by Seshata on 30/04/2013 | Culture

Est-il préférable d’utiliser du cannabis biologique ?

Le débat fait rage depuis de nombreuses années entre les enthousiastes du biologique et du non biologique.


Le débat fait rage depuis de nombreuses années entre les enthousiastes du biologique et du non biologique, le camp en faveur de l’utilisation d’intrants chimiques étant fermement convaincu que sa méthode privilégiée donne de meilleurs rendements, est plus rapide et présente peu de problèmes potentiels pour le producteur. Les avocats de la méthode biologique considèrent que leurs produits sont plus sûrs, ont plus de goût et sont finalement plus sains pour le consommateur final.

Qu’est-ce que le cannabis biologique ?

BioBizz est une gamme bien connue de nutriments biologiques
BioBizz est une gamme bien connue de nutriments biologiques

Une grande confusion règne à propos de ce qui définit le cannabis cultivé biologiquement : beaucoup croient encore que tout cannabis cultivé en terre est (par définition) d’origine biologique, mais la majorité du cannabis cultivé en terre est traité avec des engrais et des pesticides. Pour être réellement biologique, tous les nutriments et pesticides utilisés doivent être d’origine naturelle. En fait, selon les puristes, aucun pesticide ni nutriment ne saurait être utilisé.

En matière de nutriments, parmi les produits « naturels » qui favorisent la croissance et la floraison des plants de cannabis, figurent le guano de chauve-souris et d’oiseau, les déjections de vers, le fumier, la farine de sang et d’os et le composte. Les pesticides naturels incluent des produits d’origine végétale tels que le pyrèthre, la capsaïcine, le tabac et l’huile de margousier. Toutefois, même si ces substances proviennent de sources biologiques, une certaine incertitude plane encore sur leur effet sur la santé humaine.

La demande de cannabis de haute qualité et sûr a progressé à mesure de la croissance de l’industrie du cannabis médical ces dernières années. Par conséquent, de nombreux acheteurs réclament du cannabis biologique à leurs fournisseurs et sont de plus en plus préoccupés par la présence éventuelle de produits chimiques dangereux dans le cannabis dit « normal », non biologique.

Controverse à propos des pesticides dans l’État du Maine

En mars dernier, certains produits vendus par la première officine distribuant du cannabis médical dans l’État du Maine se sont révélés positifs à des tests de détection portant sur neuf catégories de pesticides, amenant le régulateur public à inviter l’officine, Wellness Connection, à stopper l’utilisation de ces pesticides. L’officine devra en outre communiquer un rapport hebdomadaire à ce sujet à la Division de l’octroi de licence et de la réglementation pendant deux ans.

Les patients, déconcertés, se sont massivement exprimés contre ce mépris alarmant pour leur santé, et se sont tournés depuis vers d’autres fournisseurs pour protester contre l’attitude négligente de l’officine. Par ailleurs, les patients s’interrogent de plus en plus sur la sécurité de leurs médicaments et réclament du cannabis biologique, pas seulement à Wellness Connection, mais également à d’autres officines.

Dans le Maine, l’État n’autorise pas l’utilisation de n’importe quel pesticide sur le cannabis, leurs effets sur la santé des patients étant inconnus. Toutefois, ce souci scrupuleux du bien-être du patient moyen utilisant du cannabis médical ne prévaut pas dans l’ensemble des dix-huit États ayant adopté un programme de cannabis médical.

Le décès d’une activiste californienne est imputé à un pesticide contre le tétranyque

En Californie, le décès en octobre 2005 de « Sœur » Jane Weirick, une activiste et acheteuse pour le San Francisco Cannabis Buyers Club (club des acheteurs de cannabis de San Francisco), a été récemment imputé à un contact prolongé avec un pesticide, l’Avid, qui était utilisé pour contrôler la prolifération du tétranyque par plusieurs producteurs fournissant ce club.

Sœur Mary Weirick, une activiste du cannabis dont le décès a été attribué au pesticide Avid
Sœur Mary Weirick, une activiste du cannabis dont le décès a été attribué au pesticide Avid

L’équipe dirigée par Weirick, qui s’occupait de la préparation et du conditionnement, a manipulé du cannabis quotidiennement pendant plusieurs années, et il semblerait que la dégradation mystérieuse de son état de santé ait été provoquée par le pesticide, pénétrant par la peau. Ce contact prolongé a fini par provoquer des symptômes allergiques et des maux de tête, et lorsqu’elle a été hospitalisée en décembre 2004, Weirick était incapable de marcher.

Après un mois d’hospitalisation, Weirick commençait à être paralysée du côté droit, et elle était incapable de bouger ou de tenir une conversation. Elle a pu récupérer suffisamment par la suite pour quitter l’hôpital. Cependant, elle a continué à souffrir de douleur intense, et les hautes doses de morphine utilisée pour contrôler cette douleur ont été déclarées officiellement responsables de son décès plusieurs mois après.

L’absence de réglementation favorise la contamination des produits

Malgré le cas de Sœur Mary Weirick qui a monopolisé l’attention des médias, à ce jour la Californie n’a adopté aucune directive visant à réglementer l’utilisation des pesticides pour la production de cannabis. Par conséquent, les producteurs peu scrupuleux fournissent du cannabis qui peut, dans certains cas, contenir des niveaux de moisissure et de pesticides jusqu’à six fois supérieurs à ceux autorisés pour les produits alimentaires, comme les épinards par exemple.

En 2011, Dan Tomalski, de Michigan’s Northern Laboratory Services, a publié les résultats de tests effectués sur un éventail d’échantillons locaux, issus de soignants accrédités et de vendeurs de rue, qui démontraient que plusieurs échantillons contenaient des niveaux résiduels potentiellement dangereux de trois pyréthrines : la perméthrine, la cyperméthrine et la béta-cyfluthrine.

Les dangers des pyréthrines

La perméthrine, un pesticide puissant à base de pyréthrine, dont l'impact négatif sur la santé humaine a été prouvé
La perméthrine, un pesticide puissant à base de pyréthrine, dont l’impact négatif sur la santé humaine a été prouvé

Les pyréthrines synthétiques, dérivées du plant de pyrèthres, peuvent altérer la fonction nerveuse et éventuellement déclencher une neurotoxicité. Elles peuvent provoquer des symptômes graves de l’asthme et être cancérigènes en cas d’exposition à long terme. L’inhalation de pyréthrines est non seulement dangereuse lorsqu’elle est prolongée, mais peut également provoquer une irritation immédiate. Sans doute plus préoccupant encore, les pyréthrines peuvent être extrêmement toxiques pour les abeilles et font partie des causes possibles du syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles. Malgré cela, bon nombre de personnes considèrent que les pyréthrines sont des pesticides biologiques car elles sont dérivées du pyrèthre.

Dans ces tests, les échantillons présentant des traces de pesticides provenaient tous du commerce illégal de rue ; la plupart des échantillons issus de soignants accrédités se sont avérés 100 % sans pesticides. Le Michigan a adopté un système reposant sur la prescription de cannabis uniquement par les soignants accrédités, dans lequel des producteurs individuels à petite échelle sont autorisés à assurer les besoins de cinq patients au maximum.

La production à petite échelle favorise l’accent mis sur la santé du patient.

Le Maine, avec ses grandes officines fournissant des milliers de patients, est confronté à un défi bien plus conséquent s’agissant de maintenir les pratiques de culture dans le cadre légal défini. Les soignants ont souvent un sens aigu de la responsabilité morale sur la santé de leurs patients, alors que les grandes officines sont souvent plus impersonnelles et enclines à privilégier la rentabilité au détriment de la santé des patients.

Jusqu’à ce que des limites sûres soient définies pour l’utilisation de pesticides dans la production de cannabis médical, les patients devront faire entendre leur demande pour du cannabis non contaminé, car les effets à long terme des pyréthrines et d’autres pesticides n’ont pas encore été pleinement étudiés, que ce soit isolément ou en synergie avec les composants naturels présents dans la plante elle-même.

Commentaires

Poster un commentaire

Timdi

Les graines de sensi Seeds sont-elles non OGM?

27/02/2014

Silent Jay

Bonjour Timdi,

Nous confirmons !

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à poser vos questions au Support Client de Sensi Seeds : https://sensiseeds.com/fr/blog/contactez/

Merci pour votre question.

04/03/2014

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.
Read More
Read More