Comment le cannabis soulage-t-il les affections cutanées chroniques ?

Il a été démontré à maintes reprises que les préparations à base de cannabis pouvaient soulager les symptômes d’affections cutanées chroniques telles que l’eczéma et le psoriasis. Le système endocannabinoïde (SEC) semble jouer un rôle clé dans la régulation de divers processus de l’inflammation; son déséquilibre pourrait causer ces affections.

Les affections chroniques de la peau tels le psoriasis ou l’eczéma (anciennement appelé dermatite atopique) peuvent avoir pour cause des facteurs génétiques, environnementaux ou liés au mode de vie, ou une combinaison des trois. Les causes exactes de nombre de ces problèmes de peau demeurent inconnues, ou non prouvées. La bonne nouvelle est que le cannabis peut être utilisé de diverses manières pour améliorer les symptômes de la plupart des affections cutanées chroniques.

Qu’est-ce qui cause les affections cutanées chroniques ?

Les facteurs liés au mode de vie qui affectent la survenue et la gravité des affections cutanées communes incluent l’obésité, le stress, la santé précaire en général, la mauvaise alimentation, le tabagisme et la consommation d’alcool. Parmi les causes environnementales, citons les changements de saison ou de climat, en particulier ceux impliquant un changement radical de l’hygrométrie.

Le psoriasis peut également toucher des personnes qui prennent certains médicaments d’ordonnance (notamment les bêta bloquants, les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINSI, et le lithium), ou des personnes au système immunitaire très affaibli – par exemple les personnes atteintes du VIH. La prévalence du psoriasis varie considérablement d’un pays à l’autre, et on l’estime autour de 2 à 4 % dans les pays occidentaux.

Il existe aussi des affections cutanées – par exemple le granulome annulaire – pour lesquelles aucune cause n’a été scientifiquement déterminée, bien que l’on soupçonne qu’elles soient une réaction à quelque chose qui s’est passé dans le corps. Le granulome est une réaction inflammatoire qui survient dans les tissus du corps, dans ce cas-ci, la peau,  lorsque l’organisme lutte contre une infection ou tente de se protéger d’une substance étrangère. Parmi les incidents qui peuvent déclencher l’apparition du granulome annulaire, notons la survenue d’une autre maladie, une blessure cutanée, des piqûres ou morsures d’animaux venimeux, et même, se faire tatouer.

En ce qui concerne l’eczéma, on suppose que les environnements humains excessivement stériles peuvent contribuer au développement d’allergies chez l’enfant. En outre, il semble que l’allergie aux acariens soit étroitement liée à cette affection. On estime que l’eczéma touche environ 10 % de l’humanité, à des degrés de gravité divers ; dans certaines régions, on évalue la prévalence de la maladie sur la durée de vie à pas moins d’un tiers de la population, et elle semble gagner du terrain au fil du temps.

Symptômes de la dermatite

Il existe plusieurs formes de dermatite. Les deux plus courantes sont la dermatite atopique ou chronique (eczéma) et la dermatite de contact ou aigüe (provoquée par le contact direct avec un allergène ou un irritant, et souvent confondue avec l’eczéma). Les symptômes vont généralement des rougeurs de peau et éruptions cutanées bosselées à des boursouflures et lésions importantes dans les cas extrêmes. Les boursouflures et les lésions peuvent couler ou suinter et laisser des cicatrices disgracieuses.

Le symptôme le plus courant est la peau sèche et les démangeaisons. Les zones les plus souvent touchées incluent le canal cubital et le creux poplité (le pli des genoux ou des coudes, respectivement), les poignets, les mains et le visage. L’eczéma peut être extrêmement invalidant, mais n’est pas mortel. Toutefois, les infections résultantes qui s’immiscent au travers de la peau atteinte de lésions ont parfois été la cause de décès.

L’infection par un staphylocoque ou un streptocoque est très courante dans l’eczéma. Dans certains cas rares, elle peut évoluer en infection généralisée et se transformer en septicémie. En outre, le virus herpès simplex peut infecter la peau touchée par l’eczéma et provoquer une affection extrêmement grave appelée eczéma herpeticum, qui peut à son tour provoquer une « superinfection » bactérienne, voire la mort.

Symptômes du psoriasis

Le psoriasis revêt également différentes formes. Sa forme la plus connue est le psoriasis vulgaris ou psoriasis en plaques. Les « plaques » auxquelles fait référence cette terminologie sont des boursouflures enflammées (souvent approximativement circulaires) squameuses recouvertes d’une substance argentée. Ces plaques apparaissent habituellement au niveau des coudes, des genoux, du cuir chevelu et du dos.

Le psoriasis vulgaris touche jusqu’à 90 % des personnes atteintes de psoriasis. Le psoriasis prend d’autres formes, notamment le psoriasis pustuleux, qui provoque des bosses ou pustules contenant du pus qui s’accompagnent de démangeaisons graves et d’une sensibilité exacerbée. Les pustules apparaissent habituellement sur les mains et les pieds, ou aléatoirement sur tout le corps.

Il existe une forme rare et potentiellement mortelle de la maladie, connue sous le nom de psoriasis érythrodermique. Cette maladie invalidante peut provoquer une inflammation et une exfoliation de la majeure partie de la peau du malade. La gravité de cette inflammation et la perte de peau peuvent atteindre une telle ampleur que la régulation normale de la température et la fonction de barrière cutanée sont irrémédiablement perturbées, ce qui peut entraîner le décès du patient.

Influences génétiques sur l’eczéma et le psoriasis

Des personnes atteintes d’eczéma se sont avérées porteuses de variations du gène FLG, qui encode l’expression d’une protéine appelée filaggrine, qui est cruciale pour la régulation du stratum corneum (ou couche cornée), la couche superficielle de l’épiderme. La filaggrine se lie aux brins libres de kératine et la contraint à former une matrice au sein des cellules kératinocytes de l’épiderme.

Cette matrice dure et imperméable est la base de la barrière étanche qui constitue la couche extérieure de la peau humaine ; elle maintient la peau hydratée en empêchant l’évaporation et en absorbant l’eau. Les variations du gène FLG ont également joué un rôle dans une autre maladie de peau invalidante, l’ichtyose vulgaire, qui donne à la peau une apparence squameuse en raison d’une surproduction de kératinocytes.

Le psoriasis, qui induit également une surproduction de kératinocytes, revêt une forte association génétique ; environ un tiers des malades font état d’une histoire familiale autour de cette maladie. On suppose que plusieurs gènes interagissent pour déterminer l’apparition du psoriasis, mais nous ne comprenons pas encore tout à fait de quelle manière.

Environ trente-six différents locus présentant une susceptibilité au psoriasis ont été découverts sur les chromosomes. Les gènes découverts sur ces locus jouent un rôle dans la réaction inflammatoire, et plusieurs d’entre eux ont été impliqués dans d’autres maladies auto-immunes ainsi que dans le psoriasis.

Affections cutanées chroniques et réaction immunitaire

L’eczéma et le psoriasis impliquent tous deux une réaction immunitaire atypique. Le psoriasis est considéré comme une maladie auto-immune par nature, car il ne se manifeste pas à cause d’un allergène externe, mais à cause d’un dysfonctionnement du système immunitaire qui permet à la maladie de s’attaquer à des tissus précédemment sains.

L’eczéma est une réaction généralisée à la présence d’allergènes externes. Ce n’est donc pas une maladie auto-immune – bien qu’il se manifeste souvent chez des personnes souffrant d’autres maladies auto-immunes et que d’autres formes de dermatite aient une composante auto-immune. En particulier, l’eczéma et le psoriasis sont des affections causées par une réaction inflammatoire atypique.

La réaction inflammatoire est une composante essentielle du système immunitaire : à la première exposition à un agent pathogène (ou pathogène apparent dans le cas d’une maladie auto-immune telle que le psoriasis), le système sanguin transporte du plasma sanguin et des leucocytes en quantités accrues vers les tissus affectés.

Ces fluides s’accumulent ensuite, provoquant un gonflement caractéristique. L’augmentation du débit sanguin dans la zone affectée provoque une rougeur et une sensation de chaleur, et les démangeaisons et la douleur apparaissent, en raison de la libération de composés qui stimulent les terminaisons nerveuses.

Granulome annulaire et cannabinoïdes

Le granulome annulaire, comme mentionné ci-haut, n’a aucune cause connue et aucun traitement établi. Les traitements traditionnels incluent les injections de stéroïdes, ou prier que la maladie s’en aille d’elle-même. A l’évidence, les personnes affectées ne sont guères satisfaites par l’une ou l’autre des options.

Bien qu’aucune étude ne se soit encore penchée sur le traitement du granulome annulaire à l’aide du cannabis, certaines preuves indiquent que les cannabinoïdes pourraient aider à soulager cette condition. L’angiogenèse (formation et différentiation des vaisseaux sanguins) est associée à des conditions inflammatoires et joue un rôle important dans la formation du granulome.

Des expériences sur des rats faites en 2008 ont révélé que les cannabinoïdes modulaient la fonction des mastocytes, les cellules majoritairement responsables de l’angiogenèse, ce qui réduisait la formation de granulome. En réponse à une question de patient, Dr Philip Blair conseille l’application topique de teinture ou d’huile de CBD pour traiter le granulome annulaire (bien que, comme toujours, Sensi Seeds recommande la consultation d’un médecin avant d’entreprendre tout traitement).

Huile de chanvre et affections cutanées

Il a été démontré que l’application de plusieurs huiles et émollients, tels que la vaseline, la cire d’abeille, l’huile d’amande, l’huile d’olive et diverses préparations synthétiques, permet une réduction des symptômes du psoriasis et de la dermatite. Étant donné que ces affections se caractérisent toutes par une peau exagérément sèche, les produits capables d’hydrater la peau tout en évitant une irritation supplémentaire sont fondamentaux pour leur traitement.

Dans le cas de l’eczéma et du psoriasis, le dessèchement de la peau survient en raison d’une perte insensible en eau (PIE) excessive, puisqu’une inflammation persistante empêche la peau de jouer son rôle de barrière et de régulateur de la diffusion et de l’évaporation.

Au-delà de leur pouvoir hydratant direct, des composés présents dans certains produits pourraient être la clé pour contrôler le déséquilibre à l’origine de la maladie. Avec l’huile de chanvre et plusieurs autres huiles naturelles, la concentration élevée en acides gras polyinsaturés (AGPI) est censée réduire les démangeaisons et l’inflammation plus efficacement que les hydratants dont la teneur en AGPI est faible. À cet égard, l’acide linoléique semble revêtir un intérêt, bien que d’autres AGPI fassent également l’objet d’études.

AGPI alimentaires et hydratation de la peau

Les AGPI sont typiquement incorporés au régime alimentaire, et nous disposons d’éléments permettant de supposer que l’huile de chanvre alimentaire peut augmenter leur concentration dans l’épiderme et leur conférer un profil d’acide gras plus comparable à ceux présents dans une peau dite « normale ».

Dans une étude finlandaise publiée en 2005, des chercheurs ayant comparé l’huile de chanvre et l’huile d’olive ont découvert que la première démontrait une efficacité nettement accrue contre l’eczéma. L’huile de chanvre alimentaire s’est avérée augmenter les niveaux endogènes de deux acides gras essentiels (AGE), l’acide linoléique (oméga 6) et l’acide a-linoléique (oméga 3). Les chercheurs ont aussi observé une stimulation des niveaux d’AGPI non essentiels – l’acide gamma-linoléique (oméga 6). En outre, la perte insensible en eau a reculé, l’état d’assèchement de la peau et les démangeaisons ont semblé s’améliorer, bien que cela soit subjectif, et le besoin perçu de traitement chez les patients a diminué.

Bien qu’aucune étude spécifique au chanvre n’ait été apparemment réalisée sur le psoriasis, les preuves empiriques abondent, et plusieurs études ont attesté du potentiel d’utilisation des AGPI pour cette affection également.

Depuis un certain temps, le lien entre la faible prévalence du psoriasis et la consommation élevée d’AGPI issus de l’huile de poisson dans certaines populations (par exemple les Inuits) a été établi, bien que dans ce cas on suppose que deux AGPI non essentiels, l’acide eicosapentaénoïque et l’acide dihomo-gamma-linolénique, ont un potentiel particulier pour réduire ces symptômes. L’huile de chanvre est principalement composée d’acide linoléique et d’acide a-linolénique. Au contraire, l’acide arachidonique, un AGPI non essentiel, est censé jouer un rôle dans le développement du psoriasis.

Ratio de la composition de l’huile de chanvre

À mesure que nous progressons dans notre compréhension des mécanismes à l’œuvre dans l’inflammation chronique, nous découvrons que les maladies qui affectent la peau (l’une des barrières anatomiques essentielles jouant un rôle dans la réponse immunitaire), tels l’eczéma et le psoriasis, sont étroitement liées à une autre barrière majeure : le tractus gastro-intestinal. Ainsi, il est probable que les problèmes sous-jacents liés à l’absorption ou l’utilisation d’AGPI dans le tractus GI jouent également un rôle dans le développement des affections cutanées chroniques.

On a observé que les profils d’acide gras de l’huile de chanvre variaient selon le cultivar, avec l’acide linoléique représentant jusqu’à 50 à 70 % (alpha et gamma) et comptant pour 15 à 25 % du volume total. La concentration en acide gamma-linolénique peut être de seulement 0,8 % et atteint parfois 2,46 %. Alors que nous connaissons mieux les complexités des niveaux d’AGPI et de la santé cutanée, nous pourrons utiliser différents cultivars pour traiter différentes affections, ou encore, cultiver des cultivars à usages spécifiques.

Cannabinoïdes et santé cutanée

On a établi de façon relativement certaine que l’eczéma et le psoriasis réagissaient bien aux traitements riches en AGPI. Cependant, les AGPI sont extrêmement répandus et peuvent provenir de sources multiples (l’huile de chanvre en est toutefois une source abondante, avec un ratio généralement favorable).

Les cannabinoïdes, d’autre part, sont presque exclusivement retrouvés dans le cannabis, et ils sont réputés avoir un effet non négligeable sur les affections cutanées chroniques. Les cannabinoïdes sont bien connus pour jouer un rôle dans la régulation du processus inflammatoire, et il semble que cela pourrait bien être la clé de leur capacité à soigner l’eczéma et le psoriasis.

La présence en abondance de sites récepteurs de cannabinoïdes dans le tractus gastro-intestinal (qui, à l’instar de la peau, est l’une des barrières physiques essentielles du système immunitaire) est largement documentée. Une étude de 2009 a révélé que la peau était également dotée de son propre système endocannabinoïde, qui participe à réguler la production de diverses hormones et protéines (notamment les cytokines, qui jouent également un rôle dans la réponse immunitaire), ainsi que divers processus cellulaires dont la prolifération, la différentiation et l’apoptose (mort cellulaire programmée).

Ainsi, le déséquilibre de ce système peut aussi être à l’origine de l’apparition d’affections cutanées chroniques tels le psoriasis et l’eczéma, et le développement de thérapies ciblées à base de cannabinoïdes pourrait nous aider à les contrôler.

Une étude publiée en 2007 a démontré que le THC, le CBD, le CBN, le CBG et l’anandamide présentaient tous une certaine efficacité pour inhiber la production de kératinocytes dans l’épiderme. Étant donné l’implication de la surproduction de kératinocytes dans le psoriasis, ces résultats plaident en faveur de recherches complémentaires dans le domaine des thérapies à base de cannabinoïdes pour soigner cette maladie. Des récepteurs cannabinoïdes ont été découverts même dans les plus petites fibres nerveuses contrôlant les follicules pileux ; il a également été démontré que les kératinocytes pouvaient lier et métaboliser l’anandamide, l’endocannabinoïde le plus prolifique.

  • Disclaimer:
    Cet article ne remplace aucun conseil, diagnostic ou traitement d’un professionnel médical. Consultez toujours votre médecin ou tout autre professionnel de la santé habilité. Ne tardez pas à obtenir des conseils médicaux et n’ignorez aucune recommandation médicale après avoir lu tout contenu de ce site web. 

Comments

2 réflexions sur “Comment le cannabis soulage-t-il les affections cutanées chroniques ?”

  1. Bonjour,
    Je souffre de douleurs articulaires intenses dans tous les membres ( pieds, genoux, coudes, épaules, mains ); aucun médicament ne me soulage.
    J’ai entendu parlé de SATIVEX ( nabiximols ) et voudrait m’en procurer. Où puis-je en trouver ?
    Je vous remercie de me répondre MC

  2. Sylent Jay - Sensi Seeds

    Bonjour CACHEUX,

    Merci pour votre commentaire.
    Cela dépend de votre localisation. Le Sativex n’est pas encore disponible en France, et devrait l’être d’ici 2015. Si vous habitez un autre pays francophone, nous vous conseillons de vous renseigner auprès d’un médecin ou d’une association sur le cannabis médicinal.

    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur et réviseur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
  • Sanjai_Sinha

    Sanjai Sinha

    Dr Sanjai Sinha est membre du corps enseignant du Centre médical Weill Cornell de New York où il reçoit des patients, enseigne aux médecins résidents et aux étudiants en médecine et fait de la recherche en services de santé. Il prend soin d’éduquer ses patients et pratique la médecine fondée sur les preuves. Son grand intérêt pour l’examen médical est nourri de ces passions.
    En savoir plus
Retour haut de page