by Seshata on 29/01/2015 | Culture

Les 5 principales raisons de faire pousser du cannabis biologique

De nombreux producteurs à petite échelle qui veulent fumer leur propre récolte font déjà pousser du cannabis biologique ; il en va de même pour la plupart des cultivateurs à des fins médicales aux États-Unis, les prestataires de soins comme les dispensaires. Toutefois, les cultivateurs commerciaux du marché récréatif ne font pas souvent pousser le cannabis de façon biologique en raison d'idées fausses et obsolètes.


Rendement amélioré

Gros plan d’une image de main versant un verre de thé de compost brun dans un pot contenant une plante. Une plante pousse dans le sol.

Les cultivateurs commerciaux s’inquiètent beaucoup de la possibilité d’un rendement réduit lors d’une culture biologique. Toutefois, ce n’est pas nécessairement le cas ; en fait, si toutes les conditions sont optimales, vous pouvez obtenir des rendements supérieurs à ceux des méthodes conventionnelles.

Si le micro-environnement n’est pas optimal, les rendements peuvent se révéler comparativement inférieurs à ceux des cultures non biologiques. C’était certainement le cas par le passé mais les engrais biologiques disponibles dans le commerce, les milieux de culture et les additifs se sont considérablement améliorés au fil des ans, tout comme la compréhension de la meilleure façon d’utiliser ces produits.

L’une des innovations majeures de la culture biologique est le développement de « super terre », un milieu de culture minutieusement modifié afin de contenir exactement ce dont le cannabis a besoin pour pousser en abondance, sans engrais. Grâce à cette méthode, vous donnez seulement de l’eau à vos plantes et obtenez des résultats incroyables.

Des mélanges tout prêts sont disponibles dans le commerce ; vous pouvez toutefois fabriquer votre propre « super terre » en mélangeant du terreau biologique avec des déjections de vers, de la farine de sang et d’os, du guano et plusieurs autres additifs. En préparant votre propre « super terre », vous pouvez élaborer le mélange le plus adapté à votre souche préférée.

Puissance accrue

Le fait de donner à vos plants de cannabis exactement ce dont ils ont besoin, jusqu’au dernier microbe présent dans le terreau, est un élément essentiel de la culture biologique contemporaine. Comme n’importe quelle plante, le cannabis a des besoins spécifiques et très complexes pour pousser de façon optimale et la satisfaction aussi précise que possible de ces besoins permet à vos plants d’atteindre tout leur potentiel.

Les systèmes de nutriments conventionnels ont une composition relativement simple, puisqu’ils contiennent uniquement les nutriments de base permettant au cannabis de survivre et de pousser. Il existe six macronutriments essentiels (azote, phosphore, potassium, calcium, soufre et magnésium) et six micronutriments essentiels (manganèse, bore, cuivre, zinc, molybdène et fer) qui sont présents dans la plupart des mélanges de nutriments destinés au cannabis.

À l’inverse, les systèmes de nutriments biologiques contiennent souvent d’autres oligo-éléments qui peuvent offrir au cannabis des bienfaits supplémentaires, même s’ils ne sont pas traditionnellement considérés comme essentiels. Le nickel, le sodium, le cobalt et le chlore sont des exemples de nutriments qui se sont révélés bénéfiques pour les plantes plus grandes telles que le cannabis, mais qui sont souvent négligés dans les engrais commerciaux. Les cultivateurs biologiques du monde entier rapportent que le cannabis cultivé de façon biologique est supérieur en termes d’effet et de puissance en raison de la composition complexe des mélanges de nutriments utilisés.

Goût et arôme améliorés

Photo d’une plante de marijuana en fleur. Des reflets mauves colorent les buds et les fleurs.

On considère généralement que le cannabis cultivé de façon biologique présente un goût et un arôme supérieurs au cannabis cultivé de façon conventionnelle, pour les raisons indiquées ci-dessus. Puisque le micro-environnement est optimisé pour permettre une culture saine et vigoureuse, les plantes peuvent produire des quantités optimales de terpènes, de terpénoïdes et de cannabinoïdes.

Les terpènes et terpénoïdes sont les composés aromatiques qui donnent au cannabis et à bon nombre d’autres plantes leur parfum. Des dizaines de ces composés sont présents dans le cannabis et donnent à sa souche son arôme sucré, épicé, d’agrumes ou de pin. Plus ces terpènes et terpénoïdes sont abondants, plus votre produit final sera parfumé et savoureux.

Microbiome plus riche

Un autre aspect de la culture biologique du cannabis qui permet d’améliorer les rendements, le goût et la puissance est la richesse du microbiome de la terre (le « microbiome » désigne la communauté de microbes présents dans un environnement particulier). Les mélanges de terre biologiques sont des écosystèmes vivants complexes à part entière, qui contiennent une multitude de bactéries, de champignons et d’autres organismes microscopiques tels que des vers nématodes ; l’environnement stérile présent dans bon nombre de milieux de culture non biologiques ne supporte pas ce niveau de complexité.

Un grand nombre d’études sur le cannabis et d’autres cultures importantes ont démontré les bienfaits de la mise en place d’un microbiome riche : il permet la fixation de l’azote et la rétention de l’eau, stimule la croissance et contribue à empêcher les maladies au niveau des racines. La création de votre propre super terre et sa maturation pendant environ trente jours avant utilisation favorise la prolifération de champignons et d’autres micro-organismes bénéfiques dans la terre.

Le thé de compost biologique représente un autre excellent mode de culture des bactéries bénéfiques indispensables à un microbiome sain. Le thé de compost consiste à faire infuser un bon compost dans de l’eau et à faire fonctionner en continu un barboteur pour fournir de l’oxygène (des conditions anaérobies entraînent la formation de bactéries nocives à la place des bactéries bénéfiques).

Moindre impact environnemental

Photo d’une main gantée tâtant le sol d’un grand pot blanc. Autour du pot on peut voir des fleurs, une botte de pluie jaune et le sol en béton.

Évidemment, le mode de culture qui affecte le moins l’environnement consiste à faire pousser le cannabis en plein air avec un ensoleillement naturel, puisque le principal impact environnemental de la culture du cannabis réside dans la consommation électrique liée à la culture en intérieur. Toutefois, la législation continuellement défavorable dans de nombreux pays favorise la culture du cannabis en intérieur, même si le climat local permet la culture en plein air !

Pour respecter au mieux l’environnement, la culture biologique en plein air l’emporte clairement, mais si cette option n’est pas viable dans votre cas, vous devez au moins veiller à limiter l’impact environnemental global en intérieur. La culture biologique permet de réduire l’impact global, puisque la production des nutriments biologiques exige généralement moins de traitements comparativement aux nutriments conventionnels (dont la production requiert également une importante consommation d’énergie, provenant principalement de carburants fossiles). En outre, les techniques antiparasitaires biologiques sont souvent beaucoup moins nocives pour l’environnement : par exemple, les coccinelles peuvent servir à contrôler les araignées rouges, éliminant le besoin en produits chimiques toxiques utilisés dans la culture conventionnelle.

Commentaires

Poster un commentaire

stc

Bonjour, excusez mon ignorance de newbie, mais je vois partout qu'il faut cesser tout engraissage dans les 2 dernières semaines de floraison, ceci s'applique t-il à l'organique ? (j'utilise du purin d'orties et de consoude actuellement).
Merci.

26/06/2018

Silent Jay

Bonjour stc,

Merci de noter que nous ne pouvons répondre aux questions de cultivation à un niveau de spécificité au-delà de celui de votre question, pour des raisons légales. :)
Pour vous répondre, oui, il faut arrêter l'engrais et procéder à un 'flush' 2 semaines avant la récolte. Le but est de se débarasser des éléments chimiques, qu'ils proviennent d'engrais synthétiques comme naturels.
Bonne chance avec vos plantes.

03/07/2018

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.
Read More
Read More
Read More
Read More
Read More
Read More
Read More
Read More
Read More
Read More
Read More