Le cannabis au Malawi – Législation, consommation et histoire

Il est illégal de vendre ou distribuer du cannabis au Malawi, mais la loi est plus ambiguë sur sa consommation. Le trafic et les cultures illégaux constituent deux problèmes majeurs dans le pays. Les paysans pauvres cultivent du cannabis pour gagner un peu plus d’argent. Le gouvernement commence à voir les possibles avantages de la culture du chanvre.

    • Capitale
    • Lilongwe
    • Habitants
    • 20,284,000
    • Produits CBD
    • not clear
    • Cannabis récréatif
    • Illégal
    • Cannabis médicinal
    • Illégal

Législation relative au cannabis au Malawi

Peut-on détenir et consommer du cannabis au Malawi ?

La législation du Malawi est plutôt ambiguë vis-à-vis de la détention et de la consommation de cannabis. Le Dangerous Drugs Act (Loi sur les substances dangereuses) indique que « le Ministère peut par arrêté : interdire, contrôler ou limiter la production ou la détention » de cannabis. Dans les faits, les autorités passent plus de temps à essayer d’arrêter le trafic de drogues plutôt que leur consommation.

C’est pourquoi le cannabis est largement consommé à travers le pays et que les arrestations pour possession sont relativement rares.

Peut-on vendre du cannabis au Malawi ?

Il est illégal de vendre ou de distribuer du cannabis au Malawi, mais ce n’était pas le cas avant 1961. Cependant, après avoir signé la Convention unique sur les stupéfiants de l’ONU, les trafiquants sont devenus passibles de sanctions, telles que des peines de prison. Malgré cette législation, le trafic de cannabis est toujours relativement répandu.

Après des mesures de répression de la part du gouvernement en 2000, les saisies de cannabis ont baissé. La situation évolue depuis 2004 : en 2008, 25 tonnes de cannabis ont été saisies, contre seulement 1,4 tonne l’année suivante. Il n’est pas surprenant que ce pays frappé par la pauvreté soit affecté par le trafic de drogues : la perspective de gagner plus d’argent fait du pays le premier producteur de cannabis d’Afrique australe (et le 3e plus grand producteur du continent).

Le Malawi est en permanence soumis à des pressions internationales vis-à-vis des activités de trafic. Les mesures répressives de 2000 étaient par exemple le résultat direct des critiques adressées par d’autres pays membres de la Communauté de développement d’Afrique australe.

Peut-on cultiver du cannabis au Malawi ?

La législation malawite interdit la culture du cannabis ou du chanvre. En dépit de cette législation, les plantations sont relativement répandues et la culture du cannabis représente la principale activité illégale liée aux drogues dans le pays.

C’est notamment parce que les sols malawites sont parfaits pour sa culture. Les terres basses de la Vallée du Grand Rift, chaudes et humides, sont fertiles. Les terres plus en hauteur aux alentours bénéficient elles aussi de la température idéale. L’idée de pouvoir gagner de l’argent grâce à la culture du cannabis attire de nombreux habitants.

Les principales zones de culture du cannabis sont :

  • Le district de Nkhotakota
  • Likwawa Hills (district de Mzimba)
  • Ntchisi
  • Kasungu et Ntcheu
  • Dedza

En général, les femmes se chargent de la production et du traitement du cannabis, tandis que les hommes s’occupent de la vente et du trafic.

Le CBD est-il légal au Malawi ?

Il est indiqué dans le Dangerous Drugs Act que « l’huile extraite des graines » du chanvre indien (le cannabis) est exclue des lois s’appliquant aux plants. Mais la terminologie utilisée est plutôt ambiguë.

Le gouvernement malawite a octroyé des licences à certaines entreprises pour cultiver du cannabis qui sera transformé en huile de CBD, puis vendu à l’international.

Est-il possible d’envoyer des graines de cannabis au Malawi ?

Le Dangerous Drugs Act établit que les graines de cannabis sont illégales, à moins qu’elles n’aient été « broyées, hachées ou autrement traitées afin qu’elles ne puissent pas germer ». La plupart des graines de cannabis vendues en ligne n’ayant pas été traitées pour empêcher leur germination, vous ne pouvez pas les envoyer au Malawi.

Le cannabis médical au Malawi

Il n’existe actuellement aucun programme pour le cannabis médical. Cependant, le gouvernement prend des mesures pour permettre à des entreprises de cultiver du cannabis au Malawi pour un usage médical. Les enjeux semblent plutôt économiques, et ne visent pas à apporter des avantages thérapeutiques aux Malawites.

Le chanvre industriel au Malawi

Le gouvernement malawite commence peu à peu à revoir sa position vis-à-vis du chanvre industriel. Invegrow a été la première entreprise à se voir accorder une licence pour mener des essais de recherche sur le chanvre industriel.

Depuis, d’autres investisseurs ont approché le gouvernement dans l’optique de cultiver du chanvre industriel dans le pays. En 2018, Green Quest Pharmaceuticals a annoncé être à la recherche de 50 000 hectares de terrain, destinés à la culture du chanvre pour les secteurs textile et médical, entre autres. Graham Macintosh, un investisseur de l’entreprise, a commenté : « Tout le monde devrait pouvoir cultiver du cannabis sans limites juridiques, qu’il ne s’agisse que d’un petit hectare ou de 101. »

Il a également ajouté que le chanvre avait le potentiel de remplacer le tabac en tant que plus grand générateur de bénéfices sur le marché des changes, et que le cannabis représentait un investissement international de 7 milliards de dollars. D’ici 2019, ce montant devrait atteindre 10 milliards de dollars.

Bon à savoir

Si vous vous rendez au Malawi (ou si vous y résidez), les informations suivantes sont susceptibles de vous intéresser :

Histoire du cannabis

Les spécialistes pensent que le cannabis est cultivé en Afrique depuis des siècles. Les premières traces remontent au XIVe siècle, en Éthiopie, où des archéologues ont découvert deux pipes ainsi que des résidus de cannabis. Par la suite, le cannabis s’est répandu vers le sud, suivant la migration des tribus nomades bantoues, pour atteindre le Malawi. Cependant, d’autres spécialistes avancent l’hypothèse que le cannabis a été introduit dans le pays par les marchands arabes ou portugais.

Lorsque les colons britanniques sont arrivés au Malawi au milieu du XIXe siècle, ils ont constaté que l’utilisation du cannabis était déjà largement répandue : il était à la fois consommé pour un usage thérapeutique et récréatif. David Livingstone a pu observer la population locale cultiver et consommer du cannabis en 1865.

Le cannabis malawite est également présent dans de nombreux mythes et légendes du pays. Selon l’une des histoires les plus modernes (mais assez sarcastique), les touristes ayant essayé la Malawi Gold perdent immédiatement l’envie de rentrer dans leur pays d’origine !

Comportements liés au cannabis

La consommation du cannabis est largement répandue dans le pays, à la fois pour des raisons sociales et thérapeutiques. Les rastafaris malawites l’utilisent également pour des raisons spirituelles, et affirment que la corruption des forces de l’ordre est la raison pour laquelle il est toujours prohibé.

Bien qu’il soit largement consommé au Malawi, les forces de l’ordre prennent toujours des mesures sévères contre le cannabis, notamment sa culture et son trafic. Cela préoccupe certains amateurs de cannabis, qui craignent que des missions d’éradication renforcées puissent avoir un impact négatif sur la diversité génétique.

Le Malawi possède une solide industrie touristique liée au cannabis. Celle-ci est née en 1970, lorsque des touristes réalisant un safari dans la Vallée du Grand Rift se sont arrêtés sur les berges du lac Malawi. Ils y ont découvert les plants de cannabis locaux et, une fois rentrés chez eux, ont partagé leur découverte avec leurs amis.

Au XXIe siècle, les touristes continuent de se rendre au Malawi pour essayer la célèbre Malawi Gold. Cette situation a amené les Malawites à améliorer leurs infrastructures, dans l’optique d’exploiter cette opportunité économique.

Un acteur international ?

Le Malawi est l’un des producteurs majeurs de marijuana, et il l’exporte vers plusieurs pays africains, l’Europe et d’autres destinations. En réalité, le cannabis est certainement le troisième produit le plus exporté, et fait donc partie des trois C : « chamba », « chombe » et « chambo » (cannabis, thé et tilapia du Nil).

Les pays voisins, comme le Zimbabwe, le Mozambique et la Zambie importent du cannabis malawite, car leur production domestique n’est pas suffisante pour satisfaire la demande locale.

Les autorités ont tenté de régler ce problème, mais bien souvent, les cultivateurs de cannabis ne font que déplacer leurs plants, notamment vers les régions montagneuses reculées et isolées.

Malawi Gold : la variété primitive malawite

Le cannabis est cultivé au Malawi depuis des siècles : de nombreuses variétés ont été croisées au cours de cette période, naturellement ou par l’intervention de l’Homme. Finalement, une variété primitive est devenue dominante : la Malawi Gold.

La Malawi Gold est l’une des variétés primitives les plus connues et s’avère très stable. Il existe en réalité plusieurs phénotypes de cette variété primitive, mais les différences sont en grande partie superficielles. Cependant, certains sont décrits comme « boisés » (plus grands et d’aspect plus allongé) et d’autres « fruités » (plus petits et plus feuillus).

Il s’agit d’une variété de cannabis sativa, avec de longues feuilles vertes, fines et brillantes et de longs colas qui sont largement recouverts de trichomes. La période de floraison est également étendue : environ 17 à 18 semaines.

Ce cannabis local est reconnu dans le monde entier pour son high cérébral clair et sa saveur douce et florale.

Le cannabis fermenté : une méthode de consommation traditionnelle de la Malawi Gold

Après leur récolte, les plants sont coupés et laissés au soleil pour sécher. Ils sont ensuite pliés en « épi » : enroulés dans des feuilles de maïs ou de bananier. Ils sont ainsi prêts à être transportés, puis vendus.

Parfois, le cannabis est enroulé en épi alors qu’il n’est pas sec. Ces épis sont ensuite enroulés dans de la peau de chèvre (ou du fumier ou encore du terreau) puis enterrés pendant plusieurs mois. Cela crée un profil cannabinoïde modifié, à la couleur noire inhabituelle. Ces épis, ne portent pas le nom de Malawi Gold, mais sont appelés Malawi Black (ou Black Magic – Magie Noire), et ils produisent un effet plus psychédélique.

Le cannabis sera-t-il légalisé ?

Le gouvernement malawite a fait part de son intérêt pour découvrir les marchés du chanvre industriel et du cannabis médical. Pour l’heure, il est davantage attiré par le potentiel économique que les avantages médicaux.

Alors que d’autres pays africains, comme l’Afrique du Sud, dépénalisent le cannabis, il est possible que le Malawi en fasse de même, bien que le gouvernement n’ait fait aucune annonce à ce sujet.

  • Disclaimer:
    Bien que nous ayons déployé tous les efforts possibles pour assurer l’exactitude de cet article, son contenu n’est pas destiné à fournir un avis juridique ; chaque situation est différente et impose de consulter un expert et/ou un avocat.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur et réviseur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
  • Maurice_Veldman

    Maurice Veldman

    Maurice Veldman est membre de l’Association néerlandaise des avocats criminalistes et il est l’un des avocats en matière de cannabis les plus réputés des Pays-Bas. Avec ses connaissances du droit administratif et pénal acquises au cours de 25 années d’expérience, il défend les vendeurs de cannabis et les producteurs de chanvre en faisant valoir les inégalités entre les individus et l’Etat
    En savoir plus
Retour haut de page