Sativex, pionnier des médicaments à base de cannabis

Sativex par GW Pharmaceuticals est le premier médicament à base de cannabis entièrement approuvé. Il s’agit d’un spray oral contenant du THC et du CBD, utilisé dans le traitement des patients atteints de sclérose en plaques (SEP). Aujourd’hui, Sativex est disponible dans au moins 25 pays, dont le Canada et de nombreux pays de l’UE.

Qu’est-ce que Sativex et qui peut l’utiliser ?

Sativex est principalement commercialisé comme traitement d’appoint de la paralysie musculaire spastique associée à la sclérose en plaques. Outre sa capacité à réduire les symptômes spastiques sévères, Sativex s’est également révélé efficace pour traiter les symptômes neuropathiques et l’hyperactivité de la vessie chez les patients atteints de sclérose en plaques.

Ce produit a été approuvé comme médicament contre la SEP. Des essais cliniques allant jusqu’à la phase III ont été menés aux Etats-Unis afin de prouver qu’il peut aussi être utilisé comme complément pour traiter les douleurs liées aux tumeurs, notamment chez les patients qui ne répondent pas à de fortes doses d’opiacés.

Pour l’instant, la réponse est négative, comme l’explique le PDG de GW, Justin Gover : « Bien que nous n’ayons pas atteint le critère d’évaluation principal dans cet essai, les données positives du programme de phase II nous indiquent que Sativex peut soulager efficacement la douleur liée aux tumeurs dans la population de patients ».

Commercialisé sous le nom de Sativex, ce médicament est communément appelé nabiximols. Il est composé d’un extrait de deux variétés de cannabis (absolument secrètes) obtenu à l’aide d’éthanol et de CO2.

Sativex est un spray oral administré sous la langue qui agit sur les muqueuses de la bouche. Il s’agit essentiellement d’une teinture d’huile de cannabis contenant du THC et du CBD en proportion presque égale : chaque spray contient une dose fixe de 2,7 mg de THC et 2,5 mg de CBD.

Disponibilité et distribution mondiales de Sativex

En juin 2010, Sativex a été officiellement approuvé pour la première fois. Son lancement au Canada a eu lieu peu de temps après sa mise en marché au Royaume-Uni. Ceci amorçait le début d’une histoire sans précédent. Sativex est actuellement vendu dans au moins 25 pays, dont les Pays-Bas, la Suisse, l’Allemagne, la France, l’Espagne, l’Italie, l’Autriche, la Pologne, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. 

Il semble aussi que les Etats-Unis sont sur le point de l’autoriser. Après un certain retard causé par la pandémie de la COVID-19, GW a repris son essai clinique de phase III. Dans un communiqué de presse, Justin Gover se déclarait certain que Sativex serait approuvé comme médicament officiel sur le marché américain d’ici la fin de l’année 2021.

GW Pharmaceuticals n’est pas le seul acteur de la distribution du Sativex. Au Royaume-Uni, Sativex est distribué et commercialisé par le géant pharmaceutique Bayer, tandis qu’Almirall détient les droits de distribution dans toute l’Europe. Dans son rapport annuel, ce groupe espagnol établit que les ventes de Sativex dépassaient les 30 millions d’euros en 2019, soit environ 20% de plus qu’en 2018.

Pourtant, ce qui ressemble à une mine d’or pour le profane n’est en réalité pas conforme aux attentes. En 2010, Piper Jaffray, une grande banque d’investissement américaine, prévoyait des ventes de près de 150 millions de dollars (UE et Canada).

Les investisseurs font face aux problèmes épineux posés par les fleurs de cannabis naturelles (ou fleurs séchées, ou bourgeons) de plus en plus prescrites en Europe. En outre, Sativex souffre d’un problème de prix : en 2019, une ration mensuelle coûtait plus de 500 euros au Royaume-Uni. En Australie, le prix d’un approvisionnement de six à huit semaines était l’équivalent de plus de 400 euros.

Histoire du Sativex – retour en arrière

Le cannabis est une médecine ancienne et est utilisé comme remède depuis des milliers d’années. Cependant, ce n’est que dans les années 1990 que les scientifiques ont lentement commencé à comprendre comment il fonctionnait sur le corps. La découverte du système endocannabinoïde a constitué une percée importante constituant la base sur laquelle poursuivre le progrès scientifique.

GW Pharmaceuticals a été la première entreprise à sérieusement entreprendre le développement de produits médicaux à base de cannabis. Elle a été fondée en 1998 par Geoffrey Guy, un scientifique qui croyait au potentiel des cannabinoïdes.

Justin Gover s’est joint à l’équipe seulement un an plus tard. Les premières années ont été difficiles, comme c’est souvent le cas dans cette industrie, et il a fallu plus de 10 ans avant que Sativex ne soit lancé sur le marché. Chaque chiffre doit toutefois être considéré en termes relatifs : presque aucun médicament n’arrive sur le marché sans retard ou revers.

GW produit aujourd’hui 20 tonnes de cannabis par an duquel il extrait le THC et le CBD. L’endroit exact où elle cultive son cannabis est top secret. L’installation de production est gardée 24 heures sur 24 et chaque plante porte une empreinte génétique qui permet de la retrouver en cas de vol.

Sativex est-il moins efficace que les fleurs séchées ?

Sativex de GW Pharmaceuticals a été salué par certains comme un médicament miracle, tandis que d’autres l’ont qualifié de bluff. Les détracteurs les plus sévères sont même allés jusqu’à affirmer qu’il faisait partie d’une vaste conspiration visant à légitimer le cannabis médical clandestin. De cette façon, disent-ils, les sociétés pharmaceutiques pourraient tirer profit du Sativex tout en s’assurant que la majorité de la recherche sur le cannabis demeure illégale.

Mais Sativex est-il efficace ? Qu’en disent les scientifiques ? Plusieurs études ont montré que Sativex traite efficacement les symptômes de la paralysie musculaire spastique associée à la SEP et les neuropathies (douleurs nerveuses) causées par la SEP et le cancer. Les adeptes du Sativex affirment que la valeur ajoutée de ce médicament réside dans le fait que, contrairement aux fleurs de cannabis, il peut être utilisé pour des traitements standardisés avec des dosages fixes.

Cependant, le Sativex n’a manifestement aucune propriété unique ou spéciale, à part qu’il soit transformé, emballé et vendu de manière professionnelle, en doses uniformes. En effet, Sativex est une simple teinture de cannabis obtenue à l’aide de CO2 et d’éthanol et conserve tous les terpènes et cannabinoïdes trouvés dans tout autre extrait de cannabis. Il peut avoir des effets thérapeutiques spécifiques associés aux variétés utilisées, mais aucune preuve solide n’appuie cette hypothèse.

En outre, beaucoup lui reprochent de fournir des effets moins efficaces qui prennent plus de temps à survenir, comparativement aux méthodes traditionnelles de consommation de cannabis. Les sondages auprès des patients publiés en ligne montrent clairement que les gens préfèrent utiliser les fleurs séchées que Sativex. De manière générale, ces patients trouvent Sativex moins efficace pour soulager la douleur, bien que d’autres sondages suggèrent qu’il pourrait être très efficace pour réduire les spasmes musculaires.

Arguments en faveur du Sativex

N’oublions pas que Sativex et GW Pharmaceuticals se sont clairement avérés être de puissants outils dans la lutte pour la reconnaissance mondiale du cannabis médical. Malheureusement, dans la plupart des systèmes de santé occidentaux, une approche réaliste est requise pour mettre un nouveau médicament à la disposition du grand public, c’est à dire, des méthodes généralement dénoncées par les militants des milieux communautaires.

Dans ces systèmes, pour qu’il soit considéré comme conforme aux normes de la médecine moderne, le cannabis doit être fragmenté et transformé en un produit médical pouvant s’administrer en doses fixes. C’est ce qu’est parvenu à faire GW Pharmaceuticals. Elle a pris les mesures nécessaires et a soigneusement suivi les règles du jeu à chaque étape parvenant à rendre un médicament à base de cannabis disponible dans plus de 25 pays, dont certains accusent encore un retard dans la légalisation du cannabis médical.

D’un point de vue éthique, il est tout à fait raisonnable de critiquer l’hypocrisie avec laquelle cette société a, par le passé, fait pression en faveur de réformes juridiques qui pouvaient lui être bénéfiques mais qui, en substance, n’étaient guère utiles aux cultivateurs privés, considérés comme des concurrents. Pourtant, les entreprises comme GW sont appréciées pour leur fort lobby en faveur des réformes dans des pays qui, autrement, s’y opposeraient.

Quelle que soit l’opinion que l’on se fait de l’avenir de GW Pharmaceuticals (avec Sativex), il faut attendre pour constater les répercussions finales que cette entreprise aura sur l’industrie du cannabis dans son ensemble. Les années à venir seront décisives pour le mouvement de légalisation du cannabis et, dans ce processus, Sativex jouera certainement un rôle important.

Utilisez-vous Sativex pour traiter la SEP ? Ou connaissez-vous quelqu’un qui l’a utilisé ? Vos expériences nous intéressent, en particulier si vous êtes un consommateur de fleurs séchées. Exprimez-vous dans les commentaires ci-dessous, ou écrivez-nous sur Facebook. Nous attendons votre retour avec impatience !

  • Disclaimer:
    Cet article ne remplace aucun conseil, diagnostic ou traitement d’un professionnel médical. Consultez toujours votre médecin ou tout autre professionnel de la santé habilité. Ne tardez pas à obtenir des conseils médicaux et n’ignorez aucune recommandation médicale après avoir lu tout contenu de ce site web. 

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur et réviseur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
  • Sanjai_Sinha

    Sanjai Sinha

    Dr Sanjai Sinha est membre du corps enseignant du Centre médical Weill Cornell de New York où il reçoit des patients, enseigne aux médecins résidents et aux étudiants en médecine et fait de la recherche en services de santé. Il prend soin d’éduquer ses patients et pratique la médecine fondée sur les preuves. Son grand intérêt pour l’examen médical est nourri de ces passions.
    En savoir plus
Retour haut de page