Banana Kush Cake à Autofloraison

Banana Kush Cake à Autofloraison

La Banana Kush Cake à autofloraison est une plante amusante à cultiver et en version féminisée et automatique, tous peuvent y parvenir avec succès. De rendements élevés, ses fleurs présentent des teintes colorées tout au long de la floraison. Elle déclenche des effets stimulants et apaisants avec un profil terpénique qui combine douceur et épices.

Stade de floraison : 50 jours

Temps total, de la graine à la récolte : 78 jours

Rendement final : 115 grammes

Teneur en THC : 24,97 %

La Banana Kush Cake automatique (également offerte en graines féminisées) est une combinaison impressionnante de nouvelles génétiques emballantes. Cette variété 75 % indica et 25 % sativa dérive des traits de la Wedding Cheesecake, de la Banana Kush et de la Hindu Kush automatique.

La Banana Kush Cake auto se cultive tout aussi bien dans les climats froids qu’en intérieur, et les cultivateurs d’extérieurs à la recherche de nouveaux cultivars inusités seront heureux avec ses légères variations de phénotypes.

Notre aire de culture intérieure étant optimisée pour la culture de cannabis, nous étions heureux d’entamer un nouveau cycle de culture pour pouvoir goûter, le moment venu, à nos fleurs. Pour l’éclairage, nous avons utilisé des lampes HPS de 1000 W Green Power Phillips fixées au plafond en position fixe, à une distance suffisante des semis fragiles.

Déplacer et échanger l’air sont des aspects importants de la culture intérieure. Notre système d’aération comprenait plusieurs petits ventilateurs qui déplaçaient lentement l’air, ainsi que divers ventilateurs axiaux positionnés à la grandeur de la zone de croissance. Ces ventilateurs aident à éliminer les odeurs de la pièce en l’aspirant et le faisant passer dans un filtre au charbon.

En plus de la ventilation, il est tout aussi important de contrôler les paramètres environnementaux. Pendant la croissance de notre Banana Kush Cake à autofloraison, nous avons conservé des paramètres stricts de température et d’humidité. Nous avons ajusté l’humidité à différents stades tout au long du processus.

En général, un taux d’humidité plus élevé est maintenu pendant la période de semis et la phase végétative, et pendant la floraison, nous la réduisons pour diminuer tout risque de moisissures. La température ambiante était maintenue à 23 °C lorsque les lumières étaient allumées, et à 21 °C lorsqu’elles étaient éteintes.

Germination et semis

Nous avons fait germer notre graine de Banana Kush Cake automatique entre deux essuie-tout humides couverts de deux assiettes en céramique. Pour toute la durée du cycle, nous avons réglé notre régime à 18 heures d’éclairage et 6 heures de noirceur. Une fois que la graine fissurée recelait une petite racine pivotante blanche d’environ 3 mm, nous l’avons placée dans un pot de 1 litre rempli de terreau BAC Lava Mix soil.

Nous avons planté notre graine environ 5 mm sous la surface du terreau, la racine pivotante vers le bas. En 24 heures, notre Banana Kush Cake faisait son apparition hors de terre. Puisque les semis préfèrent un taux d’humidité relative plutôt élevé, nous l’avons fixé à 65 %.

Résolus à apporter à notre Banana Kush Cake les meilleurs soins possible pour optimiser son développement, déjà à la première semaine nous lui fournissions à la main 100 ml d’eau pure autour de la base de la tige. Notre plante n’avait que 3 cm de hauteur, mais c’était déjà suffisant pour attirer les insectes. Nous n’en avons observé aucun, mais avons libéré des Hypoaspis miles par prévention. Cet insecte prédateur se nourrit effectivement de pupes de moucherons et de thrips.

Stade végétatif

Au début de la deuxième semaine, des racines sortaient du fond de notre contenant de 1 litre, alors nous avons décidé de transplanter notre Banana Kush Cake à autofloraison dans un contenant de 3 litres. Nous lui avons ensuite fourni 100 ml d’eau autour de la base de la tige. La plante avait doublé en hauteur, mais le système racinaire était encore jeune et nous ne voulions pas saturer les racines d’eau. En effet, un sol excessivement humide peut tuer les délicats poils racinaires et entraîner des déséquilibres nutritionnels.

Pour renforcer les jeunes tiges de notre plante, nous avons maintenu une brise constante en évitant d’orienter le ventilateur directement sur la plante. Ce léger mouvement continuel fait en sorte que les branches s’épaississent, ce qui est rentable à long terme.

Le cannabis, comme le tournesol, est phototrophe, c’est-à-dire que les plantes s’orientent vers le soleil tout au long de la journée. Comme notre lampe est en position fixe trois mètres au-dessus de notre table de culture, les plantes qui ne sont pas directement sous la lampe s’inclineront vers celle-ci. Pour renforcer les tiges, nous tournions notre plante d’un quart de tour chaque jour, et la plante en se réorientant vers la lumière épaissit ses parois cellulaires.

A la troisième semaine, notre plante avait déjà cinq nœuds sur sa tige principale. Les branches inférieures, quant à elles, s’étiraient merveilleusement bien pour atteindre la lumière. Notre plante était d’un vert vif, et chacune des grandes feuilles en éventail était pleine de vitalité, absorbant la lumière et assurant le processus vital de la photosynthèse.

Nous avons commencé à ajouter des nutriments de croissance Bio Grow dans l’eau pour fertiliser notre plante. La solution enregistrait une CE de 1,6, puis nous avons ajusté le pH à 6,2 avant de la verser à notre plante. A mesure que la semaine avançait, l’arrosage devenait plus fréquent, mais le volume d’eau demeurait à 100 ml.

Nous poursuivions notre programme intégré de lutte contre les parasites en libérant deux autres types d’insectes bénéfiques, Amblyseius cucumeris et Amblyseius californicus. Ceux-ci aident à contrôler et à éliminer les larves de thrips et de tétranyques à deux points, respectivement. Même s’il n’y avait aucun signe de parasites sur notre Banana Kush Cake auto, nous avons procédé par prévention.

Au début de la quatrième semaine, des racines sortaient du fond du contenant, ce qui nous a incités à transplanter notre Banana Kush Cake à autofloraison dans un contenant de 5 litres. Avec ce changement, nous avons augmenté la quantité de solution à 150 ml par arrosage.

Notre plante faisait maintenant 26 cm, et un œil expérimenté pouvait discerner les premiers signes de floraison. Comme leur nom l’indique, les plantes à autofloraison commencent à fleurir d’elles-mêmes. Il n’est donc pas nécessaire de changer le régime d’éclairage. Nous n’avons que changé le régime de fertilisation pour des nutriments de floraison Bio Bloom en attendant d’autres signes de floraison.

Le dernier traitement contre les pupes de moucherons et de thrips remontait à quelques semaines, nous avons donc ouvert un nouveau sachet d’Hypoaspis miles à la base de la plante. L’espacement entre les nœuds commençait à augmenter, ce qui permettait une bonne circulation d’air dans la canopée de notre Banana Kush Cake auto.

Stade de floraison

Au cours de la semaine cinq, nous avons vu apparaître les stigmates, signe que notre plante en floraison était femelle. Notre Banana Kush Cake auto entamait sa floraison, et pour optimiser le développement des bourgeons, nous avons apporté quelques ajustements.

Tout d’abord, nous avons abaissé l’humidité à 60 % et rincé le sol à l’aide de 1 000 ml d’eau pure. Cette mesure vise à éliminer le surplus de nutriments mobiles accumulé dans le sol afin de prévenir toute toxicité. Ensuite, nous avons continué la semaine avec la solution de nutriments Bio Flower de CE de 1,7. Nous avons graduellement augmenté la quantité de solution de 150 ml à 300 ml tout au long de la semaine.

Nous avons aussi noté une poussée de croissance. Notre plante avait atteint 46 cm, soit 20 cm de plus que la semaine précédente.

Au cours de la sixième semaine, nous avons commencé à voir la formation de bourgeons la plus incroyable qui soit. Le rythme de développement des bourgeons était exceptionnel, comme nous l’espérions, mais leurs couleurs étaient hors de ce monde ! Alors que les branches et les feuilles de notre Banana Kush Cake auto étaient d’un vert riche, les bourgeons affichaient des teintes de violet foncé. Le contraste distinct entre les deux couleurs était unique et envoûtant.

À la semaine sept, notre plante avait atteint 89 cm, plus de trois fois la hauteur d’il y avait trois semaines. La structure ouverte et une couverture clairsemée de feuilles permettaient à toutes les branches de recevoir un maximum de lumière, repoussant le besoin de défolier ou palisser la plante. Les magnifiques bourgeons violets de notre Banana Kush Cake à autofloraison continuaient à grossir et commençaient à se couvrir de trichomes.

Le volume d’arrosage a été augmenté à 500 ml, et des sachets d’Ablyseius cucumeris ont été ouverts pour détruire toutes larves de thrips qui auraient pu se cacher. Nous avons également relâché d’autre Amblyseius californicus pour éloigner tout danger de tétranyques à deux points. Jusqu’à présent, nous n’avions subi aucune infestation de nuisibles, et nous prévoyions maintenir ce statu quo !

Au cours de la huitième semaine, nous avons remarqué que la croissance verticale avait ralenti, notre plante n’ayant pris que 5 cm depuis la semaine précédente. Toute l’énergie était à présent investie dans les fleurs. Les bractées demeuraient d’un violet foncé profond, et les teintes violacées s’étendaient jusqu’aux feuilles à la base de chaque bourgeon. Nous demeurions étonnés par cette coloration. De grands colas sphériques commençaient à se former aux extrémités de chaque branche.

Conformément à notre PNE, nous avons rincé notre sol avec 1 000 ml l’eau pure le premier jour de cette semaine, pour reprendre la fertilisation quotidienne de 500 ml. Bien que nous savions que notre Banana Kush Cake auto arrivait à la fin de sa vie dans les prochaines semaines, subsistait la menace d’une invasion de parasites. Pour prévenir les pupes de moucherons et de thrips, nous avons ouvert un autre sachet d’Hypoaspis miles.

Durant la neuvième semaine, nous n’avons presque pas observé de croissance verticale, mais les bourgeons se gonflaient considérablement. Le cola principal était devenu trop lourd et nous avons dû lui fournir un support. Mesure facile à prendre, elle a permis à notre plante de continuer à se concentrer sur la production de bourgeons. Comme ceux-ci étaient considérablement gros, nous avons abaissé l’humidité à 58 %.

Cette version automatique présentait un autre avantage, une rapidité à parvenir à maturité. Pour déterminer le niveau de maturité, nous avons inspecté les têtes de trichomes. D’après leur couleur, il est possible de déterminer la fenêtre de récolte idéale. Les teintes recherchées sont claires, laiteuses et ambrées, et pour l’instant, notre plante ne portait aucun trichome ambré ce qui signifiait qu’elle n’était pas prête.

Les gros colas violets étaient denses et humides. Tout au long de la semaine dix, nous avons réduit le taux d’humidité relative à 52 % pour éviter que ne pourrissent les bourgeons. Les feuilles étaient maintenant vert lime, autre indicateur de sénescence et incidemment, de l’approche de la fin du cycle. Toutefois la production d’anthocyanine continuait bon train, et les bourgeons conservaient leur belle couleur violette.

Au début de la semaine onze, nous avons de nouveau inspecté les têtes de trichomes. Cette fois-ci, notre Banana Kush Cake à autofloraison présentait une proportion plus importante de têtes ambrées que de têtes transparentes, et la majorité étaient laiteuses. C’était là la proportion recherchée, et d’après ces indicateurs naturels, notre plante était prête à être récoltée. Nous avons immédiatement cessé toute fertilisation.

Nous avons rincé le sol à l’aide de 1 000 ml d’eau pure jusqu’à la fin, et prenant soin de recueillir et de jeter l’excès pour éviter que le sol ne réabsorbe les minéraux et les nutriments lessivés. Nous avons constaté les signes de carence nutritive dans certaines feuilles, confirmant que nos rinçages avaient été efficaces.

Nous avons décidé de procéder à la récolte de notre Banana Kush Cake à la douzième semaine. Notre plante faisait 97 cm de hauteur. Sa structure était ouverte, mais les bourgeons coniques qui s’étaient agglomérés aux extrémités de toutes les branches étaient denses et compacts. Les bourgeons inférieurs étaient tout aussi denses et aussi violets que les colas supérieurs.

Tout au long du cycle de croissance, l’odeur se concentrait. Le filtre au charbon a accompli sa tâche, nous permettant de procéder dans la discrétion. Les branches de notre plante étaient épaisses et robustes et n’avaient pas besoin d’un soutien supplémentaire.

Les fleurs de notre Banana Kush Cake auto étaient couvertes de trichomes, tout comme les feuilles extraordinairement colorées. Nous avons décidé de la récolter lorsque nous avons observé que 10 % des têtes de trichomes étaient transparentes, 80 % laiteuses et 10 % ambrées. Un tel ratio indique une maturité maximale, et nous étions prêts à commencer le processus de séchage et d’affinage.

Récolte

Ce cycle de croissance avait été un succès, et nous passions maintenant à la récolte et l’affinage. Durant la culture, nous avons porté attention à certains paramètres, et cette attention se poursuit durant la phase de séchage pour maximiser le potentiel de nos fleurs.

En vue de la phase de séchage, nous avons d’abord débarrassé notre plante de ses grandes feuilles en éventail. Nous avons aussi retiré les feuilles dépourvues de trichomes. Nous n’avons pas touché aux petites feuilles de sucre couvertes de trichomes avec lesquelles il est possible de préparer des aliments ou des extraits.

Comme la tige principale de notre Banana Kush Cake auto était épaisse, nous nous sommes servis de sécateurs industriels pour la couper à la base du sol. Nous avons ensuite amené la plante entière dans la salle de séchage et l’y avons suspendue à l’envers pour que ses fleurs relâchent leur humidité. 

La salle de séchage était sombre, car la lumière dégrade la qualité des trichomes et des cannabinoïdes. Les paramètres optimaux pour sécher lentement le cannabis sont 15,5 °C et 60 % d’humidité relative. C’étaient donc les conditions que nous avons maintenues pour sécher nos fleurs de Banana Kush Cake à autofloraison.

En plus de fixer ces paramètres environnementaux, il est également essentiel de déplacer légèrement les plantes alors qu’elles sèchent. A cette fin, nous avons utilisé un des ventilateurs de la salle de culture. Il est important de ne pas l’orienter directement sur les plantes qui sèchent, car un séchage trop rapide impartit au cannabis un mauvais goût de foin.

Nous avons laissé notre Banana Kush Cake automatique sécher ainsi suspendue pendant 14 jours avant de vérifier les branches pour savoir quand commencer la manucure. Au jour 20, les petites branches au lieu de plier se cassaient lorsque nous les courbions, signe que nous pouvions procéder.

Nous avons sorti la plante de la salle de séchage et l’avons divisée pour faciliter la manucure. Une fois nos bourgeons bien nettoyés, nous les avons placés dans nos pots en verre en vue du processus d’affinage. Cependant, nous avons attendu deux jours avant de les refermer avec un couvercle.

Les pots étaient ouverts plusieurs fois par jour pendant les deux premières semaines pour laisser échapper l’humidité. Les bourgeons frais retenaient encore de l’humidité en leur centre, et c’est pourquoi il fallait faire « faire le rot » aux pots pour la libérer lentement. L’affinage est l’art de sécher la matière végétale graduellement jusqu’à l’obtention d’un niveau d’humidité désiré. Nous laissions les pots ouverts pendant environ une heure chaque fois.

Nous avons poursuivi l’affinage pendant encore quatre semaines. Pendant ces quatre dernières semaines, les couvercles n’étaient retirés qu’une fois par jour, mais pendant la même durée d’une heure. L’odeur qui se dégageait des pots se concentrait et devenait de plus en plus délicieuse, signe que nous avions correctement séché et affiné nos bourgeons. 

Après six semaines d’affinage en pots, nos bourgeons avaient atteint le niveau d’humidité désiré. Avant de réserver un échantillon pour des tests en laboratoire, nous avons pesé notre récolte de Banana Kush Cake automatique : en 78 jours (graine à récolte), nous avions obtenu 115 grammes de fleurs séchées.

Nous avons ensuite placé notre récolte séchée et affinée dans notre caveau d’affinage à 62 % d’humidité, et l’échantillon a été envoyé en laboratoire pour en tester les cannabinoïdes. Les résultats ont établi que notre Banana Kush Cake à autofloraison recelait 24,97 % de THC.

Profil des terpènes

La Banana Kush Cake automatique dégage un délicieux mélange de bananes et de moufette, offrant des notes sucrées et épicées. Les terpènes dominants comprennent le myrcène, le caryophyllène et le limonène.

Les deux premiers terpènes de la liste sont souvent associés aux odeurs épicées et qui rappellent le haschich, toutes deux légèrement présentes dans la Banana Kush Cake. Le limonène, par contre, est souvent associé aux profils d’agrumes. Bien que ce profil se trouve légèrement dans l’odeur, il est bien plus concentré dans la saveur des bourgeons.

La saveur se distingue aussi par sa rondeur en bouche et ses qualités douces et crémeuses. Outre cette légère nuance, le profil aromatique est à l’image du profil terpénique. Les papilles recèlent des saveurs de bananes sucrées, de moufette et d’épices, lesquelles s’entrelacent si bien qu’elles vous donnent l’eau à la bouche.

Les effets de la Banana Kush Cake auto se ressentent immédiatement. D’abord, on ressent un effet cérébral stimulant qui offre une vague modeste d’énergie et d’enthousiasme. Peu de temps après, la génétique indica se manifeste par une sensation apaisante de relaxation. L’effervescence cérébrale se transforme en un état d’esprit décontracté idéal pour s’adonner à la rêverie. Novices, soyez avertis ; la Banana Kush Cake auto est une puissante variété et doit être consommée avec sagesse.

Le résultat

Dans l’ensemble, la Banana Kush Cake à autofloraison (également offerte en graines féminisées) a été facile à cultiver. Ses impressionnantes teintes violettes ne se comparaient à rien que nous avions déjà observé. L’expérience de A à Z nous a rendus heureux, et c’est sans parler de l’excellente récolte qui vieillit dans le caveau.  

Tout au long du cycle de culture, notre plante a proliféré et maintenu une solide structure qui n’a pas eu besoin de beaucoup de soutien. Nous sommes certains que les cultivateurs, novices comme experts, apprécieront ce que la Banana Kush Cake a à offrir, spécialement dans sa version automatique.

Les bourgeons étaient gros, magnifiques et puissants. Le profil était plaisant, et les effets ont agréablement altéré la routine quotidienne. Notre Banana Kush Cake auto avait un rapport calices/feuilles élevé, ce qui facilite la taille et allège la tâche de nettoyer et manucurer. Dans l’ensemble, nous avons terminé avec 115 grammes de fleurs séchées contenant un niveau impressionnant de THC de 24,97 %.

La croissance du cannabis peut parfois être difficile, mais avec la Banana Kush Cake à autofloraison, tout le monde y trouvera du succès. Si vous n’avez encore jamais cultivé une variété aux couleurs si captivantes, nous vous recommandons vivement de l’essayer.

Si vous avez aimé ce rapport de culture, faites-le-nous savoir, et assurez-vous de consulter nos autres rapports de culture sur le blogue. Dites-nous quelle variété nous devrions cultiver pour notre prochain rapport dans la section des commentaires, et en attendant, bon jardinage !

Comments

1 réflexion sur “Rapport de culture Banana Kush Cake à Autofloraison”

  1. Plaisant et instructif et ravisante couleur de plantes bien dtailler
    j auraibiens voulus Jack Hereur e Shiva Skunk. Merci a vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Profile-image

    Sensi Seeds

    L’équipe de rédaction de Sensi Seeds regroupe des botanistes, des experts médicaux et juridiques ainsi que certains des activistes les plus renommés tels Dr Lester Grinspoon, Micha Knodt, Robert Connell Clarke, Maurice Veldman, Sebastian Marincolo, James Burton et Seshata.
    En savoir plus
Retour haut de page