by Diana on 19/08/2016 | Culture

Récolter son cannabis: quelques étapes essentielles pour un succès garanti !

Récolte Pour la majorité des cultivateurs, la récolte est la période la plus réjouissante et excitante de tout le processus de production du cannabis. C’est le moment de gloire tant attendu, lorsque les jardiniers peuvent finalement voir les fruits de leur travail, pousser un soupir de soulagement et se féliciter.


Il y a diverses façons de récolter le cannabis et le choix de la méthode dépend de l’expérience du cultivateur ou de son but ultime, tout comme le choix d’une méthode de récolte de fruits sera différent si on vise une consommation personnelle, commerciale ou autre.

Quand récolter ?

Identifier le moment précis où récolter le cannabis ne relève pas d’une science exacte. L’une des méthodes les plus archaïques – mais peut-être la plus efficace – consiste simplement à observer régulièrement les plants. Ce faisant, le jardinier sera capable de déterminer s’il est temps de récolter ou s’il est préférable d’attendre un peu plus longtemps.

Comme je l’ai dit, cette méthode peut être trop générale et tous n’auront pas la capacité de la mettre en œuvre, particulièrement les gens ayant moins d’expérience en culture de cannabis. Ainsi, si vous connaissez quelqu’un ayant déjà cultivé la même variété, n’hésitez pas à lui poser toutes les bonnes questions ! Cette personne peut vous fournir de précieuses informations ; le moment précis de récolter varie très souvent d’une variété à l’autre. A ce titre, il est essentiel de connaître ce que nous cultivons.

Prévenir les organismes nuisibles

Malheureusement, personne n’est à l’abri des organismes nuisibles. Ils sont là, prêts à profiter du moindre moment d’inattention pour attaquer nos précieux plants quand on s’y attend le moins.

Les organismes nuisibles s’invitent année après année, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, ce qui explique pourquoi nous devons être bien préparés. Empêchons-les, autant que possible, de ruiner ce que nous avons planté.

Dans la culture du cannabis, les organismes nuisibles les plus communs sont les aleurodes, le tétranyque à deux points et le puceron. Ce dernier s’immisce généralement en été et pourrait bien être le ravageur le plus nuisible dans les cultures en serres et en champs. Ce sont des insectes mous munis d’antennes de la taille d’une tête allumette. Selon l’espèce, les pucerons peuvent avoir des ailes ou non. Ceux qui attaquent le cannabis sont généralement verts ou noirs.

Malheureusement, les pucerons apparaissent en groupe, mais il ne faut pas s’inquiéter, ils sont faciles à repérer ! Plusieurs techniques efficaces pour prévenir les organismes nuisibles existent, dont le traitement des plants à l’aide d’un insecticide biologique ou d’huile de margousier, un insecticide naturel extrait des graines d’Anzadireachta indica, une plante originaire de l’Inde et du Myanmar. L’amertume de cette huile en fait un produit idéal pour repousser les insectes. L’huile est habituellement diluée dans l’eau et vaporisée sur les feuilles pendant environ sept jours. Chacun a son moyen favori pour repousser les organismes nuisibles et vous devez simplement trouver celui qui convient le mieux à votre culture et à vos besoins.

L’importance des trichomes

Un moyen efficace de savoir si le moment de récolter est opportun consiste à examiner soigneusement le plant à l’aide d’une loupe pour y observer les trichomes. En prêtant attention au développement des cristaux contenus dans ces formidables glandes résineuses il est possible de savoir si le moment que nous avons tant attendu est arrivé.

Pour obtenir l’image la plus nette possible, les puristes pourront utiliser un microscope numérique.

Pour les novices, rappelons que les trichomes ressemblent à de petits champignons brillants de couleur presque dorée. Ils occupent incontestablement une place centrale. Tout ce qui ressemble à un trichome mais n’a pas cette « tête de champignon » caractéristique n’est pas digne d’intérêt : seuls les trichomes affectent la puissance du cannabis.

Une précision supplémentaire : soyez attentif à la couleur des trichomes, des poils et des pistils. C’est l’un des aspects clés pour déterminer si le cannabis est prêt à être récolté. Voici un certain nombre de conseils et de règles générales basés sur la couleur des trichomes, des poils et des pistils afin de savoir si le moment de récolter est venu. Ils vous aideront à y voir un peu plus clair et à reconnaître cette jolie couleur dorée !

Jamaican-Pearl
Jamaican Pearl, Sensi Seeds

Si les « petits poils » sont presque tous blancs et qu’ils font face vers l’extérieur, et que les trichomes sont encore tous légèrement translucides (c.-à-d. de couleur pâle), je crains que vos plants ne soient encore trop jeunes. Si vous récoltez quand même, vous obtiendrez un rendement faible et des fleurs beaucoup moins puissantes que si vous aviez attendu plus longtemps.

La récolte peut commencer à s’effectuer lorsque le plant a cessé de produire des « poils » blancs ou des pistils, et lorsqu’environ la moitié de ces poils blancs sont devenus plus foncés et ont commencé à se courber.

Par ailleurs, si vous préférez une plus grande concentration de THC, la caractéristique la plus importante est la couleur des trichomes. Si la plupart ont pris une teinte « brumeuse », c’est précisément le moment où la concentration de THC est la plus grande, donc, où le cannabis produira l’effet euphorisant que vous recherchez. Vous aurez cependant besoin d’une loupe pour le découvrir !

D’autre part, si vous souhaitez un stone physique relaxant plutôt qu’un high psychique, vous devez attendre un peu plus avant de passer à l’action, mais veillez à ne pas attendre trop longtemps. Surveillez vos trichomes. Lorsqu’ils sont devenus plus foncés, soit d’une couleur entre l’ambre et le doré, ils sont à point. C’est ce qu’il faut viser si vous recherchez un effet calmant plutôt qu’un high psychoactif. En d’autres termes, il contiendra moins de THC et plus de CBD et de CBN.

Le meilleur moyen de connaître avec certitude vos préférences est d’échantillonner les buds en les cueillant à divers stades de développement. Au cours de votre expérience de producteur, vous devez être prêt à échantillonner les deux types de buds, soit ceux provenant de « récoltes hâtives » et ceux provenant de « récoltes tardives ». C’est de cette manière que vous deviendrez un expert et que vous déterminerez avec succès votre stade préféré. Le point le plus crucial est de ne pas récolter trop tôt ! Il serait vraiment dommage de gaspiller une bonne récolte en raison de l’impatience, alors surveillez bien vos plants !

Soyez attentif aux détails. Si les trichomes sont gris ou ont flétri, je crains que vous ayez raté le bateau : essayez d’être plus vigilant la prochaine fois et ne soyez pas découragé. Les erreurs nous forcent à apprendre plus rapidement !

Les mesures à prendre avant et pendant la récolte

Afin que tout se passe comme prévu, des mesures importantes doivent être prises au moment de procéder à la récolte. L’un des principaux conseils – et la meilleure chose à faire – est de commencer très tôt, avant que la lumière du soleil ne soit trop forte.

La majorité des nouveaux cultivateurs veulent récolter le plus tôt possible. Ne vous inquiétez pas, c’est normal d’avoir hâte. Si vous ne pouvez pas attendre, coupez les buds qui poussent à partir du centre du plant et qui s’étirent jusqu’à la partie supérieure et laissez le reste mûrir.

Je vous recommande de faire ainsi parce que, la plupart du temps, les buds supérieurs mûrissent les premiers ; les enlever ne pose pas de problème pour le reste du plant. Récoltez ces parties et laissez le reste du plant tranquille un peu plus longtemps.

Vous verrez les buds de la partie inférieure grossir graduellement, puis ils commenceront à développer une coloration trouble en atteignant leur pleine maturité.

Il est aussi généralement recommandé de tailler les plants en se tenant loin du noyau de la racine. Si la taille des plants est telle qu’il vous est impossible de les couper à la base, il vaut mieux commencer par les branches les plus imposantes et les plus lourdes. N’oubliez pas de laisser une ou deux grosses tiges aux branches que vous taillez : ces tiges formeront un « V » et faciliteront le séchage du cannabis, ce que vous apprécierez.

En tout temps, vous devez traiter votre plant avec le plus grand soin. Si vous déchirez une branche ou si vous taillez comme si vous aviez deux mains gauches, vous risquez d’endommager les trichomes. Utiliser les outils adéquats est donc d’une importance capitale. N’hésitez pas à acheter l’équipement nécessaire parce que votre récolte sera plus précieuse que l’or. Ne la maltraitez pas !

Séchage et curing : deux étapes essentielles pour obtenir le meilleur cannabis qui soit

Le séchage et le curing sont des étapes essentielles afin d’obtenir un produit de haute qualité. En fait, l’accomplissement adéquat de ces deux étapes aura un effet direct sur le résultat final. Avis aux novices : le cannabis goûte franchement meilleur une fois séché et bien affiné.

curing_cannabis

Séchage

Une fois que vous avez récolté votre cannabis, la première chose à faire est de mettre les buds à sécher. La méthode la plus courante consiste à les suspendre la tête en bas, à l’abri de la lumière, dans un endroit frais. Vous devez vous rappeler que l’endroit idéal ne devrait pas être trop humide, et être bien ventilé. Un courant d’air est vital !

Vous devriez examiner vos buds tous les jours pour détecter le moindre signe de moisissure. La prévention est de mise, et les dommages doivent être réparés le plus tôt possible. Assurez-vous également d’enlever les feuilles restantes. Certaines tomberont d’elles même lors du séchage. Il suffit d’enlever les autres, sans endommager les buds.

Rappelez-vous qu’un bon séchage s’accomplit lentement, mais sûrement. Soyez patient : un séchage trop rapide produira une odeur de pin, ou pire encore, un mauvais goût ! Si vous avez peur de faire sécher vos buds trop longtemps et de risquer qu’ils se couvrent de moisissures, vous n’avez qu’à placer un ventilateur à proximité pour assurer une bonne circulation d’air. Une fois que vous avez enlevé toutes les feuilles, suspendez de nouveau vos buds la tête en bas, et finissez le séchage dans un endroit frais, sec et bien aéré.

Le curing

Le curing peut vraiment rehausser la qualité de votre cannabis. En vérité, si vous effectuez un curing adéquat, votre cannabis aura une odeur et un goût exquis. En revanche, si vous ne le faites pas correctement, vous risquez de vous retrouver avec du cannabis au mauvais goût, ou pire, qui ne produit aucun high ou encore, qui est couvert de moisissures. Quel cauchemar !

Pour bien exécuter le curing, assurez-vous de suivre les étapes suivantes :

Comme je l’ai mentionné, il est important d’avoir tous les outils et l’équipement nécessaires. Mettez votre loupe de côté, et équipez-vous d’un sac en papier résistant et d’un sac en plastique.

Vous vous demandez pourquoi ? La réponse est simple : le sac en papier protège de la lumière, alors que le sac en plastique empêche le papier d’absorber le THC.

D’abord, placez un certain nombre de buds à l’intérieur du sac en plastique jusqu’à ce qu’il soit rempli à moitié. Refermez soigneusement le sac en laissant de l’espace pour ne pas suffoquer nos précieux amis. Ensuite, placez le sac en plastique à l’intérieur du sac en papier, de manière à créer un « double sac ».

Il est essentiel de vérifier l’état de vos buds tous les jours, de humer leur parfum, de les déplacer délicatement afin d’assurer un curing uniforme… et ne vous inquiétez pas s’ils semblent suer, c’est exactement ce qui devrait arriver !

Une fois cette étape accomplie, il vous reste une autre étape à franchir avant de savourer le fruit de vos efforts. Vous devez maintenant obtenir le meilleur goût qui soit, et pour ce faire, vos buds doivent sécher complètement. Nous vous conseillons d’utiliser des pots scellés, en verre ou en plastique, ou tout contenant qui garde vos buds à l’abri de l’air et de la lumière. À ce stade, vous devriez avoir compris que la lumière et l’air ne sont pas nos meilleures alliées.

Placez avec précaution vos buds à l’intérieur de vos pots. Il est important de ne pas les compacter. Durant les 7-8 premiers jours, ouvrez le pot régulièrement pour déplacer vos buds et surtout, changer l’air à l’intérieur du contenant. Cette procédure assure un séchage uniforme. De plus, vous serez en mesure de détecter tout signe de moisissure ou tout autre problème de dernière minute. Si vous détectez un problème, pas de panique ! Éliminez les buds endommagés, et replacez votre récolte dans le « double sac » afin qu’elle sèche un peu plus longtemps avant de les remettre en pots.

Il se peut que vous deviez garder votre cannabis en pot durant deux mois. Plus de temps il passera en pot, meilleur sera le séchage. Si tout se passe bien et que les moisissures n’ont pas surgi, vous aurez en votre possession des buds regorgeant de saveur et de la plus haute qualité.

À force de pratique, de nombreux essais et d’expériences, vous découvrirez à quel point cette technique est efficace. En plus, vous saurez déterminer exactement à quel moment vos buds sont prêts. Une fois qu’ils sont parfaitement secs et exempts de moisissures, vous pouvez les conserver selon la méthode de votre choix. En suivant ces étapes, votre cannabis demeurera fantastique pour une longue période de temps !

Vous achevez votre récolte d’extérieur, il est temps de commencer votre culture d’intérieur !

Maintenant que la saison de culture d’extérieur s’achève – du moins, pour la majorité d’entre nous – et que nous sommes prêts à récolter le fruit de nos efforts, il est grand temps de se préparer en vue de la culture d’intérieur.

La culture d’intérieur est extrêmement simple et s’avère une expérience agréable et surtout, enrichissante, même pour les novices. Avec de la pratique, et en respectant attentivement ces recommandations, vous apprendrez à obtenir des résultats incroyables. Suivez nos conseils !

D’abord et avant tout, sachez que la culture de cannabis implique quatre étapes. D’abord, il faut obtenir des graines. Si vous ne connaissez personne qui en a à partager, achetez-en et commencez l’aventure. Il existe des graines de très bonne qualité et abordables qui vous donneront d’extraordinaires résultats. Consultez la gamme de variétés d’intérieur offerte sur la boutique en ligne de Sensi Seeds. Notre sélection est classée selon différents facteurs, tels la hauteur de la variété, son temps de floraison, sa puissance, etc. Je vous recommande de faire vos propres recherches, de cette manière, vous serez certain de trouver la variété qui correspond à vos goûts. Pour ma part, je crois que la Northern Lights est tout simplement indescriptible !

Les variétés d’intérieur offrent l’avantage de ne pas être affectées par les conditions climatiques locales, puisque c’est vous qui allez recréer son environnement de culture idéal ! Peu importe la météo, votre culture d’intérieur n’est pas exposée aux éléments.

Cela étant dit, n’oubliez pas d’apporter la bonne dose de soins, de rires, et de fumée !

Joyeux temps des récoltes et des cultures à tous !

Commentaires

Poster un commentaire


pat

merci pour ces rensignements!!

25/11/2017

Line.belanger4@gmail.com

Merci ! J'ai hâte de récolter et réussir le séchage ! Très beau plant agréable à cultiver..

20/09/2019

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.
Read More
Read More
Read More