Histoire de la Shiva Skunk et rapport de culture de la Shiva Skunk Féminisée

La Northern Lights #5 x Skunk #1 a été la toute première lauréate de la High Times Cup dans la catégorie des variétés majoritairement indicas. Quelque temps après, Sensi Seeds l’a renommée Shiva Skunk. A l’occasion du 30e anniversaire de son couronnement, nous avons soumis cette légende à un test de culture.

Nous sommes en 1988. A Amsterdam se tiennent les tout premiers prix du High Times Cannabis Cup rassemblant une poignée d’entreprises américaines et néerlandaises.

Parmi les lauréates se retrouve la Northern Lights #5 x Skunk #1 de la « Seed Bank », une variété qui a fait son entrée sur le marché en 1987. Les juges la choisissent comme étant la meilleure variété de la catégorie majoritairement indica. 

Renommée Shiva Skunk pour de bonnes raisons

Le fait qu’elle ait été renommée n’est pas surprenant puisque ses deux parents étaient déjà très convoités à l’époque. Dans les années 80, la Northern Lights #5 x Skunk #1 avait déjà décroché des prix dans de nombreux festivals de la côte ouest américaine. C’est à ce moment que le terme « bassin génétique d’Amsterdam » a été inventé, et la Northern Lights #5, la Skunk #1 et la Haze en faisaient partie. 

Ce bassin incluait des variétés jugées essentielles en vertu de leur génétique qui allait servir à élaborer d’innombrables autres variétés. Ces variétés ont donc joué un rôle clé dans les programmes modernes de croisement. En 1990, le Sensi Seed Club a pris la génétique de la Seed Bank et c’est ainsi qu’est apparue la  Sensi Seed Bank.

Peu de temps après, la gagnante de la Cannabis Cup, la Northern Lights #5 x Skunk #1, a été renommée Shiva Skunk – un nom quelque peu encombrant et technique a été remplacé par un nom de variété accrocheur et mythique. Et bien sûr, Sensi Seeds a choisi le nom de Shiva avec de bonnes raisons :

Selon la légende, le dieu hindou Shiva aurait découvert le pouvoir psychédélique du cannabis alors qu’il était en train de méditer au beau milieu d’un champ de chanvre. D’ailleurs, Shiva est aussi appelé « Dieu du Bhang » (bhang étant une préparation indienne à base de cannabis) et « Destructeur », surnoms particulièrement pertinents dans le contexte du cannabis.

Alors que le qualificatif de « destructeur » n’est pas à prendre au pied de la lettre lorsqu’il se rapporte à Shiva Skunk, il illustre très bien à quel point cet hybride peut être puissant et fort.

Ses effets varient d’un consommateur à l’autre, mais en général, elle assomme comme le font les indicas et peut induire un état de profonde contemplation et méditation, ou encore, elle peut donner envie de rire, énergiser ou rendre aventureux.

Sa popularité a incité Sensi Seeds a en créer une version féminisée et à autofloraison. Ce rapport de culture a été fait avec une Shiva Skunk Féminisée.

Phénotypes de la Shiva Skunk

Comme c’est le cas avec plusieurs hybrides, la Shiva Skunk peut afficher des qualités sativas et indicas. En fonction de plusieurs facteurs, les graines produiront un ou l’autre des deux phénotypes : à dominance indica ou à dominance sativa, ce dernier étant plus rare.

Les deux phénotypes sont faciles à différencier, puisque le phénotype sativa pousse beaucoup plus lentement que le phénotype indica, celui-ci étant de couleur plus foncée et ne manquant pas d’atouts ;

« Dès le départ elle s’est distinguée, plus lente à la croissance que ses sœurs de type Skunk, avec des entrenœuds plus courts et des feuilles plus larges portées par des tiges courtes et solides. » – par sicklehand, forum.sensiseeds.com

« Vous pouvez presque vous débarrasser de vos ciseaux »

Shiva Skunk produit une abondance de buds en un temps de floraison record : 45 à 55 jours (le phénotype plus rare sativa peut tarder à fleurir). Les jeunes plantes se transforment en des plantes compactes qui se couvrent de gros buds résineux, courtoisie d’un de ses parents particulièrement résineux, la Northern Lights #5.

Ses buds ne possèdent pas beaucoup de feuilles, mais sont très poilus. D’ailleurs, dans les anciens catalogues Sensi Seeds, on pouvait lire « vous pouvez presque jeter vos ciseaux, la manucure est minimale ».

Shiva Skunk se cultive aussi très bien en serre ; en extérieur, elle parvient à maturité au cours de la deuxième moitié d’octobre. Son arôme riche est marqué d’un piquant musqué estompé par des notes sucrées d’agrumes, ce qui ajoute beaucoup de complexité à sa saveur. Les consommateurs aguerris décrivent sa fumée épaisse comme étant « onctueuse », alors que les novices la trouvent plutôt « lourde » ou « huileuse »

Données de culture :

GénétiqueShiva Skunk Féminisée (Northern Lights #5 x Skunk #1)
Stade végétatif3 semaines (après la germination)
Stade de floraison54 et 56 jours / 45 à 55 jours en moyenne
Médium de croissanceTerreau Plagron, contenants de 11 litres
pH6,2-6,6
CE1,2–1,8 S/m
EclairageJusqu’à 12 x SANlight S4W = 1680 watts
Température18-28°C
Humidité atmosphérique40-60 %
IrrigationA la main
EngraisSolution liquide Organic Bloom (Green Buzz Liquids)
Additifs/stimulantsLiving Organics, More Roots, Humin Säure Plus, Big Fruits, Fast Buds et Clean Fruits (Green Buzz Liquids)
Hauteur58 et 76 cm
Rendement79 et 104 g

Un sentiment presque divin

Je ne suis pas hindou, et pourtant, l’expérience de soumettre à un test de culture cette variété qui a changé le cours de l’histoire – la toute première lauréate du High Times Cup de la catégorie majoritairement indica – a déclenché en moi un sentiment presque divin qui m’a donné des frissons dans le dos !

Après ce qui semble être une éternité, est-ce que la Shiva Skunk a encore les qualités impressionnantes qui ont fait d’elle, à l’époque, une championne ? Voilà ce que je voulais découvrir. Après avoir fait germer deux graines féminisées, en moins de 2,5 jours, les plantules s’étiraient déjà vers les lampes DEL.

Je les ai gardées en stade végétatif pendant trois semaines durant lesquelles elles ont atteint des hauteurs de 23 et 26 cm tout en maintenant une structure de croissance stable.

Les deux plantes étaient identiques : six entrenœuds, croissance compacte et buissonnante avec développement précoce de branches latérales et production de feuilles vert foncé encore plus effilée que ce que j’avais anticipé. Jusque là, tout était parfait ! Ces deux Shiva Skunk m’ont donné l’impression d’être très vigoureuses et de vraies merveilles à cultiver.

Les deux Shiva Skunk fleurissent en deuxième vitesse

Deux semaines après que la photopériode soit passée à 12/12 (les plantes ont commencé à fleurir en dix jours), une des deux a manifesté plus clairement son instinct de s’étirer, dépassant l’autre en hauteur.

Les deux ont toutefois rapidement commencé à fleurir en même temps. Après trois semaines, de nombreux pistils blancs s’échappaient des jeunes buds. Une semaine plus tard, mes deux Shiva Skunk passaient en deuxième vitesse, fleurissant à une allure que je n’avais encore jamais vue. 

A ce stade, les buds enflaient de plus en plus de volume et prenaient de très belles formes. En seulement quatre semaines, j’assistais à un scénario de floraison prolifique. Les buds étaient aussi couverts de glandes de résine douce et épicée.

Une magnifique frisée, lourde à récolter

Après six semaines de floraison, la plus grande des deux était couverte de buds poilus et ressemblait à une véritable frisée. Elle présentait un ratio calice/feuille extrêmement élevé, rarement vu dans ma carrière de cultivateur.

La phrase de Sensi Seeds, « vous pouvez presque jeter vos ciseaux » était presque une réalité. Le cola principal resplendissant et tout en longueur était entouré de dix buds latéraux d’apparence très similaire, et couverts de trichomes attirants et collants. La plus petite plante, bien que moins poilue, avait une structure de floraison similaire avec des buds résineux énormes et très peu de feuillage.

Les nœuds de la Shiva Skunk étaient plus rapprochés que la moyenne,rendant les plantes plus « trapues ». De véritables usines à fleurs, les deux plantes ont développé des buds denses et durs ! Entretemps, l’odeur aromatique des buds était devenue pénétrante, et flottait dans l’air un lourd parfum musqué recelant une touche d’agrumes, comme dans la description. Délicieux !

La plante la plus haute a atteint sa maturité en 54 jours, et deux jours plus tard, la plus trapue l’était aussi. Les hauteurs finales étaient de 76 et 58 cm. Comme prévu, j’ai pu tailler les buds en un temps record, particulièrement ceux de la frisée.

Pour cette plante, la balance indiquait un fabuleux poids sec de 104 grammes, et 79 grammes pour la plus petite – des rendements excellents. Après le séchage et l’affinage, l’arôme des buds était plus raffiné, les notes d’agrumes étant plus marquées alors que le musqué naturel s’était légèrement estompé.

Vaporiser la Shiva Skunk : elle me plonge dans une transe et me renvoie dans le passé

D’humeur festive, j’ai pris une inhalation combien inspirante de Shiva Skunk dans un vaporisateur Mighty et j’ai eu l’impression d’intégrer les 30 ans d’histoire de cette variété. Ce retour en arrière m’a ensuite fait revisiter ma propre carrière de cultivateur.

Sa saveur très intense et oldschool était tout à fait appropriée : douce à l’inhalation, et très aromatisée à l’expiration, avec des arômes d’huile de patchouli, de terre, de sous-bois et de mousses. Merveilleusement organique ! Déjà le premier nuage de vapeur me plongeait dans un état méditatif, et après quelques inhalations de plus, je m’abandonnais dans une sorte de transe.

J’ai alors fermé les yeux et me suis laissé aller à des rêveries colorées d’images de cannabis défilant dans ma tête…

Par exemple, je me suis rappelé d’un champ de ganja jamaïcaine que j’ai visité un jour, de mes propres plantes d’extérieur géantes datant du début des années 1980, d’avoir tamisé du haschisch avec des fermiers locaux dans les montagnes du Rif au Maroc. Je me suis rappelé d’une expédition au Népal pour trouver des graines, le visage d’anciens amis avec qui j’ai cultivé ou fumé, toutes les folles aventures cannabiques partagées avec eux.

Ces images m’ont rendu heureux d’avoir vécu une vie cannabique si bien remplie. Oui, j’ai ressenti les effets profondément contemplatifs typiques de la Shiva Skunk. Après environ une heure de flashbacks, une faim soudaine s’est emparée de moi et j’ai dévalisé le réfrigérateur. Les effets ont duré pendant encore un peu plus d’une heure, me laissant dans un état euphorique de relaxation profonde.

Mots de la fin

Shiva Skunk avait, et conserve tous les attributs – son apparence, son goût, son odeur – d’une gagnante. Cette variété est une véritable fontaine verte de jeunesse et de vigueur, et demeure aujourd’hui étonnamment résineuse et puissante. Je suis absolument certain que dans 30 ans la Shiva Skunk fera encore partie de la gamme des variétés Sensi Seeds et des jardins des cultivateurs amateurs !

Green Born Identity – G.B.I.

  • Disclaimer:
    Les lois et règlements régissant la culture du cannabis différent d’un pays à l’autre. Ainsi, Sensi Seeds vous recommande fortement de vérifier les lois et règlements de votre région. Ne contrevenez pas à la loi. 

Comments

1 réflexion sur “Histoire de la Shiva Skunk et rapport de culture de la Shiva Skunk Féminisée”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
Retour haut de page