Le Ministre de la Justice des Pays-Bas au pied du mur


Le Ministre de la Justice Ivo Opstelten.
Le Ministre de la Justice Ivo Opstelten.

Le Ministre de la Justice des Pays-Bas, Ivo Opstelten, se retrouve lentement mais surement obligé de faire des concessions concernant ses méthodes fermes quant à la politique cannabique des Pays-Bas. Près de 70% des grandes villes néerlandaises s’avèrent être pour la culture régulée du cannabis, un signe que M. Opstelten ne peut continuer d’ignorer.

L’entêtement qui a caractérisé les actions de M. Opstelten rencontre de plus en plus de résistance dans les Pays-Bas. Les scientifiques comme les experts parmi beaucoup d’autres, n’approuvent pas le plan d’Opstelten qui consisterait à étiqueter les variétés de cannabis contenant plus de 15% de THC comme des drogues dures, car cela ne résoudrait aucun des problèmes actuels, et la mesure en question est difficilement contrôlable. Une autre des mesures étranges prévues est la fermeture durant les heures d’école de 31 coffeeshops amstellodamois situés à moins de 250 mètres d’établissements scolaires (la limite actuelle change de 350 à 250 mètres le 1er Janvier 2014). Un non-argument pour un problème inexistant, puisque l’accès aux coffeeshops est strictement interdit aux moins de 18 ans. Règle suivie avec attention par les propriétaires, toute désobéissance menant à une fermeture permanente du coffeeshop concerné.

De plus, le nombre de municipalités reconnaissant les bénéfices d’une régulation est en augmentation. De plus en plus d’entre elles considèrent en effet la politique ratée d’Opstelten comme la nouvelle plaie nationale. Nombreuses initiatives, telles que la défunte « carte cannabis » (weed pass), n’ont résolu aucun problème, et en ont parfois créé de nouveaux (pour des détails quant aux mesures en question, cliquez ici et ici). Un nombre grandissant de villes se rallient par conséquent à l’idée de décriminaliser le système de « porte de derrière », consistant en une vente tolérée via la « porte de devant » et l’achat aux fournisseurs par ladite porte de derrière, ce qui d’après ces municipalités, est complètement absurde.

Un fournisseur légal

La ville d’Utrecht est l’une des premières municipalités à avoir demandé cette régulation, et depuis le nombres de villes approuvant l’idée n’a fait qu’augmenter. La Nederlandse Omroep Stichting (Fondation pour la radio et télédiffusion néerlandaise) a effectué une vérification des nombres, et il s’avère que 25 des 38 grandes villes des Pays-Bas s’accordent sur une régulation, représentant presque 70% d’entre elles.

Parmi ces villes, 18 d’entre elles, y compris Utrecht, ont présenté un plan concret à Opstelten. Dans la plupart des cas, ce plan prévoit une expérience en partenariat avec un producteur légal autorisé de manière exclusive à fournir du cannabis aux coffeeshops. Cela éliminerait alors l’actuelle obligation rencontrée par ces coffeeshops d’acheter leurs produits à des producteurs illégaux, et permettrait de mettre fin au commerce alimenté par des organisations criminelles de taille massive. Pour finir, cela permettrait également de taxer les achats effectués par ces coffeeshops, créant davantage de revenus fiscaux pour le gouvernement. L’industrie estime que près de 600 millions d’euros en marijuana et hashisch sont achetés annuellement, et l’argent de ces achats disparait complètement dans le marché noir actuel.

Paul Depla, le maire de la ville d’Heerlen.
Paul Depla, le maire de la ville d’Heerlen.

M. Opstelten forcé vers un dialogue

Il est devenu clair cette semaine que les municipalités néerlandaises ont perdu patience. Peter Cammaert, Maire de la ville de Roermond, a communiqué le 13 Novembre 2013 sur la chaine de télévision L1, indiquant que des actions auront lieu afin de forcer les discussions, si M. Opstelten choisissait de continuer à ignorer les initiatives des gouvernements locaux. « Nous sommes décidés à impliquer si nécessaire tous les maires et politiciens des Pays-Bas », M. Cammaert avertit.

Paul Depla est le maire de la ville d’Heerlen. Dans un discours au Nederlandse Omroep Stichting, il ajoute : «  Soit nous mettons fin à tout ce qui est en relation avec cette tolérance du cannabis ; fermeture des coffeeshops, prohibition de la marijuana, etc. Ou alors, nous complétons cette initiative de tolérance ; non seulement en continuant de tolérer la consommation et la vente, mais aussi la production. Cela signifie que nous devons prendre le contrôle de cette « porte de derrière » afin d’empêcher les organisations criminelles de continuer à en profiter. »

Apres l’insistance de la Chambre des Députés, M. Opstelten a finalement accepté de recevoir les gouvernements locaux afin de les entendre. Sensi Seeds observe la situation de près et postera une mise à jour dès que de plus amples informations seront disponibles à ce sujet.

Liste des 38 Municipalités et leurs opinions respectives :

Alkmaar – Ne se prononce pas
Almelo – Pour la légalisation
Almere – Pour la légalisation
Amsterdam – Pour la légalisation
Amersfoort – Ne se prononce pas
Apeldoorn – Contre la légalisation
Arnhem – Pour la légalisation
Breda – Pour la légalisation
Delft – Contre la légalisation
Den Haag – Pour la légalisation
Dordrecht – Pour la légalisation
Ede – Pas de réponse
Eindhoven – Pour la légalisation
Emmen – Contre la légalisation
Enschede – Pour la légalisation
Gouda – Contre la légalisation
Groningen – Pour la légalisation
Haarlem – Pour la légalisation
Haarlemmermeer – Pour la légalisation
Heerlen – Pour la légalisation
Helmond – Pour la légalisation
Hengelo – Ne se prononce pas
‘s Hertogenbosch – Pour la légalisation
Leeuwarden – Pour la légalisation
Leiden – Pour la légalisation
Lelystad – Ne se prononce pas
Maastricht – Pour la légalisation
Nijmegen – Pour la légalisation
Rotterdam – Pour la légalisation
Sittard-Geleen – Pour la légalisation
Schiedam – Ne se prononce pas
Tilburg – Pour la légalisation
Utrecht – Pour la légalisation
Venlo – Pour la légalisation
Zaanstad – Ne se prononce pas
Zoetermeer – Contre la légalisation
Zwolle – Pour la légalisation

Commentaires

Laissez un commentaire ici.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.
Read More
Read More