Les Uruguayens pourront acheter de la marijuana en pharmacie en 2016

L'Uruguay, premier pays au monde à avoir annoncé la légalisation totale du cannabis, a enfin sauté le pas : il commence à cultiver du cannabis commercial. La semaine dernière, le gouvernement uruguayen a autorisé deux entreprises privées à cultiver de la marijuana et a annoncé que la vente de cannabis en pharmacie débutera dans huit mois. Lire la suite.


LEGAL - Cannabis in apotheek Uruguay

L’Uruguay, premier pays au monde à avoir annoncé la légalisation totale du cannabis, a enfin sauté le pas : il commence à cultiver du cannabis à des fins commerciales. La semaine dernière, le gouvernement uruguayen a autorisé deux entreprises privées à cultiver de la marijuana et a annoncé que la vente de cannabis dans les pharmacies débutera dans huit mois.

En Uruguay, le projet de réglementation du cannabis semblait au point mort depuis la prise de fonction du nouveau président, Tabaré Vázquez, en automne dernier. Depuis que son prédécesseur, José Alberto Mujica, a surpris le monde entier en annonçant que l’Uruguay allait légaliser toute la chaîne du cannabis, les craintes n’ont pas cessé. Mujica, qui considère la guerre contre les drogues comme un énorme échec, a misé sur une « expérience » dans le but de récupérer les parts de marché des trafiquants de drogues.

De sa propre initiative, le Parlement uruguayen a approuvé le 10 décembre 2013 une loi de réglementation de la marijuana, qui est entrée en vigueur le 6 mai 2014 et qui stipule que l’État sera chargé de contrôler la production commerciale de cannabis, tandis que la distribution sera assurée par des entités privées. La disposition permet la commercialisation et la consommation de marijuana à des fins récréatives, médicales et industrielles.

L’ancien président  de l’Uruguay M. Mujica et le président actuel, Tabaré Vázquez, tous deux ont joué un rôle dans la régulation du cannabis dans le pays.
L’ancien président de l’Uruguay M. Mujica et le président actuel, Tabaré Vázquez, tous deux ont joué un rôle dans la régulation du cannabis dans le pays.

Le gouvernement de Vázquez avait reporté à une date indéterminée la vente de marijuana dans les pharmacies pour que le projet soit correctement mis en œuvre, puisque certains observateurs du cannabis craignaient que le nouveau président et camarade de Mujica ne soit pas favorable à la légalisation.Et il ne l’est pas.

Toutefois, il a fait un pas en avant et continue sur sa lancée dans le but d’éliminer le marché noir et de promouvoir la santé publique. Les Uruguayens sautent enfin le pas pour poursuivre leur révolution cannabique : la culture de cannabis commercial commence !

Le gouvernement adjuge la culture du cannabis commercial à deux entreprises

Le jeudi 1er octobre dernier, le gouvernement du pays sud-américain a finalement annoncé qu’il avait accordé l’autorisation de cultiver de la marijuana à deux entreprises privées. Il a également révélé que la vente de cannabis au grand public dans les pharmacies habilitées débutera dans huit mois, probablement à partir de mai 2016. Près de deux ans après l’adoption, par l’Uruguay, de la première loi de réglementation du marché de la marijuana sous le contrôle de l’État.

Comme l’a indiqué Juan Andrés Roballo, sous-secrétaire à la Présidence et président du Conseil national sur les drogues, « La mise en application de la Loi de réglementation du cannabis a pour objectif principal la réglementation de sa consommation, afin de mettre en œuvre une politique garantissant la santé et réduisant les dommages ». Le gouvernement uruguayen prépare également une nouvelle campagne d’information publique et de « sensibilisation » sur les « conséquences de la consommation » de cannabis, identique à celles menées sur le tabac.

Le but est de « réduire les dommages, de prévenir et d’aborder la consommation abusive et problématique, de sensibiliser les différents acteurs de la société sur les conséquences de la consommation et de contribuer à la lutte contre le trafic de stupéfiants et le crime organisé », expliquait Roballo.

Le gouvernement de l’Uruguay a finalement autorisé deux entreprises à cultiver du cannabis qui sera vendu en pharmacies en 2016.
Le gouvernement de l’Uruguay a finalement autorisé deux entreprises à cultiver du cannabis qui sera vendu en pharmacies en 2016.

C’est le même Roballo qui a indiqué lors d’une conférence de presse que 22 entreprises avaient répondu à l’appel à candidatures pour cultiver le cannabis vendu dans les pharmacies. Le choix s’est porté sur deux d’entre elles, les entreprises Simbiosys et Iccorp, toutes les deux comportant une participation d’investisseurs uruguayens et étrangers, qui ont obtenu les licences de production, de distribution et de commercialisation du cannabis dans le pays.

Les entreprises ont été sélectionnées par l’Institut de réglementation et de contrôle du cannabis, l’IRCCA, pour produire jusqu’à deux tonnes de cannabis par an et doivent remplir une série de conditions exigées par l’IRCCA, parmi lesquelles l’acquisition par l’État de tout le cannabis produit afin de le fournir par la suite à ces entreprises, ainsi que l’obligation de cultiver des plantes 100 % femelles, sans fertilisation. La plantation sera réalisée dans un lieu appartenant à l’État, en particulier au Ministère de l’intérieur, qui sera chargé de sa sécurité, et situé au sud-est du pays, dans le département de San José (sud), près de Montevideo. On estime que chaque entreprise investira entre 600 000 et 800 000 dollars.

La marijuana cultivée coûtera 1 euro le gramme dans les pharmacies uruguayennes

Dans quelques mois, l’Uruguay deviendra un pays où la marijuana sera un produit commercial légal. En outre, les consommateurs pourront l’acheter dans les pharmacies à un prix qui peut concurrencer celui du marché illégal, comme le reconnaissent les autorités.

« Pour que le produit arrive dans les pharmacies, il faut compter un délai d’au moins huit mois à partir d’aujourd’hui et, pendant ce laps de temps, l’État va lancer des campagnes d’information sur les risques de la consommation pour la santé », explique le président du Conseil national sur les drogues, Juan Andrés Roballo.

Les citoyens uruguayens qui s’enregistrent auprès de l’Institut de réglementation et de contrôle du cannabis, l’IRCCA, pourront obtenir une dose maximale de 40 grammes par mois et 10 grammes par semaine, à un prix estimé à 34,50 pesos uruguayens le gramme, soit un peu plus de 1 euro ou 1 dollar. De même, les consommateurs pourront acquérir de la marijuana produite par le gouvernement avec différents niveaux de concentration en THC (entre 5 % et 14 %).

Roballo a annoncé une collaboration avec l’office central des pharmacies afin de garantir que ces commerces pourront offrir le produit une fois le processus de production terminé. L’IRCCA a remis à l’office central des pharmacies un rapport préliminaire précisant les conditions que devront respecter les établissements qui vendront le cannabis. Le document stipule que les pharmacies percevront des bénéfices de 30 % sur le prix du produit, devront s’approvisionner chez les fournisseurs tous les quinze jours et pourront stocker un maximum de deux kilos de marijuana dans leurs locaux. Il a également été précisé qu’un nombre élevé de pharmaciens avaient manifesté leur intérêt pour la vente de marijuana légale.

L’Uruguay a sauté le pas

En vertu de la loi de réglementation du cannabis qui fixe des limites strictes, la marijuana peut être obtenue :

  1. À travers la culture personnelle, en s’enregistrant comme cultivateur domestique, on peut cultiver chez soi jusqu’à six plants de cannabis.
  2. En s’enregistrant comme membre d’un club cannabique officiel, qui fonctionne comme une espèce de coopérative pour la culture collective d’un groupe limité de personnes, jusqu’à un maximum de 45 membres.
  3. En l’achetant dans l’une des pharmacies participantes après enregistrement, où l’on peut se procurer jusqu’à 40 grammes de marijuana par mois.
Atelier sur la culture du cannabis pour consommation personnelle. [10:54:14] Jay: any reason why Tekom does not translate these?
Atelier sur la culture du cannabis pour consommation personnelle. [10:54:14] Jay: any reason why Tekom does not translate these?

Déjà depuis la mi-2014, la culture domestique de marijuana est en marche en Uruguay, tout comme les clubs cannabiques. Les premières autorisations de culture domestique ont été accordées en août 2014 et le premier club cannabique a été enregistré en octobre de l’année dernière.

Depuis, l’Uruguay a approuvé 2 500 cultivateurs domestiques et 18 associations enregistrées pour produire de la marijuana, ce qui fait que le pays compte au total 3 000 consommateurs légalisés entre les cultivateurs domestiques et ceux organisés en clubs cannabiques. Dans quelques mois, enfin, les consommateurs de cannabis enregistrés pourront également s’en procurer dans les pharmacies.

L’Uruguay a effectué la dernière étape qu’il lui manquait pour achever le projet de réglementation du cannabis, en débutant la culture de cannabis commercial et en devenant un pays pionnier dans le contrôle et la réglementation d’un marché aussi complexe. Il est évident que toutes les politiques sur le cannabis mises en œuvre depuis ces 100 dernières années ne fonctionnent pas. L’Uruguay va concurrencer le prix et, surtout, la qualité du produit, ce qui va se répercuter aussi bien sur le porte-monnaie que sur la santé du consommateur uruguayen.

Commentaires

Laissez un commentaire ici.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.
Read More
Read More
Read More
Read More