Rabais de 30 % sur toutes nos graines de cannabis à autofloraison
Achetez maintenant

Légalisation du cannabis – avons-nous atteint le point de bascule ?

Point de bascule La légalisation du cannabis a-t-elle atteint un tournant décisif ? Que vous en consommiez en tant que mordu, à des fins thérapeutiques ou que vous y soyez fermement opposé, la politique mondiale sur le cannabis évolue nettement. De nouvelles mesures législatives peuvent-elles provoquer une réaction en chaîne ? A vous d’en juger en lisant la suite.


cannabis-legalisation-are-we-at-a-tipping-point-4k

En 1971, Nixon, alors président des Etats-Unis, a déclaré la guerre contre les drogues. Ce moment est souvent considéré comme le début officiel de l’impossible lutte contre absolument tout ce qui a trait aux drogues, y compris le cannabis.

La guerre contre les drogues a échoué

 Pour être exact, la guerre contre les drogues a débuté il y a beaucoup plus longtemps. En 1914, la première loi fédérale américaine interdisant le commerce et la consommation de certaines drogues spécifiques est entrée en vigueur. En 1928, la Dangerous Drugs Act (Loi sur les drogues dangereuses) de 1925 a pris effet dans la plupart des pays du monde. En 1930, le précurseur de la Drug Enforcement Administration (DEA) a été créé, puis en 1937, la tristement célèbre Marihuana Tax Act (Loi sur la taxe sur la marijuana) a été adoptée – c’était la première loi américaine interdisant la consommation de cannabis. 1961 a connu la Convention unique sur les stupéfiants, une entente signée sous le leadership des Etats-Unis dont l’objectif était de lutter contre les drogues à l’échelle mondiale. La déclaration de guerre de Nixon de 1971 signifiait donc l’accélération des hostilités et non le commencement.

Heureusement, de plus en plus de pays reviennent sur leur position. La guerre s’est avérée très coûteuse et a accompli peu. Au Mexique, le bastion des drogues de l’Amérique du Sud, plus de 164 000 personnes ont péri entre 2007 et 2014 à la suite de la guerre contre les drogues et ce, malgré les – ou en raison des – 51 milliards de dollars que les Etats-Unis dépensent chaque année pour cette lutte. Pendant ce temps, le Rapport mondial sur les drogues 2015 de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) déclare que la consommation mondiale de drogue s’est stabilisée. Malgré toutes ces dépenses et tant de vies anéanties, la guerre contre les drogues a échoué.

La lutte contre le cannabis est-elle arrivée à terme, lentement mais sûrement ? Est-il possible que nous soyons près du point de bascule ? De plus en plus de personnes reconnaissent les propriétés thérapeutiques du cannabis et remettent en cause le bon sens de sa classification dans plusieurs pays : une drogue de catégorie A sans propriétés thérapeutiques. Selon ce rapport de l’ONUDC de 2012, le cannabis est plus largement consommé que l’héroïne, la cocaïne, les amphétamines et la MDMA. Il est étonnant que la drogue récréative la plus populaire soit aussi un médicament aux multiples usages. Plutôt que de lutter contre son utilisation, un nombre important et croissant de pays voient le cannabis comme une matière première pour des médicaments, des produits de santé, de nutrition et de soin pour le corps, et même comme une substance récréative acceptée.

Endroits où le cannabis est légalisé.
Endroits où le cannabis est légalisé.

La théorie du point de bascule

Selon le journaliste et écrivain canadien Malcolm Gladwell, le point de bascule est un moment de masse critique, de transformation. Dans son livre paru en 2000 intitulé The Tipping Point: how little things can make a big difference, Gladwell écrit que les idées, produits, messages et comportements peuvent se propager comme des virus. L’information « devient virale ». La théorie du point de bascule émane du domaine de la physique, et désigne le moment où une petite quantité de masse ajoutée à un objet en équilibre fait en sorte qu’il tombe ou bascule soudainement et complètement. Cette théorie a également été vue en action dans de petits et grands écosystèmes, et en économie.

L’information succède à la désinformation

 Au cours des dernières années, on a assisté à d’importants progrès dans la normalisation et la légalisation du cannabis. La vérité concernant les multiples usages du chanvre et du cannabis apparaît dans les médias grand public. La désinformation est une arme souvent utilisée dans la guerre contre les drogues ; on a répandu des mensonges sur la plante pour influencer la perception que les gens se font d’elle et pour encourager la résistance à son usage. Aujourd’hui, la vague d’information qui atteint le public et les autorités se transforme. Une variété d’idées, de messages, de comportements et d’expériences exposant les bienfaits du cannabis voyagent rapidement et apportent un changement d’ordre pratique. La somme de ces changements amène la question suivante : la légalisation mondiale du cannabis est-elle au seuil du point de bascule ?

Dans le cas des écosystèmes sur le point d’atteindre ce moment décisif survient un phénomène nommé « ralentissement critique ». Il s’agit du délai nécessaire à un système pour se rééquilibrer après une perturbation ; pour revenir à son état d’origine. Plus le point de bascule est imminent, plus ce délai devient long, jusqu’à ce que le rééquilibrage soit finalement impossible et que le point de bascule soit atteint – après quoi survient un changement radical et irréversible.

Dans le cas de l’interdiction du cannabis, nous pouvons observer des preuves de ce ralentissement critique sur plusieurs continents en commençant par l’Europe. (Cet article se concentre sur le statut général du cannabis. Pour un portrait détaillé du cannabis médicinal en Europe, consultez cet article).

Le point de bascule du cannabis en Europe

Au début du siècle, le cannabis n’était dépénalisé qu’aux Pays-Bas – une décision qui était destinée à être une première étape vers la légalisation par son instigateur, Dries van Agt. Cinq ans plus tard, des pharmacies néerlandaises vendaient du cannabis médicinal sur ordonnance. En 2005, le Portugal avait dépénalisé toutes les drogues, la Belgique avait dépénalisé jusqu’à trois grammes de cannabis et une plante, et la Finlande avait partiellement dépénalisé de petites quantités pour un usage personnel (bien qu’elle distribuait encore des amendes pour la possession). Même si l’Espagne luttait encore pour que les clubs de cannabis obtiennent un statut légal, la Catalogne a lancé en 2005 une initiative pour fournir du Sativex à 600 patients. Le Royaume-Uni a pour sa part reclassé le cannabis de la classe B à la classe C, faisant de la possession une infraction non passible d’arrestation.

Jusqu’en 2010, il y a eu peu de changement et les progrès étaient très lents. La Finlande déclarait un total de douze consommateurs de cannabis médicinal autorisés et l’Allemagne sept. L’Espagne a eu un certain succès puisque des membres de clubs de cannabis ont été innocentés d’accusations de possession et de vente. L’Autriche a assoupli ses lois en modifiant la quantité de produit et de plants destinés à un usage personnel, mais a toutefois augmenté les sanctions pour la distribution. Les lois italiennes ont été durcies, classant le cannabis avec les drogues dures, et le Royaume-Uni l’a reclassé en classe B. Ces derniers événements peuvent être vus comme des indices de tentative de rééquilibrage de l’« écosytème » de l’illégalité du cannabis.

Mais le « virus » de la tolérance envers le cannabis se répandait. Les cinq dernières années ont apporté de grands progrès pour les patients qui en font un usage thérapeutique. La République tchèque, l’Allemagne, la Macédoine et la Roumanie autorisent maintenant l’utilisation de cannabis sur ordonnance, et les médicaments à base de cannabinoïdes (principalement le Sativex) sont légaux en Espagne, en Allemagne, au Danemark, en Norvège, en Italie, en Autriche, en Pologne, en Suède et au Royaume-Uni (bien que ça ne signifie pas qu’il soit facile d’en obtenir dans tous ces pays). Il y a maintenant environ 200 consommateurs de cannabis médicinal en Finlande. L’Espagne ne fait pas de distinction entre la consommation de cannabis médicinal et récréatif. Aux Pays-Bas, bien que l’on en soit encore à l’étape première et que la légalisation complète n’a toujours pas été entreprise, le maire de Tilburg a récemment déclaré que les consommateurs de cannabis médicinal peuvent cultiver les plants pour satisfaire à leurs besoins, et l’on s’attend à ce que d’autres municipalités emboitent le pas. Au Royaume-Uni, la United Patients Alliance a été invitée à soumettre ses recommandations à la suite d’une demande commune de tous les partis de légaliser le cannabis médicinal, une démarche sans précédent et pour le moins encourageante.

Endroits où le cannabis est dépénalisé.
Endroits où le cannabis est dépénalisé.

Le point de bascule du cannabis dans les Amériques

 Tout comme les Pays-Bas faisaient cavalier seul en Europe en tolérant le cannabis, la Californie était pendant de nombreuses années le seul Etat américain ayant légalisé le cannabis médicinal. Seize ans plus tard, une panoplie d’endroits a défié la loi fédérale (avec la bénédiction tacite du Président Obama) pour rendre l’utilisation thérapeutique possible dans vingt-trois Etats et dans le District de Columbia. Le Colorado, Washington, l’Alaska et l’Oregon ont légalisé la vente et la possession de cannabis à des fins thérapeutiques et récréatives. Alors que les élections présidentielles approchent, sept Etats s’apprêtent à voter sur la réforme du cannabis. La Californie, le Nevada, le Maine, le Massachusetts et l’Arizona décideront si la légalisation complète de la possession et de la culture de quantités limitées sera autorisée, accompagnée de taxes et d’une réglementation. La Floride tentera à nouveau d’autoriser le cannabis sur ordonnance après un premier vote en 2014 perdu par seulement 2 %. L’Arkansas a deux propositions pouvant permettre l’usage médicinal du cannabis, lesquelles diffèrent sur la manière et l’endroit où il pourrait être cultivé.

Le Mexique, qui a souffert horriblement en raison du statut illégal du cannabis, particulièrement le long de sa frontière avec les Etats-Unis, a dépénalisé de petites quantités en 2009 (jusqu’à cinq grammes). L’an dernier, il a statué que la culture et la consommation étaient autorisées pour quatre membres de la Mexican Society for Responsible and Tolerant Personal Use (Société mexicaine pour une consommation personnelle responsable et tolérante) citant comme motif qu’une interdiction violerait leur droit au développement personnel. Chaque année, d’énormes quantités de cannabis produites au Mexique sont transportées clandestinement aux Etats-Unis au prix de plusieurs milliers de vies. Puisque les Etats-Unis, ce pays qui a lui-même instauré la guerre contre les drogues, renversent maintenant cette décision Etat par Etat, il serait à propos pour le Mexique d’amorcer la transition vers une légalisation complète.

En Amérique du Sud, le changement est encore plus spectaculaire. Au cours des dernières années, l’Uruguay a complètement légalisé le cannabis et le vend par l’entremise du gouvernement. L’Argentine, le Pérou, l’Équateur, le Paraguay et la Bolivie ont dépénalisé de petites quantités pour usage personnel, de même que le Chili où la culture est aussi entièrement légale. Depuis 1994, la Colombie autorise légalement la possession pour usage personnel de 22 grammes et la culture de 20 plants, et elle a récemment décidé que toute personne arrêtée avec une quantité au-delà de celle autorisée ne peut faire l’objet d’une poursuite s’il est démontré que cette quantité avait pour but de satisfaire à ses propres besoins.

Une célébration du 20 avril au Canada.
Une célébration du 20 avril au Canada.

Le 20 avril 2016, le Canada a annoncé son intention de légaliser et réglementer le cannabis au début de 2017, rendant la traditionnelle « fête des amoureux du cannabis » encore plus spéciale. Les antipodes ne sont pas loin derrière. En Australie, la consommation personnelle est dépénalisée dans le Territoire du Nord, l’Australie-Méridionale et le Territoire de la capitale de l’Australie. L’Australie a également légalisé la culture au niveau fédéral, quoique seulement à des fins scientifiques et thérapeutiques pour l’instant. Néanmoins, Victoria et Nouvelle-Galles du Sud ont légalisé l’utilisation médicinale plus tôt cette année. Le mois prochain, cette légalisation s’étendra au reste du pays.

Quelles conclusions peut-on tirer de l’état de la légalisation du cannabis à l’échelle mondiale ?

Pour revenir à l’exemple de l’écosystème, nous constatons que le rythme des effets sur le système a accéléré et semble augmenter exponentiellement. Alors que de plus en plus de « perturbations » ébranlent le statu quo, le système n’arrive pas à se rééquilibrer – en d’autres mots, les régions où la dépénalisation et la légalisation ont été introduites n’ont pas annulé leurs décisions. Au contraire, le succès de la réglementation et de la taxation et la réduction des crimes sont autant de retombées qui encouragent les autres régions à emboiter le pas et modifier leurs politiques pour qu’elles soient plus tolérantes.

Si la théorie du point de bascule est vérifiée lorsqu’appliquée à l’interdiction du cannabis, nous pouvons non seulement espérer, mais nous attendre à ce que la fin d’une période répressive et insensée de l’histoire survienne avant son centième anniversaire. Optimisme ou science ? Qu’en pensez-vous ? Faites-nous part de vos commentaires.

Commentaires

Poster un commentaire

LRC

En France, le point de bascule à été atteint car un très récent sondage du mois d'octobre donne pour résultat 84% de personnes qui estiment que la prohibition est un échec et 52% pensent que la légalisation du cannabis est la bonne solution.

20/10/2016

Navarre

Il serait temps que la France fasse quelque chose en faveur du Cannabis, et que les malades puissent se soigner comme ils le désirent. Que l'on arrete de faire des consommateurs des hors la loi, d'autant que la légalisation apporterai non seulement de l'argent mais créerai aussi des emplois !
Bons pots à tous

06/11/2016


LRC

Ça sent de plus en plus le roussi pour la prohibition en France. La CNCDH , commission nationale consultative des droits de l'homme demande la légalisation du cannabis un jour avant les référendums des états Américains concernant la légalisation du cannabis.
Aujourd'hui, 09 novembre 2016 les résultats sont tombés: la quasi totalité des états concernés ont approuvé la légalisation dont la Californie, berceau de la démocratisation de l'informatique qui a innondé la planète...
Il est fort probable que nos candidats présidentiels ne pourront pas éviter un débat sur la légalisation.
Cela devrait ètre autrement plus intéressant et constructif que des tergiversations au sujet du prix des pains au chocolat.

09/11/2016

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.
Read More
Read More
Read More
Read More