Localisation |Allemagne

Capitale |Berlijn

Habitants |81459000

Statut légal |illegal

Medical Program |yes

Le cannabis en Allemagne

Allemagne Il s´avère que le cannabis est présent en Allemagne depuis une époque considérablement lointaine, remontant peut-être même à la période pré-germanique. Les fouilles archéologiques conduites à Eisenberg, en Thuringe (centre de l'Allemagne) ont permis de découvrir des graines de cannabis dans des cavernes remontant à au moins 7 500 ans, ce qui correspond à l'époque connue sous le nom de « période du Rubané à céramique linéaire du Néolithique ». Des vestiges plus récents de graines de cannabis ont été découverts dans ce qui semble être une urne funéraire vieille d’environ 2 500 ans à Wilmersdorf, qui est désormais un quartier de Berlin, mais qui était dans le passé un village indépendant. Des sépultures contenant des graines et des fleurs de cannabis et remontant à la même période ont également été découvertes dans le sud de l’Allemagne.


Le cannabis en Allemagne - Blog Sensi Seeds

La République fédérale d’Allemagne est l’État membre de l’UE le plus densément peuplé avec plus de quatre-vingt millions d’habitants. À l’instar des autres pays d’Europe centrale, l’Allemagne a une longue histoire d’utilisation du cannabis. De nos jours, le cannabis est largement utilisé et facilement accessible dans la plupart des villes, bien que sa culture, sa vente et son utilisation demeurent illégales.

Histoire du cannabis en Allemagne

Un plant de chanvre dans le musée à ciel ouvert (Freilichtmuseum) de Beuren - Blog Sensi Seeds
Un plant de chanvre dans le musée à ciel ouvert (Freilichtmuseum) de Beuren (© lessi2306)

Il s´avère que le cannabis est présent en Allemagne depuis une époque considérablement lointaine, remontant peut-être même à la période pré-germanique. Les fouilles archéologiques conduites à Eisenberg, en Thuringe (centre de l’Allemagne) ont permis de découvrir des graines de cannabis dans des cavernes remontant à au moins 7 500 ans, ce qui correspond à l’époque connue sous le nom de « période du Rubané à céramique linéaire du Néolithique ». Des vestiges plus récents de graines de cannabis ont été découverts dans ce qui semble être une urne funéraire vieille d’environ 2 500 ans à Wilmersdorf, qui est désormais un quartier de Berlin, mais qui était dans le passé un village indépendant. Des sépultures contenant des graines et des fleurs de cannabis et remontant à la même période ont également été découvertes dans le sud de l’Allemagne.

Au fil des siècles, la culture et l’utilisation du cannabis ont été intégrées à la vie de nombreux paysans Allemands, sans aucun doute initialement pour fournir des fibres et des graines. Vers le 12e siècle, tout porte à croire que le cannabis occupait une place importante dans la pharmacopée allemande naissante. Vers l’an 1150 de notre ère, l’abbesse bénédictine Hildegard von Bingen a largement décrit les propriétés thérapeutiques du cannabis dans Physica, son important traité en neuf volumes, qui décrit les propriétés de centaines de plantes, d’animaux et de minéraux. Hildegard écrivit que le cannabis « réduisait les mauvais jus et renforçait les bons », et qu’il pouvait aussi bien soulager les maux de tête que les exacerber, selon que l’utilisateur avait un esprit « plein » ou « vide ».

Il est intéressant de noter qu’alors que l’Église catholique est restée sur une ligne réfractaire au cannabis pratiquement tout au long de l’histoire, Hildegard était à l’époque une autorité respectée en matière de questions médicales et ses enseignements n’étaient apparemment pas considérés comme blasphématoires par l’Église. En réalité, l’abbesse était également considérée comme une visionnaire (la « Sibylle du Rhin » figure parmi ses autres titres honorifiques), et a reçu en 1148 l’assentiment du Pape l’autorisant à dévoiler ses visions lorsqu’elle les recevait du Saint-Esprit. Ce n’est que bien des siècles plus tard, avec la montée de l’Inquisition espagnole, que les guérisseurs et les herboristes traditionnels ont été qualifiés d’hérétiques et de sorciers.

Le cannabis en tant que remède dans l’Allemagne médiévale

Vers le 15e siècle de notre ère, l’utilisation du cannabis dans la pharmacopée allemande était bien établie et nous disposons d´ailleurs de nombreuses références à cette plante dans la littérature de cette époque. Malgré la menace persistante de l’Inquisition – qui s’appuyait sur la bulle pontificale de 1484 « Summis desiderantes affectibus » servant de directive et de justification pour juguler l’herboristerie traditionnelle –, les universités de l’Allemagne, de la Suisse et de l’Italie médiévales en particulier ont tout fait pour préserver les traditions de la région.

À l’époque, l’huile de graines de cannabis était abondamment utilisée en médecine pour soigner l’inflammation, la gonorrhée, les infestations parasitaires, la toux et la jaunisse. Des textes importants de cette époque mentionnaient le cannabis comme remède, parmi lesquels Das Neunte Buch in der Arznei (le Neuvième livre de médecine) de Paracelse (1493-1541), le Kreütter Büch (livre de botanique) de Hieronymus (Jérôme) Bock (1539), le New Kreütter Büch de Leonard Fuchs (1543) et le Neuwe Kreuterbuch de Jacobus Theodorus Tabernaemontanus (1588). L’utilisation du cannabis en médecine s’est développée tout au long de cette période, et de 1776 à 1789 la première encyclopédie pharmaceutique fut publiée par Johann Andreae Murray, qui consacra de nombreuses pages à la description du cannabis et de ses nombreux usages.

Vers le 16e siècle, les Européens avaient commencé à monter des expéditions commerciales régulières vers l’Afrique et l’Asie, où ils découvrirent des variétés très puissantes de cannabis. Ce « chanvre indien » fut introduit en Europe et intégré aux pratiques médicales, mais il faudra attendre la moitié du 20e siècle pour que son usage soit bien établi.

Outre la médecine, le cannabis remplissait de nombreuses autres fonctions dans la société allemande médiévale. On continuait de l’utiliser comme source de fibres, dans l’alimentation, dans les rituels et probablement même dans des pratiques récréatives jusqu’au début du 20e siècle, lorsque la tendance mondiale en faveur de la prohibition a commencé à s’installer.

Utilisation du cannabis de nos jours en Allemagne

Des boutiques hippies comme celle-ci vendent une large gamme d'accessoires de consommation, notamment des pipes, des bongs et du papier à rouler - Blog Sensi Seeds
Des boutiques hippies comme celle-ci vendent une large gamme d’accessoires de consommation, notamment des pipes, des bongs et du papier à rouler (© Great Beyond)

Jusqu’à récemment, l’Allemagne a semblé maintenir une ligne favorable à une certaine tolérance qui rivaliserait même avec celle des Pays-Bas. Cependant, ces dernières années, on a assisté à la multiplication des tests de sudation et autres fouilles avec des chiens renifleurs sur le bord des routes, et les politiques allemandes en matière de cannabis sont relativement strictes. Ces politiques varient également suivant les régions. Les grandes villes du nord comme Berlin et Hambourg continuent d’afficher une certaine souplesse et l’utilisation de cannabis y est généralement tolérée, alors que la plupart des régions du sud tendent à adopter des politiques plus restrictives.

Globalement, les poursuites pour la simple utilisation de cannabis sont rares et ne se traduisent que très rarement par des peines de prison. L’utilisation de cannabis est relativement courante. On estime à environ trois millions le nombre d’Allemands qui en consomment régulièrement. L’Allemagne abrite également une communauté du cannabis très active et une culture vivante de festivals et marches en faveur de l’utilisation et de la légalisation du cannabis, comme la célèbre Hanfparade (parade du chanvre) qui a lieu chaque année à Berlin au mois d’août.

L’Allemagne partage ses frontières avec les Pays-Bas, l’Autriche, la Belgique, la Suisse, la République tchèque, la Pologne et le Danemark, qui ont tous des lois très indulgentes en matière de possession de cannabis et des politiques généralement progressistes. Par conséquent, il est presque inévitable que l’Allemagne soit sensible à ces politiques. En raison de la libre circulation des personnes et des marchandises au sein de l’Eurozone, il est impossible d’endiguer le trafic de cannabis qui sévit dans toute la région, et l’on s’accorde désormais généralement sur le fait que les efforts visant à infléchir cette industrie illicite en criminalisant les utilisateurs sont inefficaces.

Culture du cannabis en Allemagne

Un plant de cannabis en pleine santé présenté lors d'une « Hanfparade » (parade du chanvre) à Berlin - Blog Sensi Seeds
Un plant de cannabis en pleine santé présenté lors d’une « Hanfparade » (parade du chanvre) à Berlin (© ][][ )

L’Allemagne a cultivé du chanvre pendant des milliers d’années, pratique qui a perduré pendant la majeure partie du 20e siècle. La culture du chanvre n’a été interdite qu’en 1982, interdiction qui n’est restée en vigueur que pendant quatorze ans. En 1996, le gouvernement allemand a levé cette interdiction en réponse aux protestations de plus en plus virulentes des adeptes du chanvre, des scientifiques et des aspirants cultivateurs. Environ 3 500 hectares ont été cultivés en 1996, dont environ 300 hectares par la société néerlandaise HempFlax. On rapporte aujourd’hui que depuis 2011 la culture de chanvre a pratiquement cessé du fait que les cultures subventionnées destinées à la production de bioénergie ont imposé une concurrence féroce pour l’utilisation des terres agricoles et forcé les producteurs à délocaliser leur production.

Die Lustige Hanffibel (« La drôle de bible du chanvre », 1943) offre une description comique fascinante des utilisations traditionnelles du cannabis en Allemagne, accompagnée d’instructions détaillées pour savoir comment et à quel moment planter pour obtenir une récolte optimale. À cette époque, la culture du chanvre connaissait un nouvel essor dans le cadre de l’effort de guerre ; le manuel fut publié par l’autorité responsable de l’alimentation du Reich allemand.

La culture de variétés à forte concentration en cannabinoïdes pour un usage médical est autorisée depuis juillet 2014 pour certaines personnes souffrant de douleur chronique, suite à un jugement rendu par un tribunal allemand concernant cinq personnes gravement malades ayant demandé à l’Institut fédéral des médicaments et dispositifs médicaux l’autorisation de cultiver du cannabis à des fins thérapeutiques et s’étant vu refuser ce privilège. Le groupe a porté l’affaire devant la justice. Trois de ses membres se sont vus octroyer l’autorisation de cultiver de petites quantités à leur domicile. Deux ont essuyé un refus : le premier parce que le juge a considéré qu’il était impossible d’empêcher tout accès à des tiers, et le second parce qu’il a été considéré que toutes les options de traitement n’avaient pas été épuisées.

L’Allemagne abrite un mouvement en faveur de la légalisation très actif, mais seulement 29 % de la population y est favorable - Blog Sensi Seeds
L’Allemagne abrite un mouvement en faveur de la légalisation très actif, mais seulement 29 % de la population y est favorable

Le mouvement visant à autoriser la culture de cannabis en Allemagne est en plein essor. En juin 2013, un groupe se baptisant « A Few Autonomous Flower Children » (littéralement « les enfants d’une fleur autonome ») a semé plusieurs kilos de graines de cannabis dans toute la ville universitaire de Göttingen en Basse-Saxe. Depuis lors, des centaines de plants de cannabis ont fait leur apparition un peu partout dans la ville, et la police a toutes les peines du monde pour venir à bout de la tâche consistant à les arracher. Une galerie de photos de plants prises à Göttingen depuis le début de la protestation est disponible ici.

La culture de cannabis est largement répandue en Allemagne, bien qu’elle soit encore illégale à l’exception de certaines circonstances extrêmement limitées. En 2011, 1 804 cas de culture ont été recensés par la police. En 2010, ce chiffre était de 1 517. La taille moyenne de la récolte a également augmenté, passant de 101 549 plants saisis en 2010 à 133 650 en 2011, ce qui correspond à une moyenne de 74 plants par récolte en 2011 contre 67 en 2010. Le nombre de « petites » cultures personnelles a également doublé la même année, ce qui semble indiquer que les cultures commerciales à plus grande échelle sont devenues plus rares, bien qu’ayant nettement augmenté en taille.

Lois, arrestations et peines pour des faits liés au cannabis en Allemagne

La « Hanfparade » est une marche annuelle en faveur de la légalisation et est habituellement très fréquentée - Blog Sensi Seeds
La « Hanfparade » est une marche annuelle en faveur de la légalisation et est habituellement très fréquentée (© Marco Fieber)

Depuis le milieu des années 1990, le cannabis est strictement illégal sous toutes ses formes en Allemagne. Le 28 avril 1994, le tribunal constitutionnel fédéral a jugé que la possession de drogues « douces » en quantités destinées à la consommation personnelle ne ferait plus l’objet de poursuites. Depuis lors, la possession, la consommation et même la vente de petites quantités de cannabis sont généralement tolérées par les autorités régionales, bien que le degré de cette tolérance varie d’une région à l’autre.

La loi fédérale allemande stipule que les personnes en possession de « petites quantités » sont à l’abri des poursuites, mais laisse à la discrétion des gouvernements régionaux (« Landesregierungen ») de définir ce qui constitue une « petite quantité ». La plupart des gouvernements régionaux, y compris Munich et Brandebourg (qui entoure la ville-État de Berlin), considèrent qu’une « petite » quantité de cannabis correspond à six grammes. La ville de Berlin elle-même permet la possession d’une quantité pouvant aller jusqu’à quinze grammes. Dans la région nordique du Schleswig-Holstein, la quantité autorisée atteint habituellement trente grammes, alors qu’en Thuringe, au centre-est de l’Allemagne, la possession de quantités même infimes peut entraîner une arrestation.

Malgré ces politiques généralement clémentes, les arrestations de personnes en possession de quantités excédant ces limites sont monnaie courante, même en l’absence de toute preuve de l’intention de vendre. En 2011, 236 478 délits relatifs aux drogues ont été enregistrés, dont environ 170 297 délits de possession et environ 50 000 délits de vente et de trafic. Pour les délits généraux passibles de poursuites comme la culture à petite échelle et la vente, ou la possession de quantités excédant les limites personnelles, les condamnations peuvent aller de simples amendes et peines de prison courtes à cinq années d’emprisonnement au maximum. De telles peines aussi longues sont généralement réservées à des délits de vente et de trafic plus graves ; ces cas peuvent également s’accompagner d’une condamnation ferme minimale à au moins une ou deux années d’emprisonnement, en fonction de la gravité des faits.

Législation allemande en matière de cannabis

La consommation de cannabis est largement répandue et généralement bien acceptée par la société allemande - Blog Sensi Seeds
La consommation de cannabis est largement répandue et généralement bien acceptée par la société allemande (© Mediaparker)

Le gouvernement allemand actuel – sous la conduite des chrétiens-démocrates du parti CDU – est généralement opposé à la légalisation du cannabis et souhaite durcir les lois existantes contre son utilisation et sa vente. Toutefois, la légalisation du cannabis bénéficie d’un large soutien de divers experts, y compris de scientifiques, de personnalités politiques et de membres de la police, qui clament qu’imposer des peines plus lourdes ne se traduit pas par un recul de la possession et de la consommation de cannabis ou d’autres drogues illégales.

Certaines personnalités politiques ont appelé à l’abolition pure et simple de l’interdiction du cannabis, notamment le pilier du parti écologique, Hans-Christian Ströbele. À Berlin, qui abrite des milliers de consommateurs réguliers de cannabis (et la fameuse « Hanfparade »), le sentiment pro-cannabis a toujours été fort et plusieurs personnalités politiques, comme la maire d’arrondissement Monika Hermann, ont proposé l’ouverture de « cannabis cafés » semblables à ceux que l’on trouve aux Pays-Bas. Cependant, ce plan a été rejeté par le sénat de Berlin, avec une opposition farouche du sénateur de Berlin à la Santé, Mario Czaja, du parti du centre droit CDU.

Malgré le large soutien populaire en faveur du cannabis auprès du grand public, étonnamment peu d’Allemands soutiennent la légalisation pure et simple, tout au moins selon un sondage réalisé en janvier 2014. D’après ce sondage, seulement 29 % des personnes interrogées étaient en faveur de la légalisation pure et simple du cannabis, et 65 % ont déclaré qu’elles étaient opposées à tout nouvel assouplissement de la législation existante. Les 6 % restants n’avaient aucune opinion sur la question.

Achat et utilisation de cannabis en Allemagne

Le cannabis et le haschich sont largement disponibles dans la plupart des villes allemandes, le haschich provenant du Maroc, de l’Inde et de l’Afghanistan étant sans doute le plus courant. Au cours de la dernière décennie, la disponibilité de l’herbe de cannabis a augmenté ; pour la plus grande part, elle provient des Pays-Bas ou de la Suisse, mais une proportion croissante est produite localement.

Dans certaines villes, des coffee shops clandestins et occasionnellement des boutiques hippies vendent discrètement du cannabis sous le manteau, mais ces lieux peuvent être difficiles à trouver pour des non-résidents. Comme dans n’importe quel autre pays, trouver un contact local capable de vous aider à vous procurer du cannabis est sans doute le moyen le plus sûr et le meilleur, mais certaines rues ou certains parcs abritent également de nombreux dealers qui semblent généralement assez fiables, du moins s’agissant de ne pas se faire trop « arnaquer ».

À Francfort, la gare de Konstablerwache est bien connue pour abriter des dealers de haschich, avec des retours très mitigés quant à la qualité et aux prix offerts. Il est toujours préférable de vérifier au moins l’apparence et l’arôme du produit lors de tout achat de rue, et les dealers les plus sérieux n’y verront aucune objection. À Berlin, les parcs municipaux Volkspark Hasenheide et Görlitzer Park sont bien connus comme lieux où l’on peut trouver et fumer du cannabis. En été, les groupes de jeunes entourés par un nuage de fumée blanche sont monnaie courante.

Depuis la crise financière mondiale de 2008, les prix du cannabis ont augmenté de manière significative en Allemagne. En 2007, le prix au gramme allait de 5 à 7 € pour le consommateur final ; aujourd’hui, les prix sont plus souvent compris entre 7 et 10 € et peuvent atteindre 12 € auprès de certains dealers. Là encore, s’assurer le concours d’un fournisseur local fiable est préférable à tout achat auprès d’un dealer en terme de prix.

Commentaires

Laissez un commentaire ici.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.

Localisation |Allemagne

Capitale |Berlijn

Habitants |81459000

Statut légal |illegal

Medical Program |yes

Read More