Fumer ou vaporiser : nouvelles façons d’inhaler

Avant l’apparition du vaporisateur, la seule manière d’inhaler le cannabis consistait à le fumer. Fumer est encore la méthode de consommation la plus populaire, mais la vaporisation permet d’inhaler plus efficacement les cannabinoïdes. Il est aussi plus sain de vaporiser que de fumer le cannabis.

Il existe de nombreuses méthodes pour consommer le cannabis, que ce soit à des fins récréatives ou médicales, bien que les consommateurs récréatifs préfèrent encore le fumer. Pourtant, les utilisateurs médicaux et certains récréatifs qui recherchent des méthodes de consommation plus saines se tournent vers la vaporisation et les produits comestibles.

Comme ces méthodes donnent des highs différents, le choix repose sur les préférences personnelles. Cependant, certaines méthodes conviennent mieux à des objectifs précis.

Fumer le cannabis

A l’évidence, la combustion du cannabis libère des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des substances pré-carcinogènes. La combustion du tabac aussi. Pourtant, les critères de toxicité des HAP sont potentiellement différents d’une plante à l’autre.

Par exemple, pour que ces pré-carcinogènes soient convertis en carcinogènes, ils doivent être exposés à l’activité enzymatique de la protéine d’oxydase du cytochrome P4501A1. Ce mécanisme est à l’œuvre lors de la combustion de tabac, mais une étude sur des rongeurs a montré que l’administration de THC fournissait aussi des pré-carcinogènes, mais que le THC inhibait simultanément l’activité de l’enzyme responsable de leur conversion en substances carcinogènes. Ainsi, la fumée de cannabis peut être fondamentalement différente de celle du tabac en vertu de propriétés biologiques.

Cela ne veut pas dire que la fumée de cannabis est inoffensive, mais elle ne doit pas être comparée à celle du tabac. Même si la combustion détruit une grande partie des ingrédients actifs du cannabis, la quantité de cannabinoïdes absorbés est généralement assez importante pour parvenir au niveau d’intoxication voulu. Le bout du joint atteint normalement 900°C (1650°F), ce qui est 750°C (1380 °F) de plus que ce qui est requis pour libérer des cannabinoïdes. Cette surchauffe détruit quantité de cannabinoïdes et de terpènes.

Le consommateur récréatif occasionnel préfère fumer le cannabis plutôt que d’investir dans un vaporisateur qui est considérablement plus cher que du papier et des filtres.  

Cela étant dit, le cannabis fumé pur est moins dangereux que le tabac. Le cannabis n’obstrue pas les petites voies respiratoires, bien que les scientifiques ne savent toujours pas pourquoi.

Vaporiser le cannabis

Il y a deux types de vaporisateurs. Le premier est conçu pour les fleurs de cannabis (pour en faire un usage optimal), le second, les e-liquides (vaporisateurs portables ou stylos).

La fonction du vaporisateur est de chauffer les cannabinoïdes présents dans le cannabis jusqu’à atteindre leur température d’ébullition ; il s’agit donc de les extraire par évaporation.

Si l’on compare la vaporisation avec la combustion de cannabis séché, elle est bien meilleure pour la santé et permet de profiter en toute sécurité des nombreuses propriétés curatives de la plante. De nombreuses personnes considèrent à tort que la vaporisation est une méthode vaguement différente de combustion de la plante; ce n’est absolument pas le cas.

Le cannabis commence à se vaporiser à 157°C (314 °F), et de nombreux appareils permettent à l’utilisateur d’ajuster la température à son goût. Presque tous les vaporisateurs permettent de sélectionner une température beaucoup plus basse que celle de la combustion.

Les ingrédients actifs contenus dans le cannabis sont libérés sous forme de vapeur. Une analyse a révélé que cette vapeur contenait entre 36 et 61 % du THC des buds vaporisés, et seulement trois composés non cannabinoïdes, comparativement à la fumée du cannabis qui contient 150 composés chimiques (dont cinq HAP, des carcinogènes connus).

La température « idéale » à laquelle le cannabis doit être vaporisé varie entre 50 et 250°C (120 à 480°F), en fonction des cannabinoïdes et terpènes. Quoi qu’il en soit, même avec des vaporisateurs ne permettant pas au consommateur de choisir ses réglages préférés, la température à laquelle les vaporisateurs fonctionnent devrait offrir une expérience satisfaisante, en particulier s’ils ont été calibrés pour un usage médical.

Les consommateurs médicaux peuvent opter pour la vaporisation pour éviter, avec le temps et la fréquence d’utilisation, d’inhaler les 150 composés potentiellement dangereux que renferme la fumée de cannabis. De plus, certains groupes démographiques veulent profiter des cannabinoïdes inhalés, mais la combustion du cannabis peut les agiter. La vaporisation pourrait très bien convenir à ces derniers.

Différentes méthodes pour différents scénarios

Notre exploration du sujet nous révèle qu’il est considérablement plus sain de vaporiser que de fumer le cannabis. Cependant, la décision est une question de préférences. Ceux qui ne consomment pas souvent, ou dans les occasions sociales, ne s’exposent pas à autant de risques que ceux qui fument souvent. Ainsi, choisir sa méthode dépend du scénario de consommation.

·         Pour un usage médical, elle est meilleure que les aliments comestibles

La vaporisation est l’une des méthodes les plus saines pour tirer pleinement profit des bienfaits du cannabis. Certains consommateurs médicaux préfèrent même la vaporisation aux aliments comestibles car les effets produits par les cannabinoïdes sont pratiquement immédiats. Manger des produits alimentaires à base de cannabis est tout aussi sûr, mais le délai nécessaire pour que le consommateur en ressente les effets est bien plus long.

·         La vaporisation donne plus d’effets à quantité égale

La vaporisation ne détruit pas les composés actifs du cannabis comme le fait la combustion. Moins de cannabinoïdes détruits signifie donc une meilleure efficacité et un rendement optimal des buds. La vaporisation préserve aussi mieux les terpènes que la combustion.

·         Fumer le cannabis est plutôt social  

Lorsqu’on consomme du cannabis dans un contexte social à des fins récréatives, on choisit souvent de le fumer. Il est bien plus populaire de passer un joint qu’un vaporisateur. Rouler et partager un joint entre amis relève d’un rituel, d’une tradition, ce qui peut expliquer pourquoi les consommateurs récréatifs préfèrent fumer.  

Cependant, la culture sociale entourant la vaporisation continue à gagner en popularité, comme la vaporisation elle-même. Alors que de plus en plus de consommateurs réalisent qu’il est plus sain de vaporiser le cannabis, la vaporisation prend son essor, même auprès des consommateurs récréatifs.  

Il n’est pas surprenant que les consommateurs médicaux préfèrent la vaporisation à la combustion, puisqu’elle offre des avantages sanitaires qui sont particulièrement intéressants pour les grands consommateurs. En outre, certaines personnes n’aiment tout simplement pas fumer, et la vaporisation est une excellente solution de rechange.

Pourtant, même s’il existe différentes manières de consommer, les utilisateurs récréatifs ont tendance à continuer à fumer leur joint. Après tout, c’est la façon traditionnelle de consommer le cannabis. 

En fin de compte, le but de la consommation joue un grand rôle dans le choix de la méthode, tout comme les préférences. Différentes méthodes conviennent à différents scénarios, et en cette époque moderne du cannabis, les gens ont accès à presque une infinité de moyens de consommation.

Si vous avez besoin d’inspiration, visitez notre boutique en ligne qui propose plusieurs modèles de vaporisateurs. Vous pouvez également poser vos questions en personne à nos conseillers dans notre boutique d’Amsterdam.

  • Disclaimer:
    Les lois et règlements régissant la consommation de cannabis diffèrent d’un pays à l’autre. Sensi Seeds vous conseille donc fortement de vérifier les lois et règlements de votre pays. Ne contrevenez pas à la loi.

Comments

3 réflexions sur “Fumer ou vaporiser : nouvelles façons d’inhaler”

  1. mon vaporisateur Cloud v terra monte a 210 degres, je ne ressens pas de chaleur particuliere et il est vraiment bien !!! est ce que la temperature est trop elevée ?? est elle dangeruse ??

    1. Sylent Jay - Sensi Seeds

      Bonjour Georges,

      Vaporiser à cette température n’est absolument pas risqué – toutefois, il s’agit là d’une température qui équivaut à une combustion. Cela n’est pas dangereux, puisque seul le cannabis est le sujet de ladite combustion. Point de papier, carton, ou autre élément potentiellement nocif. Si vous voulez toutefois bénéficier des cannabinoides présents dans la variété utilisée de manière plus optimale via vaporisation, il vous faut passer en dessous de 200 degrés celcius.

      Merci pour votre commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Author and reviewer

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
  • Sanjai_Sinha

    Sanjai Sinha

    Dr Sanjai Sinha est membre du corps enseignant du Centre médical Weill Cornell de New York où il reçoit des patients, enseigne aux médecins résidents et aux étudiants en médecine et fait de la recherche en services de santé. Il prend soin d’éduquer ses patients et pratique la médecine fondée sur les preuves. Son grand intérêt pour l’examen médical est nourri de ces passions.
    En savoir plus
Retour haut de page