Feuilles de Bétel & Noix d’Arec : Utilisation, Histoire et Bienfaits vs Risques

Les noix d’arec (ou noix de bétel) sont les graines de l’Areca. Découvertes dans le Sud-Est de l’Asie, les noix de bétel y ont été utilisées à des fins sociales, religieuses et médicales. Elles sont souvent mises dans des feuilles de bétel pour en faire une ‘‘chique de bétel’’ et ont de nombreux bienfaits médicaux. Suffisamment pour oublier les risques?

On pense que plus de 600 millions de personnes mâchaient de la chique de bétel régulièrement et que cette pratique a acquis un statut sacré dans de nombreuses cultures auxquelles elle s’est répandue. En fait, l’alcool, la nicotine et la caféine sont les seules substances psychoactives qui sont plus répandues. Les feuilles de bétel ont de nombreux bienfaits potentiels pour la santé, mais selon comment elles sont utilisées, elles présentent également des risques.

Caractéristiques & utilisation

Le bétel (Piper betle) est une plante grimpante de la famille des pipéracées dont fait aussi partie le kava (Piper methysticum). Les feuilles du bétel sont connues pour leur effet stimulant ainsi que pour leurs nombreuses propriétés médicinales. Cependant, elles sont souvent mâchées avec des noix d’arec ou utilisées comme chique, ces deux pratiques ayant été listées par l’American Cancer Society comme étant cancérigènes.

Histoire de l’utilisation du bétel

Il est probable que l’utilisation du bétel soit née dans les archipels du Sud-Est de l’Asie, puis qu’elle se soit répandue sur le continent, d’abord au Vietnam puis en Thaïlande. Elle a ensuite atteint l’Inde quelques temps plus tard.

Des preuves historiques indiquent que les feuilles de bétel et les noix d’arec ont été mâchées ensemble pendant des milliers d’années. Des squelettes datant de 3000 av. JC ayant été trouvés dans la grotte Duyong aux Philippines apportent la preuve du mâchage de bétel et des textes indiens datant de 504 av. JC documentent également son utilisation.    

Utilisation culturelle & traditionnelle du bétel

La feuille de bétel est généralement consommée en chique avec : une bouchée de noix d’arec hachée et de la chaux éteinte (hydroxyde de calcium), avec la possibilité d’ajouter du tabac, des épices ou tout autre ingrédient supplémentaire, tout cela enveloppé dans une feuille de bétel. La couleur rouge caractéristique de la salive suivant le mâchage de la chique de bétel est due à l’arécoline que contient la noix d’arec.

Au Vietnam, la feuille de bétel et la noix d’arec sont des éléments importants des cérémonies de mariage traditionnelles et de bien d’autres évènements officiels. En Papouasie Nouvelle Guinée, où la préparation est connue sous le nom de buai, l’utilisation du bétel est prolifique et on en retrouve à tous les coins de rue. La substance est prisée pour sa capacité à réduire le stress et la faim et pour le fait qu’elle augmente la sensibilité.

En Inde, où la chique est appelée paan, la mâcher est une activité de tous les jours et fait partie intégrante de l’organisation des cérémonies. Les boutiques de paan vendent différentes préparations, comme le tambuki paan, avec du tabac et des épices et le meethi paan, une concoction sucrée avec de la noix de coco, des fruits en conserve, des pétales de roses et diverses épices.

En ce qui concerne la médecine populaire, la chique de bétel a été utilisée comme remède contre la mauvaise haleine, les parasites intestinaux, les maux de tête et les infections cutanées. Certains croient également qu’elle facilite la communication avec le monde des esprits et qu’elle renforce les relations sociales et sexuelles.

Comment le bétel est préparé & vendu

La production et la vente de feuilles de bétel est différente selon la région. Au Sri Lanka, les producteurs de bétel vont généralement vendre leur stock en gros par 1000 feuilles, le prix dépend de la qualité et de la disponibilité. En Malaisie, les fermiers vendent souvent directement au consommateur, par lot de dix feuilles.

À Taïwan et de manière unique dans le monde des consommateurs de chique de bétel, les préparations de bétel sont vendues sur des stands au bord de la route par des ‘mannequins noix de bétel’ : de jeunes femmes, venant souvent de milieux défavorisés, qui sont très peu vêtues. Ce phénomène a provoqué des controverses et est très incongru par rapport aux pratiques plus traditionnelles qui l’entourent ailleurs.

Dans plusieurs régions consommatrices de bétel à mâcher, le bétel est acheté sous la forme d’une chique préparée. Les chiques enveloppées soigneusement sont souvent uniquement préparées par des individus expérimentés et hautement qualifiés. En Inde, un fabricant de chique de bétel est appelé un paanwala, panwari ou panwadi, selon la région.

Caractéristiques, distribution & habitat du bétel

En tant que plante grimpante, le bétel a besoin d’un arbre ou d’une structure similaire pour pouvoir pousser. C’est une plante vivace à feuillage persistant, avec des feuilles cordiformes (en forme de cœur) ou ovoïdes, avec des chatons (un type d’inflorescence sans pétales et avec des fleurs groupées étroitement autour d’une tige centrale) blancs et durs.

Le bétel pousse partout au Sud et au Sud-Est de l’Asie et il est aussi cultivé à Madagascar et dans certains endroits des Caraïbes. Le bétel s’épanouit dans des argiles sablonneuses bien drainés et fertiles ou dans un terreau avec un pH entre 5,6 et 8,2 et on le trouve principalement à une altitude plus élevée. Il ne tolère pas les sols salés ou très alcalins et préfère un climat tropical doux (15-40°C), un taux d’humidité relativement élevé (40-80%) et des précipitations constantes (2250-4750 mm par an).  

Bien que la plupart des plantes avec des chatons soient monoïques, le bétel est lui dioïque. Les mâles ont généralement des feuilles ovoïdes tandis que les femelles ont des feuilles cordiformes.

Comment le bétel est cultivé

Le bétel est largement cultivé dans des parcelles appelées des barouj. Des plantes compagnes telles que des sesbanias grandiflora sont d’abord plantées et taillées à une hauteur d’environ quatre mètres. Les lits des bétels sont ensuite préparés, ils font environ 180cm de largeur. Les plantes grimpantes sont éloignées les unes des autres d’environ 45 cm.

Le bétel est multiplié en végétatif, ce qui signifie qu’au lieu de planter des graines, on utilise des boutures de tiges. C’est le haut des tiges qui est prélevé, sur une longueur de 30-45 cm en général. Pour cultiver un hectare de bétel, il faut 100.000 boutures.

Une fois que les boutures ont pris racine et ont commencé à grandir, elles sont entraînées à grimper le long de l’arbre support; généralement, une fibre de banane est utilisée pour fixer la plante grimpante au tronc support. Cette procédure est répétée tous les 15 à 20 jours pendant au moins trois mois, moment à partir duquel la récolte peut commencer.

Certaines variétés et techniques peuvent avoir besoin de plus de temps pour pousser, de six mois à un an. Généralement, la récolte ne commence pas tant que les plantes grimpantes n’ont pas atteint les 150 cm de hauteur; en un an, certaines variétés peuvent atteindre les 300 cm ou plus.

Le bétel est généralement planté au début de la mousson et est récolté entre Novembre et Février. Les feuilles de bétel sont récoltées par lakh, une unité numérique sud asiatique qui équivaut à 100.000 : un hectare devrait avoir un rendement de 75 à 100 lakh de feuilles de bétel (entre 7,5 et 10 millions de feuilles).

Effets & pharmacologie du bétel

On pense que le faible effet stimulant du bétel est causé par l’action d’un groupe de molécules de composés organiques appartenant à la classe des phénylpropanoïdes. Cette vaste classe de composés aromatiques à base de lipides contient plusieurs substances qui sont essentielles pour plusieurs systèmes et processus trouvés dans les plantes. Cela comprend les sécrétions grasses et les résines qui attirent les pollinisateurs ou protègent des ultraviolets et de la prédation des animaux ou insectes.

Il est important de signaler que l’aromaticité, dans la chimie organique, ne parle pas d’un réel parfum; elle se réfère plutôt à des composés basés sur le benzène (une ‘bague’ moléculaire de six atomes de carbone joints de manière alternée par des liaisons covalentes doubles et simples).

Ainsi, tous les composés aromatiques n’ont pas un parfum perceptible, bien que ce soit le cas pour beaucoup d’entre eux. Les terpènes, d’autre part, ont un parfum très fort pour la plupart et sont responsables du parfum de nombreuses plantes, dont le cannabis.

L’huile essentielle qui peut être extraite des feuilles de bétel contient différents phénylpropanoïdes. Plusieurs de ces phénylpropanoïdes ont été isolés et étudiés, dont le chavibétol et l’eugénol. Le chavibétol à la senteur épicée est un des composants principaux de l’huile de bétel, bien que certains cultivateurs produisent de l’huile qui a une plus forte teneur en eugénol. Elle peut aussi contenir différents terpènes.

Les effets médicinaux du bétel ne sont pas entièrement compris. Pour le moment, on sait que l’extrait de feuilles de bétel a des vertus antyoxidantes, antifongiques et antibactériennes et à mesure que la recherche continue, il est probable que d’autres bienfaits soient découverts.

L’extrait de feuilles de bétel en tant qu’agent anticancéreux

Plusieurs études ont suggéré que l’extrait de feuilles de bétel (BLE) exerce un effet chimioprotecteur sur les tissus animaux. Une étude de 2006 sur des hamsters à propos des effets du curcuma et du BLE sur les cancers buccaux a découvert que le développement de la tumeur était empêché par le BLE seul et que l’effet inhibiteur était renforcé par l’ajout de curcuma.

En 2013, une preuve que les lignées de cellules cancéreuses humaines pouvaient être traitées par le BLE a été publiée. Dans cette étude, la croissance des cancers de la prostate implantés sur des souris a été sensiblement inhibée. De plus, les tests de chromatographie liquide et spectrométrie de masse ont révélé la présence du composé hydroxychavicole ainsi que de chavibétol; les extraits avec un taux d’hydroxychavicole plus élevé exerçaient un effet inhibiteur plus fort sur la croissance de la tumeur, ce qui témoigne du fait qu’il s’agit du principal composant anticarcinogène du BLE.

Tout comme l’hydroxychavicole, le composé eugénol a aussi démontré sa capacité à tuer les lignées de cellules cancéreuses du colon humain in vitro. L’eugénol est aussi connu comme vasodilatateur (une substance qui permet de dilater les vaisseaux sanguins) et comme relaxant musculaire doux.

Risques pour la santé de la noix d’arec et de la chique de tabac

La noix d’arec (ou noix de bétel) est la graine du palmier areca (areca catechu). Elle a un léger effet stimulant, similaire à celui des feuilles de bétel, provoque des sensations de chaleur dans le corps et augmente la vigilance.

Cependant, plusieurs études ont indiqué que la noix a des composés carcinogènes et les populations parmi lesquelles en mâcher est une activité répandue ont manifestement une plus grande prévalence des cancers de la bouche et de la gorge. Les campagnes médiatiques pour accroître la sensibilisation et contrôler la noix d’arec existent maintenant depuis des années et plusieurs articles, comme celui de la BBC, alertant l’opinion publique ont été publiés.

La feuille de bétel est aussi mâchée avec du tabac. La recherche a démontré que le tabac contient des composés nitrosamines spécifiques qui sont carcinogènes même sans être brûlés, mais dont les actions mutagènes sont en fait annulées par l’effet anticarcinogène de la feuille de bétel.

Malgré le fait que la feuille de bétel annulerait l’effet cancérigène du tabac dans une certaine mesure, il est fortement recommandé d’éviter de mâcher du tabac autant que possible. Mâcher de la chique de tabac avec de la noix d’arec augmente l’effet carcinogène de la noix.

D’autres recherches sont requises pour clarifier exactement comment tirer partie des bienfaits des feuilles de bétel sans risque et comment s’équilibrent les risques et bienfaits de la noix. Selon WebMD Medically, même la noix peut être utile pour le glaucome, l’amélioration de la digestion, la réduction des symptômes de la schyzophrénie et la gestion des séquelles suite à un AVC. Mais il est également clair qu’elle pourrait entraîner directement des risques graves pour la santé.

  • Disclaimer:
    Les lois et règlements régissant la culture du cannabis différent d’un pays à l’autre. Ainsi, Sensi Seeds vous recommande fortement de vérifier les lois et règlements de votre région. Ne contrevenez pas à la loi. 

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur et réviseur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
  • Sanjai_Sinha

    Sanjai Sinha

    Dr Sanjai Sinha est membre du corps enseignant du Centre médical Weill Cornell de New York où il reçoit des patients, enseigne aux médecins résidents et aux étudiants en médecine et fait de la recherche en services de santé. Il prend soin d’éduquer ses patients et pratique la médecine fondée sur les preuves. Son grand intérêt pour l’examen médical est nourri de ces passions.
    En savoir plus
Retour haut de page