by Stefanie on 05/02/2015 | Consommation

Pourquoi le cannabis me donne-t-il la bouche pâteuse?

Bouche pâteuse Tous les consommateurs de cannabis à travers le monde connaissent certainement cette sensation de bouche collante, sèche et pâteuse que l'on éprouve après avoir fumé du cannabis. En fait, elle est tellement inévitable que l'on s'interroge rarement sur le mécanisme à l'œuvre qui se cache derrière cet étrange phénomène, à l'exception d'une poignée de chercheurs qui pensent en connaître la cause.


Tous les consommateurs de cannabis à travers le monde connaissent certainement cette sensation de bouche collante, sèche et pâteuse que l’on éprouve après avoir fumé du cannabis. En fait, elle est tellement inévitable que l’on s’interroge rarement sur le mécanisme à l’œuvre qui se cache derrière cet étrange phénomène, à l’exception d’une poignée de chercheurs qui pensent en connaître la cause.

Pourquoi le cannabis me donne-t-il la bouche pâteuse?

Comment se forme la salive ?

Tout d’abord, nous devons jeter un œil sur le processus de production de la salive. Il semble que la formation de la salive implique un processus en deux étapes : d’abord, des cellules spécialisées appelées cellules acineuses sécrètent un fluide dont la composition ressemble au plasma. Ce fluide passe ensuite à travers les canaux salivaires pour atteindre la cavité buccale pendant que le sodium et le chlore en sont extraits, tandis que du potassium et du bicarbonate sont ajoutés, pour produire la « solution hypotonique » finale qui est sécrétée dans la bouche.

La sécrétion de salive est contrôlée par le système nerveux parasympathique, qui déclenche l’activation des récepteurs dans les glandes salivaires sous l’impulsion du nerf de la corde du tympan. Ce nerf important prend naissance dans les papilles gustatives avant de traverser le ganglion sous-mandibulaire (ensemble de cellules nerveuses dans la glande sous-maxillaire) pour atteindre le cerveau. Le nerf de la corde du tympan libère un composé appelé acétylcholine, qui constitue l’une des principales substances stimulant la salive et agit directement sur les récepteurs de la glande sous-maxillaire.

Un autre composé important impliqué dans les sécrétions salivaires est appelé norépinéphrine. Ce composé est libéré par les nerfs préganglionnaires qui résident en amont du ganglion sous-mandibulaire. Il agit directement sur les cellules myoépithéliales qui entourent les cellules acineuses en provoquant leur contraction, ce qui déclenche la production de salive.

Le cannabis peut réduire la production de salive, entraînant une désagréable sensation de sécheresse buccale (© Kate Tegtmeyer).
Le cannabis peut réduire la production de salive, entraînant une désagréable sensation de sécheresse buccale (© Kate Tegtmeyer).

Récepteurs CB dans les glandes salivaires

Plusieurs études ont montré que la consommation de cannabis entraîne une sécheresse buccale. En 1986, une étude sur les effets du cannabidiol (CBD) a révélé que les effets secondaires de l’administration de CBD oral incluaient la bouche sèche ; depuis, plusieurs autres études ont également observé une sécheresse buccale due aux cannabinoïdes. La sécheresse buccale est également appelée xérostomie dans la communauté scientifique.

Peut-être l’étude la plus approfondie sur la xérostomie provoquée par le cannabis à ce jour a été menée à l’Université de Buenos Aires, en Argentine en 2006. Les chercheurs ont montré que les récepteurs cannabinoïdes de type 1 et 2 sont présents dans les glandes sous-maxillaires, qui se trouvent sous le fond de la bouche et sont responsables de la production de 60 à 67 % de la salive.

Les chercheurs ont révélé que l’anandamide agoniste endocannabinoïde (AAE) se fixe avec une grande affinité sur les récepteurs cannabinoïdes glandulaires et bloque l’action des composés déclencheurs de salive, la norépinéphrine et la méthacholine, ce qui entraîne une baisse de la sécrétion salivaire. Comme mentionné ci-dessus, ces composés déclencheurs de salive font partie intégrante du fonctionnement normal du système nerveux parasympathique responsable de différents processus métaboliques liés à l’ingestion d’aliments, à l’appétit et à l’anticipation des repas. Le THC est également un agoniste des récepteurs CB et affecte probablement les récepteurs des glandes sous-maxillaires de la même manière.

Le rôle essentiel du système endocannabinoïde

Fait intéressant, l’étude de Buenos Aires a également conclu que le rôle du système endocannabinoïde ne se limitait pas au blocage des signaux des glandes sous-maxillaires. Les impulsions nerveuses exprimées via la corde du tympan naissent dans le cerveau et les chercheurs ont formulé l’hypothèse selon laquelle l’administration par voie intraveineuse de cannabinoïdes au niveau de la veine fémorale exerçait son principal effet par le biais des glandes sous-maxillaires, mais pouvait également agir sur les récepteurs cannabinoïdes du cerveau lui-même et qu’un mécanisme du système nerveux central contribue à réguler la production de salive au niveau glandulaire.

Le fait que le système endocannabinoïde soit si fondamentalement lié à l’inhibition des sécrétions salivaires implique qu’il joue également un rôle dans le déclenchement de la production de salive. Si un agoniste ou un antagoniste des récepteurs cannabinoïdes inhibe la salivation, il se peut qu’un agoniste inverse tel que le cannabinoïde synthétique AM-251 puisse entraîner l’effet contraire et donc une augmentation de la salivation. En fait, l’étude de 2006 a également démontré que la présence d’AM-251 inversait en partie l’effet de l’AAE (même si l’on ignore encore si l’AM-251 est un antagoniste ou un agoniste inverse).

Que faire si vous avez la bouche sèche ?

Un émollient oral tel qu'une pastille contre la toux permet de soulager la sensation de bouche pâteuse (© Mr. Greenjeans).
Un émollient oral tel qu’une pastille contre la toux permet de soulager la sensation de bouche pâteuse (© Mr. Greenjeans).

Il est très courant d’éprouver une sensation de bouche et de gorge sèches après avoir consommé du cannabis, et il suffit d’une petite quantité de cannabis pour ressentir cet effet. Toutefois, après une consommation importante, la sensation de bouche sèche peut parfois s’intensifier et devenir extrêmement désagréable, à tel point que même le fait de boire de l’eau ou d’autres boissons ne change pas grand-chose.

Si vous éprouvez une désagréable sensation de bouche pâteuse, maintenir la bouche hydratée peut atténuer le problème. Mâcher du chewing-gum peut également aider, puisque la mastication incite les glandes salivaires à produire davantage de salive. De même, l’ingestion d’aliments nécessitant une mastication énergique comme les fruits secs ou du bœuf séché peut également contribuer à stimuler la production de salive. Pour un soulagement plus complet, l’utilisation d’un émollient (une substance qui recouvre la membrane muqueuse d’une pellicule humide) à usage buccal devrait suffire. De nombreux médicaments sur ordonnance pouvant entraîner une sécheresse buccale chez leurs utilisateurs, il existe un grand nombre d’émollients oraux disponibles dans le commerce pour résoudre ce problème.

À l’avenir, les recherches sur la nature spécifique du système endocannabinoïde et la façon dont il contrôle le processus de salivation pourront peut-être permettre l’élaboration de produits ciblés capables d’inverser l’effet de la xérostomie, pas simplement chez les fumeurs de cannabis, mais également chez les personnes souffrant de certaines maladies (ou prenant certains médicaments) qui entraînent un état permanent de bouche pâteuse.

Commentaires

Laissez un commentaire ici.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.
Read More
Read More