by Seshata on 29/04/2013 | Culture

Guide pour utiliser les pesticides biologiques en toute sécurité

Pendant de nombreuses années, les partisans des méthodes biologiques de culture ont chanté les louanges des pesticides biologiques, mais leur sécurité et leur efficacité sont de plus en plus remises en cause. Pour la plupart des gens, « biologique » est synonyme de « meilleur », « plus sain » et « plus sûr », mais au bout du compte, tous les pesticides sont du poison, même ceux dérivés de sources naturelles.


Le meilleur pesticide = aucun pesticide

Avec suffisamment de soins et en accordant de l’attention aux détails, il doit être possible de maintenir la croissance des plantes sans recourir à un pesticide — conserver les plantes en bon état et bien soignées, garder le local de culture et ses environs propres et ordonnés et assurer des conditions optimales afin d’obtenir des plantes saines sont des moyens de protéger durablement un jardin biologique contre les infestations.

Cependant, il peut arriver que même le jardinier le plus consciencieux soit dépassé par une invasion de tétranyques ou  de mouches blanches et dans ce cas, il est important de connaître les effets et conséquences possibles des divers pesticides disponibles, de façon à utiliser le plus approprié.

Quotients d’impact environnemental des pesticides communs

Une étude des Quotients d’impact environnemental (QIE)  de certains insecticides populaires, aussi bien biologiques que de synthèse, révèle des résultats surprenants. La plupart des insecticides biologiques les plus connus ont des QIE élevés, au moins aussi élevés que leurs équivalents de synthèse et même supérieurs : la roténone est dérivée de sources végétales et a un QIE de 29,43 ;  la sabadille (dérivée du lys Schoenocaulon officinale) a un QIE encore plus important de 39,41.

À titre de comparaison, les insecticides de synthèse tels que Carbaryl et Malathion ont des QIE respectifs de 22,73 et 23,83. Cela ne signifie pas que les produits chimiques de synthèse soient généralement moins nocifs que les biologiques ; en effet, certains des organophosphorés de synthèse les plus dangereux, tels que fipronil et disulfoton, ont des QIE respectifs de 88,25 et 101,83.

Certains pesticides biologiques sont extrêmement toxiques

Cependant, croire qu’un pesticide est meilleur tout simplement parce qu’il est biologique est évidemment une erreur, et cela peut même s’avérer dangereux. De nombreux insecticides biologiques sont des neurotoxines puissantes, qui entraînent une mort lente et douloureuse chez les espèces les plus vulnérables. Les humains sont en général peu touchés, mais les populations d’oiseaux, de poissons et d’insectes utiles tels que les abeilles peuvent être exterminées en cas d’exposition.

Certaines infestations peuvent être traitées de façon plus efficace avec des produits de synthèse : le nombre d’applications nécessaires pour obtenir le niveau de protection requis est souvent moins élevé avec des produits de synthèse et leur demi-vie ainsi que les produits dérivés en résultant sont réduits et moins contaminants qu’avec certains insecticides biologiques tels que la roténone.

Les pesticides biologiques peuvent contribuer au syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles

En fait, la toxicité sévère de la roténone pour les poissons, oiseaux et abeilles a entraîné son interdiction dans de nombreux pays, y compris les USA et le Canada. La roténone, la sabadille et de nombreux autres insecticides dérivés de matières biologiques tels que les pyréthrines ont été impliqués dans le syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles (Colony Collapse Disorder ou CCD)—les décès massifs d’abeilles qui se sont produits dans le monde entier au cours des dernières années.

Cependant, bien que certains pesticides biologiques puissent être plus nocifs pour l’environnement que leurs équivalents de synthèse, certains se classent très bas sur l’échelle des QIE  et n’ont  aucun effet nocif connu sur les humains ou les insectes utiles.

Quels sont les pesticides biologiques les plus sûrs ?

A guide to safe use of organic pesticides - 1- Insecticidal soap is an effective pest killer, and is completely non-toxic to non-pest species
Le savon insecticide est un pesticide efficace et n’est absolument pas toxique pour les espèces non nuisibles

Le savon insecticide est l’un des produits chimiques biologiques les plus sûrs. Inoffensif pour les abeilles, les humains et les animaux domestiques, ces acides gras à base de potassium détruisent les membranes des cellules des insectes nuisibles à carapace molle tels qu’aphides, tétranyques et mouches blanches. Bien que non toxiques pour les humains, ces savons peuvent provoquer une légère irritation et aussi entraîner des taches ou des plaques ressemblant à des brûlures sur les plantes en cas d’usage intensif.

L’huile de Neem est un autre pesticide biologique relativement inoffensif. Cette huile âcre et amère agit essentiellement comme un répulsif, mais peut aussi détruire différentes espèces de larves d’insectes. Elle n’est pas toxique pour les humains et les abeilles, mais peut être légèrement toxique pour les chats et les chiens.

A guide to safe use of organic pesticides -2- Neem oil is a safe, non-toxic organic oil that will repel insects from a grow room
L’huile de Neem est une huile biologique sûre et non toxique qui repousse les insectes hors du local de culture

Enfin, le Bacillus thuringiensis, aussi appelé BT, est un insecticide microbien — une bactérie qui paralyse le système digestif de nombreuses espèces indésirables. Le BT est potentiellement l’arme la plus importante du jardinier biologique quand il s’agit d’insecticides : il existe différentes variétés de la bactérie qui peuvent être modifiées par bio-ingénierie afin d’attaquer uniquement certaines espèces, et il n’y a aucun effet à long terme sur la santé des autres espèces qui ne sont pas visées.

Pesticides obtenus par manipulation génétique

Les généticiens travaillent déjà sur l’intégration de variétés modifiées de BT dans l’ADN de certaines plantes cultivées primordiales, de façon à ce que la plante fabrique son propre insecticide au cours de sa croissance. Ces plantes modifiées produisent ensuite des graines et leurs descendantes sont dotées du mécanisme de bio-défense dans leur matériel génétique.

A guide to safe use of organic pesticides-3 - A simple guide to the process of BT gene insertion
Un guide simple sur la procédure d’insertion de gènes BT dans les plantes cultivées pour les doter de propriétés insecticides intrinsèques

Bien que cela soit susceptible de supprimer une fois pour toute la nécessité de recourir à des pesticides, on s’interroge actuellement sur le fait de savoir si cela pourrait à terme être considéré comme une méthode de culture biologique, dans la mesure où elle exige un certain degré de modification génétique. Cependant, à condition de pouvoir démontrer que ces modifications sont absolument sans risque, il devrait y avoir peu d’autres raisons éthiques d’écarter une telle technologie d’avenir.

Le but est de produire un cannabis sain, sûr et efficace sans nuire à un quelconque élément de l’écosystème, et les techniques permettant de le faire s’améliorent de jour en jour. Quand on cultive son propre jardin biologique, il est vraiment recommandé de suivre les recherches en cours, dans la mesure où notre compréhension des processus concernés évolue en permanence.

Commentaires

Poster un commentaire

DELPRAT renaud

Peut on utiliser l'huile de neem, en deuxième semaine de floraison sur des automatique en extérieur ??? cordialement .

12/06/2015

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.
Read More
Read More
Read More
Read More