by Diana on 13/05/2016 | Culturel

La magie d’Ellora confirme le pouvoir du cannabis

Ellora Très loin d’où habite la majorité de nous, il existe un endroit magique qui s’appelle Ellora. Il s’agit d’un site archéologique dans l’Etat du Maharashtra, en Inde, qui se situe à une trentaine de kilomètres de la ville d’Aurangabad. La construction de tels endroits est souvent le résultat de caprices d’autorités ayant le pouvoir d’accomplir l’impossible.


Très loin d’où habite la majorité de nous, il existe un endroit magique qui s’appelle Ellora. Il s’agit d’un site archéologique dans l’Etat du Maharashtra, en Inde, qui se situe à une trentaine de kilomètres de la ville d’Aurangabad.

Les grottes d’Ellora, dont le nom, avouons-le, sonne presque comme de la musique, ont été construites à l’époque de l’empire Rashtrakuta, une dynastie qui eut le pouvoir d’une grande partie du sous-continent indien entre le VIe et le Xe siècle. La construction d’endroits comme les grottes d’Ellora est souvent le résultat de caprices d’autorités ayant l’incroyable pouvoir d’accomplir l’impossible.

Grottes d’Ellora
Grottes d’Ellora

Il n’est pas étonnant qu’aujourd’hui, ces grottes impressionnantes construites il y a plus de 10 siècles fassent partie du patrimoine mondial de l’humanité. Les 34 grottes d’Ellora sont formées de monastères et de temples consacrés au bouddhisme, à l’hindouisme et au jaïnisme qui ont été sculptés directement dans la face rocheuse des collines Charanandri.

Depuis environ 1500 années, cette construction architecturale perdure. Imperturbable, elle observe le monde de haut et voit passer des chapitres et des chapitres de l’histoire. Si ses murs pouvaient parler…

De plus, on sait que cet impressionnant ensemble de grottes réunit différents courants religieux. En effet, 17 grottes étaient dédiées à l’hindouisme, 12 au bouddhisme et 5 au jaïnisme. Cela, en plus du fait qu’elles furent construites très près les unes des autres, nous révèle que les différentes religions cohabitaient dans l’harmonie à cette époque éloignée où la foi n’allait pas à l’encontre de la paix, où la tolérance régnait.

Tous les chemins mènent à … la marijuana !

Une équipe de chercheurs a découvert le secret qui explique pourquoi ce complexe de grottes s’est incroyablement bien conservé en dépit des conditions climatiques extrêmes, des processus naturels d’érosion et des attaques d’insectes. Comme publié dans le quotidien indien Times, la science nous informe que c’est le cannabis qui a permis cette conservation. Oui, vous avez bien lu.

Selon le quotidien, les experts ont affirmé que l’agent protecteur en question était composé d’un mélange de chanvre, d’argile, de gypse et de chaux. Ce mélange a ralenti la dégradation des grottes durant des siècles. Grâce au chanvre, les grottes mais également la grande majorité des fresques rupestres qu’elles contiennent sont restées intactes. De fait, selon Singh, « les fresques représentent le premier endroit où ce mélange de chanvre, d’argile et de gypse a été décelé ».

C’est aussi la première fois que l’on retrouve le chanvre mélangé à la boue et la chaux pour créer un efficace matériau de construction. Sans aucun doute, il s’agit d’une découverte spectaculaire.

La connaissance du pouvoir de la plante de cannabis ne date pas d’hier. On sait que le cannabis occupait un rôle central dans les cérémonies et les rituels des civilisations antiques en vertu de ses propriétés psychoactives. Parallèlement, la société a fait la découverte de ses propriétés médicinales. Le Cannabis sativa L. est la seule plante dont toutes les parties peuvent être exploitées. D’abord, sa tige offre l’une des fibres naturelles les plus résistantes au monde avec laquelle on fabrique du papier, du cordage, des matériaux textiles et une foule d’articles essentiels à la vie de tous les jours. Ensuite, les graines qu’elle produit contiennent tous les acides aminés et les acides gras essentiels pour maintenir une bonne santé. À l’évidence, les habitants d’Ellora connaissaient les vertus innombrables et les avantages incomparables du chanvre.

Une étude confirme la résistance du cannabis

Les auteurs de l’étude en question, Rajdeo Singh, ancien maître d’œuvre des travaux archéologiques du département scientifique des services archéologiques de l’Inde, et M. M. Sardesai, professeur de botanique à l’université Dr Babasaheb Ambedkar Marathwada, ont conclu ceci :

« Le Cannabis sativa, aussi connu sous le nom de bhang ou ganja, a été retrouvé à Ellora, mélangé à de l’argile et de la chaux. Cette découverte a été confirmée grâce à des technologies et des techniques s’appuyant sur l’exploration par microscope électronique, la transformation de Fourier, la spectrométrie infrarouge et le microscope stéréo. De plus, nous avons recueilli des échantillons de chanvre dans le district de Jalna, près d’Aurangabad, et aussi à proximité de Delhi. Ces échantillons ont été mis en association avec les échantillons provenant de la grotte no 12 d’Ellora. Une fois la vérification faite, aucune différence n’a pu être décelée ».

Les scientifiques ont publié leurs résultats dans le journal Current Science, déclarant que « les échantillons du mélange de cannabis, de boue et d’argile recueillis dans la grotte d’Ellora contenaient 10 % de cannabis sativa. Voilà la raison pour laquelle il n’y a pas d’activité d’insectes à Ellora ».

Le chanvre, matériau de construction possible

De nombreuses études ont confirmé que les fibres du chanvre sont plus résistantes et durables que bien d’autres types. Les chercheurs croient que leur propriété adhésive aurait permis de fabriquer un liant puissant. Ces facteurs auraient permis de contrôler l’humidité, ce qui aurait repoussé les insectes.

Chanvre comme matériau de construction
Chanvre comme matériau de construction

Le fait que les parois et le plafond des grottes aient été recouverts de ce mélange contenant du chanvre a donné confort et salubrité à l’endroit, en plus de permettre une conservation sans précédent.

C’est en vertu de cette propriété que les experts se tournent vers les organismes responsables d’appliquer la loi pour trouver « une solution pour que le cannabis sativa puisse être utilisé à grande échelle comme matériau de construction ». En fait, les auteurs de l’étude en question recommandent la mise sur pied « d’une autorité indépendante responsable de distribuer des permis ».

Comme l’a déjà démontré Sensi Seeds dans un de ses articles, les matériaux naturels et biodégradables comme le chanvre ont beaucoup d’applications. Les fibres naturelles peuvent remplacer un grand nombre de produits de construction contaminants, comme la fibre de verre et le béton. Il existe une infinité de manières pour conserver l’environnement, et l’utilisation du chanvre en est une. Pourquoi ne pas l’adopter ?

Le débat éternel

Il existe cependant deux faces à la médaille, et Amitesh Kumar, commissaire de police d’Aurangabad, a clarifié la situation juridique du cannabis en Inde en affirmant ceci : « la marijuana est interdite en vertu de la loi sur les stupéfiants et les substances psychotropes. On ne peut pas la cultiver, la transporter, la posséder ou la consommer. Quiconque a en sa possession la substance s’expose à une peine ».

Le gouvernement indien devra lui aussi faire face à ce qui est maintenant appelé « la révolution du cannabis ». Il est évident que la loi, introduite en 1985, est aujourd’hui désuète et continue à promouvoir une prohibition qui ne tient plus la route.

Les grottes d’Ellora ont été inscrites à la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO en 1983. Peut-être que la résurgence de sa magie nous rappelle que ce qui provient de la nature retournera à la nature, sans lois, normes, prohibitions ou obstacles.

Commentaires

Laissez un commentaire ici.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.