Le cannabis et l’évolution de la conscience humaine

De même que les champignons, le cannabis représentait certains avantages pour les communautés primitives qui l’ont découvert, ce qui a peut-être été le cas il y a déjà 27 000 ans. Il était non seulement une source de fibres et de graines, il a vite également prouvé son utilité dans la pharmacopée primitive, et il est fort probable que ses effets psychotropes étaient utilisés dans des pratiques religieuses dès les premiers temps (bien qu’on estime que la première preuve du cannabis utilisé comme agent pharmaceutique date d’il y a 2 700 ans). L’usage social du cannabis s’est révélé renforcer les relations interpersonnelles, augmentant les sentiments de cohésion et de confiance.


Depuis l’explosion des contre-cultures dans les années 1960, une petite école de pensée qui a su résister au temps a exposé la théorie qu’au cours de l’évolution de l’espèce humaine, la consommation de drogues enthéogènes a contribué au développement de structures sociales telles que les rituels, le langage et la musique. Concrètement, certains pensent que l’usage de drogues psychotropes a modifié le cours de l´évolution humaine et contribué à notre ascension astronomique vers une hégémonie mondiale.

Les champignons hallucinogènes ont-ils contribué à l’évolution humaine ?

Ce sujet a longtemps fasciné les anthropologues sociaux, dont nombreux ont abondamment écrit sur le sujet, par exemple Terrence McKenna, dont le livre datant de 1992 Food of the Gods (La nourriture des dieux) énonçait que les champignons hallucinogènes avaient évolué parallèlement aux communautés pastorales primitives. Ces communautés semblent avoir développé une plus grande acuité visuelle lors de la chasse, ainsi qu’un enthousiasme accru pour les rituels sociaux (éventuellement aussi pour les rites de fécondité), renforçant ainsi la population et favorisant son augmentation.

Les champignons psychédéliques poussent bien dans le fumier et pouvaient y être facilement trouvés par les pasteurs primitifs.
Les champignons psychédéliques poussent bien dans le fumier et pouvaient y être facilement trouvés par les pasteurs primitifs.

Tout en profitant des avantages que présentaient les champignons hallucinogènes (qui poussaient généralement dans le fumier du bétail), ces pasteurs primitifs protégeaient à leur tour l’existence des autres espèces en les cultivant et en les protégeant, offrant la possibilité de mutations futures favorables à la sélection positive et à la domination de l’espèce humaine. Dans le même temps, les avantages pour les chasseurs-cueilleurs primitifs étaient tels que les générations humaines suivantes en étaient plus avantagées si elles étaient capables de réagir avec plus de précision aux effets psychologiques de la drogue.

Finalement, dans les deux groupes, la sélection positive de caractéristiques mutuellement bénéfiques a entraîné une coévolution sur le long terme. L’importance croissante du bétail assurant un approvisionnement constant en fumier et par conséquent des ressources importantes en champignons, il est difficile de déterminer si l’usage de champignons était sporadique ou essentiel pour ces cultures émergentes. Cependant, même si une espèce avait moins d’importance globalement, cette relation pourrait être un exemple d’un système de coévolution de trois espèces.

La coévolution entre le cannabis et les humains

De même que les champignons, le cannabis représentait certains avantages pour les communautés primitives qui l’ont découvert, ce qui a peut-être été le cas il y a déjà 27 000 ans. Il était non seulement une source de fibres et de graines, il a vite également prouvé son utilité dans la pharmacopée primitive, et il est fort probable que ses effets psychotropes étaient utilisés dans des pratiques religieuses dès les premiers temps (bien qu’on estime que la première preuve du cannabis utilisé comme agent pharmaceutique date d’il y a 2 700 ans). L’usage social du cannabis s’est révélé renforcer les relations interpersonnelles, augmentant les sentiments de cohésion et de confiance.

On trouve des récepteurs de cannabinoïdes dans de nombreuses zones du cerveau et ils contribuent à toute une série de fonctions qui vont de la mobilité fondamentale à la compréhension du langage et à la perception des émotions. Alors que l’on pense qu’une grande part de l’évolution la plus remarquable du cerveau humain a eu lieu au cours du Grand bond en avant il y a environ 60 000 ans, la plupart du « réglage précis » des aptitudes de langage ainsi que diverses modifications du néocortex et du cervelet ont eu lieu au cours des derniers 10 000 ans.

L’évolution du cerveau au cours de la période postglaciaire de l’Holocène

Il est intéressant de noter que cela s’est aussi produit à peu près à l’époque du passage de l’humanité à des communautés agraires et a pu se produire simultanément avec une réduction de 10 % du volume du cerveau. Plutôt que d’indiquer un déclin de l’intelligence humaine, cette réduction peut signifier une augmentation de l’efficacité du cerveau ou une réduction des besoins énergétiques en raison de la paix relative des communautés sédentarisées. Quelle qu’en soit la cause, cette réduction et cette restructuration ont marqué un glissement significatif dans le développement de la société humaine.

De nombreuses zones du cortex cérébral sont activées quand on fume du cannabis ou qu’on écoute de la musique.
De nombreuses zones du cortex cérébral sont activées quand on fume du cannabis ou qu’on écoute de la musique.

Au cours de l’Holocène (il y a 11 700 ans env.), le cervelet humain s’est développé alors que le cortex cérébral diminuait, comparé à celui de nos ancêtres immédiats. Le cervelet a de nombreux liens réciproques avec le néocortex et est crucial pour diverses fonctions, qui vont des aptitudes motrices fondamentales à des facultés cognitives hautement développées. On pense que l’augmentation de son volume a pu aider les êtres humains modernes à traiter des stimuli culturels et visuels de plus en plus complexes. Concrètement, on pense que le cervelet joue un rôle crucial dans la capacité qu’ont les êtres humains modernes d’apprécier la musique, ainsi que dans notre usage des rituels, dans l’augmentation de notre complexité comportementale et notre capacité à utiliser des outils.

L’importance de la musique dans l’évolution de la société

Le lien entre l’évolution de notre sensibilité musicale et le cannabis peut avoir une importance fondamentale pour bien comprendre la façon dont notre conscience a été façonnée par la drogue. En fait, on pourrait avancer que la musique joue un rôle central dans l’évolution de la conscience humaine. Elle a permis à l’humanité d’atteindre une plus grande cohésion et a été largement utilisée pour susciter des réactions émotionnelles chez les auditeurs : la musique d’église afin d’inspirer la dévotion religieuse et le respect du sacré ; les chants guerriers afin d’intimider l’ennemi et de créer un sentiment de solidarité et de force partagée ; la musique romantique afin d’augmenter l’excitation et l’intensité des interactions sexuelles. La recherche a montré que l’influence sociale de la musique et le plaisir de l’auditeur peuvent être modifiés par la consommation de cannabis et bien sûr, le lien social entre le cannabis et les genres musicaux tels que jazz et reggae est universellement connu.

La réaction normale du cerveau à la musique est elle-même complexe. Le cervelet reconnaît et « apprécie » le tempo fondamental ou rythme, et les lobes frontaux réagissent au langage exprimé dans les paroles. Dans les lobes temporaux, le cortex auditif primaire convertit les ondes pour nous permettre de percevoir les tons, alors que l’amygdale subit une réaction émotionnelle profonde et mémorise les airs familiers. La réaction musicale se manifeste aussi dans les lobes occipitaux et pariétaux ; par conséquent chaque lobe du cortex cérébral est activé à des degrés variés (vraisemblablement en fonction du type de musique).

Comment le cannabis altère la perception de la musique

Les effets du cannabis sur le ressenti humain de la musique sont si complexes qu’il est difficile de déterminer leur nature exacte. Cependant, des recherches précédentes ont suggéré que l’évolution de systèmes plus spécialisés de signalement des cannabinoïdes renforçaient les connexions synaptiques depuis le cervelet vers les différentes parties du cortex cérébral. Sous l’influence du cannabis, les régions du cerveau affectées quand on écoute de la musique éprouvent toutes une réaction modifiée.

Le lien entre le cannabis et la musique est bien connu
Le lien entre le cannabis et la musique est bien connu

Il a été démontré que l’usage de cannabis altère la perception temporelle des individus en accélérant « l’horloge interne » du cervelet, résultant en une sensation « d’allongement » ou de dilatation du temps. Écouter de la musique peut augmenter la conscience et l’appréciation d’une structure complexe. Une perception accrue des basses fréquences ajoute à la richesse des sons perçus et améliore le son de la voix ; cet effet se produit au sein du cortex auditif. Une augmentation de l’activité des lobes frontaux due à la consommation de cannabis peut augmenter la compréhension des paroles et la réaction en conséquence et, dans les lobes pariétaux , une activité plus intense peut augmenter l’attention et la concentration.

Notre connaissance des processus évolutifs ayant conduit à notre état d’existence actuel extrêmement complexe est pour le moins fragmentaire. Cependant, il est probable que la sélection de gènes favorables à une meilleure appréciation de la musique devait être profitable aux sociétés émergentes, étant donné l’importance des facultés de traitement de la musique pour la communication et l’interaction sociale dans leur entier. De même, nous aurions probablement tendance à choisir des variétés de cannabis susceptibles d’augmenter notre appréciation de la musique. Au cours des quelque 10 000 ans écoulés, le taux auquel les deux espèces ont développé de nouveaux gènes a été remarquablement élevé, ce qui augmente la probabilité d’une sélection mutuellement profitable. Il est donc raisonnable de penser que cette coévolution va persister longtemps à l’avenir.

Commentaires

Laissez un commentaire ici.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.