Dabbing cannabis 101 : avantages, inconvénients, méthodes

Le dabbing est, à tous égards, une méthode plus efficace de consommer du cannabis. Il s’agit de la vaporisation d’extraits extrêmement concentrés de cannabis en utilisant un bong à dabber. Certains se demandent si elle représente une méthode de consommation un peu trop extrême.

Le « dabbing » est apparu il y a plus de 10 ans comme méthode pour consommer du cannabis et depuis le début de 2013 sa popularité ne cesse d’augmenter. Sensi Seeds a souhaité se pencher de plus près sur cette méthode pour connaître ses avantages et les risques pour les consommateurs.

Le dabbing utilise de l’extrait de cannabis sous forme d’huile, de cire (une substance comparable au miel), de pâte collante (appelée « budder ») ou de cristaux (appelés « shatter », substance dure ayant l’apparence du verre). L’appareil pour dabber est chauffé, la substance à dabber est ajoutée et la vapeur dégagée est inhalée. Cette méthode est comparable en principe à la vaporisation, mais elle a une tout autre apparence.

Dabber vs fumer le cannabis

La principale différence entre fumer du cannabis et utiliser un concentré réside dans la pureté du produit. Les fleurs de cannabis les plus puissantes ne contiennent que très rarement une concentration en cannabinoïdes de plus de 30 %. Par ailleurs, ces fleurs contiennent également des composés inactifs comme la chlorophylle et d’autres métabolites inactifs. Ces composés n’ont pour ainsi dire aucune vertu médicinale, ils n’apportent aucun bénéfice pour la santé physique et sont nuisibles pour les poumons. Enfin, pour fumer du cannabis on utilise souvent du tabac, dont les risques pour la santé sont bien connus.

Ces problèmes représentent certains des désavantages de fumer le cannabis comparativement à dabber le cannabis. Le dabbing ne requiert aucune combustion et la substance est généralement composée de cannabinoïdes et terpènes. Ainsi, le besoin d’inhaler des composés inactifs est réduit. Cependant, le dabbing comporte ses propres risques qui sont liés aux techniques de production des concentrés. 

Extraits obtenus à l’aide de butane et de CO2

L’extraction au butane est maintenant une méthode désuète ; ceux qui n’ont pas accès à de l’équipement spécialisé la pratiquent encore à la maison. La plupart des extraits sont fabriqués à l’aide de la technologie au CO2.

Le problème avec l’extraction au butane est qu’elle laisse des résidus de butane dans le produit fini. Ce gaz inflammable est très toxique pour le corps humain, et même en quantité infime, il peut poser des risques de santé.

L’extraction au CO2 est quant à elle beaucoup plus propre et permet d’obtenir un produit de plus haute qualité. Du CO2 est injecté à haute pression dans la matière végétale. A haute pression, le gaz passe à la phase liquide. Une fois l’extraction faite, la pression revient à la normale et le CO2 reprend sa forme gazeuse et s’évapore.

Cette technique d’extraction ne laisse aucun résidu de solvant, et le concentré obtenu est pur et raffiné. En général, les extraits obtenus sans butane ne s’appellent pas BHO, mais plutôt extraits de cannabis.

Le dabbing en tant que tel n’est pas une manière risquée de consommer le cannabis. Les risques découlent plutôt de l’extraction au butane. Donc, choisir un produit obtenu selon une autre technique d’extraction peut atténuer les risques.

Comment dabber ?

La méthode du dabbing englobe l’utilisation des substances précitées que sont l’huile, la pâte, la cire ou les cristaux de cannabis. Ce sont tous des concentrés d’ingrédients actifs du cannabis, tels que le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD), en plus des terpènes qui apportent la saveur. 

Si le concentré est produit correctement, le résultat est littéralement le concentré des propriétés de la plante. Cela signifie qu’il conservera l’odeur, le goût et l’effet, mais dans une proportion bien plus grande. Les concentrés de bonne qualité peuvent contenir jusqu’à 80 % des taux de THC.

Lorsque le dabbing a été inventé, les gens utilisaient simplement deux lames de couteau chauffées. Le cannabis était roulé en petites boules et déposé sur la pointe des couteaux chauds. La vapeur émise était alors inhalée à l’aide d’une paille ou d’un instrument cylindrique.

Aujourd’hui, le dabbing est effectué à l’aide d’un matériel sophistiqué, notamment un « bong » (sorte de pipe à eau) spécialement développé pour cette méthode de consommation. Sur cette pipe, on place un petit élément qui a la forme d’un tube appelé « douille ». Cet élément est habituellement fabriqué en titane, en céramique ou en verre.

Un chalumeau chauffe la douille. Ensuite, l’utilisateur doit mettre une petite quantité de BHO sur une languette de métal (appelée « skillet ») et la déposer sur la douille. La vapeur libérée sera inhalée au travers du bong.

La méthode du dabbing empêche l’extrait de brûler trop rapidement, mais une certaine pratique est nécessaire pour parvenir à la température idéale et savoir dabber dans le délai qui permet d’obtenir un maximum de vapeur.

Avantages du dabbing

Le principal avantage du dabbing est l’effet plus clair et plus puissant si on le compare au fait de fumer un joint ou d’utiliser un vaporisateur. Bien que ce ne soit pas la méthode de choix pour les patients médicaux, en théorie, elle représente un moyen efficace de traiter les symptômes aigus en raison de son action très directe et efficace. D’autres méthodes d’inhalation ne peuvent fournir d’aussi grandes doses de cannabinoïdes en une seule inhalation.

Au vu de la popularité croissante du dabbing, l’université d’Albany, l’université d’Etat de New York, a récemment mené une étude sur le sujet. Les chercheurs ont conclu que le dabbing ne présentait pas de problème ou d’accident comparativement au fait de fumer des fleurs de cannabis.

Les chercheurs ont également suggéré que les hautes concentrations en cannabinoïdes de pareils extraits pouvaient mener à une plus grande tolérance, et donc, à des symptômes de sevrage. « Ce n’est pas surprenant étant donné la concentration élevée des doses avec le dabbing, » explique Mallory Loflin, Ph. D.

Expliquant son interprétation de l’étude en question, Loflin a formulé les commentaires suivants : « Les résultats tendent à démontrer que les extraits engendrent plus facilement des syndromes liés à la dépendance que les fleurs de cannabis, mais rien ne permet d’affirmer que l’utilisation de cette méthode interfère davantage sur les principaux aspects de la vie que ce que nous pouvons constater avec l’utilisation de fleurs de cannabis. » Malheureusement, nous ne disposons à l’heure actuelle d’aucun résultat quant à l’utilisation du dabbing à long terme.

Inconvénients du dabbing

L’administration de cannabinoïdes par la méthode du dabbing n’est pas dangereuse en soi, mais la prudence est cependant de rigueur. Certains ont peur du dabbing, car l’acte est en soi comparable à celui de fumer du crack – du matériel de verre, un chalumeau et une douille. Par conséquent, certaines personnes considèrent que le dabbing ne contribue pas à donner une image positive du cannabis.

L’extrait lui-même peut cependant poser un problème. Fabriquer de l’extrait est une tâche minutieuse qui implique la manipulation de solvants chimiques tels que l’éthanol, l’alcool, le propane ou le butane. Obtenir un extrait pur sans solvant suppose de l’expérience et une grande maîtrise. Trop de gens croient pouvoir y parvenir en s’inspirant de vidéos YouTube et se retrouvent avec des produits contaminés. Les extraits fabriqués par des professionnels sont plus sûrs et posent moins de risque de contamination au solvant.

La surdose est un autre danger potentiel. Bien qu’il soit impossible de mourir d’une surdose de cannabis, les effets peuvent être très déplaisants lorsqu’une dose trop importante est inhalée. La plus grande prudence est de rigueur.

Trouver la bonne méthode pour consommer du cannabis est un choix personnel. Il faut être assez ouvert pour essayer différentes méthodes et demeurer patient. Les extraits de cannabis peuvent garantir un effet très puissant, et pour bon nombre de consommateurs, le dabbing constitue une bonne méthode efficace. Il est primordial pour tous les consommateurs de prendre leurs précautions en ce qui concerne la qualité de l’extrait pour profiter d’une expérience sécuritaire.

  • Disclaimer:
    Les lois et règlements régissant la consommation de cannabis diffèrent d’un pays à l’autre. Sensi Seeds vous conseille donc fortement de vérifier les lois et règlements de votre pays. Ne contrevenez pas à la loi.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

auteur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
Retour haut de page