Les noms de variétés devraient-ils être pris avec un grain de sel ?

Il n’y a pas de retour en arrière. Après des décennies de répression, le cannabis parvient finalement à se réinstaurer aux yeux du public comme une substance thérapeutique. Les consommateurs se réjouissent, mais ils sont aussi désorientés. Presque tout ce qu’on pensait vrai s’avère faux, ou du moins, inexact. Règle de base : se fier à son bon sens !

Sour Diesel. Gorilla Glue. Purple Haze. Tangerine Dream. Strawberry Kush. Les dispensaires américains vous donnent l’embarras du choix. Mais tout ce qui porte une étiquette « Kush » contient-il véritablement du « Kush » ? Non ! L’industrie légale du cannabis en est encore à ses débuts, et il n’existe pas encore d’organe officiel dont la responsabilité est de vérifier la provenance et la qualité des produits. Comment pourrait-il y en avoir, lorsque le cannabis est encore illégal à l’échelle nationale ?

La situation est encore plus précaire aux Pays-Bas. Contrairement à ce que pensent les gens, le cannabis y est encore illégal. Il y règne une « politique de tolérance » selon laquelle les autorités ferment les yeux sur la vente et la consommation. Comme la production est absolument illégale, les coffeeshops sont obligés de s’approvisionner sur le marché noir. La politique actuelle joue en faveur des criminels, elle menace la santé des consommateurs et empêche l’Etat de faire des millions en recettes fiscales.

Devrions-nous délaisser « indica vs sativa » pour le cannabis à spectre complet ?

Pour les patients qui se traitent au cannabis, la situation est un peu mieux. Bedrocan est le seul fabricant de cannabis médical ayant un contrat avec le ministère de la Santé néerlandais. Si vous achetez une variété telle, vous pouvez être certain de recevoir un produit de grande qualité.

Les cannabinoïdes et les terpènes contenus dans le produit sont indiqués à l’aide d’un profil à spectre complet trouvé sur le site web de l’entreprise. Le cannabis à spectre complet contient un éventail complet de cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes qui peuvent être extraits du cannabis. Plusieurs experts cannabiques s’accordent pour dire que les profils de spectre complet sont plus à même de révéler les effets potentiels d’une variété que la distinction indica/sativa jusqu’alors utilisée pour classer les variétés. Récemment, nous avons publié un rapport faisant état de la désuétude de cette classification ; la norme scientifique a depuis évolué.

Cependant, nous ne comprenons toujours pas comment les différents cannabinoïdes et terpènes interagissent entre eux et s’influencent mutuellement. L’alpha-pinène stimule peut-être l’attention, mais certaines preuves montrent que d’autres terpènes en atténuent ou en changent l’effet.

Jeffrey Raber, dont l’entreprise Werk Shop a analysé des centaines de variétés de cannabis, a déclaré ceci : « Ce que la recherche de base découvre au sujet d’un terpène isolé ne peut être extrapolé si facilement. Nous devons plutôt mieux comprendre l’ensemble des composés du cannabis. »

A l’instar de Dr Ethan Russo, le plus éminent spécialiste de la recherche sur le cannabis, il croit que le véritable pouvoir du cannabis réside dans l’interaction des substances retrouvées dans la plante, ce qu’on appelle l’effet entourage. On peut comparer cet effet à une symphonie où la pleine sonorité agréable n’est accomplie que lorsque tous les instruments jouent selon les mêmes mesures de temps, et en harmonie.

Ainsi, les profils de spectre complet qui nous sont présentés comme étant précis sont à prendre avec prudence jusqu’à ce qu’on comprenne mieux l’effet entourage. Le cannabis est un organisme vivant, et même lorsqu’une variété est cultivée sous des conditions de culture identiques, les plantes individuelles afficheront une variation dans leurs taux de cannabinoïdes et de terpènes. C’est pour cette raison que Sensi Seeds ne fournit pas de profil de spectre complet pour ses variétés.

Voilà pourquoi tout le monde réagit différemment au cannabis

C’est au scientifique israélien Rafael Mechoulam que l’on doit la découverte du THC. Pour en comprendre le fonctionnement, il a donné à un groupe d’amis 10 mg de THC sous forme pure, et leurs commentaires étaient tous différents. Certains ont déclaré : « eh bien, on se sent simplement bizarres, dans un monde différent, on a envie de se reposer et avoir du plaisir ». Une autre personne a dit que « rien n’était arrivé », bien qu’elle ne pouvait cesser de parler durant toute l’expérience.  Une troisième personne n’ayant « rien ressenti » éclatait pourtant de rire toutes les 20 secondes. Vous avez certainement remarqué que les gens ont des réactions différentes au cannabis, et la science commence à comprendre pourquoi c’est le cas.

La génétique joue un rôle majeur. Des résultats de recherche montrent que les personnes possédant une certaine mutation génétique sont plus sujettes à l’inquiétude et la paranoïa. Les problèmes qui affectent la mémoire à court terme typiquement associés à la consommation de cannabis peuvent aussi être liés à certains gènes. Environ 20 % de la population des Etats-Unis produit plus d’endocannabinoïdes que la moyenne en raison d’une mutation génétique et que présumément, ce groupe est moins attiré par le cannabis.

Le cannabis affecte les hommes et les femmes différemment. Les hommes sont plus sujets à être assaillis d’une faim vorace – les munchies – et doivent prendre de plus fortes doses pour ressentir les mêmes effets.

L’état général de santé est un autre facteur qui influence la réaction au cannabis. Par exemple, si vous souffrez d’une maladie pour laquelle le cannabis est un traitement utile – trouble de stress post-traumatique, fibromyalgie – il y a de bonnes chances qu’après avoir consommé du cannabis, vous vous sentirez plus « normal » que high est raison de la réduction de vos symptômes.

Mais la principale raison pourquoi nous avons tous des expériences différentes est peut-être que nous sommes tous uniques. Il n’y a pas deux personnes pareilles, et notre réaction au cannabis dépend de notre tempérament, de nos humeurs et de nos expériences de vie. Ce qui nous ramène au thème du présent article.

Faites preuve de bon sens. Vraiment.

Noms de produits et évaluations, indica vs sativa, profils de spectre complet, expérience personnelle, conseils de dosages, recommandations de cultivateurs et d’amis – voilà autant de sources d’information si vous cherchez une nouvelle variété ou désirez vivre une meilleure expérience. Mais surtout, faites preuve de bon sens. Ça fait un peu cliché, mais les choses ne sont jamais aussi simples qu’elles en paraissent. Nous sommes bombardés d’information à longueur de journée, chaque seconde, et la frontière séparant information et publicité est souvent confuse, tout comme celle qui sépare la vie publique de la vie privée.

Les gens qui ont conscience d’eux-mêmes, qui écoutent leur propre raison et qui n’ont pas peur de suivre leur voie seront ceux qui se porteront le mieux. Récemment une amie me disait qu’elle n’aimait que les indicas parce que les sativas la rendaient amorphe et démotivée. J’ai d’abord voulu la contredire, mais je me suis ravisée. Ce n’est pas parce que quelque chose est vrai pour la majorité des gens qu’elle l’est pour tous. Vaut mieux rester ouvert d’esprit, penser de manière critique et faire ce qui nous convient le mieux. Amen.

  • Disclaimer:
    Cet article ne remplace aucun conseil, diagnostic ou traitement d’un professionnel médical. Consultez toujours votre médecin ou tout autre professionnel de la santé habilité. Ne tardez pas à obtenir des conseils médicaux et n’ignorez aucune recommandation médicale après avoir lu tout contenu de ce site web. 

Comments

2 réflexions sur “Les noms de variétés devraient-ils être pris avec un grain de sel ?”

  1. j’utilise le cannabis pour divers troubles mal de tête étant un ancien alcoolique le cannabis m empêche de consommer et de partir dans d autre dérive médicamenteuse j acheté sur le marché noir comme beaucoup d’autres personnes je ne comprend pas cette interdiction en France alors que l état vend la mort librement avec l alcool monde de foux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur et réviseur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
  • Sanjai_Sinha

    Sanjai Sinha

    Dr Sanjai Sinha est membre du corps enseignant du Centre médical Weill Cornell de New York où il reçoit des patients, enseigne aux médecins résidents et aux étudiants en médecine et fait de la recherche en services de santé. Il prend soin d’éduquer ses patients et pratique la médecine fondée sur les preuves. Son grand intérêt pour l’examen médical est nourri de ces passions.
    En savoir plus
Retour haut de page