Comment (et pourquoi) bâtir une maison de chanvre

Partout au monde, les gens choisissent des « éco-maisons » dans une tentative désespérée de vivre de manière plus durable. Le chanvre occupe déjà une place importante dans la construction de ces éco-maisons, et pourrait se révéler crucial si nous voulons vivre dans un monde plus durable. Comment optimiser et rentabiliser cette précieuse ressource naturelle ?

Les pratiques conventionnelles en matière de construction sont de moins en moins durables. Nos écosystèmes subissent l’impact de l’exploitation sans fin des ressources naturelles alors que l’industrie de la construction intensifie ses activités pour loger les populations grandissantes.

Chaque année, les villes se densifient et nous ravageons l’environnement en tentant désespérément de maintenir ce mode de vie intrinsèquement non viable. Les éco-maisons pourraient nous aider à construire une future plus durable.

Pourquoi est-il nécessaire de revoir l’urbanisation?

Face à ces préoccupations, les gens commencent à chercher des solutions. Bien sûr, les gens ne sont pas seulement interpellés par la question de la non-viabilité ; ils sont aussi affectés par la perte de la communauté, le déracinement, l’exposition à de dangereux polluants atmosphériques, le manque d’ensoleillement et d’espaces verts nécessaires à l’épanouissement des enfants.

Pour une multitude de raisons, les humains vivent mieux dans des communautés plus petites, plus écologiques. Lentement, mais sûrement, cette évidence commence à être reconnue là où elle a le plus d’impact – dans les médias, dans le cœur et l’esprit du public, et dans certains départements gouvernementaux progressistes de plusieurs pays.

Un autre argument de poids est qu’il est devenu pratiquement inabordable de se loger dans les principales villes de la planète. Plusieurs décident de tourner le dos à la société « dominante » pour aller vivre en campagne, alors que d’autres n’ont même pas le luxe de choisir.

Pourquoi ne construisons-nous pas tous des maisons de chanvre? Cette vidéo intéressante explique pourquoi nous ne le faisons pas encore:

Les éco-maisons peuvent faire partie de la solution

Vous faites peut-être partie des milliers de personnes qui soupèsent les différentes options pour devenir propriétaires, et peut-être avez vous trouvé l’endroit idéal où construire votre propre éco-maison.

Le chanvre connaît une popularité grandissante comme matériau de construction écologique. Il offre de nombreux avantages, notamment, d’excellentes propriétés de régulation de l’humidité et de la chaleur, des caractéristiques physiques extrêmement durables, une grande légèreté et flexibilité, une remarquable résistance au feu, aux moisissures et aux infestations d’animaux ou d’insectes.

Cette vidéo montre les qualités ignifugeantes du chanvre. Le test de résistance au feu a été fait par Steve Allin, auteur du livre Building with Hemp – une lecture hautement recommandée si vous considérez bâtir votre maison de chanvre :

Construire avec le chanvre

En outre, le chanvre pousse extrêmement rapidement, ne requiert que très peu de pesticides ou de fertilisants, et la transformation de la matière fraîchement récoltée en matériaux de construction comme les briques de chanvre est simple et non dommageable pour l’environnement. Nous nous concentrerons donc sur le chanvre en tant que principal constituant de notre éco-maison hypothétique. Pour en connaître plus sur les avantages et les inconvénients du chanvre comparativement à d’autres éco-matériaux, consultez cette ressource informative.

Comment s’y prendre pour concrétiser ses plans pour une maison de chanvre ?

L’idée d’acheter une maison prête à bâtir peut en effrayer plus d’un ; la tâche de l’assembler relève pour plusieurs de l’impossible. Cependant, si les circonstances sont favorables, c’est une option économique qui permet d’avoir une maison exactement à son goût.

Nous ne vous présentons pas toutes les étapes vers la construction d’une éco-maison de chanvre, mais bien un aperçu des points importants à considérer et de la démarche nécessaire afin d’entamer le processus.

1. Planification et élaboration d’un budget en vue de la construction d’une maison de chanvre

Evidemment, le budget est le point le plus important. À moins que vous déteniez un savoir-faire en construction (ou que vous avez la chance d’avoir un parent ou un ami dans le domaine de la construction !), vous devrez probablement dépenser des frais pour les services d’un architecte. Prenez cette dépense en compte dès le départ.

Habituellement, les frais d’architectes représentent 10 à 15 % des dépenses totales de construction, mais cette estimation peut varier en fonction de l’emplacement et des plans de votre maison.

Un architecte élabore les plans de votre maison selon le nombre de chambres et d’étages voulus. En construction écologique, des maisons plutôt petites sont plus adéquates – elles laissent, littéralement, une empreinte au sol plus petite, elles permettent de réduire les coûts en matériaux de construction et à long terme, ceux associés au chauffage et à l’entretien. Le phénomène des « petites maisons » connaît une explosion de popularité, alors si de telles dimensions vous conviennent, allez-y !

Consultez la liste des partenaires de l’International Hemp Building Association pour avoir quelques idées ou pistes de départ, et si vous connaissez un spécialiste fiable dans votre région, pourquoi ne pas encourager les gens qui partagent nos valeurs en indiquant ses coordonnées dans notre section de commentaires.

C’est toujours une bonne idée d’avoir un plan de base avant de passer à l’achat d’un terrain – le plan peut toujours être adapté à l’emplacement selon vos besoins. Un plan, même sommaire, facilite le calcul des frais et l’établissement d’un budget.

 2. Trouver le bon endroit où construire votre maison de chanvre

L’étape suivante consiste à trouver le bon endroit où construire votre maison de chanvre. Votre choix dépendra largement des lois locales, des règlements, des prix et des disponibilités. Choisissez votre emplacement avec soins. Vous pouvez consulter des ressources en ligne pour vous aider à trouver une parcelle de terrain – ce guide, par exemple, explique comment les résidents du Royaume-Uni peuvent trouver et acquérir un terrain où se construire.

Il peut s’avérer judicieux de s’établir sur un site où une maison existe déjà – par exemple, un chalet délabré peut être détruit et remplacé par une construction beaucoup plus durable et écologique.

Dans certains pays européens tels que l’Espagne ou l’Italie, des villages complets et des petites villes ont été abandonnés en raison de leurs difficultés à se brancher au réseau électrique. La revitalisation de telles communautés hors réseau pourrait régler d’un coup bien des problèmes.

Cette approche est généralement préférable à la construction sur des terrains vierges. Peut-on vraiment parler d’éco-maisons lorsque leur construction s’effectue en détruisant l’habitat d’innombrables espèces d’insectes et d’oiseaux ? En outre, construire sur un terrain sauvage demande des travaux supplémentaires, par exemple, la déforestation. Il faut aussi penser à l’approvisionnement en eau. Les terrains vierges offrent leur lot de défis.

Il vaut aussi la peine de considérer les anciens sites industriels (en fait, toute tentative de faire un usage « vert » du paysage urbain est valable), mais comme ils sont souvent contaminés par des déchets industriels, ils représentent plutôt un projet à long terme qui doit d’abord passer un stade de phytoremédiation à l’aide du chanvre s’échelonnant sur plusieurs années avant de pouvoir commencer la construction. Comme plusieurs propriétaires veulent cultiver leur nourriture à proximité de leur éco-maison, il est essentiel que le sol soit propre et exempt de tous contaminants !

Alors que vous êtes en plein processus d’acquisition d’un terrain (n’oubliez pas d’obtenir un permis de construire auprès de votre municipalité AVANT de passer à l’achat), adaptez et raffinez votre stratégie afin de respecter votre budget et d’optimiser l’utilisation des ressources à votre disposition.

Bien des gens préfèrent encore obtenir leurs services de fournisseurs publics (maintenant qu’il existe de plus en plus de fournisseurs d’énergie renouvelable), mais d’autres misent sur l’autosuffisance énergétique. Le choix et le coût des différentes options sont des facteurs à considérer – panneaux solaires, chauffage solaire passif, système de retraitements des eaux usées, collecte de l’eau de pluie, éoliennes, et même, microcentrale hydroélectrique.

Jetez un coup d’œil aux conseils du blogue de Tiny House en matière de génération d’énergie propre, ainsi que cet article de Makeuseof pour obtenir de l’information détaillée au sujet de différentes options.

Les coûts liés à ces technologies baissent rapidement, et il peut être plus facile que vous ne le pensiez d’habiter une petite maison alimentée à 100 % d’énergie propre et renouvelable !

3. Nature et provenance des matériaux

Trouver et obtenir vos matériaux constitue la deuxième étape. Habituellement, on coule le béton de chanvre (Hempcrete) autour d’une structure porteuse en bois, mais celle-ci peut aussi être faite d’acier ou de béton. Un des principaux désavantages du béton de chanvre est qu’il n’est pas assez résistant pour supporter le poids de la toiture ou plus d’un étage sans être renforcé d’une ossature. De même, vous devrez couler du béton pour la fondation puisque les matériaux à base de chanvre ne peuvent être utilisés à cet effet.

Qu’est-ce que le béton de chanvre ?

Ce matériau est constitué d’un mélange simple de copeaux de chanvre provenant de la chènevotte – la partie intérieure ligneuse de la tige de laquelle se sont détachées les fibres – de chaux et d’eau. La chaux utilisée en construction est un oxyde de calcium ou un hydroxyde de calcium – des composés dérivés du calcaire et de la craie – et agit en tant que liant. Cela fait des milliers d’années que les mélanges d’eau, de fibres naturelles et de chaux sont utilisés pour construire des maisons écologiques.

Où peut-on obtenir du béton de chanvre ? Si vous avez choisi de travailler avec une entreprise se spécialisant dans la construction à base de chanvre, elle devrait déjà avoir les matériaux nécessaires, voire, les briques et les panneaux prêts à être utilisés. Par exemple, l’entreprise néerlandaise productrice de chanvre, HempFlax, offre les briques et les panneaux de chanvre prêts à l’usage, ainsi que des services de consultation afin de vous montrer comment les utiliser, étape par étape.

Autrement, vous pouvez repérer des fournisseurs de copeaux de chanvre qui vous vendront une quantité suffisante de matière première – une palette ou même un plein camion – avec laquelle vous ferez votre propre mélange. Le processus est relativement simple, mais vous aurez besoin d’un « malaxeur à brassage intensif » pour assurer que votre mélange soit uniforme (ce qu’il est difficile d’obtenir avec un mélangeur à tambour).

Si vous fabriquez vos propres briques, les coûts varieront en fonction de la disponibilité locale et des lois en vigueur. Une palette de 990 lb 450 kg) de copeaux de chanvre non traités valent environ 510 $ aux Etats-Unis (450 €), où la culture du chanvre n’est pas encore tout à fait légale, alors qu’au Royaume-Uni, il vous en couterait environ 425 € (373 £) puisque l’industrie y est légale depuis des décennies.

Voici un excellent guide qui décrit comment fabriquer votre propre mélange, indiquant les ratios chanvre-chaux-eau (qui sont extrêmement importants afin d’assurer l’étanchéité et la durabilité) et fournissant des conseils de construction (allant même jusqu’à préciser le nombre d’heures/travailleurs requis par projet).

Pour plus de détails au sujet des briques de chanvre, leur fabrication et les façons dont elles peuvent remplace le béton, visionnez cette vidéo. La présentatrice Joyce Ohajah y explique le potentiel du chanvre comme matériau de construction alternatif durable : 

4. Pourriez-vous vivre dans une éco-communauté toute construite à partir du chanvre ?

Si vous considérez construire une maison de chanvre, peut-être existe-t-il dans votre entourage d’autres personnes qui partagent vos intérêts. Si c’est le cas, vous pourriez coopérer, ce qui vous permettrait d’acheter vos matériaux en gros, à meilleur prix, en plus d’échanger des connaissances locales et liées au chanvre.

Il est possible que des groupes locaux ou des communautés existent déjà, et que vous puissiez vous y joindre. Ou bien vous pouvez fonder une nouvelle communauté de gens qui partagent les mêmes valeurs et qui désirent coopérer pour bâtir des éco-maisons, et qui sait, une communauté entière hors réseau et complètement autonome !

Le chanvre pourrait représenter un matériau idéal pour la construction de telles communautés : un hectare de chanvre procure assez de copeaux pour construire une maison de 135 m2 (1450 pi2). Le champ peut être cultivé à même ou tout près de l’endroit où on veut bâtir, ce qui réduit encore plus les frais de transport !

Plusieurs pays au monde font figure de pionniers dans le monde de la construction à base de chanvre. La petite communauté écossaise d’Achabeag entreprendra la construction de vingt éco-maisons faites de chanvre ; deux prototypes ont déjà été construits. Les planificateurs espèrent qu’Achabeag servira de « modèle pour les nouvelles communautés écologiques du nord et de l’ouest de l’Écosse ».

Le béton de chanvre a été développé en France dans les années 80 à la suite de la redécouverte de la recette originale utilisée par nos ancêtres il y a des siècles. La version moderne a été élaborée par l’entreprise française Isochanvre, et plus de 250 maisons distribuées un peu partout au pays sont fabriquées à base de leur béton.

On retrouve aujourd’hui des maisons de chanvre au Royaume-Uni, en Italie, en France, en Belgique, en Suisse, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis, au Canada et dans bien d’autres pays. En 2014, l’université de Bath au Royaume-Uni a entamé une étude de trois ans afin de développer des panneaux préfabriqués de béton de chanvre qui rendraient la construction de maison de chanvre encore plus facile ! Les résultats demeurent inconnus, mais le simple fait que la recherche ait lieu montre combien la popularité du chanvre se répand.

À l’heure actuelle, les coûts des matériaux conventionnels sont sensiblement les mêmes que ceux des matériaux de chanvre qui sont beaucoup plus écologiques, donc préférables. Alors que l’industrie continue à se développer et que la popularité du chanvre croît, les coûts seront amenés à baisser, ce qui rendra la construction à base de chanvre plus abordable !

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
Retour haut de page