by Olivier on 18/06/2018 | Légal & Politique

Cannabis au volant aux Pays-Bas – Partie 2 : Cannabis vs alcool

Cannabis au volant Il est illégal de conduire après avoir consommé plus qu’une certaine quantité d’alcool ou de cannabis. La loi est particulièrement rigide pour les consommateurs de cannabis. Cette série exclusive de plusieurs épisodes du Cannabis News Network explique comment cela ne contribue pas réellement à la sécurité routière. Partie 2 : alcool et cannabis.

Depuis le premier juillet 2017, la police fait passer des tests aux automobilistes, pour l’alcool, mais aussi pour d’autres substances tels les amphétamines, la cocaïne et le cannabis. Quiconque dépasse le seuil admissible s’expose à des accusations criminelles. A première vue, cela semble censé, mais une analyse plus poussée montre que c’est tout à fait injuste.

Pourquoi la loi néerlandaise est-elle injuste ?

Pour l’alcool, il existe depuis longtemps des tableaux pour déterminer les sanctions correspondantes aux différents niveaux d’alcool. Le facteur déterminant est le niveau d’affaiblissement des facultés. En d’autres mots, plus le conducteur est intoxiqué, plus la sanction est sévère.

Des tableaux similaires existent aussi pour le cannabis, mais pour certaines raisons, les tribunaux sont beaucoup plus sévères avec le cannabis comparativement à l’alcool.

Dans un entretien avec le Cannabis News Network, l’avocat Ilonka Kaman affirme que ces sanctions sont « disproportionnellement sévères ». Aussi peu que 3 microgrammes de THC par litre de sang (à titre de comparaison, le seuil au Colorado se situe à 5 microgrammes) entraînent une amende de 850 EUR et la confiscation du permis de conduire pendant six mois. Une telle sanction est appliquée à des taux d’alcoolémie de 0,16 %, ce qui est trois fois supérieur à la limite légale !

Il est encore plus alarmant de constater les sanctions appliquées lorsqu’il y a consommation combinée. Dans ce cas, le seuil limite se situe à une alcoolémie de 0,02 % et 1 microgramme de THC sanguin. De telles concentrations peuvent très bien être détectées chez quelqu’un ayant bu une bière dans la dernière heure et fumé un joint 24 heures plus tôt.

Comment l’alcool et le cannabis affectent-ils nos facultés au volant

Kaman met sérieusement en doute la loi actuelle puisqu’elle se base sur la supposition que le cannabis a des effets négatifs sur les facultés à conduire un véhicule, ce qui n’a pas été déterminé avec exactitude ; il n’existe aucune étude scientifique sur le sujet, comme nous le confirme Professeur Robert Verpoorte.

Saskia de Craen est une experte en la matière. En tant que scientifique, elle se spécialise depuis plusieurs années dans le domaine de la sécurité routière. Comme l’alcool, le cannabis ralentit le temps de réaction, ce qui est nuisible à la conduite. Toutefois, les consommateurs de cannabis sont conscients qu’ils réagissent moins vite, et adaptent leur conduite en conséquence. Ils conduisent généralement plus lentement, et de manière plus défensive, comme l’ont démontré des essais routiers américains.

La situation est complètement différente avec l’alcool. L’alcool désinhibe le conducteur, ce qui le pousse à sous-estimer les risques. Il ne suffit que de regarder les statistiques des accidents pour constater l’ampleur de cet effet. Da Craen estime que seulement aux Pays-Bas, entre 75 et 114 personnes meurent d’un accident de la route causé par l’alcool.

Suivez le Cannabis News Network pour connaître toutes les nouvelles liées au cannabis. Pour plus de détails, suivez le Cannabis News Network sur FacebookTwitter, YouTube et Vimeo.

Commentaires

Laissez un commentaire ici.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.
Read More
Read More
Read More
Read More
l