Test d’ADN pour le cannabis : fonctionne-t-il, en vaut-il la peine ?

Nous sommes tous différents, notre ADN en est la preuve, et nos organismes réagissent tous différemment, entre autres, au cannabis. Aimeriez-vous savoir ce que votre ADN dit au sujet de votre réaction au cannabis ? Bientôt, le premier test génétique vous permettra de prédire la réponse de votre organisme au cannabis.

Notre ADN révèle nos particularités génétiques qui nous rendent uniques et font que le fonctionnement de l’organisme diffère d’une personne à l’autre, tout comme la manière dont il réagit au cannabis. Mais le domaine de la génétique et de ce que l’on appelle la « médecine personnalisée » ou la « génomique » a fait de grandes avancées.

Il est aujourd’hui possible de déterminer les caractères génétiques et les causes des maladies, ce qui permet d’administrer aux patients les meilleurs traitements selon des marqueurs biologiques spécifiques.

Et cette science peut maintenant s’appliquer à la consommation de cannabis. Au cours des dernières années sont apparus sur le marché des tests génétiques qui permettent de déterminer comment notre corps réagira à cette substance.

Notre séquence d’ADN est unique et irremplaçable

Grâce aux dernières avancées dans les domaines de la biologie moléculaire et de la bio-informatique, il est possible d’identifier les « polymorphismes » ou « marqueurs génétiques » de notre ADN. Ceux-ci peuvent indiquer le type de réponse que déclenchera le cannabis, et si un individu est plus enclin à une réaction négative, ce qui augmente les risques de complications, par exemple, de troubles mentaux ou de problèmes de dépendance.

Chacun de nous possède une séquence unique d’ADN. Les polymorphismes sont des variations de séquence à un endroit spécifique de l’ADN propres à chaque individu d’une population. En d’autres mots, ils se produisent dans un gène en particulier et varient d’un individu à l’autre.

Toutefois, soulignons que ces variations génétiques sont peu fréquentes. Les dernières recherches démontrent qu’environ seulement 10 % des consommateurs de cannabis occasionnels développent une dépendance psychologique, des envies ou d’autres comportements de dépendance affectant le quotidien.

Analyse génétique appliquée au cannabis

Les consommateurs réguliers ou occasionnels peuvent bien se demander quelle est l’utilité de ces nouveaux tests, puisque leur expérience première leur a déjà montré comment leur corps réagit au cannabis. Pourtant, une telle analyse génétique qui informe les non-consommateurs s’ils réagiront mal à la substance peut aussi révéler s’il existe une probabilité qu’un problème se développe à la suite d’un usage régulier.

Selon ce que l’on rapporte, le premier test génétique pour le cannabis a été élaboré et lancé par Anant Life, une entreprise canadienne qui se spécialise dans les tests génétiques pour les conditions médicales. L’entreprise a affirmé que son test pouvait détecter les marqueurs biologiques révélant plusieurs prédispositions. Par exemple, une prédisposition cardiovasculaire pourrait entraîner « d’importants risques » en cas de consommation de cannabis, ou encore, une consommation de cannabis pourrait affecter une prédisposition aux troubles alimentaires.

Le coût de leur test varie entre 700 et 900 $, ce qui le rend inaccessible à bien des gens

Plus récemment, l’entreprise torontoise Lobo Genetics a mis au point un autre test vendu dans quelques magasins d’Alberta. Ce test génétique analyse la réaction au cannabis de trois gènes spécifiques :

  • CYP2C9 – Ce gène aide à déterminer la manière dont les drogues sont métabolisées. Une mutation de ce gène affectera la rapidité du métabolisme du THC ainsi que la durée du high.
  • AKT1 – Une variation dans ce gène peut augmenter le risque de psychose.
  • COMT – Comme ce gène contrôle comment le cerveau décompose la dopamine, une variation dans ce gène peut affecter la mémoire, ce qui en retour affecte les fonctions cognitives. 

Certains experts médicaux mettent en garde que les tests génétiques pour le cannabis sont demeurés modestes. Une exposition préalable à d’autres drogues peut aussi affecter la réaction de chacun, ainsi qu’une multitude d’autres gènes que ne prend pas en compte le test de l’entreprise Lobo Genetics.

D’autres entreprises ayant commercialisé de tels tests incluent EndocannaHealth (nous avons adoré la revue journalistique) et Pathway Genomics.

Le cannabis médical pour mettre fin à la crise des opiacés

La mise au point de ces tests pourrait éventuellement être utile non seulement pour anticiper les effets que le cannabis aura sur les gens, mais aussi pour des raisons médicales.

Le cannabis est largement connu pour ses vertus anti-douleurs. Ces tests pourraient-ils ouvrir la voie à la légalisation mondiale du cannabis afin de contrer la crise des opiacés ? Peut-être.

Depuis des années en Amérique du Nord on a traité la douleur à doses massives d’opiacés ce qui a éventuellement mené à une énorme crise sanitaire. Aux Etats-Unis en 2017, les surdoses d’opiacés ont causé près de 50 000 décès. Plus de cent personnes meurent chaque jour d’une surdose d’opiacés, et 4 à 6 % des gens qui en prennent en excès finiront pas utiliser de l’héroïne.

Le cannabis médical s’avère une alternative prometteuse aux opiacés dans le traitement de la douleur, de même qu’un excellent substitut pour d’autres médicaments comme les antiépileptiques et les antipsychotiques. Certains professionnels médicaux sont pourtant réticents à prescrire du cannabis. Equipés de ces tests génétiques qui leur permettraient de déterminer les patients qui seraient de bons candidats, ces médecins pourraient être plus confiants. 

Médecine personnalisée avec le cannabis

A l’aire dans laquelle nous vivons, où la légalisation du cannabis ne cesse de prendre de l’ampleur, particulièrement à des fins médicales, le système endocannabinoïde est le point de mire de la science. L’évolution des techniques de séquençage de l’ADN et de la médecine personnalisée nous permet de comprendre mieux que jamais la génétique et la régulation dudit système.

Actuellement, on peut traiter les patients adéquatement en leur administrant un ou plusieurs médicaments à des doses déterminées en fonction de leur profil chimique et génétique. La médecine personnalisée se base autant sur la connaissance de la nature moléculaire des maladies que sur l’individualité chimique de chaque patient.

Le diagnostic moléculaire permet une administration précise – en dose et en durée – pour chaque médicament, à chaque patient. Bien sûr, cela peut aussi s’appliquer au cannabis médical.

Devriez-vous vous procurer un test génétique pour le cannabis ?

Que vous passiez le test à des fins médicales ou récréatives, on ne saurait ignorer un aspect de taille de ces tests génétiques : les préoccupations de l’ordre de la confidentialité et de la sécurité. Evidemment, les entreprises qui les offrent affirment que votre information (votre ADN !) ne sera pas vendue. Mais rien ne garantit qu’elle ne sera pas éventuellement partagée, ou vendue si l’entreprise en question fermait ses portes ou passait entre les mains de nouveaux propriétaires.

Il y a aussi le réel danger que représentent les fuites ou les vols de données. Contrairement à vos renseignements personnels, vos habitudes de consommation ou vos numéros de cartes de crédit, votre ADN ne changera jamais ni ne viendra à échéance.

Aussi, il faut garder à l’esprit que la génétique n’est pas une science exacte et que les résultats peuvent varier d’une entreprise à l’autre ou entre scientifiques. Il y a une différence entre un test effectué par un médecin sous des conditions contrôlées de laboratoire et un autre effectué à la maison.  

En fait, une analyse récente a trouvé que pas moins de 40 % des résultats obtenus à la maison (directement aux consommateurs) grâce à des trousses personnelles donnaient des résultats positifs erronés. Bien que de tels tests paraissent divertissants et utiles, une évaluation officielle est recommandée lorsque les résultats servent à prendre des décisions affectant la santé et la sécurité.

Décoder la séquence ADN d’une personne n’est désormais plus une technique réservée à la recherche scientifique. Bien qu’il y a quelques années à peine, on devait consacrer à cette technique énormément de temps et d’argent, elle est maintenant répandue dans les laboratoires de diagnostic génétique et beaucoup plus abordable.

Espérons que ce premier test génétique pour le cannabis ne sera pas le dernier et que bientôt, ce type d’analyse soit accessible à tous les consommateurs de cannabis récréatif et médicinal partout dans le monde.

  • Disclaimer:
    Cet article ne remplace aucun conseil, diagnostic ou traitement d’un professionnel médical. Consultez toujours votre médecin ou tout autre professionnel de la santé habilité. Ne tardez pas à obtenir des conseils médicaux et n’ignorez aucune recommandation médicale après avoir lu tout contenu de ce site web. 

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Author and reviewer

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
  • Sanjai_Sinha

    Sanjai Sinha

    Dr Sanjai Sinha est membre du corps enseignant du Centre médical Weill Cornell de New York où il reçoit des patients, enseigne aux médecins résidents et aux étudiants en médecine et fait de la recherche en services de santé. Il prend soin d’éduquer ses patients et pratique la médecine fondée sur les preuves. Son grand intérêt pour l’examen médical est nourri de ces passions.
    En savoir plus
Retour haut de page