by Martijn on 21/11/2014

10 étapes déterminantes dans l’histoire du cannabis


Si la plante de cannabis était une personne et qu’Hollywood réalisait un film à son sujet, quelles seraient les étapes déterminantes de son histoire qui devraient figurer dans ce film ? Nous pensons que nous pouvons en tous cas en compter dix. Faites-nous savoir à quels moments vous pensez.



10 étapes déterminantes dans l’histoire du cannabis.
10 étapes déterminantes dans l’histoire du cannabis.

L’usage médical et récréatif du cannabis remonte à des milliers et même à des dizaines de milliers d’années. Des cultures très diverses étaient et sont encore conscientes de la grande valeur de cette plante, mais malgré (ou grâce à) cela, le monde est depuis près de 80 ans sous le coup d’une interdiction tenace, prise à l’initiative des États-Unis. Une évolution historique, avec ses hauts et ses bas.

Si la plante de cannabis était une personne et Hollywood réalisait un film à son sujet, quelles seraient les étapes déterminantes qui devraient figurer dans ce film ? Nous pensons que nous pouvons en tous cas en compter dix. Qu’en pensez-vous ?

Vers 4000 av. J.-C. : Les plus anciennes découvertes archéologiques de cannabis

La plante de cannabis est l’une des plus anciennes plantes au monde cultivées par l’homme. Des preuves de son usage précoce ont été trouvées à plusieurs endroits. La plupart des découvertes archéologiques indiquent qu’il existait un usage industriel et médical du cannabis en Chine plusieurs milliers d’année avant notre ère.

La taxe qui a rendu possible les attaques contre les consommateurs de cannabis.
La taxe qui a rendu possible les attaques contre les consommateurs de cannabis.

L’une de ces découvertes a été faite dans les ruines du village de Xi’an Banpo, dans la province chinoise de Shaanxi. On y a trouvé des restes de textile de chanvre et des poteries décorées à l’aide de corde en chanvre. Une datation radiométrique a permis d’établir que ces reliques culturelles avaient bien 6 000 ans et appartenaient à la culture de Yangshao. Elles datent de 4115 à 110 environ avant notre ère, d’après l’étude intitulée « Culture et usage du chanvre dans la Chine ancienne » par Xiaozhai Lu et Robert C. Clarke.

Il n’y a cependant aucune certitude à cet égard. En effet, on est toujours parti du principe que l’usage du chanvre et du cannabis ne s’est répandu dans le reste du monde qu’après l’an 1000 de notre ère. Cependant, une tombe datant de l’Âge de pierre et contenant très vraisemblablement des résidus de cannabis datant de plus de 4200 ans a été découverte en 2007 aux Pays-Bas. Cette tombe comporte des éléments caractéristiques de la culture campaniforme et date de la période allant de 2459 à 2203 avant notre ère.

Il n’est donc pas évident de savoir ce qu’il en est exactement. Cet exemple ainsi que de nombreux autres semblent indiquer que le cannabis ait été utilisé depuis des milliers d’années à des fins industrielles et médicales.

2700 av. J.-C. : Première référence au cannabis dans des écrits

L’empereur de Chine Shen-Nung (vers 2700 av. J.-C.) est connu pour avoir été le père de la médecine ancestrale chinoise.

Le Professeur Raphael Mechoulam.
The mythical emperor Shen Nung.

C’était un paysan soucieux des maladies causées par les durs travaux de la terre, et qui recherchait par conséquent des moyens de prévenir ou de guérir ces maladies. D’après la légende, Shen-Nung réalisait des expériences avec divers poisons pour ensuite tester le contrepoison. Ces expériences lui servirent de base pour rédiger l’encyclopédie médicale « Pen Ts’ao ». Cette encyclopédie renferme une liste de centaines de remèdes obtenus à partir de matières végétales, animales et minérales. Le cannabis, appelé « ma », figure aussi sur cette liste.

Cependant, Shen-Nung était aussi un personnage mythique : le Paysan Divin qui, selon diverses légendes, possédait un corps transparent, apparaissait parfois avec la tête d’un bœuf, avait un front de bronze et un crâne constitué de fer. Il se peut très bien que des moines aient attribué des siècles plus tard la création de la médecine chinoise à Shen-Nung afin de conférer un statut plus prestigieux à ce personnage important de l’histoire de la Chine.

1937 : Interdiction du cannabis aux États-Unis avec le « Marihuana Tax Act »

La taxe qui a rendu possible les attaques contre les consommateurs de cannabis.
La taxe qui a rendu possible les attaques contre les consommateurs de cannabis.

Au début du 20e siècle, avec la révolution industrielle, les industriels du papier et des carburants fossiles en particulier ne sont pas favorables au chanvre en raison du fait que ce dernier constitue une menace pour leurs activités qui génèrent des milliards de dollars.

Par l’intermédiaire d’un lobby puissant, certaines parties prenantes, parmi lesquelles Andrew Mellon, de la banque d’investissement Mellon Bank et de la Gulf Oil Corporation, ainsi que le groupe pétrochimique DuPont (dans lequel Mellon a de gros investissements), et William Randolph Hearst, propriétaire du plus grand puissant groupe de presse des États-Unis, mettent un terme à l’usage du chanvre. Cela s’accompagne d’une campagne visant à noircir aussi bien la réputation du chanvre que celle du cannabis qui gagnait en popularité comme produit stimulant. Le groupe de presse de Hearst est un parfait instrument de propagande.

En 1935, Anslinger Herman Oliphant, du Secrétariat aux Finances, se voit confier la mission de concevoir en secret un projet de loi qui pourrait être adopté facilement aussi bien par le Congrès que par la Cour fédérale. En 1937, le Bureau fédéral des Stupéfiants, qui dépend de ce ministère, émet une proposition de loi, le « Marihuana Tax Act of 1937 » qui décrète la levée d’un impôt sur la vente de cannabis et des peines d’amende ou de prison pour les contrevenants.

Anslinger présente la proposition de loi comme un instrument de recettes fiscales et la soumet directement à la Commission des voies et moyens de la Chambre des Représentants. La proposition de loi peut ainsi être soumise immédiatement à la Chambre des Représentants sans devoir être examinée par divers autres commissions. Cette commission comprend d’ailleurs un autre allié de DuPont, Robert Doughton.

Malgré quelques protestations, notamment celles de l’Association médicale américaine (AMA), la proposition de loi est transmise à la Commission des finances du Sénat, dans laquelle siège également un autre allié de DuPont, Prentiss Brown. Cette commission donne son accord, après quoi la loi est adoptée.

C’est cette même année que DuPont dépose une demande de brevet pour une nouvelle matière : le nylon. Un projet dans lequel Andrew Mellon a également beaucoup investi.

1964 : La molécule de THC est pour la première isolée et synthétisée

La 3e édition du Symposium UFCM iCare s’est tenue le 22 octobre 2014 à Strasbourg, en France ; un symposium consacré à l’usage des cannabinoïdes dans les médicaments.

Le Professeur Raphael Mechoulam.
Le Professeur Raphael Mechoulam.

Le professeur Raphael Mechoulam était l’invité d’honneur de ces rencontres, et ce pour une bonne raison. Il y a exactement 50 ans, en collaboration avec le professeur Yechiel Gaoni et une équipe de chercheurs, il est parvenu à isoler et à synthétiser la molécule de tétrahydrocannabinol (THC), le composant psychotrope du cannabis.

Ce moment dans l’histoire marque les débuts des recherches consacrées aux cannabinoïdes telles qu’elles sont menées aujourd’hui et a inspiré de nombreux autres chercheurs à s’y consacrer.

1976 : La politique de tolérance aux Pays-Bas

C’est le 1er novembre 1976 qu’entre en vigueur aux Pays-Bas une nouvelle loi sur les opiacés qui consacre la dépénalisation du cannabis. Un événement révolutionnaire dans le monde, puisque les Pays-Bas sont ainsi le premier pays à établir une distinction entre drogues douces et drogues dures.

Le ministre Dries van Agt en 1978.
Le ministre Dries van Agt en 1978.

Dans les années 70, l’héroïne représente un grave problème au niveau national. La capitale Amsterdam en particulier est envahie par de l’héroïne bon marché, ce qui cause de gros problèmes. L’usage de cannabis, et en particulier de haschisch, devient alors également très populaire, mais n’entraîne quasiment aucun problème. Le rapport néerlandais intitulé « Touwtrekken om hennep » (« Le chanvre : quand on tire sur la corde ») datant de 1972 conclut d’ailleurs qu’un usage responsable du cannabis est tout à fait possible, comme le montre la pratique, et est ainsi comparable à celui d’alcool et du tabac.

Le gouvernement de l’époque se fixe alors pour objectif de dépénaliser et de légaliser le cannabis le plus rapidement possible. Les pouvoirs publics réalisent que la légalisation nécessite de longues procédures en raison des accords internationaux, mais commence par dépénaliser la consommation de cannabis.

En 1980, le Ministère public publie de nouvelles directives pour le commerce de cannabis à petite échelle. Ces directives rendent possible la tolérance des points de vente de cannabis, les « coffee shops ». L’étape suivante, la légalisation, n’a jamais été atteinte.

L’ancien homme politique Dries van Agt joue un rôle important dans cette histoire, rôle pour lequel le Cannabis Culture Award lui est attribué en 2012.

1985 : Création de la plus importante banque de graines par Sensi Seeds

En 2015, Sensi Seeds va être particulièrement fier de célébrer son 30e anniversaire !

A youthful Ben Dronkers proudly displays an early Sensi Seed Bank catalogue, and a selection of huge mouth-watering cannabis buds
Un jeune Ben Dronkers montre l’un des premiers catalogues de Sensi Seeds.

Les débuts de Sensi Seeds remontent à 1985, avec la fondation de l’entreprise sous sa première forme. Elle s’appelle alors Sensi Seed Club, également connue sous le nom de Sensi Connoisseurs’ Club. À cette époque, les programmes de sélection existants sont très largement élargis. Son fondateur Ben Dronkers et son équipe réalisent des efforts considérables pour standardiser les méthodes de création d’hybrides ainsi que pour tenir des registres de la généalogie des plantes et de leurs interrelations.

Afin de stabiliser et parfaire ces hybrides, l’entreprise doit effectuer de très nombreux tests de culture pour obtenir le plus grand nombre possible de descendants. Les équipements nécessaires sont acquis en 1985, année qui marque donc les véritables débuts de Sensi Seeds ainsi que celui du marché des graines de cannabis tel que nous le connaissons aujourd’hui.

1996 : La Californie est le premier état américain à légaliser l’usage médical du cannabis

Le 5 novembre 1996, après que 56 % des électeurs ont voté « oui » à la Proposition 215, le premier état à légaliser le cannabis médical est un fait. Il s’agit d’un événement historique ayant une valeur sans précédent, dans un pays qui a aussi initié l’interdiction du cannabis et la Guerre contre les Drogues.

Un flyer datant de 1996 afin de promouvoir la Proposition 215.
Un flyer datant de 1996 afin de promouvoir la Proposition 215.

La Proposition 215 prend effet un jour après le résultat du vote, mettant fin dans cet état aux sanctions sur l’usage, la possession et la culture de cannabis pour les patients ayant une recommandation écrite ou orale d’un médecin. Les patients officiellement atteints d’une maladie chronique sur laquelle le cannabis a un effet positif sont depuis protégés par cette loi.

La Californie a été le premier domino à tomber. Au moment où nous écrivons ces lignes, 23 états ainsi que la ville de Washington ont adopté des lois sur l’usage thérapeutique du cannabis.

2012 : Washington, le premier état à opter pour une légalisation intégrale

Le dispensaire de cannabis River Rock dans le Colorado.
Le dispensaire de cannabis River Rock dans le Colorado.

En novembre 2012, l’État de Washington est le premier État américain à légaliser la possession et la vente de cannabis à usage récréatif. Cela est rendu possible par un vote favorable des résidents de l’état à l’Initiative 502, un projet de loi sur la légalisation du cannabis, qui est adopté à une majorité de 56 % des voix.

Bien qu’à ce moment-là, près de 20 États appliquent déjà une législation sur l’usage médical du cannabis, ce moment constitue un tournant décisif dans l’histoire de l’interdiction du cannabis. 75 ans après l’entrée en vigueur de cette interdiction par les États-Unis, le premier État américain annule cette décision en disant non à la criminalisation des citoyens pour la possession, l’usage et la culture de cannabis. Un signal très fort à l’adresse des pouvoirs publics fédéraux, qui considèrent toujours le cannabis comme une drogue de Classe 1, sur le même plan que l’héroïne notamment.

Et la vague de légalisation continue. Peu de temps après l’État de Washington, le Colorado fait aussi savoir qu’il va légaliser le cannabis et, au moment où nous écrivons ces lignes, la ville de Washington ainsi que les États d’Oregon et d’Alaska sont venus s’ajouter à la liste. On s’attend à ce que d’autres États suivent en 2015, notamment l’Arizona, Hawaï et l’État de New York.

2012 : L’Uruguay est le premier pays à légaliser le cannabis

En 2012, José Mujica, l’actuel président d’Uruguay, est le premier président à mettre en œuvre une procédure visant à légaliser le cannabis dans son pays. Comme de nombreux autres chefs d’état sur le continent sud-américain, Mujica a conclu que la Guerre contre les Drogues a échoué.

José Mujica, Président de l'Uruguay
José Mujica, Président de l’Uruguay

La criminalisation des consommateurs de cannabis doit stopper et une nouvelle stratégie est nécessaire pour y parvenir. Des pays comme le Chili, le Mexique, le Venezuela et la Colombie partagent ce besoin, mais l’Uruguay est pour l’instant le premier pays à avoir joint le geste à la parole.

Mais cela ne s’est pas fait sans difficulté. La procédure, qui a duré un an et demi, a rencontré de nombreux obstacles et il a même semblé que le projet n’aboutirait pas. Cependant, le mardi 10 décembre 2013, l’Uruguay entre dans l’histoire comme étant le premier pays au monde à légaliser toutes les activités relatives à l’importation, l’exportation, la culture, la production, la distribution et la vente de cannabis !

Bien qu’il s’agisse d’un pas en avant historique contre la criminalisation mondiale du cannabis, le projet a été remis en question le 26 octobre 2014. Lors des dernières élections, Mujica n’a pas été réélu. Heureusement, son parti, Frente Amplio, a obtenu la majorité des voix, il y a donc une grande chance que la légalisation du cannabis soit poursuivie en Uruguay.

2014 : Le président des États-Unis se prononce en faveur du cannabis

Bien qu’à l’époque on en savait peu à propos du cannabis et que le rapport « Marihuana, a signal of misunderstanding » (« Marijuana, un signe de malentendu ») démontrait que le prétendu danger n’existait pas, le président Nixon déclare en 1972 qu’il fera tout pour s’opposer à la légalisation du cannabis. Cela correspond parfaitement à sa déclaration de guerre contre l’abus de drogues un an auparavant. Le début de la Guerre contre les Drogues, qui n’a jusqu’à présent résolu aucun problème, en a entraîné de nouveaux et a coûté la vie à des milliers de gens.

Le jeune Barack Obama fume un joint.
Le jeune Barack Obama fume un joint.

C’est au cours d’une interview avec Barack Obama publiée par le New Yorker le 27 janvier 2014, que se passe ce qui aurait dû se passer 42 ans plus tôt : le président des États-Unis déclare qu’il considère que l’usage de cannabis n’est pas bon pour la santé, mais qu’il estime que cette drogue n’est pas aussi dangereuse que certains le prétendent. « Comme le disent certains documents, j’ai fumé de l’herbe dans ma jeunesse et je considère qu’il s’agit d’une mauvaise habitude et d’un vice qui ne diffère pas vraiment des cigarettes que j’ai fumées étant jeune et pendant une grande partie de ma vie d’adulte. Je ne pense pas que cela soit plus dangereux que l’alcool. »

Malgré cette déclaration désormais célèbre, le cannabis est jusqu’à aujourd’hui encore considéré comme une drogue de Classe 1.

Commentaires

Poster un commentaire

Oury

La legalisation du canabis est nécessaire pour les pays du monde entier.

09/04/2016

licholat Thierry

Liberté a chacun . Mais il y a mais ça fait travailler la sécurité . Récupérée l'argent des deals .sinon la sécurité devrat ce trouver d'autre chat a fouetté
. Légaliser vender imposer . L'état français est Vieux . Souvenir. Souvenir

09/10/2016

adamou

slt c est tro freee

04/08/2016

Sylla nfamara

Why is not allowed To free our minds with the cannabis? BEcause is the drug? the the things whos able to get drunk the peuple i think well no there are many kinds of bad think who the govement can stop quickly but the refuse

02/10/2016

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.