by Seshata on 13/07/2015 | Cannabis News Medicinal

Cannabis et troubles de l’alimentation

Depuis des millénaires, le cannabis est connu pour stimuler l’appétit et encourager la consommation d’aliments, et c’est un traitement utilisé de longue date contre l’anorexie et les troubles de l’alimentation associés. De nos jours, la recherche moderne a permis d’établir que le lien entre le système endocannabinoïde et les maladies telles que l’anorexie est bien plus profond que ce que l’on pensait.


Cannabis et troubles de l’alimentation - Sensi Seeds blog

Depuis des millénaires, le cannabis est connu pour stimuler l’appétit et encourager la consommation d’aliments, et c’est un traitement utilisé de longue date contre l’anorexie et les troubles de l’alimentation associés. De nos jours, la recherche moderne a permis d’établir que le lien entre le système endocannabinoïde et les maladies telles que l’anorexie est bien plus profond que ce que l’on pensait.

La recherche sur le cannabis dans le traitement des troubles de l’alimentation

Malgré les recherches menées depuis plusieurs décennies sur le cannabis en tant que traitement potentiel de l’anorexie et des troubles de l’alimentation associés, les résultats n’ont pas toujours été concluants. Une étude croisée à double insu publiée en 1983  a comparé l’effet du THC par rapport à un placébo actif, le diazépam, sur l’appétit des malades atteints d’anorexie mentale, et a conclu que l’administration de THC n’entrainait aucune augmentation de l’apport calorique ou de la prise de poids, provoquant même en fait des « troubles psychiques importants » chez plusieurs patients.

Toutefois, une étude croisée à double insu a plus récemment révélé que le dronabinol, un analogue synthétique du THC, provoquait une prise de poids « limitée, mais significative » chez les femmes souffrant d’anorexie mentale, par rapport à un placébo, avec aucun effet psychotrope indésirable significatif.

Plusieurs études portant sur des modèles d’anorexie animale ont également permis de démontrer que l’administration de THC ou d’autres agonistes du récepteur cannabinoïde provoquait une prise de poids et une amélioration de l’appétit chez les sujets testés. Une autre étude menée sur des souris atteintes d’anorexie provoquée basée sur l’activité a révélé que l’administration de 0,5 mg de THC « diminuait la survie » dans le groupe test, mais augmentait le taux d’alimentation chez les sujets survivants. L’administration quotidienne d’un analogue synthétique de l’anandamide, l’OMDM-2 (3 mg/kg), augmentait les taux d’alimentation sans affecter la survie globale, mais pas suffisamment pour inverser la courbe de perte de poids.

Le cannabis comme stimulant de l’appétit

Cannabis et troubles de l’alimentation 1 - Sensi Seeds blog
Les troubles de l’alimentation peuvent être très invalidants et même mortels (© S).

Bien que peu d’études aient étudié spécifiquement l’effet du cannabis sur l’appétit des malades atteints d’anorexie mentale, de nombreuses études ont étudié l’effet du cannabis et des cannabinoïdes sur la forme d’anorexie qui touche les personnes atteintes de certaines maladies invalidantes telles que le cancer, le SIDA ou l’hépatite.

Dans une étude  réalisée en 1994 portant sur l’effet du THC sur l’appétit de patients atteints d’un cancer, treize patients sur dix-huit ont manifesté une amélioration de l’appétit après la prise de THC, sans aucun effet secondaire significatif. Sur cette base, le cannabis a été jugé être un stimulant de l’appétit efficace et sûr pour les patients atteints d’un cancer. Plus récemment toutefois, un essai clinique à double insu contrôlé par un placébo et conduite en 2006 n’a révélé aucune différence significative en termes de qualité de vie, que ce soit pour les extraits de cannabis ou le THC comparés au placébo.

Bien que les diverses études citées présentent des résultats très divergents, il ne fait aucun doute que le système endocannabinoïde ait un rôle important à jouer dans la prise en charge de l’appétit et de l’alimentation. Ces études antérieures ont permis aux scientifiques de mieux comprendre les mécanismes sous-jacents du système endocannabinoïde et son rôle considérable possible dans la régulation des processus biologiques essentiels tels que l’appétit, l’apport alimentaire et la satiété.

Le système EC et la régulation de l’apport alimentaire

Cannabis et troubles de l’alimentation 2 - Sensi Seeds blog
Bien qu’on pense qu’ils ont une origine psychologique, les troubles de l’alimentation pourraient également avoir une origine génétique (© S).

À mesure que notre compréhension du système endocannabinoïde progresse, nous découvrons le rôle qu’il peut jouer dans le développement et la prise en charge de maladies telles que l’anorexie.

Dans une étude publiée en 2005, il a été démontré que les niveaux de cannabinoïde anandamide endogène dans le sang chez les personnes souffrant d’anorexie mentale et d’hyperphagie boulimique étaient sensiblement, alors qu’ils demeuraient à un niveau normal chez les patients atteints de boulimie nerveuse diagnostiquée. Les chercheurs ont également établi que les niveaux d’anandamide étaient inversement proportionnels aux niveaux de ghréline, une autre molécule jouant un rôle dans la régulation de l’appétit et de l’apport alimentaire.

La relation entre le signal de la ghréline et le système endocannabinoïde a fait l’objet d’études approfondies, et il a été démontré que le THC pouvait effectivement agir comme un substitut de la ghréline chez les patients atteints de cancer et traités par chimiothérapie. Le rôle de la ghréline est de stimuler le système nerveux périphérique et finalement le cerveau, afin de produire la sensation de faim lorsque l’estomac est vide. Si, pour une raison quelconque, la ghréline fait défaut (chez les patients suivant une chimiothérapie par exemple, certains médicaments inhibent la production de ghréline), la sensation de faim ne se manifeste pas même lorsque l’estomac est vide, et le patient peut devenir anorexique.

Étant donné que l’anandamide assure pour une grande part les mêmes fonctions biologiques que le THC, on comprend pourquoi, chez les patients souffrant d’hyperphagie boulimique, un flux d’anandamide peut susciter une consommation alimentaire excessive. Nous ne savons pas encore très bien pourquoi les patients souffrant d’anorexie mentale subissant un tel flux d’anandamide ne connaissent pas pour autant le désir compulsif de s’alimenter (ou sont capables d’y résister).

Un dysfonctionnement du système EC peut-il être la cause de l’anorexie ?

Cannabis et troubles de l’alimentation 3 - Sensi Seeds blog
En Chine, le chanvre à forte concentration en CBD est utilisé depuis des siècles comme coupe-faim (© twicepix).

Le système endocannabinoïde n’est pas seulement fondamental pour la régulation de l’appétit et de l’apport alimentaire ; on pense désormais que l’anorexie mentale et les troubles connexes pourraient en fait être la conséquence de déséquilibres sous-jacents qui pourraient très bien être régulés par des thérapies ciblées à base de cannabinoïdes.

Dans une étude récente, des chercheurs ont étudié les cerveaux de femmes anorexiques, boulimiques et saines par tomographie par émission de positons (TEP). Ils ont découvert que les malades souffrant d’anorexie mentale présentaient une augmentation globale significative de la densité du récepteur CB1 dans les régions corticales et sous-corticales du cerveau, alors que les sujets boulimiques et anorexiques présentaient une densité du récepteur CB1 sensiblement accrue dans une région particulière du cerveau appelée cortex insulaire. Les niveaux d’endocannabinoïdes produits naturellement se sont également avérés être sensiblement inférieurs chez les boulimiques et les anorexiques, en particulier dans le cortex insulaire.

Les chercheurs ont émis l’hypothèse selon laquelle, chez les malades anorexiques, l’augmentation globale de la densité du récepteur CB1 pourrait être le fruit d’un mécanisme visant à compenser un système endocannabinoïde hypo actif. Ils ont également relevé que l’augmentation de la densité du récepteur CB1 dans le cortex insulaire constatée chez les patientes boulimiques et anorexiques était probablement associée au dysfonctionnement sous-jacent du système hédonique (ou système de récompense, centre du plaisir), car le rôle fondamental du cortex insulaire dans ces processus est connu.

Plusieurs études se sont également penchées sur la possibilité que des mutations de gènes associés au système endocannabinoïde puissent exacerber la sensibilité des porteurs de ces gènes aux troubles de l’alimentation tels que l’anorexie. Une étude publiée en 2009 concluait qu’un polymorphisme de nucléotide simple dans le gène CNR1  qui code l’expression du récepteur cannabinoïde type I, ainsi qu’un second polymorphisme dans un gène contrôlant la production de la molécule FAAH (hydrolase des amides d’acide gras, ou amidohydrolase des acides gras) capable d’hydrolyser l’anandamide, pouvaient contribuer à une sensibilité biologique à l’anorexie et à la boulimie nerveuse.

L’usage du cannabis chez les personnes souffrant d’anorexie

Cannabis et troubles de l’alimentation 4 - Sensi Seeds blog
Les femmes anorexiques sont plus enclines à avoir recours au cannabis, à l’alcool et au tabac que le reste de la population (© shjauzmn)

De nombreuses études ont évalué le taux d’utilisation et d’abus de substances chez les personnes souffrant de troubles de l’alimentation et ont obtenu des résultats supérieurs à la moyenne pour le cannabis, mais c’est également vrai pour l’alcool, le tabac et de nombreuses autres substances. Le cannabis est la drogue illégale  la plus fréquemment mentionnée chez les personnes souffrant de troubles de l’alimentation ; cela étant dit, ce n’est pas une surprise étant donné que le cannabis est la drogue illégale la plus consommée, d’une manière générale.

Aucune étude n’a été menée pour déterminer si l’usage de cannabis pouvait provoquer l’anorexie ou stimuler les malades dans leur folie destructrice en s’affamant, mais certaines indications permettent de suggérer que le cannabis peut supprimer la sensation de faim dans certaines circonstances. En fait, en Chine, le cannabis est utilisé comme coupe-faim depuis des siècles.

Toutefois, la recherche nous indique que cet effet dépend de la présence de fortes concentrations en CBD ou en THCV, deux cannabinoïdes ayant des propriétés coupe-faim. Les recherches menées par le spécialiste britannique de la science des cannabinoïdes, GW Pharmaceuticals, créateur du Sativex, un spray oromucosal à base de cannabinoïdes, ont permis de démontrer que ces deux cannabinoïdes exerçaient un effet coupe-faim sur les souris.

Cet effet est imputable au fait que ces composés sont un antagoniste et un agoniste inverse des récepteurs cannabinoïdes, et bloquent l’effet stimulant de l’appétit des agonistes tels que l’anandamide ou le THC. En 2008, GW Pharmaceuticals a déposé une demande de brevet pour un nouveau médicament coupe-faim basé sur ces deux molécules, mais nous ne savons pas si ces médicaments ont déjà fait l’objet d’un développement.

Dans tous les cas, il est peu probable que les personnes anorexiques ayant recours au cannabis utilisent du cannabis ayant une concentration en CBD ou en THCV supérieure au THC, car de telles variétés seraient alors probablement des variétés de chanvre. Toutefois, si l’hypothèse selon laquelle un dysfonctionnement du système endocannabinoïde serait la cause sous-jacente de l’anorexie était confirmée, l’utilisation de cannabis riche en THC pourrait bien conférer des avantages subjectifs accrus aux personnes qui manquent d’anandamide, un analogue endogène du THC, ou qui sont incapables de l’utiliser efficacement.

De nombreuses études doivent encore être réalisées avant que notre connaissance du système endocannabinoïde soit suffisamment complète pour nous permettre de comprendre ses relations avec le développement et la prise en charge de maladies telles que l’anorexie mentale. Cependant, il ne fait aucun doute que son rôle est fondamental et qu’une meilleure compréhension nous permettra de développer des thérapies ciblées pour l’anorexie, la boulimie et divers troubles associés.

Commentaires

Laissez un commentaire ici.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.