Science des cannabinoïdes 101 : le cannabidiol (CBD)

Le CBD est un composant non-psychoactif du cannabis qui a gagné en popularité bien plus tard que le THC psychoactif, mais a été isolé plus de 20 ans auparavant. Actuellement, le CBD fait l’objet d’études approfondies pour ses applications médicales dans le traitement de nombreuses affections. Sa popularité dépasse celle du THC.

Le Cannabidiol (CBD) est l’un des phytocannabinoïdes les mieux connus et les plus étudiés. Agissant comme médiateur des effets du THC, il est largement considéré comme composant non psychoactif par nature. En outre, des recherches ont indiqué que le CBD a un effet sédatif. Cela pourrait expliquer en partie pourquoi les variétés de cannabis à forte teneur en CBD sont connues pour leur effet « stone » (relaxant et calmant) plutôt que pour leur effet « high » (énergisant et stimulant).

Si vous suivez les dernières avancées en matière de compléments alimentaires pour la santé et le bien-être, vous avez peut-être déjà entendu parler des produits à base de CBD, même si vous n’avez jamais vu une plante de cannabis. Il existe des preuves de plus en plus nombreuses et convaincantes selon lesquelles l’ajout de compléments alimentaires à base de CBD au régime alimentaire peut potentiellement soulager et protéger le consommateur contre différentes affections.

Propriétés chimiques de la molécule de cannabidiol

Le CBD a la même formule chimique et la même masse molaire que le THC (C21H30O2, 314,46 g/mole), bien que la structure moléculaire diffère légèrement. Comme le THC et la plupart des autres lipides,  le CBD est hydrophobe et lipophile, ce qui signifie qu’il ne se dissout pas ou ne s’émulsionne pas facilement dans l’eau, mais se dissout dans la graisse (ainsi que dans la plupart des solvants organiques, tels que le butane et l’alcool).

Dans des conditions acides, le CDB se cyclise (forme un nouvel anneau de carbone) pour devenir du THC. Dans des conditions alcalines (en présence d’eau), le CBD s’oxyde pour devenir du cannabidiol-hydroxyquinone, qui est encore peu étudié, mais qui peut exercer un effet inhibiteur sur les enzymes hépatiques qui sont vitales dans le métabolisme des médicaments ingérés.

La très grande ressemblance des molécules de THC et de CBD

Le cannabidiol dans le système endocannabinoïde

Bien que largement considéré comme n’ayant aucune affinité avec les récepteurs des cannabinoïdes, le CBD a montré, dans au moins une étude, qu’il agit comme un  agoniste inverse du récepteur CB2. Un agoniste inverse est un ligand de récepteur qui induit une réponse opposée à un agoniste. Alors que le THC augmente le niveau d’activité du récepteur au-dessus du niveau intrinsèque détecté en l’absence de tout ligand, le CBD réduit le niveau en dessous de cette valeur de référence. Un antagoniste, en revanche, se lie à un récepteur et reste inactif en bloquant les actions des agonistes voisins.

Le nouveau récepteur de cannabinoïdes découvert sur la base d’études spéculatives, le GPR55, peut être influencé par l’action du CBD. Il a été démontré que ce récepteur répond à la fois au CBD et au THC, ainsi qu’aux endocannabinoïdes 2-AG, à l’anandamide et à l’éther de noladine (également connu sous le nom d’éther 2-AG). Il a même été considéré comme récepteur CB3.

On pense également que si le CBD a peu d’affinité directe avec les récepteurs des cannabinoïdes, il peut avoir divers effets indirects.  Par exemple, le CBD inhibe la dégradation de l’anandamide, un endocannabinoïde, en inhibant l’enzyme responsable de sa décomposition. Cela augmente les niveaux endogènes et la bioactivité de l’anandamide. Le CBD peut également agir sur des récepteurs qui ne font pas partie du système endocannabinoïde mais qui travaillent en association avec celui-ci.

L’effet du CBD sur les récepteurs non endocannabinoïdes

Le CBD est un  agoniste complet, mais faible, du récepteur transitoire potentiel vanilloïde de type 1 (TRPV1), qui joue un rôle important dans la réponse à la chaleur et aux stimuli nocifs. Le TRPV1 est un nocicepteur : lorsqu’une excitation suffisante du récepteur se produit, des signaux sont envoyés au cerveau, déclenchant un ensemble de réponses automatiques, dont la sensation de douleur.

Divers cannabinoïdes, dont les endocannabinoïdes anandamide et N-arachidonoyl dopamine (un agoniste des récepteurs CB1), affectent le récepteur TRPV1. Par contre, plusieurs vanilloïdes affectent les récepteurs des cannabinoïdes, dont l’olvanil et la pseudocapsaïcine, mais pas la capsaïcine elle-même. L’étroite similitude chimique entre de nombreux vanilloïdes et cannabinoïdes a amené les chercheurs à conclure qu’il existe un  un grand potentiel thérapeutique dans la recherche sur les cannabimimétiques (substances qui ressemblent aux cannabinoïdes) de type vanilloïde.

Il a également été démontré que le CBD agit comme un  agoniste du récepteur 5-HT1a. Ce récepteur régule l’expression de la sérotonine (5-HT) dans le système nerveux central et pourrait expliquer de nombreuses propriétés du CBD pour soulager l’anxiété et la dépression. En outre, les effets modulateurs du CBD sur les récepteurs opioïdes Mu et Delta, qui sont impliqués dans la réponse analgésique et euphorique, pourraient s’ajouter à l’effet global ressenti par le consommateur de cannabis.

 Le CBD est le principal cannabinoïde présent dans le chanvre industriel

Le cannabidiol et son potentiel d’application thérapeutique

Le CBD a été décrit comme étant d’une importance thérapeutique encore plus importante que le THC. Il est non psychoactif et peut donc être utilisé en toute sécurité sans crainte d’intoxication. En outre, il possède de nombreuses propriétés bénéfiques reconnues (et sans doute beaucoup d’autres qui restent à découvrir).

Le CBD a un effet analgésique, antidépresseur et anxiolytique (anti-anxiété) et est également étudié pour ses propriétés neuroprotectrices. La neuroprotection, qui consiste à protéger les structures du cerveau et du système nerveux central contre tous dommages (telles que des lésions cérébrales supplémentaires dans le cas de maladies dégénératives, par ex. la maladie de Parkinson), est un domaine de la médecine en pleine expansion qui revêt une importance considérable.

Ce qui est peut-être le plus intéressant, c’est qu’il a été démontré que le CBD a un effet inhibiteur sur la prolifération des cellules cancéreuses. On pense que l’effet du CBD sur les récepteurs CB2 et TRPV1 pourrait jouer un rôle dans ce domaine par l’induction du stress oxydatif. Les fonctions biologiques systémiques produisent ce qu’on appelle les « espèces réactives de l’oxygène » (ERO), telles que les peroxydes, les ions d’oxygène et les radicaux libres, qui doivent généralement être détoxifiés pour atténuer les dommages causés aux cellules.

L’application médicale la plus étudiée du cannabidiol est le traitement de l’épilepsie. Le cas de Charlotte Figi, dont les parents  ont utilisé avec succès le cannabis médicinal pour réduire les crises dont elle souffrait à cause du syndrome de Dravet, a conduit au développement de la variété de cannabis « Charlotte’s Web ».

Comme de plus en plus d’enfants étaient traités avec cette variété à faible teneur en THC et à forte teneur en CBD, les scientifiques ont commencé à étudier les effets correctifs que le CBD pourrait avoir sur l’incidence des crises et leur arrêt. La capacité du CBD à traiter l’épilepsie a été étudiée dans le cadre de plusieurs études contre placebo de haute qualité sur les traitements d’appoint. Il s’agit de l’une des seules applications thérapeutiques du CBD dont la validité médicinale a été démontrée. Les recherches sur toutes les autres applications se poursuivent à un rythme soutenu.

  • Disclaimer:
    Cet article ne remplace aucun conseil, diagnostic ou traitement d’un professionnel médical. Consultez toujours votre médecin ou tout autre professionnel de la santé habilité. Ne tardez pas à obtenir des conseils médicaux et n’ignorez aucune recommandation médicale après avoir lu tout contenu de ce site web. 

Comments

3 réflexions sur “Science des cannabinoïdes 101 : le cannabidiol (CBD)”

  1. Bonjour, je suis un étudiant en science de la nature, présentement en chimie organique et j’ai commencé a faire mes propre recherche sur internet pour trouvé une autre solution que la chimiothérapie qui rend évidement mon père malade. Voilà maintenant 2 ans qu’il se bat déjà. J’aimerais bien avoir l’avis d’un vrai scientifique éduquer concernant la famille des cannabinoides. Serait-il possible de faire une recette maisons? J’ai entendu parler de la Rick Simpson Oil dont on extrait les THC et CBD a l’aide d’alcool pour ensuite évaporer l’alcool par ébulition (éthanol Bp:78) … Ou bien serait-il plus bénéfique d’en faire la demande via un médecin ?

    Si quelqu’un peut m’aidez, il serait plus qu’apprécier d’obtenir votre aide !

  2. Serres Nadine

    Bonjour ,je voudrais savoir jusqu’à quelle dose on peut prendre le CBD . merci de m’aider.

    1. Scarlet Palmer - Sensi Seeds

      Bonjour Nadine,

      Merci d’avoir laissé un commentaire. Nous sommes désolés d’apprendre votre situation. Comme Sensi Seeds n’est pas une agence médicale, nous ne pouvons vous donner d’autres conseils médicaux que celui d’aller consulter votre professionnel de la santé habilité.

      Vous pourriez également contacter un groupe de soutien de patients se traitant au cannabis médical. Au RU, il existe le United Patients Alliance, et presque partout dans le reste de l’Europe, vous pouvez contacter NORML qui devrait être en mesure de vous diriger vers un groupe de votre région (faites une recherche en utilisant United Patients Alliance ou NORML suivi du nom de votre région).

      Nous vous souhaitons la meilleure des chances,

      Scarlet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
Retour haut de page