la station spatiale. Si jamais il y avait eu du cannabis sur la SSI, personne n’en a eu vent (dans l’espace, il ne vente pas).

Le commandant Chris Hadfield avec (à gauche) un sac d’« herbe spatiale » retouché et (à droite) un vrai sac d’œufs de Pâques

Toutefois, 35 km est considéré comme l’« espace proche » (le contraire d’« espace extra-atmosphérique », pour votre information). Il s’agit de la stratosphère supérieure, ce qui est assez impressionnant, surtout si l’on considère que le ballon utilisé par la JAXA faisait 60 m de diamètre, et que celui de Space Weed Bro / Sent Into Space faisait environ 10 m de diamètre au moment où il a éclaté.

Cette explosion, qui, à l’évidence, a causé le retour sur terre de sa charge utile – en l’occurrence, notre herbe préférée – est due au fait que l’air des couches supérieures de la stratosphère est 1000 fois moins dense qu’au niveau de la mer. Ainsi, le gaz à l’intérieur du ballon se dilate rapidement jusqu’à l’explosion. À ce moment-là, le cannabis entre en chute libre.

Le cannabis spatial en chute libre ne pèse rien !

Tenez-vous-le pour dit, trafiquants spatiaux d’herbe ! En chute libre, le cannabis – comme tout – n’a pas de poids. Dès que le ballon éclate, la seule force agissant sur sa charge utile est la gravité. C’est ce que l’on appelle la chute libre.

La chute libre provoque le phénomène d’apesanteur dans la station spatiale internationale, dans la Vomit Comet (l’avion à gravité réduite), dans les montagnes russes et même – pendant une fraction de seconde – lorsque l’on saute d’une table. On peut donc en faire l’expérience ici même sur Terre. Notons qu’il n’existe pas d’apesanteur spatiale proprement dite. A mesure que l’on s’éloigne de la Terre, la gravité diminue, mais elle n’est jamais nulle.

Ce fait constitue une bonne nouvelle pour notre herbe spatiale. Si elle s’était vraiment retrouvée en apesanteur une fois le ballon éclaté, elle aurait simplement dérivé autour de la Terre au lieu de revenir sur Terre. Elle aurait aussi été affectée par l’attraction gravitationnelle d’autres objets.

L’attraction gravitationnelle de la lune provoque des marées sur Terre, il est donc évident qu’elle serait capable d’affecter les objets plus proches d’elle. Aussitôt que notre herbe spatiale échapperait à toute attraction gravitationnelle significative de la Terre, elle serait soumise à la gravité d’un autre corps céleste.

Les différentes couches de l’atmosphère terrestre

Qu’arrive-t-il au cannabis dans l’espace ?

En plus de l’herbe envoyée pour Space Weed Bro, l’équipe de Sent Into Space a envoyé un joint dans l’espace une altitude de 32,4 km pour la chaîne de télévision Viceland en avril 2017 dans le cadre de la « semaine de l’herbe » ! Sent Into Space sait vraiment bien faire les choses, comme on peut le constater dans cette interview du cofondateur, le Dr Chris Rose. Leur domaine d’expertise réside plutôt dans l’espace que dans le cannabis, mais le Dr Rose ne cache pas son enthousiasme à découvrir ce qui arrive au cannabis qui a été envoyé dans l’espace.

Une première pour le cannabis spatial ?

Bien que le lancement effectué par Space Weed Bro soit, de loin, le plus professionnel qui soit, ce n’est en fait pas le premier. Autant que nous sachions, le mérite revient à ces personnes, qui semblent représenter SeedHub, un annuaire des entreprises de graines aux États-Unis.

Le lien donné dans la description YouTube mène à une page complètement vide. Cependant, ils ont certainement réussi à envoyer dans l’espace non seulement des bourgeons de cannabis roulés dans un joint, mais aussi des graines et une plante vivante !

D’après leur vidéo, ils ont réussi à atteindre une altitude de près de 29 km avant l’explosion de leur ballon. Si l’espace proche se situe à 32 km, 29 km se rapproche assez près de l’espace proche. Ce charmant lancement amateur a eu lieu le 1er juin 2013.

Quatre ans plus tard, Herban Planet lançait sa mission, mais la course au cannabis n’était pas encore terminée. En 2019, une entreprise appelée Space Tango a envoyé des graines de chanvre sur la SSI pour étudier l’effet de la microgravité sur celles-ci. Ce projet passionnant est le résultat d’un partenariat entre un fabricant de CBD, une entreprise de culture de chanvre et de style de vie, et les experts en microgravité de Space Tango. Les résultats n’ont pas encore été rendus publics, mais nous les attendons avec impatience.

Café et cannabis sur la SSI ?

Une autre expérience fascinante dont nous attendons toujours les résultats est celle de Front Range Biosciences. En 2019, l’entreprise a envoyé des plantes de chanvre (et de café) sur la SSI pour voir si quelques mutations surviendraient. De la vraie herbe spatiale ! (On ne sait pas si le commandant Hadfield l’aurait cachée comme ses œufs de Pâques)

En fait, l’intention est d’aider à concevoir des cultures plus résistantes aux changements climatiques, ou même de libérer le potentiel d’encore plus de cannabinoïdes. Front Range Biosciences a déjà contribué à la mise au point d’une variété de café qui peut pousser en Californie, un climat très différent de celui des régions équatoriales d’où le café est originaire.

Pensez-vous qu’envoyer du cannabis dans l’espace pour voir s’il mute soit la voie à suivre pour l’humanité ? Ou devrions-nous plutôt garder nos racines sur Terre ? Dites-le-nous dans les commentaires !

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • scarlet-palmer-profile-picture

    Scarlet Palmer

    Tout au long de sa vie, Scarlet a poursuivi son intérêt pour les états altérés dans diverses professions - artiste, écrivaine, militante environnementale, marionnettiste, vendeuse de cannabis. Selon elle, l’ignorance est source de méfait, et diffuser de l’information factuelle sur les drogues permet de prendre des décisions informées et sensées.
    En savoir plus
Retour haut de page