Pourquoi le cannabis fait rire et est l’une des meilleures variétés pour rire aux éclats

Les mécanismes derrière le rire restent mystérieux pour les scientifiques et les médecins. Nous savons, par expérience et une longue histoire d’utilisateurs, que l’une des meilleures manières, et la plus sûre d’induire le rire, est d’utiliser du cannabis ! Cet « effet secondaire » du cannabis peut-il être l’une de ses meilleures propriétés thérapeutiques?

Le cannabis est connu pour induire un rire incontrôlable ou « des fous-rires » chez les utilisateurs. En réalité, même le film remarquable de 1935 Reefer Madness a constaté que le premier signe d’intoxication au cannabis était « un rire soudain, violent et incontrôlable ». Des douzaines de rapports de recherche ont constaté cet effet, mais les raisons restent obscures.

Dans son ensemble, l’étude du rire a été laissée aux psychologues plutôt qu’aux biologistes. La psychologie du rire est plus ou moins un mystère et est le plus souvent expliquée en termes psychologiques. Tandis que les médecins et les scientifiques observent une réponse physiologique positive au rire (comme une guérison physique), les mécanismes biologiques ou neurologiques actuels derrière le rire lui-même restent assez inconnus.

Quoi qu’il en soit, le rire est souvent considéré comme un « effet secondaire » du cannabis, bien qu’agréable. Il est souvent négligé comme qualité thérapeutique, bien que nous soyons tous d’accord que le « rire est le meilleur médicament », n’est-ce pas ? Pourquoi le monde médical du cannabis n’embrasserait-il pas cet « effet secondaire » comme une qualité thérapeutique, une qualité qui est aussi vitale pour la guérison que tout autre processus biomédical?

Pourquoi l’étude du rire est importante

De nombreuses substances toxiques peuvent susciter des changements d’humeur chez les utilisateurs, comme l’alcool, plusieurs hallucinogènes et les opiacés. Les changements « positifs » d’humeur comprennent souvent les sentiments de joie intense, de plaisir et d’exaltation – une prédisposition accrue au rire. En termes historiques, des douzaines de rapports qui traitent ce phénomène ont simplement indiqué son existence, sans explorer les mécanismes du travail de trop près.

Toutefois, maintenant que notre approche pour comprendre les processus psychologiques a gagné en maturité, les chercheurs commencent à se pencher un peu plus sur les processus lorsque les humains utilisent des médicaments psychoactifs. Un sujet particulièrement intéressant est le potentiel des médicaments psychoactifs dans l’amélioration de l’humeur, et cela est particulièrement pertinent dans l’étude et le traitement de la dépression et d’autres troubles psychologiques ou émotionnels.

Une compréhension plus complète de la manière dont la conscience humaine fonctionne nous permettrait de traiter les troubles d’humeur à la source. Et ce par rapport au paradigme biomédical actuel, qui improvise des traitements pour les signes et les symptômes, sans pour autant traiter la cause sous-jacente.

Un exemple de cette nouvelle approche est la publicité récente qui entoure dépression et sa possible origine dans l’inflammation du système immunitaire. Les études initiales ont découvert que traiter la cause sous-jacente – l’inflammation – conduit à la baisse ou à la disparition des symptômes de dépression. Le rire peut aussi être utile dans le traitement d’individus avec des maladies physiques ou des blessures, puisqu’il a été prouvé qu’il réduit les sentiments subjectifs de stress et de douleur.

Le rire est une composante évolutive des êtres humains. Il est si essentiel à l’expression humaine que les personnes rient machinalement (non intentionnellement). Il est spontané, comme la respiration, la pensée ou aller aux toilettes. Il est prudent de dire qu’étudier le rire humain peut mettre en évidence tous les types de processus neurologiques et psychologiques, et que cela conduit à la médecine pour comprendre les troubles émotionnels comme la dépression ou l’anxiété.

Comment le rire se produit-il naturellement chez les humains ?

L’étude du rire chez les humains est connue sous le nom de gélotologie, du grec gelos, qui signifie rire. Il est largement admis que le rire est une réponse à un stimulus interne ou externe, comme des chatouilles, des blagues ou des pensées humoristiques.

Le rire est un aspect essentiel de l’interaction sociale humaine (tout comme chez nos cousins primates les plus proches) et intervient comme une réponse positive ou négative dans des situations sociales. Par exemple, un groupe de personnes rit à une blague de l’un des membres, ce qui est une réponse positive. D’autre part, rire à une erreur sociale d’un membre du groupe servirait de réponse négative.

La région du cerveau qui contrôle la réponse du rire chez les humains est le cortex préfrontal ventromédian, qui repose sur la base du cortex préfrontal et est connu pour produire les endorphines. Les endorphines sont des substances endogènes comme la morphine produites par le cerveau. Ces substances chimiques évoquent des sentiments d’euphorie et inhibent la douleur. Le cortex préfrontal ventromédian fait partie du « cerveau limbique », considéré au cœur de toutes les réponses émotionnelles humaines. Il a été démontré que le rire enclenche la libération d’endorphines, qui augmentent à leur tour le bien-être subjectif, ainsi que la résistance à la douleur.

D’autres régions du système limbique, notamment l’amygdale, le thalamus, l’hypothalamus et l’hippocampe sont également considérés comme impliqués dans la réponse du rire. On estime que les régions du système limbique (également connu sous le nom de cerveau reptilien) impliquées dans le rire contrôlent les réponses émotionnelles à un stimulus humoristique.

Le cortex préfrontal ventromédian est le médiateur des aspects qui demandent une plus forte conscience de la réponse du rire, comme l’élimination du rire si le milieu social n’est pas approprié. L’hypothalamus est particulièrement impliqué dans l’expression du rire fort et incontrôlable, comme c’est souvent le cas chez les utilisateurs de cannabis.

Comment le cannabis affecte-t-il ce processus naturel ?

Il a été constaté que le cannabis augmente l’expression du rire et des sentiments d’exaltation, d’euphorie et de bien-être. Inversement, les expressions de colère et d’hostilité baissent. L’exception possible est le sarcasme, qui augmente après l’utilisation du cannabis.

Le mécanisme par lequel le cannabis induit le rire chez l’utilisateur n’est pas encore totalement compris. On trouve de grandes quantités de récepteurs cannabinoïdes dans le cortex préfrontal, lesquels sont également présents (à des quantités variables) dans le système limbique.

Il est intéressant de noter qu’une étude sur l’épilepsie gélastique (qui se caractérise par une crise de rire) de 1993 a porté sur deux personnes souffrant d’épilepsie du lobe temporal. Lorsqu’elles ont été soumises à une stimulation électrique, elles ont souffert de crises partielles complexes, caractérisées par le rire et un sentiment de joie.

Les régions particulières du cerveau stimulées ont été la circonvolution occipito-temporale latérale (partie du lobe temporal basal) et la circonvolution parahippocampe (la région du système limbique qui entoure l’hippocampe et une partie du lobe temporal). Le lobe temporal est également connu pour contribuer au cortex ventromédian et à l’hypothalamus, et sa région basale contient également l’hippocampe et l’amygdale.

De par la similitude d’expression du rire chez ces personnes et chez les utilisateurs de cannabis, les auteurs d’une analyse de 1996 sur le cannabis et sur ses effets sur l’humeur et le rire ont conclu qu’un mécanisme similaire devait être activé. Ils ont supposé que le rire expansif chez les utilisateurs de cannabis était probablement dû à une stimulation du lobe temporal basal.

Le lobe temporal, l’épilepsie et le cannabis

Il semblerait que le lien entre l’utilisation du cannabis et l’épilepsie du lobe temporal soit profondément ancré.

Les personnes qui souffrent d’épilepsie du lobe temporale rapportent souvent qu’elles ressentent une sensation de « langueur rêveuse, pendant laquelle les limites de l’égo se dissolvent, pour être remplacées par un sentiment d’appartenance cosmique » (voir lien ci-dessus). Cela est considérablement similaire à un état d’esprit souvent rapporté par les utilisateurs de cannabis. Bien que le cannabis puisse apparemment créer un état d’esprit très similaire à celui ressenti par les personnes ayant des crises d’épilepsie du lobe temporal, il a fortement été prouvé que l’utilisation de cannabinoïdes peut aider à gérer la gravité et la fréquence des crises.

La théorie de transgression bénigne de l’humour et du rire

Dr Peter McGraw, un scientifique comportemental, professeur associé de marketing et psychologie et co-auteur du livre « The Humor Code », estime que trois conditions doivent être remplies pour que l’humour ait lieu :

  1. tout d’abord, nos cerveaux doivent traiter une situation comme une transgression – tout ce qui perturberait notre idée de la manière dont le monde doit être, le message que « quelque chose ne va pas bien ». 
  2. Deuxièmement, la transgression doit être perçue comme bénigne. Il se peut qu’elle ait eu lieu il y a longtemps ou qu’elle soit arrivée à une autre personne ; ou (ce qui est plus pertinent pour la recherche du cannabis et du rire) « cela ne semble pas réel ».
  3. Enfin et surtout, ces deux événements doivent se produire en même temps. C’est le début de la théorie de transgression bénigne.

L’importance de la perception explique aussi pourquoi certaines personnes ont un sens d’humour cruel et riront du racisme, du sexisme, des handicapés, etc. La transgression peut être perçue comme bénigne car la personne ne s’y identifie pas (elle n’est pas handicapée, par exemple). La théorie de transgression bénigne explique en partie comment différents sens d’humour peuvent se produire chez différentes personnes.

Une expérience subjective souvent rapportée de l’utilisation du cannabis est qu’il aide l’utilisateur à voir l’absurdité du quotidien. Ceci est également conforme à la théorie de transgression bénigne, comme quelque chose qui affecte tout le monde, d’une certaine façon bénigne. Et, assez souvent, l’observation d’une telle absurdité suffit à amener une personne aux fous-rires.

L’éveil de l’absurdité n’est pas une nouvelle idée. En 79 EC, Pliny the Elder a écrit sur le cannabis : « S’il est pris avec de la myrrhe et du vin, tous les types de fantômes qui accablent l’esprit, provoquant le rire, qui persiste jusqu’à ce que les noyaux de pignons soient pris avec du poivre ou du miel dans du vin de palme ». Il s’est rapporté au cannabis comme « gelotophyllis », le mot latin qui signifie « feuilles du rire ».

Rires, humains et convivialité

Dans l’ensemble, les humains sont des créatures sociales, et la plupart des comportements humains découlent d’un contexte social, d’un cadre ou de l’éducation. Il en est de même pour le rire. Sophie Scott, neuroscientifique et comédienne de stand-up, le décrit comme « nous ne l’émettons pas [rire] uniquement pour montrer que nous nous apprécions les uns les autres, nous nous faisons du bien ensemble ».

Le rire est aussi contagieux. Nous sommes 30 fois plus enclins à rire si l’on est accompagné plutôt que seul. Ce phénomène social a été prouvé dans plusieurs études, et c’est la raison pour laquelle des rires enregistrés sont utilisés dans les comédies télévisées. Même si vous les regardez seul, il est probable que le son des autres qui rient provoque le rire chez un spectateur.

Rire, tout comme partager un repas, est une expérience que les humains partagent plutôt que de la vivre seul. Cela explique aussi pourquoi les utilisateurs de cannabis utilisent du cannabis ensemble, dans un contexte social ou dans un cercle.

Clairement, le groupe complexe de relations entre les différentes zones pertinentes du cerveau impliquées dans la réponse du rire doit faire l’objet d’une recherche approfondie, puisque notre compréhension des procédés au travail n’en est qu’au début. Toutefois, au fur et à mesure que les recherches sur les propriétés des cannabinoïdes et des substances associées avancent, nous gagnons rapidement une connaissance plus profonde des complexités de la fonction du cerveau humain. Avec le temps, cela permettra la mise en œuvre de nouveaux traitements à base de cannabis, améliorés, pour le traitement des troubles d’humeur.

Top 5 des variétés pour un fou-rire

Le rire rejoint la longue liste des phénomènes humains sur lesquels la science ne peut pas mettre le doigt. Pour de nombreux utilisateurs de cannabis, le « pourquoi » est moins important que le « comment ». En tout état de cause, les utilisateurs de cannabis savent exactement comment. Il suffit de manger un brownie au cannabis – ou fumer un joint de l’une de ces meilleures souches.

1.      Laughing Buddha

Ce n’est pas par hasard si cette souche s’appelle Laughing Buddha. Elle a remporté le Prix Cannabis en 2003. Elle présente une teneur moyenne de 20 % en THC et apporte des effets énergétiques, d’euphorie et de joie qui sont caractéristiques des souches sativa.

2.      Purple Monkey Balls

Si le nom de cette variété ne vous fait pas rire, fumer la Purple Monkey Balls le fera certainement. Elle doit probablement son nom à certaines des idées absurdes qui ont tendance à entrer dans l’esprit sous l’effet de cette souche. Elle présente aussi des bourgeons bulbeux violets — qui sont certainement à l’origine du nom de cette variété.

3.      Hindu Kush

La variété de génétique Kush vous apportera assurément des fous-rires. Kush provient de la chaîne montagneuse Kush d’Afghanistan et du Pakistan, où les hivers froids assurent un bon four-rire pour rester au chaud !

4.      Chemdawg

La Chemdawg est vénérée par la communauté du cannabis comme une souche puissante qui termine presque toujours en rire. Elle est connue pour « se pisser de rire », au sens littéral. Que cela serve de mise en garde à tous ceux qui utilisent la Chemdawg pour rire.

5.      White Diesel

Les variétés Diesel ont une odeur caractéristique de pétrole que presque tout le monde associe à du cannabis fort. La White Diesel est généreusement revêtue de trichomes, ce qui la rend encore plus puissante. C’est le genre de variété sativa qui vous frappe rapidement et au cerveau, soulevant toutes les idées bizarres et géniales qui accompagnent généralement un bon fou-rire.

Dites-nous dans les commentaires quelle est votre souche préférée pour provoquer des fous-rires ! Nous avons hâte de vous lire.

  • Disclaimer:
    Les lois et règlements régissant la consommation de cannabis diffèrent d’un pays à l’autre. Sensi Seeds vous conseille donc fortement de vérifier les lois et règlements de votre pays. Ne contrevenez pas à la loi.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur et réviseur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
  • Sanjai_Sinha

    Sanjai Sinha

    Dr Sanjai Sinha est membre du corps enseignant du Centre médical Weill Cornell de New York où il reçoit des patients, enseigne aux médecins résidents et aux étudiants en médecine et fait de la recherche en services de santé. Il prend soin d’éduquer ses patients et pratique la médecine fondée sur les preuves. Son grand intérêt pour l’examen médical est nourri de ces passions.
    En savoir plus
Retour haut de page