by Seshata on 24/02/2015 | Medicinal

Les 6 principaux avantages du cannabis pour traiter la migraine

La migraine chronique est une pathologie douloureuse et invalidante qui touche jusqu’à 5 % de la population mondiale. On a pas encore percé totalement le mystère du mécanisme biologique à l’œuvre dans la migraine, mais on a pu déterminer qu’il était étroitement lié à la transduction de la sérotonine. Le cannabis, qui influe également sur le système sérotoninergique, s'est avéré soulager les symptômes de la migraine.


1. Analgésique

La migraine est une pathologie douloureuse qui peut être traitée avec du cannabis (© r.nial.bradshaw).
La migraine est une pathologie douloureuse qui peut être traitée avec du cannabis (© r.nial.bradshaw).

L’effet bénéfique du cannabis sur la migraine le plus immédiat est sa capacité à soulager la douleur, qui peut être intense et même neutralisante chez de nombreux malades. On suppose que les cannabinoïdes endogènes propres du corps tels que l’anandamide soulagent la douleur de la migraine en régulant l’entrée des signaux de la douleur dans le cerveau grâce aux récepteurs CB1.

Un article publié en 2013 dans The Journal of Neuroscience démontrait que les personnes souffrant de migraine chronique ressentaient la douleur en raison de la sensibilisation desvoies nociceptives trigéminovasculaires (les voies crâniennes des nerfs trigéminovasculaires qui captent la douleur) ; les cannabinoïdes sont connus pour inhiber les réponses douloureuses des nerfs trigéminovasculaires, ce qui nous indique un des moyens par lequel le cannabis peut soulager la douleur induite par la migraine.

Outre les nerfs crâniens, les récepteurs CB1 dans les neurones entourant le tronc cérébral sont neutralisés par les endocannabinoïdes pour inhiber la transmission des stimulus douloureux du tronc cérébral aux autres zones du cerveau, offrant ainsi un avantage double aux personnes souffrant de migraine.

2. Inhibiteur de la sérotonine

On sait depuis un certain temps qu’il existe un lien entre le système de transduction de la sérotonine et l’incidence de la migraine. Immédiatement avant une crise, les niveaux de sérotonine augmentent considérablement, avant de chuter en dessous des niveaux normaux après la crise.

En 1985, une étude fut publiée sur les effets du THC Δ9-THC et du CBD sur la sécrétion de sérotonine par les plaquettes sanguines préalablement incubées dans du plasma prélevé sur des patients souffrant de migraines épisodiques. L’étude concluait que le Δ9-THC à différentes concentrations avait un effet inhibiteur statistiquement significatif sur la sérotonine sécrétée par les plaquettes.

Inversement, le plasma prélevé sur des patients en dehors des périodes de crise ne présentait aucun effet inhibiteur sur la sécrétion de sérotonine, même après avoir été traité avec du Δ9-THC en concentrations identiques. Par ailleurs, le CBD s’est avéré n’avoir aucun effet inhibiteur significatif, que ce soit sur le plasma prélevé en dehors des périodes de crise ou pendant.

Cette étude, et diverses autres études similaires menées depuis, démontre que le Δ9-THC issu du cannabis inhibe la sécrétion de sérotonine pendant les crises de migraine, mais pas en dehors des périodes de crise, et que le CBD a un effet négligeable quelle que soit la situation.

3. Vasoconstricteur

On suppose que la douleur de la migraine est en partie provoquée par un processus complexe d’élargissement et de rétrécissement des vaisseaux sanguins dans le crâne ; lorsque le sang circule dans une section élargie du vaisseau sanguin et se heurte à une section rétrécie, la pression du sang tentant de passer au travers du vaisseau soudainement rétréci provoque des vagues de douleur intense. Généralement, on pense que la sécrétion de sérotonine provoque la constriction des veines les plus grosses et des artères, alors que les veines périphériques plus petites deviennent dilatées.

Immédiatement avant une crise, les perturbations visuelles sont fréquentes (© Tudedude).
Immédiatement avant une crise, les perturbations visuelles sont fréquentes (© Tudedude).

En raison de ce phénomène, les traitements vasoconstricteurs (qui rétrécissent les vaisseaux sanguins) sont souvent utilisés dans le traitement et la prophylaxie de la migraine, car le risque de douleur est réduit lorsque l’effet de dilatation ne se produit pas. L’effet vasoconstricteur du cannabis est connu, et on s’accorde sur le fait que son efficacité pour soulager la douleur de la migraine lui est en partie imputable.

4. Prévention

Au cours de la période précédant immédiatement une crise de migraine, la sécrétion de sérotonine augmente. En soi, ce n’est pas nécessairement perceptible pour la personne, mais plusieurs autres signes perceptibles peuvent indiquer au malade l’imminence d’une crise, par exemple des auras ou des perturbations visuelles. En plus de soulager les symptômes chez les personnes subissant la douleur intense d’une crise, si le cannabis est absorbé dès l’apparition des premiers symptômes, il peut en fait neutraliser complètement la crise de migraine.

Comme nous l’avons mentionné précédemment, les dérèglements des niveaux de sérotonine sont associés aux crises de migraine, et il a été démontré à diverses reprises qu’il existait un lien entre le système endocannabinoïde et le système de transduction de la sérotonine, et que l’utilisation de cannabinoïdes pouvait entraîner une réduction des niveaux de sérotonine. Étant donné que la sécrétion de sérotonine augmente immédiatement avant une crise de migraine, l’utilisation de cannabinoïdes à ce stade peut inhiber cette augmentation anormale et neutraliser les processus déclencheurs de la migraine qui en résultent.

5. Antitremblements

Les personnes souffrant de migraine chronique risquent de développer un trouble fréquent du mouvement appelé tremblement essentiel (TE). Le TE se caractérise par des tremblements incontrôlables, habituellement des mains et des bras, mais occasionnellement de la tête ou des cordes vocales, et a souvent tendance à s’aggraver lorsque l’on tente d’utiliser les parties du corps touchées, par exemple pour écrire ou pour parler.

Bien qu’aucune étude n’ait été menée spécifiquement sur la relation entre le TE induit par la migraine et l’utilisation de cannabis, certains témoignages de personnes souffrant de migraine font état d’un soulagement subjectif des tremblements après avoir consommé du cannabis. On dispose également de nombreuses études sur le pouvoir du cannabis pour améliorer les symptômes de tremblement dans un éventail d’autres maladies, dont plusieurs (comme la maladie de Parkinson) peuvent provoquer des tremblements par la voie de mécanismes biologiques similaires à ceux qui sont à l’œuvre dans le cas de la migraine.

Là encore, il semble que le système de transduction de la sérotonine pourrait jouer un rôle important dans la manifestation des symptômes de tremblement, dans le cas de la maladie de Parkinson et d’autres maladies apparentées, de même que dans le cas de la migraine. En particulier, il semble qu’une activité sérotoninergique faible soit souvent associée aux tremblements. Bien que le cannabis puisse inhiber la sécrétion de sérotonine par les plaquettes en cas de migraine, d’autres études ont également démontré qu’il pouvait induire la synthèse de la sérotonine, et pourrait donc jouer un rôle important pour augmenter la sécrétion de sérotonine jusqu’à un niveau normal chez les personnes dont le niveau sérotoninergique est au plus bas.

6. Antiémétique

a sérotonine sécrétée par les plaquettes sanguines est la cause de la douleur induite par la migraine (© Euthman).
a sérotonine sécrétée par les plaquettes sanguines est la cause de la douleur induite par la migraine (© Euthman).

La nausée est un effet secondaire fréquent de la migraine, et l’on suppose également qu’elle est associée à la faible activité sérotoninergique qui succède immédiatement à une crise de migraine. Le cannabis s’est avéré être un antiémétique efficace pour diverses maladies graves, et être capable de réduire les nausées qui sont un effet secondaire de la chimiothérapie.

Malgré l’absence de toute étude sur la capacité du cannabis à soulager la nausée induite par la migraine, de nombreux témoignages de patients pratiquant l’automédication à base de cannabis font état d’un soulagement subjectif. Diverses autres maladies dans lesquelles l’excès de sérotonine peut provoquer des nausées peuvent également être prises en charge à l’aide de cannabis. C’est le cas, par exemple, des malades atteints d’un cancer qui suivent une chimiothérapie et qui souffrent de nausées provoquées par un excès de sérotonine irritant le tractus gastro-intestinal.

Commentaires

Poster un commentaire

Danielle

Bonjour,
Les informations sont intéressantes. Sont-elles exactes ? Malheureusement, vous ne citez aucune véritable référence, étude ou même un seul test. Vous restez "dans le vague" pour tout. Ajouter des impressions ou des commentaires personnels et non étayés, ce n'est pas assez pour être crédible.
Dommage.

27/04/2018

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.
Read More
Read More
Read More
Read More
Read More
Read More
Read More
Read More
Read More
Read More