by Miranda on 24/02/2017 | Légal & Politique

Italie : Cannabis médical cultivé par l’armée et vendu en pharmacie

Cannabis médical Depuis le premier janvier en Italie, les patients peuvent se procurer partout au pays du cannabis médical en pharmacie cultivé et produit par l’armée. Après un an de débats incessants, le cannabis produit par l’Etat a commencé à arriver en pharmacie, bien que quelques obstacles se présentent.


Italie : Cannabis médical cultivé par l’armée et vendu en pharmacie - Sensi Seeds Blog

L’année 2017 est à peine entamée que des avancées ponctuent déjà le monde cannabique européen. Depuis le premier janvier, les patients italiens peuvent se procurer à la grandeur du pays du cannabis médical cultivé et produit par nulle autre que l’armée et distribué en pharmacie. Après un an de débats incessants au cours desquels plusieurs médecins et spécialistes médicaux se sont prononcés en faveur du projet, le cannabis produit par l’Etat a commencé à arriver en pharmacies. Cependant, quelques obstacles se présentent, notamment en matière de distribution.

Depuis un peu moins d’un mois, le cannabis produit par l’armée est vendu légalement dans les pharmacies italiennes. L’Etat est responsable d’approvisionner les pharmacies en cannabis médical qui n’est vendu qu’aux patients détenant une ordonnance médicale.

Cannabis médical produit par l’armée italienne

L’Institut militaire des produits chimiques et pharmaceutiques de Florence, dirigé par le colonel Antonio Medica, est responsable de la culture et de la production du cannabis et en supervise aussi la distribution. L’Institut a déjà produit les premiers 2 400 paquets de cannabis médical qui seront distribués à la grandeur du pays, dans les pharmacies et les hôpitaux. Ainsi, les patients dans le besoin pourront profiter d’un médicament potentiellement efficace.

Les conditions de vente incluent l’obligation de présenter une ordonnance, mais aussi, de fournir aux patients du cannabis dans sa forme naturelle végétale (des fleurs ou des sommités fleuries). En outre, le cannabis doit uniquement être infusé ou inhalé à l’aide d’un vaporisateur.

Les patients souffrant de maladies ou de troubles spécifiques – les douleurs chroniques, la sclérose en plaques, les nausées et vomissements dus à la chimiothérapie ou la radiothérapie et les crises d’anxiété – pourront obtenir une ordonnance de leur médecin. La liste des maladies et symptômes admis est longue et peut être consultée sur le site du ministère de la Santé et du ministère de la Défense, lequel est responsable des installations pharmaceutiques.

Italie : Cannabis médical cultivé par l’armée et vendu en pharmacie - Sensi Seeds Blog
Le cannabis médical se vend dans sa forme naturelle pour être infusé ou vaporisé (CC. Prensa 420)

Comme le cannabis est produit dans des installations pharmaceutiques militaires, le produit final porte le sigle FM2 caractéristique des médicaments spécifiques aux forces armées qui sont aussi produits dans les mêmes usines. Ainsi, Florence est la première ville italienne à vendre les premiers paquets de cannabis médical produit et emballé dans les laboratoires de l’Institut situé dans la ville.

Distribué dans les pharmacies et les hôpitaux à un meilleur prix que le cannabis néerlandais

Il faut souligner que, malgré le fait que le cannabis médical est légal en Italie depuis 2013 en vertu d’une loi nationale qu’avaient déjà établie plusieurs régions, aucun système étatique n’avait été créé afin d’approvisionner les pharmacies ou les hôpitaux puisque jusqu’à maintenant, le cannabis vendu en Italie avait toujours été importé des Pays-Bas.

Cette situation contraignait les distributeurs, c’est-à-dire les institutions médicales, à se soumettre à d’interminables démarches et procédures – entre le ministère de la Santé et les Pays-Bas – afin d’octroyer les autorisations aux patients. Ces derniers ont grandement souffert de la lourdeur de cette bureaucratie.

Il semble que le prix du cannabis produit par l’armée dans les installations de Florence s’élèvera à environ 15 €, alors que celui importé des Pays-Bas coutait 24 €. Les patients pourront ainsi économiser presque 30 %.

Italie : Cannabis médical cultivé par l’armée et vendu en pharmacie - Sensi Seeds Blog
Les pharmacies italiennes fourniront le cannabis sous présentation d’une ordonnance médicale (CC. Elliot Brown)

Il s’agit incontestablement d’une bonne nouvelle pour les patients. En outre, ces derniers auront accès à du cannabis de bien meilleure qualité que ce qui se retrouve sur le marché noir puisque l’armée suit les protocoles européens généraux s’appliquant aux substances médicales : le cannabis contient un plus haut pourcentage de CBD que de THC (composé psychoactif dont les effets sont souvent non désirables pour les patients). Alors que le cannabis vendu dans la rue peut atteindre une concentration de THC de 70 %, celui de l’armée ne dépasse pas 24 %.

Les données disponibles indiquent qu’environ 100 kilogrammes de cannabis médical légal sont consommés annuellement dans les régions italiennes qui en avaient déjà autorisé l’usage. Cette première récolte effectuée par l’Etat représente 20 % de la consommation annuelle, et il s’agit du premier envoi destiné à la vente en Italie. Comme la culture s’effectue à longueur d’année dans les serres de Florence ultramodernes dotées d’équipement dispendieux, l’armée prévoit effectuer une récolte tous les trois mois.

Entraves à l’accès équitable de cannabis médical

Le décret ministériel du 9 novembre 2015 permet l’obtention d’une ordonnance de cannabis médical, mais l’accès demeure difficile. Parmi les facteurs qui entravent l’accès, notons le fait que le ministère de la Santé et d’autres spécialistes locaux sont d’avis que le cannabis est seulement recommandable comme deuxième choix lorsque les traitements pharmaceutiques conventionnels (tels les opioïdes) s’avèrent inefficaces.

Bien qu’en vertu du décret, les professionnels médicaux peuvent prescrire un traitement à base de cannabis pour des maladies et des conditions spécifiques, entre autres, en cas de lésions à la moelle épinière, conjointement aux thérapies contre le VIH ou pour réduire les mouvements involontaires causés par le syndrome de la Tourette, lorsque vient le moment d’obtenir l’ordonnance en question, il existe une réelle réticence à considérer le cannabis comme un traitement probable.

Il faut clarifier le rôle des médecins de famille et habiliter ces derniers à prescrire du cannabis médical, par exemple, en leur procurant une formation adéquate, puisqu’à l’heure actuelle, non seulement refusent-ils de prescrire le cannabis, mais quelques fois, ils vont même jusqu’à dénoncer les patients qui en font la demande.

Par ailleurs, d’autres critiquent le fait que les 100 kg de cannabis produit annuellement ne combleront pas la demande puisque cette quantité a été déterminée en fonction de la quantité qui avait jusqu’alors été importée des Pays-Bas, et n’incluait pas la portion de cannabis provenant de la culture personnelle ou du marché noir. Toutefois, il semblerait que la production augmentera afin de répondre à la demande et aux besoins des patients.

Italie : Cannabis médical cultivé par l’armée et vendu en pharmacie - Sensi Seeds Blog
Le cannabis médical est cultivé et produit dans des installations pharmaceutiques militaires (C.C. copsadmirer@yahoo.es)

Cannabis médical pour tous les Italiens ?

S’ajoute à ces obstacles le fait que les territoires italiens ne possèdent pas tous les mêmes lois régionales en matière de cannabis médical, causant des fractures territoriales. Alors que le contrôle des drogues et des psychotropes devrait être du ressort de l’Etat, en Italie, la compétence législative en matière de santé relève de l’autorité de chacune des 20 régions.

Jusqu’à maintenant, les médecins de régions plus permissives pouvaient prescrire des médicaments à base de cannabinoïdes – le Sativex et le Dronabinol par exemple – et en cas de non-disponibilité, ils pouvaient en importer grâce à un permis personnel et aux frais des patients.

Actuellement, 12 régions ont approuvé des lois autorisant l’usage de produits pharmaceutiques dérivés du cannabis pour le traitement de certaines maladies, lesquelles sont déterminées par les régions en question. Ainsi, la liste des maladies et conditions admissibles diffère à l’échelle du pays.

Il semble que la Toscane soit l’une des régions reconnaissant le plus de symptômes admissibles. Par exemple, le cannabis peut être prescrit en cas de spasticité, de douleur causée par le cancer lorsque la morphine ne fonctionne pas, de douleur neurologique que ne peuvent soulager d’autres analgésiques et dans le cas du syndrome de Tourette. Cette région a été la première à admettre la couverture publique des frais liés au cannabis, et d’autres régions lui ont par la suite emboîté le pas.

Au mois de décembre 2016, la région des Pouilles située au sud du pays a approuvé une loi autorisant l’usage médical de cannabis, mais également sa production à l’intérieur même de la région. Le projet sera dirigé par divers organismes de santé et des universités, et les préparations à base de cannabis seront fabriquées dans un centre régional, le premier de ce type au pays. Le gouvernement régional sera responsable de la supervision et a manifesté son intention de financer le projet avec les fonds qui servent actuellement à payer le cannabis importé des Pays-Bas.

Italie : Cannabis médical cultivé par l’armée et vendu en pharmacie - Sensi Seeds Blog
Les médicaments dérivés du cannabis, tel le Dronabinol, peuvent être prescrits depuis 2014 (CC. Steffen Geyer)

Proposition des activistes cannabiques italiens pour le cannabis légal

En Italie, l’Association Luca Coscioni mène une campagne, avec d’autres associations de même allégeance, dont le slogan est « Legalizziamo! ». Le collectif dénonce l’échec de la prohibition et demande la légalisation et la libéralisation du cannabis médical et récréatif, ainsi que la réglementation des clubs sociaux cannabiques à l’aide d’un projet de loi.

Les activistes revendiquent, entre autres, le droit de cultiver un maximum de cinq plantes de cannabis à des fins médicinales. Le document suggère également la création de clubs sociaux cannabiques à but non lucratif rassemblant un maximum de 100 membres autorisés à cultiver et consommer du cannabis. Le mouvement se prononce en faveur de la culture à des fins commerciales sous supervision des autorités concernées, sans promotion des produits ni de vente à proximité des écoles et des collèges – une législation similaire à celle d’Amsterdam.

Le collectif propose une série de mesures à adopter, à savoir, l’ajout de maladies et de conditions admissibles à un traitement à base de cannabis, le contrôle de la qualité du cannabis de production étatique, l’investissement des profits dérivés de l’imposition du cannabis médical dans des campagnes d’information et des causes sociales et le rétablissement de l’économie grâce à la réduction de la dette nationale.

Italie : Cannabis médical cultivé par l’armée et vendu en pharmacie - Sensi Seeds Blog
Legalizziamo! est une initiative qui défend la légalisation du cannabis et dénonce l’échec de la guerre contre les drogues (CC. Marco Gentili)

2017 : la légalisation du cannabis continuera de progresser en Italie

Bien que la situation du cannabis médical s’améliore en Italie, il semble que le Projet de loi pour la légalisation du cannabis devra attendre, notamment, que le climat politique se stabilise quelque peu.

Le document devra repasser par la commission parlementaire pour que soient résolus les plus de mille amendements qu’ont présentés ceux qui s’opposent au projet de loi. La législation a reçu l’appui de 113 membres du parlement provenant de différents partis au mois de juillet dernier.

Une fois que le projet se mettra en marche, et si le parlement italien l’approuvait, les citoyens pourraient, en plus de cultiver cinq plantes femelles pour consommation personnelle, avoir en leur possession un maximum de 15 grammes à la maison et cinq grammes dans les endroits publics.

En outre, des permis seraient octroyés aux clubs sociaux cannabiques réunissant un maximum de 50 membres, et le monopole étatique qui verrait le jour permettrait la vente de cannabis et de produits dérivés dans des boutiques préalablement autorisées, alors que le trafic et la revente demeureraient illégaux.

Malgré le fait que l’arrivée en pharmacie du cannabis de production nationale représente une nouvelle étape vers la légalisation, bien d’autres mesures doivent être prises dans le futur, du côté médical comme du côté récréatif.

Afin de réellement remplir ses engagements et atteindre ses objectifs lorsqu’il s’agit de protéger la santé des patients italiens – de tous ceux qui choisissent de recevoir des traitements à base de cannabis – l’Italie doit se débarrasser de tous les obstacles qui entravent l’accès équitable à ce médicament efficace et bénéfique dans bien des cas. Ce sont les politiciens qui prennent les décisions finales, alors que ce sont les citoyens, particulièrement les patients, qui subissent les conséquences néfastes.

Commentaires

Poster un commentaire

LRC

Actuellement, nous constatons des avancées en Italie, en Suisse, en Allemagne, au Pays-Bas. La France, à la condition que Benoît Hamon - Yannick Jadot trouvent un terrain d'entente avec Jean-Luc Mélenchon pourrait donner un grand coup d'accélérateur à la légalisation du cannabis médical et récréatif au niveau Européen s'ils sont vainqueurs des ėlections présidentielles.
Au sujet des prescriptions médicales, il devient ėvident que conséquemment à l'absence de formation sur l'utilisation thérapeutique du cannabis dans le cursus formateur du corps médical, les médecins sont dans l'impossibilité de prescrire de façon éclairée des médicaments cannabiques. Il est donc indispensable qu'au cours de leur formation, les thérapeutes soient instruits de la pharmacopée cannabique et son utilisation.
De même que la recherche doit s'intensifier sur le potentiel thérapeutique du cannabis et ses différentes formes d'administration afin que le corps médical dispose d'une panoplie complète et diversifiée pour lutter contre nos maux.
Je tiens à remercier toute l'équipe de Sensi Seeds qui contribue grandement par son sérieux et sa pugnacité à une perception du cannabis éclairée et donc au changement des mentalités qui nous conduira vers une légalisation.

24/02/2017

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.