Les 13 meilleurs films & émissions TV pour stoners de tous les temps

Il y a deux types de stoners : le genre qui aime se gaver d’émissions TV et le genre qui préfère un marathon ciné. On n’a pas tous le même niveau de concentration, pas vrai ? En tous les cas, la liste du « top » des films sur le cannabis et des émissions TV à regarder non-stop est, franchement, assez impressionnante. On s’est permis de faire la compilation du meilleur de tous les temps – oui ! de tous les temps !

Imaginations extrêmes de gens devenus fous : une guerre des drogues qui dure 80 ans et qui a tué des centaines de milliers de personnes et emprisonné des millions d’autres ; trafic, complot, corruption, violence et liens uniques dealeurs-clients, voilà seulement quelques-unes des histoires explosives ayant inspiré le top des films sur le cannabis. Jetons un œil sur les meilleurs films cannabiques avant de s’attaquer aux émissions TV.

Films sur le cannabis à regarder en mode cannabis

1. Reefer Madness (1936)

Dès le générique d’ouverture deReefer Madness, le film annonce la couleur : débarrasser le monde de la « marijuana, un narcotique violent, fléau indescriptible, le véritable ennemi public numéro un », et ainsi justifier 80 ans d’interdiction du cannabis – et la Guerre aux drogues. Tous les consommateurs de cannabis devraient regarder ce film, au moins une fois, pour voir d’où vient la folie de la prohibition.

Le film débute en montrant un tirage de presse et des journaux qui titrent « lutte contre la dope » et « guerre à la drogue ». En y repensant, c’est bien le signe que ce film fait de la propagande pure. De plus, le film prétend être basé sur de « vraies recherches sur les conséquences de la dépendance à la marijuana », qui comme nous le savons, est un mensonge. Et nous voici quatre-vingts ans plus tard, toujours en train d’attendre que de « vraies recherches » montrent les répercussions de l’addiction au cannabis.

Ça vaut la peine d’allumer un joint rien que pour lire le générique d’ouverture, tant il est fantastique. On peut y lire que les effets du cannabis comprennent : « un rire incontrôlable… des hallucinations… un ralentissement du temps… des extravagances monstrueuses… une incapacité à diriger ses pensées… une violence choquante… une démence incurable. » De vraies foutaises, mais le public des années 30 en croyait chaque mot, tout comme leurs enfants et les enfants de leurs enfants.

La première personne à allumer un joint est, bien évidemment, un musicien qui aspire grands yeux ouverts la fumée ; un tranchant contraste avec la scène suivante où une mère sert un chocolat chaud à Bill et Mary, le genre d’enfants qui aime lire Shakespeare pour le fun. Cette juxtaposition est une tentative complètement gauche pour illustrer à quel point ces enfants sont sur le point de tomber dans la débauche. Et juste pour en rajouter, Bill tombe dans une mare en sortant. Le seul mérite de ce film est que le jeu des acteurs est tellement pompeux, que ça en devient hilarant.

Assez étrangement, la scène la plus réaliste du film est un échange entre des dealeurs de seconde zone. Ceux sont des hommes blancs en costume qui n’ont pas peur d’utiliser la violence pour obtenir ce qu’ils veulent. Puis dans une autre scène, un agent du FBI et le directeur de l’école, Dr Carroll, tentent de trouver une solution au problème de la marijuana.

« Nous, les enseignants, nous ne pouvons rien faire tant que l’attention du public n’est pas suffisamment sollicitée » alerte Dr Caroll ; sûrement l’une des répliques du scénario qui en dit le plus. Elle résume non seulement l’objectif mais aussi l’impact du film, qui s’est traduit par quatre-vingts ans de politique mondiale antidrogue basée sur des informations erronées et qui a mis des millions de gens innocents derrière les barreaux.

VARIÉTÉ RECOMMANDÉE : White Haze

Profite du monde, bébé, parce qu’il est fou.

2. Midnight Express (1978)

Basé sur une histoire vraie, Midnight Express est le film qui décrit le pire cauchemar de chaque consommateur de cannabis. Dans la première scène, on y voit Billy Hayes, un jeune américain en vacances à Istanbul, se scotcher 2 kilos de hachisch sur le torse. En musique de fond, une bande-son sinistre et les battements de son cœur. Billy va bientôt avoir des ennuis – de gros ennuis.

Midnight Express est un film culte sorti en 1978 qui retrace l’histoire, en 1970, d’un trafiquant de petite envergure et comment les choses peuvent vraiment mal tourner quand on prend des risques dans des pays étrangers où les avocats sont aussi tordus qu’« une épingle à cheveux ». C’est le film qui a inspiré le genre Voyage au bout de l’enfer, prouvant qu’il n’a empêché en rien d’innombrables personnes de prendre les mêmes risques que Billy.

« C’est quoi, un crime ? C’est quoi, un châtiment ? Tout varie, en fonction du moment et de l’endroit. Ce qui est légal aujourd’hui ne le sera plus demain et ce, tout ça parce qu’une partie de la société en décide ainsi. On légalise un délit parce que tout le monde le commet. On ne peut pas emprisonner tout le monde. »

Ces mots sont ceux du plaidoyer désespéré de Billy pour sa liberté ; des mots qui parlent à tous les consommateurs de cannabis qui ont déjà eu des démêlés avec la justice ou qui, tout simplement, réfléchissent quelques instants à l’histoire de la plante. Midnight Express est un film qui prouve que parfois la loi se trompe et que la vraie justice, c’est d’y échapper.

VARIÉTÉ RECOMMANDÉE : White Widow

Avec cette variété classique, véritable épine dorsale des coffee-shops néerlandais, vous êtes entre de bonnes mains.

3. Pineapple Express ou Délire Express (2008)

Personne ne considère son vendeur d’herbe comme un ami, non ? C’est la question soulevée par Dale Denton (Seth Rogen) au début de Délire Express. Le film, une vraie blague cannabique, relate l’histoire d’une amitié héroïque entre potes, remplie de poursuites en voiture, de papas armés, de dealeurs discrets et d’explosions et met en vedette une certaine variété de cannabis.

Lorsque les choses se compliquent, Dale ne peut plus compter que sur une seule personne ; oui, son vendeur d’herbe, Saul (James Franco). Sorti en 2008, le film célèbre sans aucun complexe le stéréotype du stoner paresseux dans toute sa splendeur. C’est également un hommage au lien qui relie le consommateur de cannabis à son dealeur. Le film expose une dynamique qui pourrait appartenir au passé si, dans un monde futur, le cannabis était légalisé.

Attention ! Un champ de beuh est explosé à la fin du film, ce qui clairement est un acte de violence gratuite. Les promoteurs du film ont utilisé sur Sunset Boulevard un vrai panneau d’affichage qui générait de la fumée, mais il a fini par être retiré car les gens n’arrêtaient pas d’appeler les pompiers.

VARIÉTÉ RECOMMANDÉE : Early Skunk

Laissez-vous aller à un divertissement déjanté avec ce vainqueur de la Coupe du cannabis.

4. The Culture High (2014)

Avec en vedettes les célébrités Snoop Dogg et Joe Rogan, The Culture High est un documentaire qui traite de questions importantes : faut-il légaliser la marijuana et que dit la prohibition de notre culture ? Les arguments contre la légalisation du cannabis sont examinés : l’effet négatif du cannabis sur la santé mentale et le fait qu’il s’agirait d’une drogue addictive – donc dangereuse (la même rhétorique que celle de Reefer Madness – vous voyez le genre ?).

Dr Lester Grinspoon, professeur émérite en psychiatrie à Harvard, rejette le premier argument car le niveau mondial de schizophrénie est resté à 1 % depuis les six dernières années, alors que la consommation de cannabis a elle décuplé. Le second point est un peu plus délicat. Le nouvel aperçu du Dr Gabor Mate modifie progressivement notre compréhension de l’addiction.

Le documentaire examine ensuite les facteurs d’ordre légal, médical, pharmaceutique et politique concernant la légalisation du cannabis. Ces infos sont maintenant un peu dépassées, mais les faits révélés n’en sont pas moins déroutants. Par exemple, saviez-vous qu’un américain meurt toutes les 19 minutes suite à des médicaments prescris sur ordonnance ou que pendant les quatre premières années de l’administration Obama, il y a eu des descentes dans 270 dispensaires de cannabis ?

Saviez-vous que l’industrie pharmaceutique a généré 85 milliards de dollars de revenus en 2012 ou que la valeur du marché mondial du cannabis est estimée à 400 milliards de dollars ? Saviez-vous que pour chaque dollar dépensé par les entreprises pharmaceutiques en recherche et développement, elles dépensent 19 dollars en promotion et que le gouvernement américain a déposé un brevet sur le cannabis dans les années 90 ?

La force de ce documentaire est qu’il démontre l’injustice de la prohibition de manière très efficace, en illustrant les rouages d’un système mis en place pour permettre aux autorités de faire de l’argent au détriment de ceux qui sont sanctionnés. Tous les consommateurs de cannabis devraient regarder ce documentaire pour comprendre ce pourquoi nous nous battons et pourquoi.

VARIÉTÉ RECOMMANDÉE : White Diesel Haze

Faîtes travailler vos méninges avec cette sativa super populaire.

5. Who Shot the Sheriff? (2018)

Même si pour certains aucun autre musicien ne représente mieux « l’âme » de la culture cannabique que Bob Marley, le roi du reggae jamaïcain symbolisait bien plus que cela. Et bien qu’il ait tenté de rester neutre pendant toute sa carrière – pour se concentrer sur la chose qui lui tenait le plus à cœur, la musique – l’instabilité politique de son pays natal a fini par l’entraîner dans le conflit.

Who Shot the Sheriff? est un documentaire sur la tentative d’assassinat de Bob et sur la façon dont il a été dénoncé par les partis politiques au pouvoir en Jamaïque. Après cet attentat manqué, Bob a quitté la Jamaïque et produit l’album Exodus, élu comme l’un des disques les plus importants de tous les temps.

Il décide finalement de retourner chez lui et organise dès son retour en 1978 un concert en faveur de la paix, lequel déclencha brièvement une trêve entre les politiciens et les gangs en guerre. Mais son message dans One Love ne permit pas d’unir les jamaïcains. Finalement, c’est un autre type d’ennemi qui finit par le terrasser : le cancer.

Il mourut en 1981, une période que survole ce documentaire sans jamais répondre à la question posée par son titre : « Qui a tué le shérif ? » Même s’il s’agit d’une œuvre importante de l’histoire du cannabis, elle soulève plus de questions qu’elle n’y répond.

VARIÉTÉ RECOMMANDÉE : Jamaican Pearl

Une génétique légendaire jamaïcaine pour un film inspiré d’une légende.

Meilleures émissions TV à regarder non stop

Si vous n’êtes pas d’humeur à regarder 120 minutes d’un film sur le cannabis, c’est peut-être le moment de passer à une émission TV. Pour chaque bon film sur le cannabis, il existe une émission télé encore meilleure. Et avec des épisodes d’une heure (ou moins), vous avez toujours assez de temps pour rallumer un joint et vous préparer pour le prochain épisode.

1. High Maintenance

High Maintenance est à la télé cannabique ce que Roseanne était aux sitcoms : un second souffle qui s’appuie sur la routine de gens ordinaires pour révéler l’absurdité de l’humanité. On suit la vie d’un revendeur d’herbe de New York, connu comme « le gars », et de ses relations avec un énorme réseau de clients aussi bizarres qu’incroyables.

Chaque épisode est une petite histoire en elle-même, avec de nouveaux personnages ayant comme vague point commun « le gars », lequel essaye de se frayer un chemin dans la vie comme revendeur d’herbe hors-la-loi pacifiste, amoureux du vélo et porteur de sandales. La série a commencé sur Vimeo avec des histoires courtes avant d’être reprise par HBO, avec maintenant une troisième saison. Nous recommandons vraiment l’épisode 3 de la saison 1 (Grandpa), mais tout le monde s’y retrouvera dans cette série futée et insolente.

VARIÉTÉ RECOMMANDÉE : Skunk #1

Une super variété pour une super série.

2. Sensi Seeds TV

Pour un aperçu unique de ce qui se passe dans la tête et l’esprit du légendaire activiste cannabique Jack Herer, jetez un coup d’œil sur Sensi Seeds TV séries d’interviews sur Vimeo. Il explique comment il essaye d’utiliser le chanvre pour sauver le monde, car pour lui, il est impossible « de planer sur une planète qui est morte. »

Il partage sa stupeur face à la corruption du gouvernement et fait part de ses entretiens avec divers responsables dans ses efforts visant à encourager l’utilisation du chanvre comme substitut du papier et du carburant fossile. Quand ses propositions sont écartées, il dit se sentir comme « au milieu d’Alice au pays des merveilles ». Herer, décédé en 2010, s’était fixé pour mission de renforcer la « conscience verte » de tous les consommateurs de cannabis dans le monde, estimant qu’il était de la responsabilité de chacun d’entre nous de débarrasser la planète du mensonge et de l’injustice de la prohibition.

VARIÉTÉ RECOMMANDÉE : Jack Herer

La seule et unique à recommander.

3. Murder Mountain

Murder Mountain a fait beaucoup de bruit lors de sa première diffusion fin 2018 . La série expose les dangers et conflits de la région cannabique la plus prolifique d’Amérique, le Triangle d’émeraude en Californie, et plus particulièrement Alderpoint, dans le comté de Humboldt. La petite ville tranquille a gagné le nom de « Murder Mountain », la « Montagne du meurtre », dans les années 80 lorsqu’un couple de tueurs en série y a été arrêté. Le nom est de nos jours encore utilisé en raison du nombre important de personnes qui « disparaissent » dans cette région.

Sur 100 000 personnes, 717 sont portées disparues chaque année dans le comté de Humboldt. Le documentaire enquête sur la disparition en 2013 de Garret Rodriguez et montre à quel point il est difficile de comprendre les rouages de la justice lorsque la loi s’avère être l’adversaire. Le documentaire met également en évidence les nombreuses failles de la prohibition. En dépit des obstacles juridiques et des dangers toujours présents, les courageux producteurs de cannabis de Humboldt ne lâchent pas prise. Pour découvrir l’histoire du cannabis de façon captivante, ne manquez surtout pas Murder Mountain.

VARIÉTÉ RECOMMANDÉE : California Indica

Idéal pour les discrets producteurs à petite échelle.

4. Trailer Park Boys

Nous connaissons Ricky, Julian et Bubbles depuis longtemps maintenant, à savoir depuis 2001 lorsque le premier épisode de Trailer Park Boys a été diffusé sur Showcase. Les protagonistes ont été depuis emprisonnés et libérés plus de fois que M. Nice, ont détruit de nombreux mobile homes, fumé des kilos d’herbe, et corrompu une multitude d’enfants.

Bien que la série initiale ait pris fin en 2008, les gars ont fait équipe avec Netflix en 2014 pour produire de nouvelles saisons (9 à 12), disponibles sur la chaîne en ligne. Fous rires garantis. Car franchement, qui n’adore pas Bubbles ? Trailer Park Boys pour toujours. Que du bonheur !

VARIÉTÉ RECOMMANDÉE : Big Bud

Parce que bon, c’est les meilleurs potes, non ?

5. Cooking On High

C’est sûr que nous sommes tous intéressés par le thème principal de Cooking on High, à savoir découvrir de nouvelles et alléchantes idées de plats à base de cannabis. Mais ce jeu télévisé est une émission qui fait plus grincer des dents qu’elle ne ressemble à une orgie de ganja. Les chefs concoctent des plats sérieusement bons et les invités sont charmants, mais l’hôte hurle beaucoup, et soyons honnêtes, il n’y a pas beaucoup de contenu.

Mais si vous voulez quelques idées originales de mets divers au cannabis, cette émission est faite pour vous. Les chefs sont mis au défi chaque semaine de concocter une douceur culinaire en utilisant des ingrédients inhabituels. Mise en garde : cette émission va vous donner envie de grignoter !

VARIÉTÉ RECOMMANDÉE : Snow Ryder

Une variété citronnée pour une soirée animée.

6. Archer

Sterling Archer est le plus dangereux espion au monde. C’est aussi un semi-délinquant né avec une cuillère en argent dans la bouche et un penchant pour mettre la pagaille. Il travaille pour sa mère dominatrice, Malory, qui dirige une agence d’espionnage appelée ISIS, et qui ne se lasse pas d’insulter son irresponsable de fils ou de faire des commentaires qui attisent son grand complexe œdipien. Chaque fois qu’il est question de Malory et de sexe, Archer a envie de vomir.

Le personnel de l’agence est une équipe hétéroclite aux valeurs aberrantes, mais les observations ironiques de Pam, la directrice des ressources humaines fumeuse d’herbe, sont un exemple du genre inversion de rôle, si bien maîtrisé dans cette série. Parce que c’est une animation, Archer peut aller partout, y compris dans l’espace, sous la mer, sur les pentes de ski, et à bord de dirigeables. Partout où il y a danger, Archer est là. Cette satire animée franchit non seulement la limite du bon goût, mais crache puis trépigne dessus, ce qui en fait le divertissement parfait pour fumer tard dans la nuit.

VARIÉTÉ RECOMMANDÉE : X Haze

Variété sativa pour un épisode enivrant.

7. Gone to Pot American Road Trip

Gone to Pot American Road Trip est l’émission pour seniors curieux du cannabis qui se demandent si l’herbe peut aider à résoudre leurs nombreux problèmes de santé. Cinq célébrités anglaises d’un certain âge sont présentes, dont Pam St. Clement alias Pat Butcher d’Eastenders, le champion de fléchettes Bobby George, et Fash, l’ancien footballeur professionnel John Fashanu.

Ils forment une bande super bizarre ayant peu en commun, ce qui rend l’émission encore plus intéressante quand ils s’interrogent sur la question de la légalisation du cannabis et essayent pour la première fois différents modes de consommation.

Au début, George est le plus enthousiaste jusqu’à ce qu’il force un peu trop sur les glaces au cannabis, tandis que St. Clement, l’une des plus ouvertes d’esprit, change d’avis de manière inattendue. Mais c’est la difficile expérience de Fash qui se révèle être la plus fascinante.

VARIÉTÉ RECOMMANDÉE : Northern Lights

Une émission qui parle aux seniors.

8. The Joe Rogan Experience

Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, The Joe Rogan Experience, techniquement un podcast regardé par des millions de téléspectateurs dans le monde entier, est l’une des émissions les plus appréciées sur YouTube . Apparaissant dans le documentaire sur le cannabis The Culture High (2014), Joe est un défenseur bien connu, et même une icône de la communauté cannabique pour certains. L’émission est extrêmement populaire depuis 2012 et est portée par le mouvement de légalisation qui ne cesse de s’amplifier.

Rogan est célèbre pour la diversité des sujets qu’il traite, souvent inspirés de ce qu’il aime, comme l’histoire, la chasse, les arts martiaux, la politique, la philosophie, la psychologie, la pharmacologie, la nutrition, la comédie, l’activisme, la culture et la controverse. Il s’intéresse également à une longue liste d’autres sujets qui touchent la façon dont nous sommes arrivés ici, comment nous vivons, pourquoi nous faisons ce que nous faisons, et comment nous pouvons améliorer les choses. Avec plus de 1 000 podcasts à ce jour, prévoyez des centaines d’heures de programme pour vos matinées de week-ends. Il y a tellement d’interviews qui valent la peine d’être regardés. Découvrez la vision unique de Johann Hari’s sur la dépendance, la manière dont l’inimitable Jordan Peterson se bat contre les défis de la vie et ce que pense Paul Stamets des champignons.

VARIÉTÉ RECOMMANDÉE : Master Kush

Laissez-vous aller à un divertissement déjanté avec ce vainqueur de la Cannabis Cup.

  • Disclaimer:
    Les lois et règlements régissant la consommation de cannabis diffèrent d’un pays à l’autre. Sensi Seeds vous conseille donc fortement de vérifier les lois et règlements de votre pays. Ne contrevenez pas à la loi.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

auteur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
Retour haut de page