Textiles de chanvre 101 et comment ils sont fabriqués

Au fil des millénaires, les humains ont perfectionné les techniques de culture, de récolte et de transformation du chanvre pour tirer les fibres servant à la fabrication de vêtements et autres. Aujourd’hui, d’innombrables types de textiles existent pour satisfaire toutes exigences. Comment la fibre de chanvre est-elle obtenue et transformée ?

La fibre de chanvre est issue de variétés de Cannabis sativa L. à faible teneur en cannabinoïdes. Les plantes sont cultivées très près les unes des autres afin de limiter la ramification et d’encourager la poussée verticale et droite des tiges principales. Contrairement à la plupart des variétés psychoactives de cannabis, les variétés à fibre ont des tiges creuses contenant une quantité de fibre bien plus importante (35 % contre seulement 15 %).

Dans l’hémisphère nord, les graines de chanvre à fibre sont plantées lorsque la température du sol dépasse 7,5 °C et la récolte a généralement lieu vers le mois d’août, quand le pollen commence à se répandre. Le chanvre peut fleurir dans des conditions considérées comme peu optimales et produira généralement une récolte plus abondante que toute autre culture concurrente en pareilles conditions.

Toutefois, pour obtenir des récoltes optimales, le chanvre doit être cultivé dans un climat tempéré humide et dans un sol bien drainé et non acide avec une forte concentration d’azote. Le sol doit être humide, mais sans excès, car il a été montré qu’une trop grande quantité d’eau favorisait la production de fibres fragiles. Les étés frais sont également censés favoriser la production de fibres fines et solides.

Récolte et séparation des fibres de chanvre

Lorsque le chanvre est cultivé exclusivement pour sa fibre, les plants mâles et femelles sont coupés dès que les mâles commencent à libérer du pollen. S’il est cultivé pour sa fibre et ses graines, les plants mâles ne sont coupés qu’après pollinisation des plants femelles, ces derniers étant laissés à mûrir jusqu’à ce que les graines soient arrivées à maturité, après quoi les plants sont coupés et la fibre est séparée des graines.

Il est intéressant de noter que les cultivateurs traditionnels de chanvre au Royaume-Uni ont toujours considéré que les plants mâles produisaient des fibres plus fines et plus soyeuses que celles de plants femelles. Ceci a été confirmé en 1996 par une étude menée en Hongrie, qui concluait que les fibres issues des plants mâles étaient plus fines, mais que celles produites par les plants femelles étaient plus résistantes.

Rouissage de la fibre de chanvre

Une fois les plants coupés, les tiges sont habituellement couchées sur le sol et laissées à rouir pendant plusieurs semaines. Le rouissage est un processus de pourrissement dans lequel la pectine (le polysaccharide à la texture semblable à du gel présent dans la plupart des parois cellulaires végétales) qui lie les fibres ensemble se décompose au contact de la lumière et de l’air, découvrant les longues fibres libériennes. Les fibres libériennes sont celles qui couvrent le phloème ou l’écorce intérieure des plantes dicotylédones telles que le chanvre et le lin.

Le rouissage peut également être réalisé dans des réservoirs d’eau, ce qui accélère le processus, ou dans la glace et la neige, technique qui est censée produire des fibres plus fines et d’une couleur plus claire. Aujourd’hui, il existe également des moyens chimiques et enzymatiques permettant d’accélérer le processus de rouissage.

Décorticage de la fibre de chanvre

Le décorticage est l’opération qui consiste à extraire le cœur ligneux de la tige. Cette étape peut être réalisée immédiatement après le rouissage, alors que les tiges sont encore mouillées. En pareil cas, les fibres humides sont décollées du cœur et ensuite séchées. Une autre méthode consiste à sécher les tiges avant de les battre avec une machine spéciale qui casse le cœur ligneux et le sépare des fibres.

Les décortiqueurs modernes passent souvent outre la nécessité de longues périodes de rouissage et de processus séparés de décorticage, et réunissent ces processus en une seule opération qui leur permet de produire des fibres prêtes à être mises en balles en quelques minutes après la coupe des plants.

Traitement des fibres de chanvre

Une fois les fibres séparées, elles sont réunies en balles, ramassées et évacuées des champs en vue d’être filées. Souvent, la fibre est filée sans autre forme de traitement ; toutefois, certains producteurs ont élaboré des processus chimiques ou mécaniques permettant de renforcer la douceur ou l’élasticité des fibres.

Par exemple, un processus consiste à tremper les fibres dans une solution de savon et de carbonate de soude presque bouillante avant de les laver à l’eau et de les tremper dans de l’acide acétique dilué. Les fibres sont ensuite lavées une nouvelle fois à l’eau pure, et ensuite séchées et peignées, ce qui leur confère une douceur et une finesse exceptionnelle.

Extraire la lignine de la fibre de chanvre

La lignine est un biopolymère ligneux et dur qui représente 8 à 10 % du poids sec de la fibre de chanvre. Elle est à l’origine de cette sensation rugueuse et rêche associée à la fibre de chanvre traditionnelle. Si la lignine est extraite, la fibre produite est bien plus douce et souple. L’impossibilité d’extraire la lignine du chanvre sans altérer sa résistance a favorisé l’utilisation d’autres cultures, ce qui constitue une autre raison expliquant le déclin spectaculaire de son utilisation à l’ère postindustrielle.

Dans le milieu des années 1980, les chercheurs ont développé une nouvelle technique permettant d’extraire la lignine par des moyens enzymatiques et microbiens. L’enzyme protéase digérant les protéines est d’abord appliquée à la fibre de chanvre, ce qui réduit la concentration d’azote dans les tiges. Ensuite, les fibres sont inoculées par une espèce de champignon appelée Bjerkandera qui se nourrit de la lignine. Les fibres produites selon cette technique étant plus polyvalentes, le chanvre a commencé à connaître un regain d’utilisation dans le secteur de la confection.

Filage de la fibre de chanvre

Le filage du chanvre emploie une technique similaire à d’autres fibres naturelles. Typiquement, les fibres sont torsadées ensemble pour former de longs fils continus, qui sont souvent enduits de cire ou d’un agent similaire pour produire un fil résistant à l’eau et plus durable.

C’est souvent à cette étape du processus que d’autres fibres sont ajoutées au mélange : plutôt que de produire un tissu mélangé avec différents fils produits exclusivement à partir d’un seul type de fibre, le fil lui-même est un mélange de fibres qui influencent ses caractéristiques finales. Ce n’est toutefois pas toujours le cas : la futaine, par exemple, désigne traditionnellement un textile fait d’une chaîne de lin (fils longitudinaux) entrelacée avec une trame de coton (fils transversaux).

Le filage à la main

Traditionnellement, le filage était réalisé à la main, sans autre aide que celle de deux outils simples : le fuseau et le rouet. Le fuseau suspendu est un poids en forme d’épi auquel la fibre brute est attachée, et le rouet est un bâton en bois autour duquel les longueurs de fibre brute sont enroulées.

La fileuse prépare son fuseau pour le filage et libère progressivement la fibre brute de son rouet. Le mouvement de torsion et la traction infligée par le poids à mesure qu’il descend progressivement permettent d’enrouler les fibres très serrées pour former des fils. Certains amateurs et producteurs spécialisés pratiquent encore le filage manuel utilisant ces outils traditionnels.

Pour le filage manuel des fibres de lin, le meilleur choix de fuseau est un fuseau suspendu léger à fusaïole en haut, un type de fuseau qui peut filer très rapidement et produire un fil fin et doux. Le fil de chanvre est généralement filé à sec, mais il peut aussi être filé « humide » : la fileuse humidifie ses doigts dans l’eau et mouille les fibres à mesure qu’elle les file, aplanissant ainsi les fibres rebelles pour produire un fil le plus lisse possible.

De nos jours, bien que le chanvre soit concurrencé par une panoplie d’autres fibres, tant naturelles que synthétiques, l’amélioration des techniques de fabrication a permis de découvrir de nouvelles utilisations innovantes pour les textiles de chanvre. En outre, la nécessité de trouver des cultures textiles ayant un faible impact environnemental est de plus en plus pressante. Pour toutes ces raisons, le chanvre connaît un renouveau après une longue période de déclin, même s’il est peu probable qu’il retrouve un jour son ancien statut de première culture textile.

Textiles de chanvre fabriqués de fibres de chanvre

Qu’il soit employé seul ou mélangé avec d’autres fibres naturelles comme le lin ou la soie, il a toujours été possible de fabriquer une grande variété de tissus durables et de haute qualité à partir du chanvre. Contrairement à son image traditionnelle qui veut que le tissu en chanvre est une toile ou un drap grossier et rêche, il est également possible de fabriquer un nombre incroyable de tissus délicats à partir de cette fibre.

  • Lin : Le lin est un bon exemple de textile léger qui peut être produit à 100 % avec du chanvre. Les tissus ainsi créés sont légers, durables et aérés – parfaits pour des conditions chaudes et humides!
  • Éponge : Le chanvre est également largement utilisé pour fabriquer l’éponge, le tissu bouclé qui peut être soit tissé, soit tricoté, essentiellement employé pour le linge de toilette. Le chanvre ayant des propriétés d’absorption remarquables, il se prête particulièrement bien à ce type d’application.
  • Sergés : Les fibres de chanvre sont par ailleurs incroyablement bien adaptées à la production de différents types de sergés, comme le jean, le chevron et la flanelle, ainsi que pour différents types de textiles tricotés tels que le jersey et le velours rasé.
  • Charmeuse en soie et chanvre : Lorsqu’il est mélangé avec de la soie, le chanvre peut être utilisé pour fabriquer du taffetas, un tissu rigide et brillant employé dans les robes de galas et de mariées, ou de la charmeuse, un satin lustré utilisé dans la lingerie et les robes de soirée fluides. Même les tissus à motifs jacquard complexes — dans lesquels un motif en relief est tissé dans la toile —peuvent être fabriqués en mélangeant de la soie et du chanvre.
  • Couches de coton et chanvre : Le chanvre est souvent mélangé avec du coton pour réaliser les couches en tissu (langes).  Il est censé être plus absorbant et durable que le coton qui est généralement ajouté pour rendre le tissu plus doux. Le chanvre a par ailleurs des propriétés antibactériennes et antimicrobiennes qui peuvent contribuer à prévenir les érythèmes fessiers et autres irritations liées.
  • Mousseline de chanvre et coton : Le chanvre est aussi mélangé avec du coton pour fabriquer de la mousseline fine et légère ou de l’étamine, ces deux tissus pouvant se montrer exceptionnellement légers, solides et absorbants. En outre, la plupart des tissus tricotés en chanvre sont mélangés avec du coton afin de les rendre plus doux.

Les textiles fabriqués à base de chanvre sont résistants et polyvalents et la plante pousse rapidement. Ils concurrencent ainsi assez bien les autres fibres végétales. Mais plus important encore est le fait que le chanvre est un matériau durable, ce qui représente une alternative valide et encourageante alors que la planète entière est à la recherche de solutions vertes.  

Le chanvre dans l’industrie de la mode grand public

La maison Ralph Lauren a largement employé la charmeuse à base de soie et chanvre d’EnviroTextiles pour créer de nombreux vêtements, parmi lesquels des robes de soirée et une veste d’inspiration militaire. Elle a utilisé différents mélanges de chanvre dans ses collections récentes : du chanvre mélangé avec de l’acrylique et du coton pour créer des chandails, des pulls à capuche et des sweat shirts ; du chanvre et du coton pour les shorts, les jupes et les pantalons, et du chanvre mélangé à du coton et du lin pour créer des rideaux, du linge de lit et des tissus d’ameublement.

The fact that hemp has become a mainstream fashion item is borne out by the dozens of hemp-based garments now available in high street stores such as H&M, as well as by the proliferation of high-end designer pieces, such as an Hermès cashmere, silk and hemp scarf. Le fait que le chanvre est devenu un article de mode conventionnel est dû à la distribution par les magasins de mode grand public, comme H&M, de dizaines de vêtements à base de chanvre, ainsi qu’à la prolifération d’articles de luxe dont le foulard Hermès en soie, chanvre et cachemire.

Parallèlement à Ralph Lauren, les tissus d’EnviroTextiles ont également été utilisés par Donatella Versace, Behnaz Sarafpour, Donna Karan International, Isabel Toledo et Doo.Ri ; la New York Fashion Week de 2008 a été un évènement historique permettant à un grand nombre de ces créateurs de mode de présenter pour la première fois leurs nouvelles créations en chanvre.

Les entreprises de textiles de chanvre à suivre de près

À l’instar d’EnviroTextiles, plusieurs autres compagnies produisent également des tissus de qualité à base de chanvre : Hoodlamb, Datsusara, Patagonia, Clothing Matters, Hempy’s, Livity Outernational, Satori Movement, and, Dash Hemp, pour n’en nommer que quelques-unes.

Le textile n’est de toute évidence qu’une des nombreuses applications du chanvre ; des progrès sont faits chaque jour dans le domaine des plastiques composites, des matériaux de construction, de l’alimentation et de la santé. Il est merveilleux de faire partie d’une industrie qui a un si grand potentiel environnemental. Le chanvre, dans son utilisation, est aussi polyvalent que durable. 

Comments

4 réflexions sur “Textiles de chanvre 101 et comment ils sont fabriqués”

  1. Patrick Esso

    tres bon article tres instructif, je voudrais me lancer dans la production et transformation du chanvre dans mon pays en vue de la fabrication de vetements chaussures etc car moins polluant dans son processus de fabrication par rapport au coton, encore merci

    1. J’ai lu avec grande attention cet article car je compte me proffetionnaliser dans la confection de chanvre textile dans mon pays natal (france) cette plante n’est pas à négliger et pourrais apporter de grandes choses à notre façon de vie. Merci, Yohan 15ans

    2. Reynaud Sylvie

      Entièrement d’accord avec vous et bonne initiative.
      Le tissage de cette matière m’attire beaucoup.
      Si vous avez pu lire mon commentaire je peux savoir quel est votre pays d’origine ?
      Bonne perspective en tout cas.

  2. Reynaud Sylvie

    Passionnée de tissage, canevas, et de nature créative je trouve que cette matière à de nombreux bienfaits pour notre bien-être depuis des millénaires. Il serait intéressant de lui redonner sa propre valeur.
    Actuellement en reconversion professionnelle et je serai curieuse de trouver un intermédiaire aux alentours de Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

auteur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
Retour haut de page